Archives de Catégorie: MORCEAUX D’HISTOIRE

Luther Standing Bear et le progrès

Dans son autobiographie, rédigée en 1933, le chef indien Standing Bear écrivait: « Il est vrai que l’homme blanc a apporté de grands changements. Mais les divers fruits de sa civilisation, aussi colorés et attirants soient-ils, sont porteurs de maladie et de mort. Si mutiler, piller et entraver font partie de la civilisation, alors qu’est-ce que le progrès? Je gage que l’homme qui s’asseyait par terre dans son tipi pour méditer sur le sens de la vie, qui reconnaissait le lien de parenté unissant toute les créatures et son unité avec l’univers des choses, infusait dans son être la véritable essence de la civilisation ».

****************************

Luther Standing Bear, est né ca. 1868 sur la réserve de Pine Ridge à une famille Oglala Lakota. Sa famille l’a nommé Ota K’TeBeaucoup kills , mais il a pris plus tard le prénom de son père comme son nom de famille. Élevé dans une manière traditionnelle, Standing Bear appris à chasser le bison avec son père jusqu’à ce que, à l’âge de 11 ans, il a été envoyé à Carlisle Indian Industrial School, un pensionnat fédéral pour les enfants amérindiens en Pennsylvanie, et est devenu un membre de la première classe de finissants de l’école.

Après des études à Carlisle, Ours permanent a ouvert un magasin de marchandises sèches sur la réserve de Pine Ridge dans le Dakota du Sud, où il a organisé des réunions publiques pour discuter des traités et de l’actualité. En 1902, il a également rejoint le Wild West Show de Buffalo Bill comme interprète, accompagnateur et interprète avec sa femme. Reconnu comme un habile cavalier et cheval danseur, Standing Bear a été invité à se produire en solo pour le roi Édouard VII en Angleterre.

Après son retour à Pine Ridge, Standing Bear a été choisi comme chef de sa tribu. Toutefois, en raison de sa renommée en tant qu’interprète avec le Wild West Show, il a été recruté par les sociétés cinématographiques à jouer dans des films en 1912. Les mouvements en Californie, Standing Bear servi comme consultant pour le directeur Thomas Ince et joué dans les premiers films occidentaux tels que White Oak (Artisanat, 1921), le cyclone de la Selle (Weiss / Superior, 1935) et Union Pacific (Paramount, 1939).

Standing Bear a publié plusieurs livres au cours de sa vie à éduquer le public sur la culture Lakota et les politiques gouvernementales à l’égard de son peuple. Le premier livre de Standing Bear, mon peuple, les Sioux (1928), est avant tout une autobiographie soulignant sa jeunesse, Carlisle année, le Ghost Dance, et Wild West Show expériences.

– See more at: http://aktalakota.stjo.org/site/News2?page=NewsArticle&id=8883#sthash.JS5acI8I.dpuf

Publicités

Sarkozy: le retour du jet d’ail

SARKOZY

«Est ce que j’ai fait le bilan depuis deux ans et demi ? J’ai beaucoup réfléchi. Dans le panthéon de mes valeurs, il y a un mot très important, c’est responsabilité. Si j’ai perdu, c’est ma responsabilité […] Source 

Sarkozy pue de la bouche… Mais il est loin d’être le seul. La politique est maintenant obsolète… Inutile, bavarde, vantarde, menteuse, irréaliste, pompeuse… Les valets des valets des marchés financiers mondiaux.

Sarko est bavard-roi.  🙂

Il sort de la laine de sa bouche, comme si on pouvait se tricoter un avenir avec un mouton de la finance internationale.

Rêve-je?

 

Pendant que…

Soyons sérieux! Pendant qu’on épluche la forêt amazonienne – poumon de la Terre -, pendant qu’on éventre les sables bitumineux de l’Alberta, pendant que le néolibéralisme du monde des affaires se gorge de l’ignorance des citoyens, pendant que l’on discute d’environnement à New-York, pendant que L’EI menace le « monde »…  Tout pend. On reporte à plus tard la beauté de la Vie.

Il faudra une révolution pour déloger cette fringale de l’or, du nouvel esclave « dépaysé » pour anéantir la folie meurtrière.

Nous sommes responsables d’élire et de cautionner la somme des menteurs, des fraudeurs, ces prêtres-politiques des pays en voie de dégringolade.

Il faudra s’unir pour les diviser…

Agrandissons la Terre!  

À travers tout ce charabia « historique », ces passages de gentilés mondialistes boursouflés, ignares, la Terre est en train de se composter. L’impérialisme est maintenant aux mains d’invisibles cravatés. Mais nous compostons lentement… C’est la naissance du citoyen-déchet, décervelé, bombardé, vassalisé, qui  sert à nourrir une « masse monétaire » qu’on NE PEUT PAS MANGER.

La foi ne soulève plus les montagnes, seulement les courbes de Wall-Street.

Il faut cesser de croire aux pantins, comme des enfants devant une représentation de marionnettes aux théâtres de nos étés.

La « bonne nouvelle », c’est que rien ne change réellement. Si Sarkozy est un messie, il en est d’autres qui ont des projets de 10 ans, 20 ans, 30 ans.

Comme si la Terre était une maison que l’on pouvait agrandir…

On a les téléphones intelligents, les vestes intelligentes, les cuisinières électriques intelligentes, les laveuses intelligentes.

Sapristi! Il ne manque plus que les politiciens.

Alors, l’avenir, c’est de les remplacer par un super ordinateur qui réglera tout ça. Les ordinateurs ont des failles, mais il ne savent pas mentir. Comme les politiciens….

Gaëtan Pelletier , sept 2014

 

En sus:

Aussi, il suffit de parcourir nos villages pour voir qu’un grand nombre de fermes ont disparu, les hangars ont été transformés en abris à caravanes et les étables sont vides et parfois même réhabilitées en habitation ou en gîte… Les paysages ont même été transformés par les remembrements imposés par les chambres d’agriculture au nom de la rationalisation, la destruction des talus et le rassemblement des petites parcelles ont préparé la mort des petits paysans incapables de suivre le rythme de cette course effrénée et sans limite à la production intensive dans des champs qui peuvent atteindre des centaines d’hectares. 

Le grand Monopoly de l’industrie capitaliste agricole

Comment marchés financiers et multinationales accaparent aussi les mers et les océans

Les formes de luttes sont diverses face à des menaces elles-aussi très variées. La construction des grands bassins aquacoles, d’industries extractives ou de grands projets hydroélectriques concourent à saper les écosystèmes. Au Nigeria, les pêcheurs essaient d’intenter une action contre la société pétrolière Shell concernant la pollution de leurs zones de pêche. Au Venezuela, les organisations de pêcheurs ont obtenu une loi interdisant la pêche avec des chaluts de fonds. Face à la menace que l’accaparement des mers fait planer sur la sécurité alimentaire, la résistance s’organise en faveur de droits collectifs pour les pêcheurs.

Agrandissons les mers….

 

 

Le bonheur haut de « game »: Do ré mi fa sol la Si bé rit

vieillissement-de-la-population

Il est possible de prendre sa retraite à 55 ans, dit Gaëtan Veillette, planificateur financier au Groupe Investors. « Il faut toutefois avoir une discipline de fer, puisqu’il s’agit là d’un objectif très ambitieux », dit-il.

Il donne l’exemple d’un travailleur ayant un revenu net après impôt de 27 548$ et qui épargne entre 25 et 55 ans. Il devra avoir épargné au total près de 650 000$, ou environ 800$ par mois, s’il compte se retirer du marché du travail et vivre selon le même niveau de vie jusqu’à 90 ans.  ( Souche ) 

***

En 1939, on riait en moyenne 19 minutes par jour. 
4 minutes en 1982 
2 minutes en 2006.  
🙂 
En 2014 on LOL… 

gp

***

Les planificateurs devraient être internés à Sobibor… L’écart entre la réalité et les  « idées » analystes financiers est un Grand Canyon.

90 ans? Eh! Monsieur! Nous en avons des 90 ans…Ils sont parkés dans des boîtes à sardines kitsch ou la couleur des pilules correspond à la couleur des murs, des rideaux, et l’arsenal délicieux de Big Pharma. Full color! Psychédéliquement ridés. Comme la Rolls-Royce de John Lennon. Plusieurs marchent à roulettes et d’autres… pas ( bon, pas un jeu de mots) du tout!

La génération ZZZZZZZZZ

La grande plaignardise, en ce moment, est de dire que les baby-boomers ont tout eu. C’est mal connaître les baby-boomers d’après guerre ( 39-45) qui vivaient sous le régimes de parents pauvres, encore attachés aux petites terres ou au petits emplois de « survivalistes » obligés. Nous mangions à notre faim, du bon pain blanc, des fèves au lard, du macaroni pauvre, lové en foetus, mais gonflé à l’eau et au jus de tomate. J’oubliais l’oignon…  Et pour les loisir, il fallait aller nager à la rivière, sortir l’hiver sous des froids si sibérien que nous enfouissions nos pieds dans le four du poêle à bois pour dégeler nos orteils. Quant aux skis, mon oncle Urbain m’en avait fabriqué une paire. Mais il n’avait pas de monte-pente. Le monte-pente c’était nos genoux. Il fallait grimper la petite montagne 20 minutes pour descendre trois minutes. Pas de casque… Pas de bottes… Des bâtons et des skis coupés à même les branches toutes croches et cornues.

Si j’avais su ce qu’était un psy, à l’époque, … je n’y serais pas allé.

Puis le soir, avant d’aller au lit, nous allions marcher dans les ruelles du village pour rencontrer des filles. En ce qui concerne le « sexe », si tu voulais voir un sein, il fallait fermer les yeux. Pour le reste, comme les tapis que ma mère tressait pendant des jours avec des vêtements taillés en lanières, recyclées, il fallait tout faire à la main. Après, il fallait avouer ses péchés dans un confessionnal: sorte de cabine téléphonique pour parler à dieu, alors que nous parlions à un prêtre. Après on se purgeait aux prières. Puis, les hormones affolées, on retournait aux tapis…

Un vrai massacre: il fallait bouger pour vivre… Les jeux n’étaient pas inventés… Il fallait les inventer. Comme mon ami Raymond,  qui avait la manie d’inventer de mauvais coups, il avait créé une bombe artisanale que nous avions lancé un jour sur la foule sortant de l’église.

Le décalage 

Tout cela est un problème de société. Tout ce qui nous arrive, tous ces vieux « envillagés », ces jeunes qui s’en vont à l’or des grandes cités pour devenir artistes, fonctionnaires, est dû à un décalage créé par les nouveaux administrateurs: ils ont artificiellement modifié l’âge actif à l’âge de la retraite en créant de par le système d’éducation un prolongement inutile des études.  Dans bien des cas… De sorte qu’ils commencent à travailler vers l’âge de 30 ans, et le temps de s’acheter un abris à 300,000 $, ils décident, une fois « carriérisés » de bâtir la chose la plus merveilleuse au monde: un enfant.

Beaucoup avaient alors de petites entreprises qu’ils vendaient à 50 ans pour prendre leur retraite. Les petites entreprises familiales et LOCALISÉES, ont fini par disparaître de par les monstres de la mondialisation.

Le temps des roses  

Quand t’as 20 ans, 30 ans, Mon Dieu  que t’es beau! Ouah! T’as la chair aussi luisante que celle d’un bébé, des hormones à injections naturelles, des muscles, des formes, des projets pour cent ans. Tu pètes le feu! Et tu veux répéter le feu!  Et ça continue comme ça, jusqu’au moment où ton corps commence à avoir des ratés. Si t’es chanceux… T’es vivace! Tu changerais le monde. Et ON T’EMBAUCHE pour le changer.

Et voilà ce que ça donne… Bobby Boomer Latrimouille vient de se faire avaler par sa propre dégénérescence alliée à la dégénérescence des sociétés. Il bouffe de l’avoir et du McDo. C’est cool! Et voilà qu’à 50 ans, déjà, plusieurs commencent à flétrir et à courir au pas de loi. Comme le nazisme détourné mais par des élus.

Tu bouges pas? Ils te font des terrains de soccer si tu votes pour eux? Tu veux « tous »être artiste, comédien, chanteur, poète, écrivain, mais mieux encore: administrateur et conseiller en « futur ».

The end

Eh! oui! Nous sommes tous un peu kapo. Nous voulons survivre. Mais nous avons vendu notre meilleur instrument de survie: notre être. Et nos valeurs sont dans un garage. Et les cerveaux transformés en garages pour ingurgiter tout ce qui est en solde. De sorte que tous les garages d’un pays contiennent sans doute autant d’outils que dans les magasins à grande surface.

Hier a eu lieu l’enterrement de Liberté 55.

Aujourd’hui ont lieu les funérailles de Liberté 67.

Demain auront lieu les funérailles de Liberté 75.

Mais c’est pour ceux qui seront encore vivants… Les morts n’ont pas de retraite. et ne sont pas comptabilisés.

L’heure est la planification… L’hyper planification. Par des spécialistes… Étonnamment, vous les payez pour vous préparer une retraite « précoce », et ils ne sont pas assez compétents pour vous la « fabriquer ».  Et quand vous leur téléphonez pour vous plaindre, ils ont un numéro dans le Sud-paradisiaque.

50% de la masse monétaire mondiale serait dans des paradis fiscaux. C’est donc dire que certains peuvent vivre sans effort jusqu’à 400 ou 500 ans…

À condition qu’ils ne prennent pas un conseiller pour prendre leur retraite.

Le diable emporte la rose et la poésie! On est devenu froids et congelés. Brrr!

La famille Trapp 

Il faut ajuster son « bonheur » aux nouvelles couleurs sociales et « chantelières ». La famille Trapp est devenue la famille trappe.

Elle a son air nouveau nouvel ère.

Do, il a bon dos

Ré, rayons de magasins

Mi, l’ami est sur Facebook

Fa, on fa ce que l’on peut

Sol, sous-sol de la maison ( pas payée)

La, l’endroit où est la banque

Si, si ait le temps de vivre

do ré mi fa sol la Si  

bé 

rit… 

13 secondes…

Gaëtan Pelletier

Entre 1947 et 20….

Spécial de la sortie: la partition du bonheur :  « Il a bon dos ».

Oscar-Hammerstein-II-Richard-Rodgers-Do-le-do-il-a-bon-dos Partition gratuite

Nouvelle étude : les « conspirationnistes » sont sains ; les suiveurs des gouvernements sont fous, hostiles

Pa

Par willsummer

Par Kevin Barrett et HSN, le 12 juillet 2013

De récentes études de la part de psychologues et sociologues aux USA et au Royaume-Uni suggèrent qu’à l’inverse des stéréotypes des médias mainstream, ceux qui sont étiquetés « conspirationnistes » apparaissent plus sains que ceux qui acceptent les versions officielles des événements.

L’étude la plus récente a été publiée le 8 juillet par les psychologues Michael J. Wood et Karen M. Douglas de l’Université de Kent (Royaume-Uni). Intitulée « What about Building 7? A social psychological study of online discussion of 9/11 conspiracy theories » (Et pour le Bâtiment 7? Une étude socio-psychologique de discussions en ligne sur les théories de la conspiration autour des attentats du 11 septembre 2001, ndt), l’étude faisait la comparaison entre les commentaires « conspirationnistes » (pro-théorie de la conspiration) et « conventionnalistes » (anti-conspiration) sur des sites web d’information.

Les auteurs ont été surpris de découvrir qu’il est maintenant plus conventionnel de laisser des commentaires soi-disant conspirationnistes que conventionnalistes: « Sur les 2174 commentaires recueillis, 1459 furent définis comme conspirationnistes et 715 comme conventionnalistes. » En d’autres termes, parmi les gens qui commentent les articles d’information, ceux qui ne croient pas aux explications gouvernementales d’événements tels que le 11 septembre ou l’assassinat de JFK dépassent en nombre ceux qui y croient par un facteur de plus de deux contre un. Ceci veut dire que ce sont les commentateurs pro-théorie de la conspiration qui expriment ce qui est reconnu comme la sagesse populaire conventionnelle, tandis que les commentateurs anti-conspiration deviennent une minorité isolée.

Peut-être parce que leurs opinions soi-disant mainstream ne représentent plus la majorité, les commentateurs anti-conspiration ont souvent témoigné de la colère et de l’hostilité: « L’étude… a démontré que les gens qui favorisaient la version officielle du 11 septembre étaient en général plus hostiles quand ils essayaient de convaincre leurs opposants. »

De plus, il s’est avéré que les gens anti-conspiration étaient non seulement plus hostiles, mais fanatiquement attachés à leurs propres théories de la conspiration. Selon eux, leur propre théorie pour le 11 septembre – une théorie de la conspiration affirmant que 19 Arabes, aucun d’entre eux ne sachant piloter un avion efficacement, ont perpétré le crime du siècle sous la direction d’un mec sous dialyse dans une caverne en Afghanistan – était indiscutablement vraie. Les soi-disants conspirationnistes, par contre, ne prétendaient pas avoir de théorie expliquant complètement les événements du 11 septembre: « Pour ceux qui pensent que le 11 septembre était une conspiration du gouvernement, l’attention ne se porte pas sur la promotion d’une théorie en particulier, mais sur le démontage de la version officielle. »

Bref, cette nouvelle étude par Wood et Douglas suggère que le stéréotype négatif du conspirationniste – un fanatique hostile scotché à la vérité de sa propre théorie personnelle marginale – décrit avec précision les gens qui défendent la version officielle du 11 septembre, pas ceux qui la contestent.

De plus, l’étude a démontré que les soi-disants conspirationnistes discutent du contexte historique (tel que voir l’assassinat de JFK comme précurseur du 11 septembre) plus que les conventionnalistes. Elle a également découvert que les soi-disants conspirationnistes n’aiment pas se faire appeler ainsi, ou « théoriciens de la conspiration ».

Ces deux découvertes sont amplifiées par le nouveau livre « Conspiracy Theory in America » (La Théorie de la Conspiration aux USA, ndt) écrit par le politologue Lance DeHaven-Smith, publié plus tôt cette année par University of Texas Press. Le Professeur DeHaven-Smith explique pourquoi les gens n’aiment pas se faire traiter de « conspirationnistes »: le terme fut inventé et fait circuler par la CIA pour critiquer et railler les gens qui demandaient des comptes sur l’assassinat de J.F. Kennedy! « La campagne de la CIA pour rendre populaire le terme « théorie de la conspiration » et l’adhésion à de telles théories la cible de railleries et d’hostilité doit, hélas, recevoir le crédit d’avoir été l’une des initiatives de propagande les plus réussies de tous les temps. »

En d’autres mots, les gens qui se servent des termes « théorie de la conspiration » et « conspirationniste » comme insulte le font comme résultante d’une conspiration réelle, largement documentée et incontestée par la CIA pour étouffer l’enquête sur l’assassinat de JFK. Cette campagne, au fait, était totalement illégale, et les agents de la CIA impliqués sont des criminels; la CIA n’a pas le droit de mener des opérations domestiques, mais enfreint régulièrement la loi pour ce faire dans des opérations domestiques allant de la propagande aux assassinats.

DeHaven-Smith explique aussi pourquoi ceux qui doutent des explications officielles de « crimes importants » sont enthousiastes pour discuter du contexte historique. Il souligne qu’un grand nombre d’affirmations de conspirations se sont avérées être fondées, et qu’il semble y avoir des liens forts entre beaucoup de « crimes de l’état contre la démocratie » encore irrésolus. Un exemple évident est le lien entre les assassinats de John F. Kennedy et son frère Robert F. Kennedy, qui ont toutes deux pavé le chemin de présidences qui ont continué la guerre du Vietnam. Selon DeHaven-Smith, nous devrions toujours discuter des « assassinats Kennedy » au pluriel, parce que les deux meurtres semblent être des aspects du même crime plus large.

La psychologue Laurie Manwell de l’Université de Guelph est d’accord pour dire que l’étiquette « théorie de la conspiration » conçue par la CIA dérange les fonctions cognitives. Elle souligne, dans un article publié dans American Behavioral Scientist (2010) que les gens qui sont anti-conspiration ne peuvent pas penser clairement à propos de tels crimes apparents contre la démocratie que le 11 septembre à cause de leur incapacité à gérer des informations en conflit avec une croyance pré-établie.

Dans le même numéro de ABS, le Professeur de l’Université de Buffalo Steven Hoffman ajoute que les gens anti-conspiration sont typiquement la proie d’une « forte tendance à la confirmation » – c’est-à-dire, ils recherchent des informations qui confirment leurs croyances pré-établies, tout en se servant de mécanismes irrationnels (tel le label « théorie de la conspiration ») pour éviter des informations conflictuelles.

L’irrationalité extrême de ceux qui s’attaquent aux « théories de la conspiration » a été aptement exposée par les Professeurs en communication Gina Husting et Martin Orr de Boise State University. Dans un article de 2007, lu par la communauté scientifique et intitulé « Dangerous Machinery: ‘Conspiracy Theorist’ as a Transpersonal Strategy of Exclusion » (Machinerie Dangereuse: ‘Conspirationniste’ comme Stratégie Transpersonnelle d’Exclusion, ndt), ils ont écrit:

« Si je vous appelle conspirationniste, cela importe peu que vous ayez réellement affirmé qu’une conspiration existe ou que vous ayez simplement soulevé un sujet que je préfèrerais éviter… En vous étiquetant ainsi, je vous exclus stratégiquement de la sphère où la parole, le débat et les conflits publics prennent place. »

 

Mais maintenant, grâce à l’Internet, les gens qui doutent des histoires officielles ne sont plus exclus de la conversation publique; la campagne de la CIA vieille de 44 ans pour étouffer le débat en utilisant la raillerie « conspirationniste » est usée jusqu’à la corde. Dans les études académiques, comme dans les commentaires des articles d’informations, les voix pro-théorie de la conspiration sont désormais plus nombreuses – et plus rationnelles – que celles qui sont anti-conspiration.

Pas étonnant que les gens anti-conspiration ressemblent de plus en plus à des cinglés hostiles et paranoïaques.

Source : presstv.ir

oulala.info

r

Pièce en trois actes: Le retour des messies! Mais si…

1920197_738753232810001_421977945_n
 
Il est des nôtre 
Il Abu son verre comme les autres… 
Chanson à boire 
« Eh bien, capitaine, avez-vous bien dîné ? — Fort bien, monsieur, sauf la merdre. — Eh ! La merdre n’était pas mauvaise. »
Ubu roi

Le retour du Messie 

Pièce en trois actes.

Intrologie 

Le valet entre dans la pièce en hurlant:

– Sa saigneurie! J’ai trouvé ce que veut le peuple.

– Ah! Et que -t-il veut?

– Pardon, que veux-t-il?

– Un messie. Un icône plastique, capable de parler de par les conseillers, dont je suis,  c apable de transmettre des messages aux fins de conduites du pays vers un Pays B mirobolant, pardon miloborant… Un caniche de faïence made in China et s’il le faut, dans un pays d’Afrique ayant quelques affinités avec nos aspirations communes. Une porc-celaine. Un Vassilateur, un vassaliseur, ou vasalisateur,   bavard de la langue et silencieux de l’esprit.

– Mais où dénicher un tel prodige?

– Monsieur le DG , l’argent est le photoshop des institutions modernes.

– Stop! Vous n’êtes qu’un conseiller: écrivez-moi cette phrase que je la passe dans un interview.

– Soit! Mais j’exige une compensation.

– Ah! Et combien?  Je n’ai pas dit laquelle… C’est moi le subtil.

– 1$ US le mot…

– Vous êtes avide.

– Soit, mais efficace…

– Quel est votre plan?

ACTE 2

Le conseiller se penche sur la mappemonde du monde pendant que le DG soupire.

Au delà des horizons lointains, à travers les mirage mirifiques, se dessinent les collines flamboyantes des richesses du monde, remplies de toutes les trésors : or, sang, argent, cuivre et hamburgers.  ( bon! fini la petite lingerie de poésie, allons droit au but)

– Et qui vous fait dire qu’il acceptera notre plan.

Le conseiller arbora un sourire harvardien.

– Connaissez-vous la différence entre un chasseur d’élans et un politicien pieux?

– Pas vraiment…

– La grosseur de l’arme et sa prétendue capacité à contrôler et à détruire tout ce qui lui paraît sauvage, différent, bête… Au début il se renfrogne un peu. Car c’est une homme, à la base, ou une femme à la basse – ça dépend du groupe rock -, qui est bon mais qui finit dans un moule.

– Mais il faut qu’il soit bête…

– Vous avez tout compris! Un missionnaire planétaire armé. Que Dieu ait son arme! …  Il faut d’abord enseigner au peuple l’Histoire du bien et du mal  par le biais du système scolaire. Il faut faire de chacun d’eux un gonflé à bloc. L’État est une religion et les citoyens des gens prêts à aller à toutes les messes que nous offrirons. D’abord, il lui faut se faire amis avec des amis qui ont besoin d’amis. Des amis pétroles, d’anciens amis, des points G, des femmes, etc. Un homme qui enjôle est un homme qui enjôle les autres. Un séducteur Pinocchio.

Il faut tramer, Monsieur DG, il faut tramer, inventer, sculpter des complots. S’il le faut on le fera faussement assassiner. Tous les gens effrayés du terrorisme iront se cacher derrière un nez. Nous aurons un nez d’avance.

– Parfait.

  ACTE 3 

Pendant son règne de 4 ans. 72 moi. Le prêtre de la finance conduisit son peuple à la perte. Mais le DG se porta bien. Il fit venir le conseiller et lui demanda quelques explications.

– Je vais tenter de résumer. J’ai étudié Shakespeare à Yale… Alors, faites-moi confiance.

Nous avons fait assassiner un de ses collaborateur financier sous prétexte qu’il était un dictateur. Peut-être l’était-il, mais peu importe. Pourvu que ça marche. Nous lui avons fait passer une loi qui permettait d’investir dans des paradis fiscaux, de sorte qu’en reprenant vos actifs, les paradis fiscaux ne touchaient pas à votre fortune. Nous avons blanchi de l’argent en accord avec certains trafiquants et investisseurs-blanchisseurs. Nous leurs avons fourni des armes de haut calibres … En revanche. Nous avons ensuite falsifié les preuves concernant l’assassinat de l’une des leurs par personne interposée moyennant une signature d’un falsificateur génial qui est décédé à la suite d’une surdose de cocaïne. Puis nous lui avons créé des maîtresses, dont une femme de chanvre, – héroïnomane par infusion de drogues  par des procédés « propres », en payant une infirmière, morte dans un bête accident de la route avec une voiture trafiquée: les freins cessaient de fonctionner au moment où apparaissait un camion lourd en sens inverse. Le système était ensuite catapulté dans l’ionosphère. Ni vu, ni connu.

– Sublime! Vous méritez une augmentation.

Le conseiller, satisfait, quitta le bureau. On le retrouva suicidé avec une lettre de renvoi vu son accusation à un complot pour terrorisme d’État.

Épilogue ( si je me souviens bien…) 

La femme du conseiller, une superbe mulâtre, aux fessiers protubérants, entra en souriant dans le bureau du DG. Il l’embrassa et lui donna les 4 nouveaux passeports pour une île regorgeant de palmiers, aux eaux bleus, aux vagues langoureuses et lui promit une visite prochaine.

7 jours plus tard, on retrouva la famille égorgée dans une luxueuse demeure appartenant au politicien aux nombreux scandales.

Le DG fit alors passer une annonce demandant un conseiller pour une compagnie aux tentacules multiples.

Un jeune candidat, issu de Harvard, tiré à quatre épingles se présenta.

– À part vos distinctions,  à quoi vous adonnez-vous  comme hobby.

– Je suis marchand d’art, et j’adore la littérature, l’Histoire, et les biographies.

– Ah! ça. Je vous avoue que c’est unique: les biographies. Je vous engage à condition que vous écriviez la vôtre à la fin de votre vie…

( sourires)

Gaëtan Pelletier

10 mars 2014

La vie tumultueuse de Marc Handise

Dicto: je s’aime à tout vendre

(Je viens de créer une « citation ». )

****

-Selon un rapport qui a été publié l’été dernier, l’élite mondiale a jusqu’à 32 milliards de dollars planqués dans des banques offshore autour de la planète.

-Il est estimé que l’ensemble du continent africain possède seulement environ 1 pour cent de la richesse totale du monde. Source

***

La finale économique de Beethoven : Boom! Boom! Boom! Boom! 

Dire qu’il en est est qui se fouettent pour accéder à une sorte de « nirvana » religieux! …  On a qu’à lire les « nouvelles ». C’est suffisant pour avoir la peau  écorchées  comme un futur saint.  Le cravaté, propre comme un saoul neuf, à genoux devant le PIB, disait que les gens de la planète, malgré l’enrichissement en entonnoir dans la richesse de quelques uns, AVAIT PROGRESSÉ.  Ce qui signifierait que les riches répandent leur richesse et améliorent la vie des pauvres. En mondialiste dans le terme… En français dans la bouche-bée!

Ça à l’or!…

Et la « bulle » à nouvelles sort ses deux langues pour en rajouter: il y a 22 millionnaires de plus en Indonésie. Et quelques milliardaires de plus en France. On ne parle pas du Canada.

La belle symphonie!

Mais il faut donner un coup de pouce au cerveau ou bien un coup de pied, parce ce que ceux des économistes sont à l’envers: ils ont le cul dans le cerveau.

Si l’Indonésie a amélioré ses conditions de vie, c’est parce que les riches ont volé les terres et ont fait des gens de petits salariés. Alors, ils ont de quoi manger. Du moins pour certains. Car plusieurs vendent leurs reins à des malades des pays « développés ».

Désaveuglons nous! Je me ré-explique: avant ils avaient des terres, des forêts, des rivières, de l’or, bref, tout métaux précieux servant à la fabrication de ces merveilles tactiles. Le canola en monoculture, et la télévision par satellite en monoculture. Avant, il ne leur manquait qu’une petite organisation pour améliorer leur sort.

Mais, sont venus les Big-Bang de la globalisation….

Pendant ce temps au pays des vermeilles

Pendant ce temps, au pays des vermeilles, le Canada est le deuxième plus grand consommateur d’antidépresseur de la planète. Alors, notre « French Canadian », Marc Handise  se serre la ceinture au point de relier son prénom et son nom: MarcHandise.

Il y a eu 9 suicide dans les forces armées canadiennes en quelques semaines. À croire que l’armée canadienne fait plus de victime dans son propre pays qu’à la guerre.  Et pourtant, le Canada ne défend pas son pays… Il suit le petit sac brun étasunien, prix Nobel de la paix…

La maison bleue 

Au temps où la Terre était grande, il y en avait pour tout le monde. Personne ne songeait à « avoir ». Nous parlons de répartition de richesses. Mais dans la petite maison bleue qui dépasse cette créature bien étrange dite à l’image de « dieu »,  il en est qui veulent tout.

C’est comme si les enfants du monde voulaient tous les seins des femmes qui habitent ce monde. Mais bien plus encore: acheter les femmes pour leurs seins. La nourriture des riches est bien étrange! Il y a comme un vide d’amour  et d’empathie, de foi louche,  à la fois surprenante et inquiétante.

Tout! Oui. Tout. Tout. Tout.

Un drôle de progrès

On peut bien se rebeller contre le fait que l’on tue des animaux pour manger. C’est ce que font les Nénètes en Sibérie, et il n’y pas si longtemps les Marc Handise du Québec pour survivre.

C’est bien cruel!…

Mais ce qui l’est encore plus c’est d’utiliser les humains fabricants de marchandises à touts les « foi » pour le détruire. Car il est détruit par la foi en un système qui « améliore sa vie ». Ah!

Je sais. Je suis au chaud pendant que dehors il fait -22 C.

Il faudra un Einstein centré vers le développement humain plutôt que sur la matière. On ne mange pas de E=mc2.

Alors que faut-il pour être « heureux »?

Justement, les riches ont trouvé la formule: vous faire croire qu’ils le sont et que tout va bien.

Le garage

Si la Terre est un garage, mon garage est la Terre.

En y entrant, je me suis dit que j’avais ramassés tant de « biens » inutile que ça me faisait mal de le regarder: Car j’avais acheté  tout ça pour être « heureux ». J’ai eu envie de mettre le feu dedans un jour.

Mais, il suffit d’attendre… Il n’y a pas de pompiers pour les vues à long terme. Les politiciens passent, les riches meurent pauvres… Pendant ce temps, je suis pris avec mon garage. Au fond, j’essaye de raconter l’histoire de quelqu’un, mais je suis Marc Handise.  Et j’ai peiné longtemps sans comprendre. Je n’apporterai pas mon micro Shure 57, mais au moins, j’aurais compris.

Terra-hôpital 

On apprend beaucoup des imbéciles. Le Québec dépense présentement 40% de son budget dans le « domaine » de la « santé ». On prédit qu’en 2030 il en dépensera 70%.

À ce que j’ai pu constater, il n’y a pas un imbécile de médecin, de politicien, d’économiste pour nous tracer un raccourci de notre « progrès »… Il n’y aura plus que des malades et des « spécialistes » de la « santé »… C’est de la mathématique des enfants de six ans: Si t’as dix billes et que t’en donne 7, combien t’en reste-t-il pour « jouer » à la vie?

À ce rythme là, en 2040, les infirmières construiront des hôpitaux dans leurs temps libre. Mais ce qu’elles ne savent pas, c’est qu’elles seront malades… Mais il y aura toujours des médecins, des conseillers financiers, des économistes pour les rassurer.

Et devinez qui sera le chef de chantier, le PDG, le Premier Ministre, Le Président – car on aura réuni toutes ces tâches en une seule pour … « économiser -,

Marc Handise JR

Gaëtan Pelletier

22 janvier 2014

L’humanisme synthétique

$T2eC16JHJGIE9nnWph6PBRVh1qG(7!~~60_3

Plus une société est évoluée, moins elle sourit.

Karl Heins Steiner

***

La Terre est devenue un énorme Bus dans lequel tout le monde se fait dire: « Avancez en arrière ». Dans le documentaire Into Eternity  , on peut le « résumer ainsi »:

A l’ouest de la Finlande, sur la presqu’île d’Olkiluoto, des ouvriers s’affairent à creuser un immense trou de 450 mètres de profondeur, parcouru par cinq kilomètres de route.

Lorsqu’il sera terminé, en 2020, l’industrie nucléaire finlandaise commencera alors à y enterrer des milliers de tonnes de déchets radioactifs. Et quand cette besogne sera à son tour achevée, 100 ans plus tard, la cavité sera scellée et devra rester inviolée pendant 100 000 ans. Source

C’est le progrès! Le gros, le clinquant, l’affriolant. Quand on coupe une tête de coq avant de le manger, il continue de vivre un peu en s’agitant de soubresauts, comme s’il fêtait les derniers sursauts de sa vie.

Et c’est un peu comme ça que nous vivons…  Comme  le rêve de  John Lennon:

Maybe I am a dreamer 
But I am not the only one 
I hope someday … 
 

L’humain est « profondément » croyant au point de tuer les autres pour son « propre » dieu. Comprenons que la grande vague humaine, parvenue à 7 milliards d’humains, n’échappe pas à la bêtise humaine: elle la multiplie et l’amplifie. Et on a les outils pour les étaler.

On est assis dans nos petits foyers, à voter pour rêver… Quand on sait que la politique est devenue une agence de gros bras, « croyants »,  à la solde des DG silencieux. Le pouvoir a été numérisé.

Le nazisme numérisé 

La NSA est reconnue « légale ».  : pour le juge new-yorkais, « il n’existe aucune preuve que le gouvernement ait utilisé la collecte massive de métadonnées téléphoniques à d’autres fins que de prévenir et d’enquêter sur des attaques terroristes ».

C’est l’histoire du Petit Chaperon rouge et du grand loup.

Hitler avait qualifié son intervention concernant les juifs « d’hygiène de la race ». Pour la « pureté « étasunienne, c’est devenue  » protection de la démocratie ». Si le chancelier de l’Allemagne d’alors rêvait d’un règne de 1000 ans, les États-Unis en rêvent autant. Mais avec leur perversion pour la finance paradio-fiscale, étendue dans le monde, l’appauvrissement continu est en train de bouffer ce qui nourrit les peuples.  Et qui sait, si au fond, ce n’est pas une forme d’eugénisme pire que celle de l’anéantissement d’une race mais d’un « amaigrissement » de la population terrienne?

Oui, nous voilà un peu les yeux cernés par le travail, la vie « culbutante » ,  et le grand rêve de parfaire l’humanité. On disait: « Anéantir la pauvreté ». Mais c’est d’elle qu’on se sert, et c’est d’elle – et de plus en ce cher système scolaire à la Goebbels pour rendre les gens idiots mais diplômés – qu’est détournée la petite richesse et la pauvreté.

Le Vatican  svastika

Ce symbole est notamment utilisé en Asie dans la symbolique jaïnehindoue et bouddhique, en Chine pour symboliser l’éternité et dans l’Asie bouddhiste. svastika

Le Vatican a créé sa fortune sur l’espérance des pauvres. C’était la loterie de l’époque… Et la scène du pape qui veut que l’on prie pour la paix en ce monde est une autre arnaque. C’est bien attendrissant et grandiose. Les gens adorent le grandiose. Justin Bieber est grandiose. Great!

L’Éternité est une notion qui nuit grandement au quotidien. L’éternité et la foi de la science, l’éternité de la race humaine, etc. L’éternité c’est aussi la bêtise d’une fixitude contraire à la vie, puisque toute cette vie n’est que changement.

Nous nous éclairons à l’énergie nucléaire et nous croyons être « allumés ». Nous vivons sur des dettes, mais nous croyons être riches. On a les moyens de se payer 15 ou 25 paires de souliers pour la fantaisie. COMME SI ACHETER ÉTAIT UN ART! Et cette fantaisie est souvent, – ou toujours – , issue de la crève des travailleurs des pays pauvres qui cherchent à fuir la pauvreté en se noyant… Normalement, on devrait vivre où l’on est né, vivre sa culture, et ne pas être flambé par des compagnies qui veulent le sol, le sous-sol, et l’argent du beurre.

Robin des bois nucléaire 

Il a viré la matière à l’envers. Tout fier. Il prend au pauvre pour donner aux riches. Ce squelette plastifié, désâmé, est une poupée  à laquelle nous nous collons, faiblards, « décolonnevertébralisés ». Il nous a vendu du poison pour nous nourrir d’un certain luxe.

Le cadeau 

Puisque vivre a une fin – du moins vivre ici – , la magie de la Terre, son mystère, ses créatures, la beauté et la bonté des gens simples, intègres, ne finissent pas de me ramener à l’enfance:  plus j’écris, plus je regarde, plus je comprends, plus je suis muet. Et plus je comprends qu’on ne peut plus traduire cette beauté en mots plus je cherche – comme vous tous vous cherchez – à traduire les petits frissons, les grandes passions entre les êtres et la Nature, entre les êtres et les êtres.

Et s’attarder à cela, c’est lutter contre cet humanisme de plastique auquel on nous crucifie chaque jour. C’est désolant de « constater », le « saisir » avec son cerveau. C’est à la fois une nécessité et un un « nécessaire travail ». Tout le monde aimerait davantage vivre en paix, jardiner, élever des enfants de l’avenir, et ne pas rêver qu’ils soient des cerveaux achetés par le MIT ou Harvard, mais de gens simples qui ont compris que ce monde est un cadeau, une richesse infinie, avec une créature délabrée, questionnant à chaque jour ses valeurs, ses principes, sa provenance, son but, arrosée de trop d’orgueil qui a besoin de limer son être pour être.

Donner son âme à un dieu, « soi-disant spirituel » ou laïque est déjà une fin en soi. Le riche mourra sans rien emporter… Même si ce crétin a tout pris.  C’est une poupée plastique venue vous livrer un « message ».

La seule oeuvre d’art est d’être soi. Et la société est un musée qu’il faut visiter pour apprendre que tout art n’est pas figé mais mouvant. La mort est une certitude. C’est le vivant qui est inquiétant et méconnu.

Faut-il s’entre tuer et pleurer sur de grands tombeaux?

On fait présentement mourir trop d’humains abonnés à des poupées de plastique.  Ce n’est pas de votre millénaire qu’ils œuvrent, c’est pour le leur… Ne jamais laisser la vie entre les mains de ceux qui oeuvrent dans une fabrication habile de l’esprit.

Gaëtan Pelletier

28 décembre 2013