Archives mensuelles : novembre 2011

Pause humour: Le lavoir

Le profit ou la vie. Des réussites médicales cachées?

Ça remet en cause les recherches sur le cancer, dont certaines ont données, d’après leurs découvreurs, des résultats probants qui ont été discrédités voire ridiculisés. La raison pourrait bien être que, guérir cette horrible maladie, mettrait en difficulté tout ceux qui en vivent. Si on réfléchit, il est évident que les fabricants de machines sophistiquées, de produits poisons pour chimiothérapie, et les cliniques et instituts qui sont exclusivement réservés aux malades du cancer, devraient fermer leurs portes…..Parce que la bonne santé ne rapporte pas. Pourquoi tout ces travaux ne sont pas ou peu médiatisés? Le déficit abyssal de la sécurité sociale, doit être moins abyssal, que les profits générés par tout les acteurs qui vivent de ce qui pourrait être assimilé, si ces recherches sont volontairement dissimulées, à une industrie choquante du profit, au dépend de la vie…………

Nom de code : RU 58668 La santé ou les superprofits ? L’Humanité avait révélé, le 12 juin 1996, l’abandon de la RU 58668, un anti-estrogène très prometteur dans le traitement des cancers du sein, issus de dérèglements hormonaux. Deux cent cinquante mille femmes affrontent, chaque année dans le monde, cette maladie hautement mortelle. Mais pour la direction, le RU 58668 n’était pas susceptible de générer suffisamment de profits. Jean-Pierre Godard, le président de Roussel UCLAF nous avait avoué à l’époque que la  » question fondamentale  » pour lui, c’était :  » Où en est le besoin médical non satisfait, qui a un potentiel suffisamment attractif pour que je mette mon argent dessus ?  » Pas attractif, le RU 58668 ? Il dispose pourtant de hautes potentialités pour faire régresser les tumeurs, mais aussi pour réduire les métastases. Jamais le divorce n’avait été aussi flagrant entre les besoins de santé et la course aux profits. Désormais, la seule obsession des dirigeants d’HMR, c’est de satisfaire l’appétit des fonds de pension américains. Objectif avoué, un taux de profit de 20 % à 30 % annuel ! C’est d’autant plus scandaleux qu’en France, HMR réalise 80 % de son chiffre d’affaires avec la Sécurité sociale. Hier, les laboratoires étaient dirigés par des scientifiques et/ou des capitaines d’industrie. Voici venue l’ère des financiers, tenanciers de molécules. Pourtant, sur 40 000 maladies identifiées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), seules 15 000 bénéficient de traitements. Écoeuré, un chercheur de HMR nous confie :  » Arrêter une molécule n’a rien de scandaleux, si c’est sur des critères scientifiques, en cas de toxicité, par exemple. Mais actuellement, les recherches sont stoppées sur des critères économiques. HMR estime qu’un produit doit être abandonné s’il ne rapporte pas au minimum 2,4 milliards de francs.  » Tous les hypergroupes pharmaceutiques adoptant la même logique, ils se ruent sur les productions les plus rentables, destinés aux pays riches. Un autre scientifique de HMR déplore cette concurrence désastreuse :  » On vend des médicaments comme des aspirateurs. Les coûts de marketing deviennent dix fois plus élevés que ceux de la recherche. Il y a dix ans, si un produit n’était pas au  » top « , il passait à la poubelle. On lance désormais un produit même s’il n’est pas tout à fait au point, même s’il y a déjà dix médicaments identiques sur le marché. Cela se résume à une guerre à coups de pub. Il y a une perte de l’éthique. Je ne comprends pas l’intérêt de ce gigantisme. Il existe des petits laboratoires qui vivent bien.  » Avec d’autres chercheurs et salariés d’HMR, il réfléchit à une solution alternative à la vente programmée du site de Romainville . Cette logique du tout profit mène à une catastrophe planétaire. Les pays pauvres sont livrés à eux mêmes. Le prix Nobel de la paix 1999, Médecins sans frontières dénonce cette dérive : sur plus de 1 200 médicaments nouveaux, commercialisés depuis 1975, onze seulement servent à soigner une maladie tropicale. Ainsi la maladie du sommeil, transmise par la mouche tsé-tsé. L’OMS estime à 55 millions les personnes exposées dans la seule Afrique de l’ouest ; 300 000 cas par an. Sans traitement, la mort est inéluctable. Il en existait un, très risqué. Le médicament contient de l’arsenic, un poison qui achève jusqu’à 5 % des personnes traitées. Les chercheurs ont mis au point un médicament non toxique, l’Eflornithine. HMR qui a récupéré le produit, l’a finalement estimé trop coûteux et l’a retiré du marché ! L’allemand Hoechst (le H de HMR) et Rhône-Poulenc ont annoncé qu’ils renonçaient à la recherche d’un vaccin contre le sida. Parce qu’il est plus rentable de soigner lorsque la maladie est déclarée ? Il y a des crimes qui mériteraient d’être inscrits dans le Code pénal. Mina Kaci et Serge Garde Journal l’Humanité «

C’est très court mais très explicite!

UNE PETITE VITRE

Au petit matin
Je me suis levé
Pour laver, et délaver les petits grains de poussières collés.

À coup de torchons d’heures
À coup d’eau
De vain
Aigre

Les vitres sont devenues plus claires

Et j’ai pu me voir
Au dedans

Comme ça, dans de tout petits silences d’œil
Comme ça, dans un ballet de lave-lave sans écueil
J’ai ouvert un œil

Demain, avec des petits pas d’amis
Demain, avec des petites mains de miroir
Des doigts d’enfant
Je creuserai encore
Et encore, et toujours
La vitre

J’avais lavé mon œil
Sans le savoir
Les flic-à-flac de boue
De vain
Disparus

À la dose de l’eau et du vinaigre
De la vie, de la vie, de l’aigre
On se lave toujours et toujours
Quant on frotte et frotte et frotte
C’est toujours et toujours
L’âme dans une menue trotte
Qui décrotte et décrotte

Les vitres sont faites
Pour voir en dedans..

Gaëtan Pelletier

28 avril 2009

Les dix cauchemars de la « science »

Avec toutes les technologies en devenir, la projection est assez stressante….On aurait tendance à croire que les scientifiques travaillent pour le bien être de l’humanité, et tout n’est pas mauvais dans les technologies, qui ont apportées, plus confort, plus de sécurité, plus de facilité etc…..mais dans de mauvaises mains,  ça pourrait devenir un cauchemar, et pas sur que tout le monde en soit conscients si des « moyens » sont employés pour contrôler, orienter, trier……..Le monde d’Aldous Huxley n’est plus très loin …Bien sur, ce ne sont que des suppositions..

Merci à Caralméra pour la traduction de cet article de Mike Adams (à ne pas lire si vous êtes dépressif)

10 choses étranges que les contrôleurs de la « science» vont nous concocter dans un proche avenir

Ce que les entreprises « scientifiques » ont à l’esprit pour l’avenir de l’humanité est bien différent du paysage onirique utopique décrit par les médias traditionnels. A entendre les médias de masse à la botte des entreprises, la science est toujours « bonne» pour l’humanité. Les réalisations scientifiques sont toujours considérées comme des « avancées » et non des «  revers », bien que beaucoup d’entre elles se soient avérées désastreuses pour l’humanité (les bombes atomiques, par exemple, ou les OGM).

Alors que la science pure est, en effet, une composante nécessaire à toute civilisation qui cherche à élargir sa compréhension de l’univers, ce qui domine le paysage actuel n’est pas une science pure, mais une science gérée par les entreprises qui cherche seulement à accélérer leurs profits et non une bienveillance envers les hommes. Et avec ce penchant pour cette science axée sur l’entreprise arrive une ère nouvelle de technologies vraiment terrifiantes que nous pourrons bientôt voir devenir réalité dans notre monde.
Ici, j’ai répertorié une liste de dix futures technologies qui pourraient servir à dépouiller vos libertés et à vous asservir aux maîtres mondialistes corporatifs, tous étiquetés « science ».
1) Le prélèvement d’organes à partir de cochons génétiquement modifiés brevetés

Besoin d’un cœur de remplacement ou d’un poumon? Pas de soucis, mec!
Monsanto va-t’en faire pousser un en utilisant un porc obtenu par croisement génétiquement modifié (brevet en instance) nourri par des aliments OGM pour animaux et soumis à des prélèvements d’organes alors qu’il était encore en vie afin de garantir la « fraicheur » des organes .
Votre transplantation approuvée par le gouvernement, financée par l’assurance-maladie sera assurée par un des meilleurs hôpitaux U.S., qui sont, aujourd’hui encore, profondément engagés dans les transplantations illégales et le trafic d’organes au noir.
2)« Les vaccins comportementaux » qui rebranchent votre cerveau pour éliminer la contestation

La désobéissance est une maladie! Et « la cure » pour la désobéissance (ou le Désordre de Défi Oppositionnel, comme ils l’appellent) sera un nouveau « vaccin » qui rebranchera biologiquement votre cerveau pour vous rendre plus socialement acceptables pour les contrôleurs.
Ils appelleront ça un « vaccin comportemental » alors qu’en réalité, ce n’est qu’une lobotomie chimique. Cette technologie sera la pierre angulaire de l’état policier mondial, qui n’aura aucune tolérance pour la réflexion indépendante ou la pensée critique quelle qu’elle soit, surtout contre l’état.
3) La surveillance à distance centralisée par l’état policier de toutes vos statistiques de santé et caractéristiques vitales.

Croyez-vous que vos dossiers médicaux soient vraiment privés ? Pensez-vous : même actuellement, le gouvernement américain alimente en secret une banque centralisée de sang prélevé sur les enfants à la naissance. Dans un avenir proche, les citoyens seront implantés avec des puces de surveillance biométriques qui transmettront au gouvernement des informations sur votre pouls, votre respiration, et la présence de drogues illégales ou de produits pharmaceutiques (qui sont souvent les mêmes produits chimiques que les drogues illégales, mais tout simplement catalogués comme médicament).
Ces puces seront utilisées par le gouvernement pour que les gens respectent leurs médications. Elles seront aussi utilisées pour trouver et arrêter ceux qui fument un petit pétard ou prennent des substances addictives sans prescription.
Mais surtout ces puces seront utilisées pour contrôler les niveaux nutritifs et s’assurer que personne n’atteint un haut niveau de vitamine D, par exemple, qui favorise une réflexion claire et une puissante fonction cognitive. Sous une dictature scientifique, le peuple-mouton doit être gardé dans un état de manque nutritif chronique pour être facilement contrôlé.
Ce sera vendu au public comme moyen pour le gouvernement de garantir la « sécurité » parce que, le gouvernement fera une propagande, « Trop de vitamine D peut être dangereux! » Donc il fixera les limites de sécurité supérieure à un seuil inférieur d’éveil cognitif, en s’assurant que tout le monde reste dans une torpeur mentale en vivant sous la coupe de l’état.
4) Le secret total sur tous les ingrédients alimentaires, leurs sources et lieux de production

Comme l’industrie alimentaire est de plus en plus envahie par la science de pacotille (OGM), les efforts augmenteront pour cacher tous les ingrédients chimiques dans les produits alimentaires et pour rebaptiser les produits chimiques semblant dangereux en produits chimiques semblant agréables.
L’association des raffineurs de maïs est déjà prête à renommer le « sirop de maïs à haute teneur en fructose », «sucre de maïs. » L’aspartame va maintenant être appelé « AminoSweet », et le glutamate a été rebaptisé par des trucs comme « extrait de levure » ou « levure en poudre Torula. »
Mais cela va devenir bien pire puisque la science frauduleuse accélère les tromperies de l’industrie alimentaire. Attendez-vous à voir des conservateurs tels que « le benzoate de sodium » rebaptisé en « cristaux Freshiness » ou alors des « colorants artificiels » pourraient être décrits comme « enrichis par de jolies couleurs. »
Avant tout, l’industrie alimentaire veut cacher d’où ses nourritures proviennent, comment elles sont faites et ce qu’il y a dedans, parce que ces trois catégories n’apportent pas de bonnes nouvelles pour votre santé.
5) Les aliments et potions faits maison deviendront criminels, obligeant à une dépendance totale à la production alimentaire industrielle.

En parlant de nourriture, « les scientifiques » corrompus proclameront bientôt que la culture de vos propres aliments est extrêmement dangereuse car vous pourriez développer l’E.coli dans votre jardin! Avec de telles justifications absurdes, le jardinage familial sera complètement illégal dans de nombreuses villes et ceux qui essaient de faire pousser en secret des tomates seront arrêtés et emprisonnés comme s’ils étaient des trafiquants d’héroïne.
L’idée derrière tout ça est de rendre la population complètement dépendante de la production alimentaire industrielle, de la même manière que la population dépend actuellement de l’électricité centralisée et des combustibles fossiles centralisés. Ce sera justifié à l’aide « de scientifiques » qui proclament que la nourriture industrielle est plus sûre pour vous parce qu’elle est pasteurisée, irradiée et désinfectée par fumigation.
6) Le déclenchement d’une pandémie mondiale par arme biologique à travers une grippe saisonnière

Alors que les vaccins étaient autrefois destinés à prévenir la maladie, ils sont maintenant de plus en plus militarisés et conçus pour la propagation des maladies, ce qui explique pourquoi la plupart des gens qui contractent la grippe chaque hiver sont les mêmes personnes qui reçoivent régulièrement des vaccins contre la grippe.Dans un futur proche, puisque les mondialistes ont décidé que la population mondiale a atteint sa limite supérieure tolérable, un virus de « contrôle de la population » sera introduit directement dans les vaccins, suivi d’une propagande agressive qui offrira le vaccin, voire même en payant les gens pour recevoir des vaccins contre la grippe. (Faites-vous vacciner contre la grippe, et gagnez 25 $!)

L’ensemble du projet, évidemment, n’est rien d’autre qu’une mesure de contrôle démographique destinée à éliminer tous les gens ayant un quotient intellectuel bas et qui sont assez stupides pour se faire injecter des armes bactériologiques vendues comme vaccins. Effectivement, c’est un vrai programme eugéniste par lequel les mondialistes pensent sauver la race humaine de sa stupidité croissante (quel que soit le coût de la souffrance humaine).

7) Le contrôle totl par le gouvernement de votre reproduction et du code génétique de votre « progéniture »

Copuler avec la personne de votre choix et produire vous-même une progéniture aléatoire ne sera bientôt plus permis sous un état policier scientifique. La reproduction doit être soigneusement contrôlée au moyen de brevets et de réglementations afin de s’assurer qu’aucun résultat inattendu ne se produise.
Avant d’avoir des enfants, les parents auront besoin de demander l’autorisation au gouvernement pour se reproduire, après quoi ils seront génétiquement répertoriés, et ensuite un statut de classe de reproduction leur sera accordé, lequel devra être scrupuleusement suivi afin d’éviter un emprisonnement.
Les personnes qui montreront des tendances rebelles et s’élèveront contre l’état seront privées des « privilèges » de la reproduction. Seuls les esclaves bien disciplinés, les plus obéissants, à la peau blanche, et à l’esprit docile auront le privilège de se reproduire, et ils copuleront volontiers et élèveront encore plus de bébés à sacrifier à l’état comme prochaine génération d’esclaves dociles.
8) Des implants cérébraux sans fil activés à distance en application de la loi pour transformer des foules entières en personnes passives

L’avenir de la «science» implique toutes sortes d’appareils électroniques implantés dans le corps humain. Un des plus pratiques sera la « puce de la paix » qui sera imposée aux citoyens avec des «puces monnaie» qu’ils utiliseront pour tout payer (le cash sera interdit, payer en liquide sera considéré comme une activité terroriste).La puce de la paix pourra être activée à distance par le gouvernement par émission de bornes de téléphonie mobile ou au travers d’unités portatives gérées la police et les représentants de la loi pour pacifier instantanément les grandes foules de manifestants ou les émeutiers. Les étudiants recommencent à protester à propos de la liberté d’expression? On active la puce de la paix et ils vous tous se coucher sur le gazon et rêver pendant quelques temps.

Des révolutionnaires qui défilent devant le Capitole et tentent de renverser le gouvernement ? On active la puce de la paix, et la dictature tyranniquedevient inoffensive !
De telles puces peuvent également être utilisées parfois pour « exciter » le cerveau lorsqu’il est politiquement utile. Par exemple, lorsqu’un autre attentat terroriste est mis en scène sur le sol américain, la « puce d’excitation » peut être activée pour l’ensemble de la population pour énerver les gens et les inciter à la guerre ! (Et c’est toute la question des attaques sous fausse bannière, bien sûr.)
9) Le génie génétique et la reproduction de super soldats obéissants

Dans un avenir lointain, les soldats de champ de bataille seront vraiment des robots humanoïdes équipés d’armures et d’armes à feu. Pensez à « Terminator » modèle T-1000. Ce n’est pas pour demain, bien sûr, étant donné la complexité incroyable de la mobilité, les technologies robotiques de mouvement, les systèmes de reconnaissance de vision et l’intelligence artificielle.
Pendant ce temps, les nations les plus puissantes du monde verseront de l’argent à la recherche et au développement pour cultiver ces super soldats génétiquement modifiés nés en secret, élevés et entraînés à être aussi robotisés que possible. Ces super soldats seront génétiquement modifiés avec des attributs de pointe (forte oxygénation artérielle, ossature, etc) combinés à de petits cerveaux qui pourront traiter suffisamment d’informations pour suivre les ordres, sans jamais les contester.
Ils seront aussi équipés de nombreux implants électroniques, les rendant plus cyborgs qu’humains. Ils auront des implants de vision collés à leurs rétines, par exemple, des puces GPS connectées à leur cerveau, des équipements de communication câblés à leurs oreilles et des distributeurs automatiques de médicaments antidouleurs intégrés qui inonderont leurs corps de produits chimiques stimulants leur permettant de continuer à se battre même après qu’un bras ait été arraché, par exemple.
10) L’activation électromagnétique de métaux et de nano-cristaux injectés par le biais de vaccins

Voici une information à laquelle la plupart des gens n’ont pas pensé: outre les vaccins utilisés pour transmettre des maladies infectieuses, ils peuvent également être utilisés pour injecter dans le corps humain des nano-cristaux qui sont dimensionnés et réglés pour résonner à certaines fréquences, un peu comme une radio qui se met sur une fréquence spécifique.
Ces nano-cristaux peuvent rester inactifs dans le corps des gens pendant des années ou même des décennies, mais à un certain moment, le gouvernement peut prendre le contrôle des réémetteurs de radio en diffusion nationale « d’urgence » qui émet un signal d’activation de la longueur d’onde correcte pour exciter les nano-cristaux déjà présents dans le corps des gens. Les résultats pourraient donner quelque chose comme des folies massives ou des flambées de violence (émeutes, etc.) ou juste des dizaines de millions de personnes tombant instantanément raide morts. Tout résultat pourrait alors être exploité par le gouvernement pour vendre une histoire d’ « attaque terroriste » qui exigera encore plus de contrôle gouvernemental sur la population.
Tout pourrait être fait au nom de la «science»

Rappelez-vous, cette énumération de 10 points est faite sur ​​de possibles technologies futures qui illustrent les dérives de la science pour augmenter le pouvoir de gouvernements tyranniques et d’industries corrompues. Heureusement, ces dix exemples ne sont pas encore devenus réalité, mais plusieurs sont en bonne voie de le devenir en seulement quelques années.
La vraie science a un rôle important à jouer dans toute société, mais je crois que la science doit servir les intérêts du peuple, pas ceux de contrôleurs égoïstes qui dirigent les entreprises mondiales et les gouvernements nationaux. Quand la science est utilisée pour dominer et asservir les gens plutôt que de les libérer, c’est la violation de l’une des vérités les plus fondamentales de l’univers: ce n’est que par le biais de la liberté (la liberté d’idées, la liberté de questionnement, la liberté de discussion) que la véritable compréhension de notre univers est possible.
NaturalNews salue les vrais scientifiques qui poursuivent l’amélioration de la civilisation humaine sans aller pointer matin et soir dans toutes ces sociétés maléfiques qui abusent de la science pour leurs propres infâmes buts.
Traduit par Caralméra
Source originale Naturalnews.com

Merde! Je bande…

Le bonheur supprime la vieillesse.
Kafka

Synopsis

Depuis qu’il est veuf et retraité, Émile ne s’est jamais posé beaucoup de questions. Ses journées se suivent et se ressemblent inlassablement. Son seul réconfort apparaît lors des parties de pêche en compagnie de son camarade Edmond. À la mort de ce dernier, Émile doit apprendre à exister de nouveau. Pour y arriver, il décide de se rapprocher de son fils et de tisser une relation amoureuse avec une connaissance de son défunt ami. Un désir ardent apparaît au tournant : celui de revisiter les terres de son enfance, seulement pour voir les changements qui y sont survenus.  Cinoche

Les « nouvelles-coquerelles »

C’est un film  d’un délice incommensurable, indéfinissable. Ils sont vieux, flétris, cabossés, ancrés dans leurs vieilles habitudes. Émile est mort avant d’être mort… C’est l’envers des sociétés qui bâtissent des parkings à vieux. Il n’y a pas de mondialisation, de Libye, de massacres, de nouvelles qui entrent par nos téléviseurs, coquerelles des  malheurs des cités comme Montréal, dont le béton nous tombe dessues par les impôts, par le martellement des problèmes que nos héritons.   Et ces colonnes de chiffres, ces futurs enfermés dans les banques. Rien de tout cela.

Un village.

Quelques amis qui passent et repassent.

On picole, on joue, on danse.

Émile part en voyage dans son auto qui ne passerait pas les tests de la SAAQ. Règlementations obliges. On s’ennuie de la liberté de planter un arbre où l’on veut, de conduire une bagnole dangereuse. De fumer un « pétard », de fêter avec des jeunes…

Émile lance ses pilules dans la rivière.

Du soleil, des fleurs, des femmes, de petites habitudes. Le film est comme une éternité dans la grandeur des petits gestes. Comme une éternité dans le quotidien où les montres cessent de fonctionner. Le temps est aux ruisseaux qui coulent comme ceux qui coulent dans les âmes juteuses de l’amour de la vie et de l’amour tout court.

La beauté n’est pas dans les œuvres de l’ami d’Émile qui peint comme enfant ses nues en ajoutant de la laine aux parties génitales pour… faire plus vrai.

Que les amoureux s’embrassent, ridés, froissés par la vie, peu importe : l’âme a ses coups de chaleur encore.

On dirait un roman de Simenon, sans crachin.

Le malheur est un abandon…

Le bonheur est de continuer de vivre avec passion. Il n’y a pas d’autres moyens pour être heureux. De délaisser l’apitoiement sur cet avenir… Comme si on vous avait vendu l’idée qu’il n’y a plus rien.

Quand Émile dit : «  Merde! Je bande … »

C’est simplement avouer qu’il avait renoncé… Et prendre conscience qu’il y a encore un beau grand feu, oublié.

Revisiter sa jeunesse pour se rappeler que la vie est une aventure.

Changement de fréquence 6

Autoguérison  par les sons et la musique

Les médecines alternatives ont parfois mauvaise presse. Beaucoup de gens vont chez le thérapeute une fois et imaginent qu’ils en sortiront guéris. Les miracles ne courent pas les rues et personne ne guérit avant d’être prêt. Inverser le processus prend du temps car cela exige de profonds changements intérieurs. On met du temps à se rendre malade et souvent il en faut autant pour guérir. Et peut-être que nous ne guérirons pas non plus. C’est correct aussi. Personne n’a le même agenda.

La médecine traditionnelle ne nous guérit pas plus que la médecine alternative; on nous bourre de médicaments, on nous enlève des morceaux, etc. Or, les gens ont une confiance aveugle dans le système – les dieux de la médecine sont considérés infaillibles. Pourtant, nous servons de cobayes, exactement comme en médecine alternative. Je ne conteste pas l’utilité de la médecine dure, loin de là, mais je pense qu’il serait plus que temps d’au moins combiner médecine dure et médecine douce.

Le langage phobique des «experts» (traditionnels ou alternatifs) en santé, nutrition, etc., nous disent : «si vous suivez nos directives, votre état s’améliorera, nous avons passé des années à mettre au point ces directives et nous savons ce qu’elles peuvent faire pour vous.» Ce qui comporte du vrai. Mais cela sous-entend aussi que si nous ne faisons pas à la lettre ce que le praticien prescrit nous n’améliorerons pas notre état. La personne en crise est vulnérable et risque d’avoir peur, de perdre son discernement et d’accepter n’importe quel traitement.

Nous avons tout ce qu’il faut à l’intérieur de nous pour faire des choix éclairés. Si nous nous donnons la peine de nous écouter, nous savons ce qui est bon pour nous et ce qui ne l’est pas – que ce soit traditionnel ou alternatif. Il est très important de développer cette écoute intérieure pour retrouver notre pouvoir sur nous-mêmes. La vie physique implique de nombreux défis, mais je reste convaincue que nous naissons avec l’équipement nécessaire pour y faire face.

Je vous encourage donc, comme d’habitude, à suivre votre intuition et à rejeter tout ce qui sonne faux pour vous. Chacun doit respecter ses croyances, sa vérité du moment. Il faut se rappeler que tous les systèmes de croyances (individuels et collectifs) sont des vérités temporaires; on ne s’en aperçoit que lorsqu’on accède à des vérités plus vastes.

S’harmoniser…

Utiliser des sons pour guérir le corps, c’est comme accorder un instrument de musique. L’expression vocale (chanter ou même siffler) et l’écoute de sons particuliers ou certaines musiques peuvent aider à nous accorder.

L’écoute active (chanter ou jouer soi-même d’un instrument) et l’écoute passive (écouter quelqu’un d’autre chanter ou jouer) peuvent nous renseigner sur la manière dont le son, le bruit et la musique affectent nos états d’âme et notre corps.

Le docteur Mitchell L. Gaynor, oncologue, chercheur et auteur de Sounds of Healing: A Physician Reveals the Therapeutic Power of Sound, Voice and Music (1999), disait à propos du son :

«Si nous acceptons que le son est une vibration et que les vibrations touchent chaque partie de notre être physique, alors nous comprenons que le son ne passe pas uniquement à travers nos oreilles mais qu’il voyage à travers chacune des cellules de notre corps. L’une des raisons pour lesquelles le son peut guérir au plan physique, c’est qu’il nous touche et transforme profondément tous les niveaux de notre être. Le son peut corriger des déséquilibres du fonctionnement physiologique et jouer un rôle positif dans n’importe quel traitement ou problème médical car il établit une connexion entre tous les niveaux de notre être. 
      (…) Les résultats obtenus chez les patients, ainsi que que mes propres expériences avec les bols en cristal de quartz, confirment l’hypothèse que les harmoniques qu’ils émettent possèdent des propriétés de résonance et de guérison hors du commun. Les bols émettent des tonalités en accord avec la voix humaine. Les sons pénètrent tous nos systèmes, s’accordent à notre essence, de sorte que la dissonance et le chaos intérieurs se transforment en harmonie presque immédiatement.»

Notre corps fonctionne en vertu de l’énergie subtile qui y circule. Comme pour l’électricité, s’il y a des pannes de courant à certains endroits, le corps est privé d’énergie ici et là. L’énergie circule dans nos différents organes et systèmes physiques à travers sept principaux vortex (chakras). Chacun de ces vortex est couplé à une note de musique spécifique. Par exemple, la note FA correspond à la zone cardiaque. Elle affecte le cœur et le thymus, la poitrine, la circulation, et par extension, les poumons, les bras, les mains. La zone cœur/poumons (4e chakra) est associée à la sphère de l’amour, de la compassion et du service à l’humanité. (Si les corps d’énergie subtile ne vous sont pas familiers voyez Air Karma, La robotique humaine)

Les sons utilisés en guérison peuvent réduire l’activité cérébrale, ralentir la respiration et le rythme cardiaque. En Biofeedback on mesure le rythme cardio-respiratoire – la pulsion cardiaque augmente à l’inspiration et diminue à l’expiration. Ce processus est appelé synchronisme cardio-respiratoire. Les recherches ont démontré que lorsque la respiration et la pulsion cardiaque sont synchronisées, cela crée une fréquence de résonance dans le corps, semblable à celle produite durant une session d’écoute de sons provenant de bols de cristal. Cette fréquence est extrêmement bénéfique pour le cœur. Le stress, les douleurs et autres désagréments peuvent être facilement réduits selon notre capacité d’atteindre et de maintenir cette synchronisation cardio-respiratoire.

Le sujet de l’autoguérison par le son est extrêmement vaste. Voici néanmoins quelques notions qui pourront guider vos propres recherches (vous en trouverez d’autres dans «Réactions à la musique», Changement de fréquence 7, 8, 9 et «Pollution sonore»). Vous pouvez trouver des comptes-rendus de recherche complets à propos de ce qui suit sur Internet.

Corrélation corps et son

D’après Fabien Maman, un compositeur français, acupuncteur et bio-énergiste, chaque individu porte une fréquence vibratoire unique. Cette fréquence, qu’il nomme «son fondamental», peut se vérifier au microscope. Il croit également que certains types de musique ont des effets différents sur l’esprit et le corps dépendant de l’heure du jour ou de la saison où on les écoute. Si cela est vrai, nous devons développer notre sensibilité aux messages que l’esprit et le corps nous transmettent.

Les plantes et les animaux ne mentent pas

En 1973, dans leur livre «La vie secrète des plantes», Peter Tompkins et Christopher Bird ont consacré un chapitre aux effets de la musique sur les plantes. Entre 1950 et 1960 ils avaient mené plusieurs expériences aux États-Unis et au Canada. Celles-ci démontraient que les plantes croissaient plus rapidement lorsqu’on faisait jouer du Bach, du Gershwin ou certaines fréquences sonores. Par contre elles dépérissaient lorsqu’on leur faisait «entendre» du hard rock.

En 1978, le biologiste et professeur de musique Francis Broman et la cantatrice Dorothy Retallack ont voulu pousser les recherches. Ils ont installé des courges d’été dans deux cages différentes. Dans l’une des cages, un poste de radio diffusait de la musique classique, et dans l’autre, du rock. Les courges exposées à la musique de Haydn, Beethoven, Brahms, Schubert et d’autres musiciens du dix-huitième et  dix-neuvième siècle croissaient en s’inclinant vers la source de musique, certaines s’enroulaient même autour du poste de radio. Les courges de la cage où l’on jouait du rock croissaient dans la direction opposée au poste et grimpaient même sur le grillage comme pour s’échapper de la cage.

Plus tard, Dorothy Retallack a répété l’expérience avec du maïs, des pétunias, des zinnias et des œillets, toujours avec des résultats similaires. Elle a également noté que les tiges de certaines plantes exposées au rock poussaient croche et requerraient plus d’eau. L’eau absorbe les énergies négatives. De plus, les racines des plantes exposées au rock étaient plus courtes que celles exposées à la musique classique qui étaient quatre fois plus grosses et plus longues.

La réplique de certains scientifiques de l’époque fut : «Les plantes n’ont pas d’oreilles.»

Ben oui, on le savait ça… Les plantes ne ressentent pas d’émotions, mais étant donné que tout carbure aux vibrations de l’énergie ambiante, il ne faut pas s’étonner qu’elles y réagissent et se défendent contre les agressions. Au début des années 2000, un entomologiste de l’Université de Californie, Richard Karban, a pratiqué des incisions sur des feuilles de sauge pour imiter la morsure d’insectes brouteurs. Résultat : si le vent poussait les enzymes défensifs vers eux, les plants de sauge des environs immédiats se mettaient à en produire eux aussi.

Le chercheur David Merrell ayant fait écouter du hard rock à ses souris disait : «Je n’ai pas pu continuer la recherche parce que les souris exposées au hard rock s’entretuaient. » (!)

Nous n’avons pas besoin de tester sur des animaux pour comprendre le phénomène, il suffit de reproduire ces tests sur nous-mêmes. Si nous sommes vraiment attentifs aux réactions du corps, nous remarquons qu’il essaie constamment de compenser l’exposition aux sons disharmonieux, aux bruits discordants, et qu’il lutte contre ce chaos.

Le corps ne ment pas

Le docteur John Diamond a fait de nombreuses recherches sur les effets physiologiques de la musique qu’il a publiées, entre autres, dans son bouquin Your Body doesn’t Lie (Votre corps ne ment pas) http://www.drjohndiamond.com/ – un site extrêmement inspirant axé sur toutes les formes d’expression de la créativité en tant que sources de guérison. Son dernier livre (2011) est disponible en e-book : The Pulse of Music – pour une compréhension profonde du pouvoir de la musique et de sa capacité d’améliorer notre vie; un essentiel si le sujet vous intéresse, que vous soyez musicien, éducateur, professionnel de la santé ou amateur de musique.

John Diamond disait, entre autres, que plus le rock métal est dur, plus il affaiblit le corps. La plupart des gens ne s’en rendent même pas compte. Ils ont au contraire l’impression d’être «énergisés» par ces musiques qui procurent un faux sentiment de pouvoir, au même titre que la vitesse et la rage au volant.

Le malheur c’est qu’on est parfois obligé d’en écouter lorsqu’on attend à un feu de circulation en ville. Da, da, dumb, da, da, dumb. Ce rythme syncopé utilisé dans le rock métal provoque un stress inconscient. Étant donné qu’il est contre-nature, il produit de l’inconfort. Le beat syncopé inverse l’harmonie naturelle de la mesure à trois temps, et conséquemment, il déstabilise. (Dans la mesure à trois temps, utilisée pour la valse par exemple, on met l’accent sur le premier temps : un, deux, trois, un, deux, trois.)

La musique peut donc adoucir les mœurs mais aussi les barbariser… Beaucoup de médecins déconseillent l’écoute du hard rock (au concert ou en voiture) car selon les statistiques, cela provoque chez plusieurs des problèmes pulmonaires pouvant déboucher sur un pneumothorax. Sans parler de l’apparition d’acouphènes chez certains auditeurs après un concert rock métal.

Mestengo, Situation Planétaire

Alain Bésil, écrivain. Le mystère du lac Pohénégamook. (extrait, chapitre 2)

L’achat du motorisé

La logique elle-même devient inefficace, puisqu’elle est
logique de l’inanité. Elle n’est, dans plupart des cas, qu’un
mécanisme tournant à vide dans ce labyrinthe à mirages qu’est
tout cerveau humain. Seule l’ignorance jointe au silence, trace
la voie royale de la libération.
La Cendre et les Étoiles

Jacques Lacarrière

That itself is a poisonous twentieth-century attitude. When
you want to worry something, that means you no longer care
about it and want to get on other things.
Zen and the Art of  Motorcyle Maintenance
Robert M. Pirsig

 

C’était par un bel après-midi de mars, pendant que l’hiver s’en allait à compte-gouttes, avalée lentement par le sol. Les égouts biberonnaient cet eau sale, comme s’ils avaient vécu trop longuement dans un désert de lumière. Blanc là, gris ici, noir de plaques, poivrées entre les bancs de neige et les touffes vertes dissipées en talles. On aurait dit une toile en construction d’un peintre qui avait entrepris le grand tableau de l’été. La Joconde de nos âmes. Le sourire insidieux qui nous traquait. Le mystère…Le grand mystère du réveil… Les Incas avaient sans doute raison d’adorer le soleil. C’est le Tintin de l’âme. La soif de lumière, la faim insaisissable de l’étincelle qui nous habite. Comme le tison qui a donné à l’homme la découverte du feu.
LE soleil, d’une rondeur parfaite, mitraillait de ses rayons cette terre confuse, fluctuant entre une saison et l’autre.
C’était la vie, rien que la vie. En tout, tout, tout, ce qu’elle contenait. Les oiseaux jouaient un air béni, ensemençant d’une canzone tapageuse l’air et le ciel.
C’est là que nous rencontrâmes notre vendeur.
Nous étions en face d’un occidental aux yeux crasseux et à la mèche de chevelure pâteuse, mais aux dents blanches comme un évier de PDG. Il est facile de distinguer un occidental vivant dans un pays riche : plus il est vieux, plus ses dents sont blanches. Des dents de bébé dans un contour de bouche déjà cernée de plis Je voyais cela c’est comme un cheveu dans la soupe d’un menuisier sans chat.
– C’était vous le type qui a écrit La dernière guerre mondiale.
– Oui. Comment le savez-vous?
– Je suis un fervent de votre œuvre.
-Vous lisez et vous vendez des autos?
-Vous conduisez et vous écrivez?
– Ouai! Fis-je, béat.
– Nous cherchons…
– Oui, je sais, un motorisé…Trancha-t-il.
Puis il ajouta :
– Et pas trop gros, n’est-ce pas?
– Exactement. Un usagé si possible… Pour éteindre un peu -excusez-la, cette industrie : Un homme, une bagnole.

– Je ne sais pas si je peux me permettre une remarque…

– Allez-y

– Vous ressemblez à Marie-France Bazzo.

Je me suis tourné vers Éva. Il avait raison, qu’elle avait un petit quelque chose de Madame Marie-France : grande, bien charpentée, coquine, charmante, intelligente. Une féline à talon haut… Une sorte de Michelle Obama… Mais rousse…
– Ah! Je vous le concède. Vous avez l’œil…
Il nous pointa du doigt un véhicule alluré, de dimensions modestes, assez espacé toutefois pour contenir deux habitants, deux ordinateurs, et un espace entre vos êtres,… J’aimais cette phrase de Gibran.
-Qui était donc l’ancien propriétaire.
-Il est plus qu’ancien, il est décédé.
-Je vois qu’il y a une guitare de peinte sur la porte.
-Oui, on peut l’effacer si vous le voulez.
– Non, j’aimerais la garder pour conserver une parcelle d’âme de ce propriétaire. Combien pour le véhicule?
-7,895$

– Qu’est-ce que la dame a à dire sur le véhicule? Dit le vendeur, en souriant.
-Je vous présente Éva Vitanski, Dr en…Anthropologie, Dr en médecine également… Un passe-temps…
– Comme moi, les carcasses ne l’intéressent pas. Blagua-t-il
– Tout à fait!
Il lui tendit une main moite et exémateuse. Au même moment, une mouette passa dans le ciel battant des ailes, comme pour applaudir le conseiller.

Éva enleva ses lunettes teintées et regarda l’homme droit dans les yeux.
– Il y a un problème? Le prix est bien bas pour un tel véhicule.
Il parut embarrassé.
– C’est vrai! Je dois dire que plusieurs clients l’ont ramené, mais il n’y a jamais eu de problèmes mécaniques. Jamais nous en avons connu la raison . Puis il ajouta :
– Ils affirment que la radio ne capte que des airs country.
– Pardon?
Les cils d’Éva prirent le l’amplitude.
– Oui, vous avez bien compris. Ils n’arriveraient pas à régler la radio sur d’autres postes. Ce qui me semble bien mineur comme problème…
– Auriez-vous une licence en droit?
Il me regarda, médusé.
– Pourquoi me demandez-vous cela?
– Vous parlez toujours au conditionnel.
– C’est mon patron qui est avocat. Il m’a fait suivre une formation dudit emploi. J’ai passé trente heures avec lui.
– C’est un véhicule hanté? Demandais-je, taquin.
Nous avons éclaté de rire en chœur. J’en avais les larmes aux yeux, Éva esquissait un narquois sourire, quasiment froid.
Puis elle me décocha une œillade émerillonnée.
« Un véhicule hanté! C’est ridicule!»

L’affaire du siècle!
Nous en étions convaincus
***
Nous nous mîmes en route vers Pohénégamook.

Une chaleur accablante colonisait la cabine. Nous roulions en piétinant les ombres brimbalantes en même temps que les pans de lumière sur l’asphalte gris. Éva barytonnait des airs d’opéra. Éva chantait, mais d’une contorsion qui m’assommait: raidie du thorax, dans une pause empesée, elle catapultait son chapelet de notes, le bec en tuyère de fusée.
Pour alléger l’atmosphère je lui suggérai de chercher un poste à la radio.
Elle comprenait mon agacement mais s’en moquait éperdument. Éva était un être fort, têtu. Ce la l’amusait que je la critique. Cela l’égayait que je puisse me moquer d’elle.

Elle appuya sur les touches.

Nous nous sommes regardés: les seuls postes étaient des postes de musique country. Quand je visais les rétroviseurs en forme de guitare, je ne pouvais m’empêcher de penser au vendeur. Quand je regardais la route, j’avais toujours dans ma vue ce cheval argenté flanqué sur le capot. J’avais l’impression de galoper au lieu de rouler. Et le cheval, qui paraissait avoir été mal vissé, oscillait de la tête à chaque fêlure de l’asphalte.
– On dirait que c’est vrai que le véhicule est hanté. Dit Éva.
– Voyons! C’est une légende …campagnarde. Je suppose que nous sommes à l’heure émissions de musique western.
– Je suis sceptique…
***
Un trajet sinueux dans une forêt sans fin. Des sapins agenouillés par la force des vents, des trembles rachitiques, brûlés par les passages des fardiers rustauds. Tout cela dans un jeu d’ombres et de lumières qui passait.

Je me souvenais d’une halte routière, en plein milieu du trajet, et nous décidâmes d’y passer la nuit afin de profiter de notre nouveau jouet.
***
Les saucisses braisaient pendant ma lecture. Les crépitements, les volutes noires qui semblaient vouloir rejoindre le ciel… Tous ces éléments, mêlés aux odeurs fortes et rances me bouleversaient, sans que j’en connaisse la raison.
Je levai mon livre pour vérifier la cuisson : elles étaient comme nous, ces saucisses, terminant leur cycle de cuisson dans une vieillesse prématurée, se ridant, se tortillant, pour livrer le produit d’une délectation finale. Mais quel était donc ce but? Notre plaisir du palais?
Nous nourrir?
Je savais sciemment que le but de leur vie serait bientôt atteint. Je restai un moment figé, emmuré dans cette vision universelle, percevant toute la chaîne alimentaire de la chair à l’esprit, de l’esprit à l’âme. La saucisse comme un Christ s’offrant à nous… Taurobolique, rougeâtre…C’était l’hostie américaine : le travail acharné d’un mélange de tueries et de fourberies chimiques, ces leurres de palais de la cuisine rapide.
Je fis la lecture des ingrédients et cela ne me rassura guère.
Il en est qui ont leur madeleine, d’autres leur saucisse. Cet instant, reclus, fit jaillir en moi toutes une série de pensées et de préoccupations.
Je voyais Jeanne D’Arc au feu…Braisillant sous le plaisir de la foule. Crispée, torsadée, boucanée, déshydratée sous de longues langues de feu. Tout cela à cause de la folie des hommes. La foule devait crier, hurler, scander. On tue dans le plaisir, parfois. On tue par peur des fantômes. On tue pour tuer nos peurs.
J’essayais d’interrompre ce déchaînement de pensées. Mais je me disais que je réfléchissais…Or, j’étais la victime d’un flot involontaire de d’élucubrations de mon cerveau qui bouillait, fermentant et transformant ces parcelles en un amas en apparence solide. Car, en fait, nous sommes pensés . Si nous ne détruisons pas ce mouvement ingouvernable, nous sommes tous victimes de cette effervescence.
Je me suis alors dit que la connaissance était irréversible.
Ma vie, nos vies, étaient en quelque sorte détruites. Ruinées cet amassement de connaissances, cette manie de scalpeliser notre existence.
Et plus nous nous livrions à ce supposé savoir, plus nous nous enfoncions dans le malheur : nous étions condamnés, désormais, à vivre avec ce poison.
C’est à partir de ce jour-là que j’ai cessé de lire les journaux : c’était probablement la forme la plus virulente de pollution. Quand l’esprit est pollué, on ne peut pas sauver sa carcasse en sirotant des Oméga-3. Le naturel était devenu chimique. Et les journaux étaient remplis de crétins qui répétaient simiesquement leur petit savoir de copier-collé trafiqué.
Au moment de manger, je pris la saucisse, la glissai dans le pain moitié blanc – sorte d’Obama – déjà vendu sous l’étiquette Le Choix du Pésident, et je l’étudiai. J’étais affolé. Affolé et railleur. Car je voyais nos ancêtres affrontant un ours, je me trouvais ridicule, jocrissement débile :
– Éva, j’ai peur de la saucisse.
Je savais qu’on ne pouvait tuer quelque chose de mort.
Il me fallait trouver ce qui me tuait.

-Éva. Repris-je
– Oui.
– C’est quoi la pensée?
– C’est faire le tri dans une coulée de lave.
Je n’ai rien ajouté. Éva avait le sens du raccourci.

***
Neuf heures.
Le feu de camp crépitait, les braises se tricotant aux étoiles, ces cendres du ciel.
Le tison a toujours été pour moi une sorte de représentation de l’univers : un tison naissait, s’allégeant comme une âme s’envolant dans le ciel, s’atténuant de leur lumière pour défier l’organe que sont nos yeux. Mais ils étaient toujours vivants, invisibles, retombant lentement pour s’affaisser, telle une plume, rejoignant avec indolence le sol dans le but nourrir les arbres qui naîtraient plus tard. Je voyais là cette éternité à laquelle nous appartenions. La braise dans son essence est une substance solide qui atteint son absolu par consumation extrême, telle la souffrance humaine à son apogée.
– Je m’ennuie, Éva.
– Vous pensez trop.
Elle lisait un roman populaire pour se détendre : Infinitude d’Amour. L »histoire d’un prince arabe monogamique, qui rencontre un jour une itinérante dont il perçoit la richesse d’âme. Il lui achète un centre de désintoxication et la confie à un chirurgien qui lui fait subir une suite de séances hypnotiques afin de lui refaire l’esthétique de son parcours malheureux. À la fin, elle ressemblait à une héroïne des films de Chaplin.
– Intéressant votre livre?
– Assez! Si ce n’était pas moi qui l’avais écrit, je serais tenté de connaître la fin…

10h49.
– Je n’arrive pas à dormir…
C’était comme ça à tous les soirs. Éva souffrait d’insomnie. Après qu’elle eût essayé tous les médicaments, l’idée me vint de retourner en arrière dans l’histoire de l’humanité. Une partie du cerveau a été programmé pour ce moment de paix qu’est le soir. La nuit est une grande et nécessaire paupière. Excité, le cerveau ne peut se rééquilibrer. J’ai fait des conférences sur le sujet : 10,000 ans de sommeil. J’ai eu une offre d’une compagnie pharmaceutique qui m’a dépêché un étudiant en médecine, tout beau, tout propre, si blanc en dehors, qu’un Satan devait se cacher sous cet habit d’homo-cravatus.
La méthode était simple : une bougie. On ne peut pas avoir de la lumière la nuit et dormir.
– Voulez-vous éteindre la machine à grillons, Alain?
Nous avions acheté un CD gravé des chants de grillons, une espèce en voie de disparition mais qui pollue les trames sonores des films. Cependant, pour les veillées nocturnes, on n’a pas fait mieux depuis la Ford-T.
Somnolant, tournai le volume en sens inverse, de sorte que le son se répandit dans la forêt dans un boulevari à déchirer les tympans d’un Charles Prince.
– Pardon!
– La bougie s’est éteinte. Rallumez-là, je souffre d’angoisse. Je suffoque…
-Bien.
– Je t’aime.
– Moi aussi.
J’ai éteint la bougie.
– Ferme tes yeux… C’est comme ça qu’on refait la nuit en soi.
Je passai une main douce sur son ventre agité, essayant de la délivrer de ses peurs.
Car pour les humains, toutes les nuits se résument en une crainte obscure de la mort.
Puis je lui murmurai à l’oreille ce petit virolai.
Near, far, wherever you are
I believe that my heat will go on
J’étais sûr qu’elle coulerait dans un profond sommeil.
Ce ne fut pas le cas.
– Je ne dors pas, Alain. Répliqua-t-elle sèchement.

Il ne restait qu’une solution, la meilleure, l’ultime
***
Comme préliminaires je tirais les fils de son pyjama un a un, jusqu’à ce que mon désir explose au frôlement de sa chair déjà chaude et vibrante. J’y glissai mon doigt comme on appuie sur un bouton rouge. Et mon missile s’enflammait, sans sortir de son repaire souterrain. C’est Éva qui se glissait sous terre pour en retirer l’or blanc qui jaillirait en elle, capable de faire rouler tous les véhicules de son anatomie.
Nous nous enfilâmes sous un drap mince comme un papier de riz. Au plafond une caméra nous filmait, tandis que trois écrans nous renvoyaient notre image. Tout ça sous un chant de vagues de mer et de sable, avec des bougies de sel et de pétrole blanc.
Le bonheur n’existe que dans le désir. Je pense que c’est Spinoza qui a dit cela. Et nous vivions sous ce principe. Nous allongions notre plaisir comme un café allongé.

Il suffisait qu’elle lève les genoux sous ces mini-projecteurs rosacés pour que mon souffle se mette à courir.
Alors nous prenions nos doigts comme des bras canadiens dans cet espace inconnu pour aller fouiner nos espaces.
Nous restions en ces positions le plus longuement possible. Je voyais les montres molles de la toile de Dali. Nos mouvements au ralenti, le jeu des lumières et des écrans faisaient en sorte que nous passions au moins deux heures avant d’éclater. Ce qui signifiait glisser mon membre dans cette cavité qui m’avait donné naissance. En la pénétrant je me demandais toujours, à chaque fois, qui de nous deux était l’œuf ou la poule.
Certains moments devenaient si intenses que nous nous demandions si nos cœur ava ient imprégnés chacune de nos nervures, chaque . On aurait dit un battement de tambours d’une armée qui s’en allait à la guerre contre la mort.
Il arrivait quelquefois que je me laissais aller à cette façon de faire animale qui était d’y aller de mouvement saccadés et fébriles, en perte de contrôle, comme englouti par la force du désir. Mais je signe et persiste que nous y allions dans le mouvement d’une fusion et que nous en pouvions en connaître la fin. Peu il importait. Il importait qu’au moment opportun nous devenions comme deux flammes se fondant en une seule et unique. Une combustion qui nous propulsait en dehors de ce quotidien pâle ou nos corps n’étaient plus nos corps, mais nos âmes retrouvées. Mais cette fusion s’éteignait rarement d’un coup : au contraire, elle s’allongeait comme dans un vol de planeur sous le souffle seul du vent des cabines fissurées, en balancements et tangages, tel un atterrissage, tel un retour sur terre. Mais cette terre n’était jamais la même. Elle était comme retrouvée, toute neuve, refaite. L’herbe du voisin était moins verte que la nôtre. Nous étions roses comme un pâturage au lever du soleil. Pourtant, c’était la nuit.