Archives mensuelles : janvier 2016

Le cure-dents de Dali

 

Marcher, c’est frémir un peu… Il n’y a de poésie que dans l’œil ouvert, le pas lent, et toute la beauté du monde. Même celle qui fait un peu douleur. Entre l’automne et l’hiver, quand la pluie a peur de mourir pour devenir neige, que les arbres souffrent, on reste béat.

Je ne sais pas ce qu’est « Dieu« . Je ne connais rien de toute cette beauté que personne ne pourra jamais analyser. Les universitaires ne font pas de doctorat au sujet du grésil, ni des pas des petites bêtes qui traversent les sentiers. Les mots sont parfois comme des dessins d’enfants pour tenter de traduire. Le grand langage est celui des émotions. Intraduisible. Trop grand pour être enfermé. Comme les nuages dans une cage d’oiseaux. Comme le vent à saisir dans une main. Comme une vie dans toutes les vies. Là, dans le silence, parfois traversé par un chant d’oiseaux, là où personne ne voit le spectacle, là où la pensée est étranglée – cette pensée toujours en action, torrentielle, brûlante par ses peurs, ses craintes de manquer de tout, du grand vide intérieur sculpté par les sociétés – là, il se passe tout dans ces lampions de glace.

Mourir ? On vend des paysages, des photos, des écrits, de la poésie, des chants… Mais dans ce tout lié, le sauvage aux dents d’or vous vendra bientôt les larmes des arbres. Qui donc a peur de mourir dans ce mouroir de craintes, de terroristes falsifiés par les petits Satan. Ne pas vivre décemment, ne pas avoir un toit, ne pas avoir cette aventure de l’esprit, ne pas avoir cette simplicité, mais seulement un « conte » en banque, c’est être mort depuis longtemps. Alors la mort, ou la peur de « disparaître » en ego a depuis longtemps cessé de me hanter. Et le premier amour est celui de soi. On ne peut aimer les autres sans s’aimer. Si la « culture » est livresque ou numérique, sans âme, c’est une faucheuse pire que la grande.

On rejoint la Vie à travers les autres, et les autres à travers la Vie. Les choses, les animaux, les plantes, la moindre et infime brindille. L’ultime point de rencontre n’est pas de comprendre au sens intellectuel, c’est qu’à un certain moment, il y a comme une illumination soudaine et incompréhensible avec une partie du cerveau. Il faut plus que des diplômes pour y arriver. Il faut plus que de la « littérature« . Il faut simplement être. S’accomplir et une lutte perpétuelle contre l’orgueil et la haine. C’est ainsi… Les arbres n’ont pas d’orgueil. Ils se couchent, meurent, subissent tous les sévices de la nature comme nous subissons tous ceux des sociétés qui nous ont fait accroire que nous serions à l’abri de tout.

Nous payons cher pour les armes qui font sauter les abris. Il n’y a jamais eu, dans toute l’Histoire de l’humanité, homme plus démunis, plus nu, ayant plus froid, plus peur, être plus craintif et déchiré dans son âme. Le « progrès » est une arnaque à laquelle nous participons tous. Le faux. Celui qui vous apprend qu’il y a plus d’ennemis que d’amis.

Je ne sais si dans 50 ans, il y aura encore des arbres. Ni même une abeille… Comprenez qu’en détruisant ce qui est et nous nourrit nous nous détruisons. Marchandiser la Nature à outrance est nous marchandiser. Nous en faisons partie. Et qui sait si le réel savoir ne vient pas d’elle ?

Gaëtan Pelletier
(texte et photos)
5 décembre 2013

Publicités

Quand le travail ne peut plus faire mourir personne

« Les travailleurs eux-mêmes, en coopérant à l’accumulation des capitaux productifs, contribuent à l’événement qui, tôt ou tard, doit les priver d’une partie de leur salaire.» LAFARGUE, Le droit à la paresse. (1)

« Regardez les oiseaux, ils ne sèment ni ne moissonnent, mais ils sont …abattus à coups de fusil » GP.

***

L’Humanité s’engouffre  dans une sorte de trou noir   d’une galaxie somme toute  petite   et  disparaîtra sans même s’en  rendre compte comme les mammouths . La destruction de la « qualité du travail » est tout simplement en train de le priver de ce qu’il possédait : le travail et le droit de vivre en accédant aux richesses qui sont siennes. Tout est dans la magie de numériser les vaches, les champs, et les arbres… Et le travail.

En Occident, tout le travail effectué – et on en redemande –  a réussi à créer quelques riches et à appauvrir et endetter les  citoyens « .  Les dieux poussent partout:  Crésus-Facebook, Crésus-Netflix, etc.  Un monsieur cravaté jusqu’aux sourcils ,vêtu d’un complet à la coupe impeccable et  muni de  4 diplômes,  disait que Netflix était une innovation géniale. Facebook également, ajoutait-il. Mais Facebook ne met pas de brocoli dans nos assiettes. C’est un .07 virtuel… On ne meure que deux fois… Au travail et au tombeau.

« L’infiniment » crise 

On a sorti le vieux mythe de la reprise économique  sans se soucier d’analyser vraiment qu’en épluchant cette orange bleue qu’est la Terre,  elle était vraiment plate: un jardin qui semblait infini, mais qui ne l’est plus . Avec la bêtise suivante: si personne n’a d’argent pour se faire flouer, on pourra continuer de  flouer quand même. La crise de 2008 semble avoir mis fin au réservoir planétaire. Au Moyen-Âge, les navigateurs craignaient de tomber au bout des océans. Maintenant, nous sommes en train de tomber au bout de nos ressources.

Dans cet immense et indéchiffrable brasier des  affaires débilitantes ,   il faudrait cesser de respirer pour donner tout l’air de ses poumons au travail. Souvent pour l’inutile…   Le travailleur est tordu comme une guenille   et implore au travail. Il y a des millénaires,  on courait les mammouths pour bouffer,  mais voilà que l’on court les colossales compagnies qui elles, également,  ont de sérieux problèmes. Et quand elles tombent , ces mammouths mondialistes écrasent  pays et  travailleurs.

Lorsque Bombardier a lancé le projet CSeries, le 11 juillet 2008, l’action de la multinationale québécoise valait 7,11 $. La capitalisation boursière de Bombardier s’élevait à 12,5 milliards de dollars.

Sept ans et demi plus tard, l’homologation de la CSeries est maintenant chose faite… Mais le titre de Bombardier a toute la misère du monde à se maintenir au-dessus de la barre de 1 $. L’action se négocie comme un titre de pacotille. Elle a fermé mardi à 1,01 $. La valeur de Bombardier en bourse? À peine 2,4 milliards. Michel Girard (3)

Les visionnaires « aveugles » 

Les hommes d’affaires sont-il des dysfonctionnels de la VIE réelle, des psychotiques aveugles ?  Un endoctriné avec un sang glacial liquide qui lui coule dans les artères et un cœur qui bat de par la conquête d’une armée d’esclaves?  Et parmi les nouveaux revenus  il a eu la charmante idée d’ inclure les réserves d’actifs naturels.    (2).La dernière trouvaille en matière d’exploitation. 

Non, le travail n’a jamais tué personne, mais il en a fait mourir plusieurs. Mais voilà qu’à en faisant mourir beaucoup, on aura davantage de « plusieurs ». Jusqu’à ce que cette culture de mammouths économique finisse par disparaître. Alors, on reviendra au  jardinage et aux petites bêtes à bouffer…. jusqu’aux insectes.

Gaëtan Pelletier

1- http://classiques.uqac.ca/classiques/lafargue_paul/droit_paresse/le_droit_a_la_paresse.pdf 

2- Avec les « réserves d’actifs naturels », la loi sur la biodiversité facilite la marchandisation de la nature(  Reporterre)

3- Bombardier au plancher, Journal de Montréal 

Image

Manège

12193358_459521257586834_8954515419796349760_n

Le chien voleur de toboggan

 

L’occident ou la fixation narcissique

Fethi GHARBI

Notre espèce semble atteindre son apogée, position privilégiée pour celui qui se donne la peine d’observer son parcours. Il ne peut alors que constater l’amorce de son déclin et l’approche probable de son éclipse.

Obnubilé par son narcissisme, l’homme moderne, ayant détrôné les dieux, s’est cru être en mesure de jouir de leurs privilèges. Ce nouvel homme-dieu aveuglé par l’illusion de l’éternité et de la sur-puissance, ne se rend même pas compte qu’il ne fait que rendre plus imminente sa propre extinction.

Si quelqu’un à travers l’histoire doit être qualifié de déicide c’est bien tous ces bâtisseurs de la modernité. Cependant, la mort de dieu n’a pas eu pour résultat la naissance de l’homme nouveau tant escompté, du surhomme dont rêvait tant et tant Nietzsche. En mimant grossièrement les divinités qu’il a cru évincer, l’homme moderne n’a fait qu’aliéner ses prétendues valeurs. En reprenant aux dieux leurs attributs, il se présente comme un médiocre plagiaire singeant pitoyablement celui contre qui il s’est révolté.

La modernité, au sens strict, commence avec l’abandon du divin et de la conception cyclique du temps. Mircea Eliade considère que les anciennes civilisations ont toutes en commun cette conception universelle du temps comme éternel retour du même. Cette représentation, prégnante dans la sagesse hindoue, se retrouve encore chez les stoïciens grecs. Elle procure un sentiment d’éternité, de stabilité et d’adéquation avec le monde. C’est seulement avec la naissance de la pensée judéo-chrétienne qu’apparaîtra la linéarité temporelle. Le temps devenu irréversible conduit l’humanité vers une finalité que dieu seul est en mesure d’en fixer l’échéance.

Mais avec la mort du divin se perd la notion de Fin des Temps, d’ascension et de rédemption finales. Le temps se déroule alors implacablement vide, devenant synonyme de mort puisque dénué de toute finalité. L’absurde du temps vide remplit l’homme d’une frayeur insoutenable. Ce dernier emprunte alors dans une attitude parfaitement mimétique la démarche du sacré qu’il vient d’abolir et s’invente une cosmogonie au beau milieu de laquelle il trône en maître absolu. Une folie narcissique s’empare à partir de la renaissance de l’homme blanc qui se présente à travers son récit mythique comme le seul dépositaire du savoir universel, excluant le reste des peuples de l’histoire et même de l’humanité. L’homme blanc n’est plus à l’image de dieu, il est dieu. En soumettant le reste des créatures à sa volonté, il dote l’histoire d’une finalité qu’il nomme « le progrès ». Il se précipite alors tête baissée dans une frénésie productiviste rimant avec une boulimie consumériste inassouvissable. En réalité, cette idéologie du progrès n’est en fait qu’une pseudo-sécularisation de la pensée chrétienne. La philosophie de l’Histoire conçue comme progrès ne fait que reproduire la démarche de la théologie chrétienne de l’histoire, à la seule différence que Dieu s’est fait homme (blanc) et que la spiritualité s’est faite matière. Ce nouveau Messie traînant les humains vers un futur radieux toujours fuyant, ne cesse de faire rêver nos esprits crédules malgré toutes les tragédies qui depuis presque deux siècles endeuillent notre course folle vers le bonheur. La « loi du progrès » devenant à la fois une nécessité historique et morale , relègue le passé dans la barbarie la plus noire et sacrifie le présent au nom de lendemains qui chantent. Hormis Nietzsche, la plupart des philosophes du 19eme siècle ont succombé aux charmes de cette idéologie. Des penseurs comme Marx et Engels considéraient respectivement que la colonisation de l’Inde et de l’Algérie était un mal nécessaire puisqu’elle permettait à des populations archaïques d’accéder au capitalisme et d’accélérer ainsi l’avènement de la révolution prolétarienne. Ainsi le colonialisme abject est gratifié d’une fonction progressiste historiquement nécessaire ! C’est dans ce même ordre d’idées qu’en 1956, le PCF votait en faveur des pouvoirs spéciaux légalisant ainsi la pratique de la torture contre les résistants algériens. Une bonne partie des communistes qui soutenaient le FLN ont été systématiquement exclus du parti.

La contradiction de la gauche est d’avoir cru au ’mythe du progrès’ qui est le fondement même de l’idéologie capitaliste. C’est ce mythe qui situe les sociétés humaines sur une linéarité prétendument historique et qui procède à une hiérarchisation épistémique et ethnique favorisant toutes les formes d’exploitation et de spoliation. Le problème d’une bonne partie de l’intelligentsia occidental de gauche est qu’il a du mal à se débarrasser de cette plaie appelée « eurocentrisme » et qui découle directement de ce mythe tenace. Le mythe du progrès, élevant l’homme blanc au rang de démiurge ainsi que la pensée marxiste relèvent paradoxalement du même méta-récit messianique. Cette assise religieuse a facilité en Europe l’incrustation de ces deux formes de pensées qui ont fini par se transformer en dogmes réfractaires à toute autre forme d’épistémè. Il est d’ailleurs facile de reconnaître dans le discours politique et médiatique occidental qu’il soit de droite ou de gauche un perpetuel jeu de miroir renvoyant l’un à l’autre le registre laïc et religieux.

Malgré l’échec du capitalisme d’état avec l’implosion de l’URSS, la majeure partie de la gauche occidentale n’en démord pas ; n’ayant rien d’autre à proposer, elle continue à prôner un optimisme productiviste totalement anachronique . Depuis Staline, en ayant choisi les outils propres au capitalisme pour lui tenir tête, le socialisme s’est écarté de son idéal de partage qui a fait tant rêver les masses. Cette gauche traditionnelle, n’osant plus promettre aux pauvres une abondance généralisée, se perd dans ses balbutiements et dans les méandres de l’économie de marché. Élevé dans le consumérisme, l’électorat de gauche vote dans sa majorité pour le PS et pour les Verts pour se donner bonne conscience, sachant pertinemment qu’il vote en réalité à droite. Le phénomène n’est malheureusement pas une particularité française, toute l’Europe est en train de virer à droite parce que les partis de gauche ont perdu la foi et qu’ils ne sont plus porteurs de rêve. Au lieu de contrer la droite qui pour la première fois depuis trente ans se trouve déstabilisée, on ne fait que quémander les miettes laissées par le capital.

La seule manière de lutter contre la mondialisation ne peut émaner que d’une solidarité internationale associant les différentes sensibilités anti-impérialiste unies autour d’un même objectif : la destruction du mythe du progrès avec ses deux composantes fondamentales, le productivisme et l’eurocentrisme épistémique et ethnique.

Ceux qui considèrent que la décroissance est une utopie conduisant à une augmentation du chômage et à plus de misère doivent comprendre qu’une décroissance réfléchie vaut mille fois mieux que les récessions qui ne manqueront pas de nous tomber sur la tête. La réorganisation urbaine, la diminution des transports, la relocalisation de l’industrie avec plus de justice concernant la rémunération de la force de travail à travers le monde sont autant de solutions pour freiner le gaspillage et affaiblir du même coup l’économie de marché. Toute la propagande occidentale autour du réchauffement de la planète avait pour but inavoué de freiner la croissance des pays émergeant. A-t-on le droit d’empêcher plus de deux milliards d’indiens et de chinois de faire parti du club des nantis ?

Malheureusement, la planète ne renferme pas dans ses entrailles de quoi satisfaire la gourmandise d’un milliard d’occidentaux en plus des chinois et des indiens. Deux alternatives s’offrent alors à l’occident : soit opter pour une décroissance généralisée soit arrêter par tous les moyens la croissance des asiatiques. Mais la réponse est déjà là depuis une dizaine d’années. Les armées occidentales occupent les pays du Golf, l’Afghanistan, le Pakistan, des îles dans l’océan indien sans parler du Japon, de la Corée du sud et de Taïwan…L’étau se resserre lentement mais surement. Une boucherie monumentale se dessine à l’horizon avec en perspective de beaux feux d’artifice au plutonium.

Une gauche éprise de justice et de paix mondiales ne peut que souscrire à cet impératif de décroissance, la seule issue qui reste pour contrer la frénésie productiviste et destructive du capital. Toutefois, elle doit d’abord admettre que L’eurocentrisme en tant que perspective hégémonique de production de connaissances a perdu toute légitimité après tous ces désastres qui ont ponctué le 20ème siècle : deux guerres mondiales, crise de 29, stalinisme, implosion de l’empire soviétique et crise financière actuelle. Face à cet échec cuisant du mythe de progrès, les peuples du tiers-monde ont préféré puiser dans leurs propres traditions des formes de vie et de pensée leur permettant de mieux résister à l’hégémonie impériale et de repenser le futur. Ainsi sans être nécessairement anti-marxistes, des mouvements de résistance apparaissent au Moyen-Orient s’articulant autour de la cosmologie islamique, alors qu’en Amérique Latine, des mouvements amérindiens pensent depuis des cosmologies indigènes.

Ayant été majoritairement anticoloniale à l’époque des indépendances, la gauche ne semble pas encore prête à reconnaître de telles démarches décoloniales. Si les mouvements indigènes amérindiens semblent bénéficier d’une attitude plutôt paternaliste, les mouvements de résistance islamiques provoquent une réaction allergique d’une rare violence ! Est-ce les vieux démons des croisades qui ressurgissent ? Voilà que l’Islam actuel est renvoyé à la « barbarie » du passé et comparé au catholicisme moyenâgeux, comme si la Chrétienneté et l’Islam pouvaient avoir le même cheminement et la même philosophie de l’histoire !

En fustigeant tout ce qui a trait à l’Islam, une certaine gauche adhère consciemment ou inconsciemment à l’idéologie des conflits de civilisations initiée par les néo-conservateurs et se transforme ainsi en allié objectif de l’Empire dans sa conquête du Moyen-Orient et de l’Asie. Engluée dans son narcissisme eurocentrique, une grande partie de la gauche ne fait que fracturer et affaiblir un front anti-impérial face à l’avance assurée et arrogante du capital. Le développement du mouvement des indigènes de la république illustre bien cette incapacité de la gauche à rassembler…

L’universel a vécu, qu’on le veuille ou non ! Que la gauche occidentale descende donc de son piédestal et qu’elle s’inscrive avec le reste des forces vives de l’humanité dans une démarche « pluri-verselle ». Peut-être qu’il restera encore quelque chose à sauver…

Fethi GHARBI

Image

La déprime

La mort de l’argent