Archives de Catégorie: 432 HZ

Une brève histoire du « tuning » en musique

P.S.:

C’est une traduction Google, mais elle permet de voir les changements apportés à la musique jusqu’à l’arrivée du LA en 440 Hz. 

verdi

Reproduit de FIDELIO Magazine,
Volume I, n ° 1, hiver 1991-1992

La première référence explicite à l’accord de milieu C à 256 oscillations par seconde a probablement été fabriqué par un contemporain de JS Bach. C’est à ce moment-là que les méthodes techniques précises développées permettant de déterminer la hauteur exacte d’une note donnée en cycles par seconde. La première personne a dit avoir accompli ce fut Joseph Sauveur (1653-1716), appelé le père de l’acoustique musicale. Il a mesuré les emplacements des tuyaux d’orgue et cordes vibrantes, et défini le «  ut » (aujourd’hui connu sous le nom «  faire ») de l’échelle musicale à 256 cycles par seconde.

JS Bach, comme on le sait, était un expert dans la construction de l’orgue et maître de l’acoustique, et était en contact permanent avec les constructeurs d’instruments, des scientifiques, et des musiciens de toute l’Europe. Donc, nous pouvons supposer qu’il était familier avec le travail de Sauveur. À l’époque de Beethoven, le premier acousticien était Ernst Chladni (1756-1827), dont le livre sur la théorie de la musique explicitement défini C = 256 comme le tuning.Up scientifique par le milieu de ce siècle, C = 256 a été largement reconnu comme l’ norme «  scientifique » ou «  physique » hauteur (voir les figures 13 et 14).

En fait, A = 440 n’a jamais été à la hauteur standard international, et la première conférence internationale à imposer A = 440, qui a échoué, a été organisée par le ministre de la propagande nazie Joseph Goebbels en 1939. Tout au long des dix-septième, dix-huitième et dix-neuvième siècles, et en fait, dans les années 1940, tous les standards US et des livres de texte européen sur la physique, le son et la musique ont pris comme une donnée du terrain «  physique » ou «  terrain scientifique » de C = 256, y compris les propres textes de Helmholtz eux-mêmes. Les figures 13 et 14 montrent pages provenant de deux manuels classiques modernes américains, un texte phonétique norme 1931 et les officiels physique 1944 manuel du Département américain de la Guerre, qui commencent avec la définition standard de la hauteur musicale que C = 256. [1]

En ce qui concerne les compositeurs, les premiers savants » «  de musique conviennent que Mozart accordé à précisément à C = 256, comme son A était de l’ordre de A = 427-430. Christopher Hogwood, Roger Norrington, et des dizaines d’autres directeurs d’orchestres orginal-instrument »a établi la pratique dans les années 1980 d’enregistrer tous Mozart travaille précisément à A = 430, ainsi que la plupart des symphonies de Beethoven et concertos pour piano. Hogwood, Norrington, et d’autres ont indiqué dans des dizaines d’interviews et de pochettes de disques, la raison pragmatique: instruments allemands de la période 1780-1827, et même des répliques de ces instruments, ne peuvent être accordés à A = 430.

La demande par le tsar Alexandre, lors du Congrès de Vienne de 1815, pour un son plus brillant «  », a commencé à la demande d’un plus haut degré de toutes les têtes couronnées d’Europe. Alors que les musiciens Cclassical résisté, l’école romantique, dirigé par Friedrich Liszt et son gendre Richard Wagner, le champion de la hauteur plus élevée durant les années 1830 et 1840. Wagner a même eu le basson et de nombreux autres instruments redessiné afin d’être en mesure de jouer seul à A = 440 et ci-dessus. En 1850, le chaos régnait, avec les grands théâtres européens à des hauteurs variant de A = A = 420 à 460, et encore plus à Venise.

J’ai D ans la fin des années 1850, le gouvernement français, sous l’influence d’un comité de compositeurs dirigés par le bel canto promoteur Giacomo Rossini, appelé pour la première normalisation de la hauteur dans les temps modernes. France conséquent adopté une loi en 1859, l’établissement d’un à 435, le plus bas de la gamme de hauteurs (de A = 434 A = 456) alors en usage en France, et la hauteur la plus élevée possible au cours de laquelle les changements de registre de soprano peuvent être maintenues près de leur disposition à C = 256. Il Etait-ce une Française à laquelle Verdi appelé plus tard, en s’opposant à des accordages plus élevés alors répandues en Italie, en vertu duquel circonstance «  Nous appelons à Rome, ce qui est bémol à Paris ».

Après 1884 les efforts de Verdi à insitutitionalize A = 432 en Italie, une conférence britannique dominée à Vienne en 1885, a jugé qu’un tel lancement pourrait être normalisée. Les Français, le New York Metropolitan Opera, et de nombreux théâtres en Europe et aux Etats-Unis, ont continué à maintenir leur Une à 432-435, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

Le premier effort d’institutionnalisation A = 440, en fait, était une conférence organisée par Joseph Goebbels en 1939, qui avait normalisé A = 440 comme le terrain officiel allemand. Professeur Robert Dussaut du Conservatoire National Supérieur de Paris a déclaré à la presse française que: «  En Septembre 1938, le Comité Accoustic de Radio Berlin a demandé à l’Association norme britannique pour organiser un congrès à Londres pour adopter internationale de la radio allemande tuning de 440 périodes. Ce congrès a en fait lieu à Londres, en un temps très court avant la guerre, en mai-Juin 1939. Aucun compositeur français a été invité. La décision d’augmenter la hauteur a donc été prise sans consulter les musiciens français, et contre leur volonté. » L’accord anglo-nazie, compte tenu de l’éclatement de la guerre, n’a pas duré, de sorte que toujours A = 440 ne colle pas comme un diapason .

Un second congrès à Londres de l’Organisation international de normalisation rencontré en Octobre 1953 pour tenter à nouveau d’imposer A = 440 au niveau international. Cette conférence a adopté une telle résolution; encore aucun musiciens continentaux qui s’opposaient à l’augmentation de la hauteur ont été invités, et la résolution a été largement ignoré. Professeur Dussaut du Conservatoire de Paris écrit que luthiers britanniques de restauration pour le commerce de jazz américain, qui a joué à A = 440 et au-dessus, avait exigé le plus aigu, «  et il est choquant pour moi que les membres et les chanteurs notre orchestre devraient donc être dépend de musiciens de jazz. » Un référendum par le professeur Dussaut de 23.000 musiciens français ont voté massivement pour A = 432.

Aussi récemment qu’en 1971, la Communauté européenne a adopté une recommandation appelant à la norme de hauteur encore inexistant international. L’action a été signalé dans «  Le jeu de Pitch, » le magazine Time, le 9 août 1971. L’article stipule que A = 440, «  cette norme prétendument international, est largement ignoré. » Basse tuning est fréquent, y compris à Moscou, Time rapportait, «  où orchestres se délectent d’un ton peluche, chaud réalisé par un larynx-détente = 435 cycles, » et à une performance à Londres «  il ya quelques années », orgues d’église britanniques étaient toujours à l’écoute d’un demi-ton plus bas, sur A = 425, que la visite Orchestre philharmonique de Vienne, à A = 450. 1.

Charles E. Dull, {Cours Physique 2: La chaleur, le son et la lumière: Education Manuelle 402} (New York: Henry Holt, Avril 1944).

Publicités

Tuning Guitar a 432 hz

 

Pour ceux qui cherche un « tuner » qui va de 430 hz à 450 hz.  Métronome en plus …

Génial! et au prix de 11$ Canadien, livraison gratuite.

Flanger FMT-202.

FMT-202 3 in 1 metro-tuner

 

Musique jouée à 432 Hz et celle jouée à 440 Hz

La gamme « naturelle » fait référence à la justesse des harmoniques. L’harmonique est l’une des caractéristiques de la musique avec le rythme et la mélodie. Lorsqu’un instrument peut générer deux sons en même temps qui sont harmonieux, il génère une harmonique. Les harmoniques « pures » sont en résonance les unes par rapport aux autres, c’est à dire qu’elles vibrent en sympathie lorsque l’une d’entre elle est activée.

 

Sacrée Planète : Pourquoi et quand le diapason LA 440 Hz est-il devenu le standard ?
Franck NABET : « Il est vrai que depuis 1953, le diapason en LA 440 s’est vu devenir la référence dans l’accordage des instruments, sans que l’on sache pourquoi. Je ne sais pas si la théorie avancée disant que les nazis utilisaient le La 440Hz pour leur propagande et qu’ils l’auraient imposé comme standard est juste ou non.
Aucune musique ethnique ou ancienne n’est jouée à cette hauteur de note, ce qui nous laisse encore avec des interrogations sur l’utilisation de ce diapason.

En janvier 1975, le diapason La 440 Hz devient une norme (ISO 16:1975), ce qui définit par la suite son utilisation dans toute les écoles de musique.
Actuellement, de nombreux chanteurs  sont obligés de monter leur voix à cause de ce diapason et souffrent de déformations importantes des cordes vocales. Naturellement, nous nous accordons plus facilement sur le La 432 Hz.

La fréquence de 432 Hz est qualifiée, par des scientifiques, de « naturelle ». Ils ont calculé les fréquences de résonance des atomes et molécules dans la nature. L’oscillation à 432Hz est une fréquence de résonance de l’eau (alors que le 440 Hz ne l’est pas). Rappelons que l’eau est un constituant majeur de toute vie sur terre, de la bactérie jusqu’aux organismes les plus développés. Ceci nous laisse présager de l’incidence d’une telle fréquence sur l’être humain !

Cette fréquence est inscrite jusque dans notre système solaire. La précession de la Terre compte 25 920 années, c’est le cycle apparent de la rotation des étoiles dans notre ciel (360°), produit par le mouvement de la Terre dans l’univers. Quand on divise 25 920 par 360, on arrive au chiffre 72.
Sacrée Planète : Que pensez-vous de ces données ?

Franck NABET : Ces informations sont exactes, 432 Hz correspond à une harmonique de la fréquence terrestre. Chaque matière a une fréquence de résonance qui lui est propre. Tous les éléments à l’origine de la vie se retrouvent être une harmonique d’une note dans l’accordage en 432 Hz, à partir du moment où nous utilisons une gamme respectant les lois harmoniques juste.

Quand la musique est accordée à 432 Hz, on remarque que les autres notes correspondent exactement aux fréquences de résonances des éléments naturels comme le sol pour l’oxygène. Le do a une fréquence de résonance qui active le système chlorophyllien des plantes par exemple… L’écoute d’une musique en 432 Hz nous rapproche donc de la nature. Elle nous met en résonance avec elle. En 440 Hz, au contraire, nous nous en éloignons par le décalage avec les fréquences naturelles.

Comme nous le précise Jacqueline Bousquet (Dr ès Sciences, Biologie, Endocrinologie, Biophysique, Physiologie, Immunologie, chercheur honoraire au CNRS (1962-1997), conférencière internationale et écrivain.) « tout être vivant ne peut se comporter qu’en récepteur ou émetteur d’une gamme de fréquence avec laquelle il entre en résonance ». L’information émise par des musiques en gamme tempérées ne peut donc pas avoir d’effet thérapeutique positif sur notre état puisqu’elles ne sont pas en phase avec notre propre champ vibratoire.

A l’opposé, les musiques composées en gamme « naturelle » ont un effet profond sur l’organisme, en procurant rapidement une sédation du système neuro-végétatif et un état de bien-être. Les chants religieux, notamment chez les cisterciens, étaient composés avec cette gamme, on leur reconnaissait des vertus pour la sérénité et l’élévation de l’âme.

Le 432 Hz est aussi une harmonique du 8 Hz, qui n’est autre que le rythme de la fréquence cérébrale Alpha dans laquelle nos deux hémisphères du cerveau sont synchronisés pour fonctionner ensemble en harmonie. Le néocortex, inutilisé à 90 %, commence à s’éveiller avec cette synchronisation : elle s’installe dans toutes les cellules du cerveau pour créer un flux d’information maximal.

Ecouter la musique accordée au La 432 Hz harmonise nos hémisphères cérébraux, ce qui nous éveille à l’orchestration de nos pensées dans les cathédrales de nos esprits.
Sacrée Planète : A t-on testé l’effet sur un auditeur à partir d’un même morceau de musique, l’un en La 432 Hz et l’autre en La 440 Hz ?

Franck NABET : Oui, une étude scientifique, au Pays-Bas, a démontré que plus de 76 % des gens ont perçu la musique au La 432 Hz comme plus belle rapport à la même musique accordée à 440 Hz. Une autre étude scientifique a même démontré de meilleurs bénéfices sur le rythme cardiaque par rapport à une même musique en 440 Hz. La Hollande s’intéresse beaucoup au 432 Hz et de nombreux musiciens recommencent à composer ou même à mixer sur ce diapason. Des études fleurissent sur l’utilisation du 432 Hz, malheureusement pas toujours bien mises en valeur. Par ailleurs, lorsque je fais des conférences sur ce diapason, je suis surpris par l’impact du 432 Hz sur le public.

En effet, si je ne dis rien, la plupart des gens le préfèrent au  440 Hz. Par contre si je les présente,  alors la préférence ira au 440 Hz. Ceci est logique car cette fréquence ne fait pas appel au même cerveau. En ayant nommé les deux diapasons, le cerveau analytique reconnaît le 440 Hz.
Le La 440 Hz nous emmène plus vers une appréciation intellectuelle de l’harmonie musicale, vers la réflexion ; par contre, une musique à 432 Hz nous emmène plus  vers une réelle sensation de coeur ou nous facilite la sensation vers  nos sentiments les plus intimes en profondeur. En 432 Hz, on arrive plus facilement à sentir la musique, elle arrive plus facilement à nous émouvoir, c’est-à-dire nous mettre en mouvement, elle nous touche sur le plan énergétique, là où sont stockés toutes nos mémoires.

Quelques correspondances :

La : 432 Hz : L’eau, Ondes Alpha cérébrales idéal au repos pour un fonctionnement cérébral harmonieux
Ré : 288 Hz : La précession de notre planète Terre, Battement idéal du coeur humain au repos
Sol : 384 Hz : Oxygène

Le battement du cœur de la planète aurait une pulsation de 144 Hz, la plus saine qui existe. Le battement du cœur d’un être humain adulte au repos est idéalement de 72 battements par minute, ce qui correspond exactement à un sixième de 432 Hz ou la moitié de 144. Le 144 Hz est aussi la fréquence du D ou du Ré quand le la est accordé au 432 Hz.