Archives de Catégorie: HUMOUR

L’homme qui n’a pas vu l’ours

Chasse et pêche - Haute-Gaspésie : important coup de filet des agents de la faune

Un homme de 80 ans va chez son médecin. Ils se mettent à discuter et le vieillard dit :
– Vous savez, ma femme de 30 ans … bien elle est enceinte ! j’assure quand même bien pour mon âge, hein ?
Le médecin :
– Ecoutez, je vais vous raconter une histoire. Il était une fois le plus grand chasseur d’ours du grand nord. Il ne rate jamais un seul ours. Sauf qu’une fois (il était presque aveugle) il a oublié ses lunettes et il est parti à la chasse avec son parapluie. Lorsque soudain approcha un ours… il tira avec son parapluie et hop ! l’ours est tombé à terre.
– C’est impossible ! Quelqu’un à du tirer à sa place.
– C’est ce que j’essaie de vous expliquer. 

Publicités

Allô! ALLÔ! How low!

Image

Ray Charles

Sol- L’hôpital est malade

Le foie de John Nash

Vieux

Si vous voulez vivre longtemps, vivez vieux.  ( Erik Satie) 

++++++

Dans un grand supermarché, une vieille dame,  poursuivant sa vie sur une cane,  ouvrit les yeux sur un emballage de veau: 72.99 $ le kilo. Elle écarquilla ses yeux ridées mais toujours foudroyants de lueurs et demanda au boucher si sa vache n’était pas à vendre.

Puis elle ajouta:

 » À ce prix-là, monsieur, si vous l’avez debout, je vous dirais qu’elle vaut plus que le prix de ma maison. En 1956, on l’a payée 5,999$. »

Comme disait San-Antonio : « La Fontaine était un homme affable ». Mais pas le boucher… Avec ses moustaches garnies, il regarda la dame comme si elle était déjà morte.

 » Ça se voit que vous êtes boucher, vous avez du sang dans les yeux. Mais bon! Tous les bouchers que j’ai connus avaient le teint comme des couchers de soleils…

– Vous savez, Madame, les prix grimpent…

– Sauf les télévisions… Le dernier, un écran plat de 55 pouces que mon mari m’a acheté, ne fait qu’une chose: grossir la bêtise humaine. Avant, on entendait les gens qui parlent, maintenant on les voit comme si on était parmi eux. Ils parlent tous les jours comme s’ils avaient quelque chose à dire. Ils disent que ce sont des « idées ». Et ce sont des spécialistes. Heureusement que je ne me suis pas spécialisée en rien. Sinon je serais la conne que vous voyez dans vos yeux…  Et cette télévision, vous savez quoi? Il l’a payée  moins cher cet appareil  qu’un jarret de veau. Vous trouvez ça normal? Vous savez, Madame, nous ne sommes plus en 1956…

–  La viande n’était pas emballée dans le plastique… Ni les gens qui commentent à la télé.

–  Il a été gentil votre mari… Un bel appareil, vous ne trouvez pas?

–  Ouais! Il me l’a achetée  juste avant de mourir. Et ça m’a coûté 8,000$ pour l’enterrer. C’est moins cher enterrer une maison qu’un mari… Et le coffre coûtent les yeux de votre tête.  Vous allez me dire que c’est le progrès, mais en fait c’est qu’avant personne n’investissait dans les veaux: on le prenait dans le champ, on le tuait, et on engageait des bouchers à gages pour le dépecer…

Le boucher, exaspéré:

– Vous en voulez ou pas?

Elle esquissa un sourire tout doux et …

– Je vais jouer à la théorie de Nash. Vous savez, quand  4 gars veulent séduire la plus belle  des 5 filles, ils perdent au jeu parce qu’ils trichent. Ils trichent sans dire aux autres qu’ils trichent. Alors je vais prendre du foi de porc… C’est laid, noir, visqueux, mais c’est là qu’est entreposé ce qu’il y a de plus riche dans l’animal. Et personne n’en veut…  C’est peut-être aussi ce qu’il y a de pire si on a traité l’animal par injections de produits de toutes sortes pour le garder en santé ou l’engraisser.

 » Bonne journée, Monsieur »

Gaëtan Pelletier

Merci à John Nas

Fêtons

fêtons

Un dessin de Wolinsky. Précisons que ce dessin a une trentaine d’années.

 

Dessine-moi un ton mou!

Le petit Prince 1

Obama

« Nous n’avons pas d’autre planète ». Obama  ( Cyberpresse)

***

Le débat est particulièrement vif et clivant aux États-Unis, où 37% de l’électricité est encore produite par des centrales au charbon. Une source d’énergie problématique d’un point de vue environnemental. Cyberpresse 

***

80% des gens sont inquiets de l’avenir de la planète et des changements climatiques. Cela signifie que 80% des gens ont peu de mourir. Je fais partie des 20% qui n’ont pas peur de mourir parce que nous faisons partie de ceux qui ne seront plus là…  Il ne fallait pas y penser avant mais agir avant. Même le pape est inquiet… Sérieux comme un pape inquieet. La plupart des américains sont créationnistes. L’homme ne descendrait pas du singe, mais l’homme a abattu la plupart des singes, des lions, des éléphants, et par biais un nombre « inquiétant » d’espèces en voie d’extinction. Chasseur-destructeur et autodestructeur. Il est en train de se descendre lui-même… Bang! Car dans l’Histoire du cosmos, la petite créature dite pensante, n’a pas vu « que l’essentiel est invisible pour les yeux ».

La « culture » n’est pas faite pour les auto-collants, mais pour être appliquée. Les philosophes et autres penseurs ne sont pas là pour être des figurines de « culture ». Ils seraient utiles si on les considérerait tels.  Le banquier est devenu le dieu des dieux. On a été roulés dans la farine faramineuse. On est blanc comme neige. Floconneux. Léger  à tomber du ciel sans savoir que c’est de l’eau en cristaux.

La planète: une carte de crédit illimitée  

Dans un clip devenu viral sur l’internet, le slameur américain Prince Ea fait la liste des dégâts que l’homme a infligés à la planète en espérant susciter un sursaut.

C’est représentatif du quotidien ou l’endettement des familles est devenu l’endettement d’un monde défibré, violé,  sous lequel on enterre nos détritus en fermant les yeux. Violé par les banques et les hommes d’affaires. Rien de nouveau… Sauf l’espérance devenue désespoir puisque selon les analystes sérieux,  IL N’EST PLUS POSSIBLE D’INVERSER LA TENDANCE ACTUELLE.

Génies des guerres…  

Dans un pays ( USA) où l’on dépense le plus pour l’armement, les complots, les invasions « invisibles »,  les gendarmes craignent les bandits qu’ils ont créés. Dans un pays responsable des crises économiques successives depuis des siècles, la morale tente de se tailler une petite place de… penseur. Alors, où sont les génies de la guerre capables de faire la guerre aux changements climatiques? Autant d’inventivité pour tuer et si minable dans l’art de construire… à long terme.

Le fœtus des cavernes  

Je reviens sur ma réflexion de l’Histoire de l’humanité. Notre minus simiesque, apeuré dans sa première demeure – la grotte – , a pris quelques milliers d’années seulement avant de s’asseoir dans une cage dorée avec son ordinateur, ses plans de « développement durable » et sa prise de conscience soudaine du danger. Bref, il est sorti de la misère et s’est pris pour une créature supérieure au porc-épics.

Dilemme du hérisson (Schopenhauer

« Par une froide journée d’hiver un troupeau de porcs-épics s’était mis en groupe serré pour se garantir mutuellement contre la gelée par leur propre chaleur. Mais tout aussitôt ils ressentirent les atteintes de leurs piquants, ce qui les fit s’écarter les uns des autres. Quand le besoin de se réchauffer les eut rapprochés de nouveau, le même inconvénient se renouvela, de sorte qu’ils étaient ballottés de çà et de là entre les deux maux jusqu’à ce qu’ils eussent fini par trouver une distance moyenne qui leur rendît la situation supportable. Ainsi, le besoin de société, né du vide et de la monotonie de leur vie intérieure, pousse les hommes les uns vers les autres ; mais leurs nombreuses manières d’être antipathiques et leurs insupportables défauts les dispersent de nouveau. La distance moyenne qu’ils finissent par découvrir et à laquelle la vie en commun devient possible, c’est la politesse et les belles manières. En Angleterre on crie à celui qui ne se tient pas à cette distance : Keep your distance ! Par ce moyen le besoin de se réchauffer n’est, à la vérité, satisfait qu’à moitié, mais, en revanche, on ne ressent pas la blessure des piquants. Cependant celui qui possède assez de chaleur intérieure propre préfère rester en dehors de la société pour ne pas éprouver de désagréments, ni en causer. »

Le mouton au ton mou

Finalement, on l’a bien dessiné ce mouton. Un mouton dessiné en à peine un siècle, frileux, apeuré de manquer de laine, mais se voulant être un petit prince fabriquant de petits princes par une usine de petits princes fabriqués par des robots. Notre homo cavernus , on dirait, commence à avoir peur en voyant disparaître sa faune, sa flore, ses eaux, « SES » animaux.  C’est l’ère des pronoms possessifs. L’ère du falsificateur « professionnel » – ( quel beau terme galvaudé) – et des penseurs de fin de semaine.

Saint-Exupéry et New-York

Le Petit Prince est apparu aux États-Unis en 1943. Saint-Exupéry avait quitté la France face à l’invasion allemande. Le livre le plus traduit (270 langues) au monde après la bible. Le livre a été terminé au pays de l’Oncle Sam…

Comme tout dans la vie, c’était sous nos yeux depuis les premiers philosophes. Mais comme tout dans la vie, finalement, les artistes et les penseurs auront décrypté une partie de notre monde, une partie de nos êtres,  ce  qui aura été détruit par un petit comptable malicieux. Un comptable. Comme tout dans la vie un comptable ne peut résoudre l’énigme des fleurs. Même le Petit Prince n’a pas pu:

Ainsi l’avait-elle bien vite tourmenté par sa vanité un peu ombrageuse. Un jour, par exemple, parlant de ses quatre épines, elle avait dit au petit prince:

– Ils peuvent venir, les tigres, avec leurs griffes !

– Il n’y a pas de tigres sur ma planète, avait objecté le petit prince, et puis les tigres ne mangent pas l’herbe.

– Je ne suis pas une herbe, avait doucement répondu la fleur.

Gaëtan Pelletier

Août 2015

– Ta planète est tellement petite que tu en fais le tour en trois enjambées. Tu n’as qu’à marcher assez lentement pour rester toujours au soleil. Quand tu voudras te reposer tu marcheras… et le jour durera aussi longtemps que tu voudras.