Archives mensuelles : septembre 2014

Bach Cello Suite No 1 G maior BWV 1007 Rostropovich

Le pilote athée rit

( Je sais, Le pilote athée rit, c’est un peu bizarre… , j’évite ce qui ne m’amuse pas. À ce que je peux voir de par le monde, les politiciens sont sérieux. je vais envoyer 20$ par Paypal pour sauver … le Canada). Et si vous ne savez pas pourquoi on ne décapite pas les politiciens.. regardez le vôtre. )

______________________________________________________

 

«La vérité  n’est pas en quelque lieu lointain, elle est dans l’acte de regarder ce qui est.»

Krishnamurti

Tout déchirement nous amène à l’idée de créer une couture.

Alan Kart

Il est une étrange manière de vivre  cette  vie : chercher. Chercher un sens à celle-ci.  Tous les intellectuels qui sont passés en ce monde,  les philosophes, les chercheurs, les braqueurs d’idées, se sont demandé comment fonctionne l’Univers. Un avocat nommerait cela un «vice de procédure». Car, en fait, chercher est une activité «terrestre» et un passe-temps.  Elle est liée à l’idée qu’il y a un montage et une finalité. On ne démembre pas la structure de l’Univers, on structure l’Univers après un cumul, une capture de séquences qui nous donnent la plus grande illusion du monde : la connaissance.

Nous ne connaissons jamais vraiment. Mais nous la bâtissons toujours.

Les oiseaux se contentent de voler. Leur activité est le vol. Les humains, eux, cherchent à créer : leur activité est leurs actions. Et chaque fois qu’ils sont en «vol», ils se demandent comment ils volent, ce qui les fait voler et, surtout, pourquoi ils volent.

Ils diront que c’est l’air. Ils diront que c’est Dieu. L’idée la plus étrange est que Dieu a créé – si on peut dire ainsi- l’air pour respirer et le fait de voler est comme ces médicaments inventés qui traitent des maladies par effet secondaires.

L’être humain pense que Dieu est un cerveau. En un sens, oui. Mais il est un rêve avant tout. Et il a toutes les libertés du rêve. Tous ceux qui se réveillent avec le souvenir de leur rêve étrange diront : «Ce rêve était stupide». Pour l’humain, ce qui n’est pas organisé, ou qui ne l’est pas à sa manière est bête.

À penser ainsi, la forêt est «bête». La forêt du désordre où les lièvres font leur maison.

Alors, Dieu serait  un idiot.

Dieu apparaît plutôt comme  un subconscient dans lequel nous vivons. Et tous les matériaux sont là, sans ordre.

L’Univers fonctionne. Bref, il besogne, il se meut, et il joue à créer dans une sorte de  débris d’une structure génétique jamais stabilisée.

L’idée que nous nous en faisons est que celui-ci a un but : un long travail sur un temps qui nous apparaît infini. Nous lui accordons un «dessein», une finalité, comme s’il bâtissait, dans un plan bien établit un «avenir.  Comme si l’Univers était une sorte d’esclave à notre service. Et la plupart des gens attendent que l’esclave fasse le travail à leur place.

Et quand vient le moment de confronter toutes ces «vérités», il s’ensuit un combat d’idées. Il en ressort deux choses : une idée nouvelle et des vieilles idées,  ou conceptions, allant toutes aux rebuts.

L’humain a appris le jeu des idées. Les réalisations, de par ses découvertes, lui ont donné raison quand sont apparus des résultats techniques.

L’erreur a été qu’il a pensé décoder l’univers et que c’était là son rôle.  En fait, il n’en a pris que quelques matériaux et, en les joignant, a créé quelque chose de fugace : un momentané gonflé à la mesure de son orgueil et de sa vanité.

Gaëtan Pelletier, Digression 2009

 

La tomate Zen


À force de « creuser » le Web, pour tenter de comprendre le « monde », pour tenter de comprendre les rapports humains, on se fait pixeler dans un montage tout croche et alambiqué.

On ne sait plus si c’est « Dieu » qui nous a créés ou si c’est la Toile qui est en train de faire de nous une araignée imbibée de LSD.

Comme disait mon grand-père, paresseux, avec son chapeau tout croche et son habit du dimanche défraîchi comme un costume de Charlie Chaplin :  « Il ne faut pas se faire des idées sur ses idées ».

Le site internet communautaire Facebook évalue à 83 millions, soit 8,6% de ses utilisateurs, le nombre d’internautes inscrits plus ou moins douteux, qu’il s’agisse de comptes dupliqués, de pages ouvertes au nom d’animaux de compagnie, ou d’émetteurs de pourriels. Source

 

Si le citoyen blasonne sur la charcuterie mondialiste, les chefs d’États, les fonctionnaires, il peut inscrire son chien aux élections ou en faire une page sur Facebook. Tout est possible. Le tricheur qui blâme les tricheurs a tous les outils pour la triche.

Sniper social.

Le monde est ce que nous sommes

Krishnamurti avait bien raison. On est là à analyser nos sociétés, nos individus, nos structures sociales, nos guerres, nos misères, etc. Mais au fond, la joie de tricher (sic) est dans nos âmes.

Et c’est pas facile de s’en délivrer.

L’humain a tendance à se chercher des dieux, ou UN.

Le monde est ce que nous sommes. Le monde n’est autre que vous et moi. Ce petit monde de nos problèmes, une fois élargi, devient le monde avec ses problèmes.

Nous désespérons de comprendre les vastes problèmes du monde. Nous ne voyons pas qu’il ne s’agit pas d’un problème de masse, mais d’un problème d’éveil de l’individu au monde dans lequel il vit, et de la résolution des problèmes de son univers, aussi limité soit-il. La masse est une abstraction qu’exploitent les hommes politiques, ceux qui ont une idéologie. En vérité, la masse c’est vous, c’est moi, c’est l’autre. Lorsque vous et moi et l’autre sommes hypnotisés par une idéologie, nous devenons la masse, qui demeure une abstraction, car le mot est une abstraction. L’action de masse est une illusion. Cette action est en réalité l’idée que nous nous faisons de l’action de quelques-uns, et que nous acceptons dans notre confusion et notre désespoir. C’est à partir de notre confusion, de notre désespoir, que nous choisissons nos guides, qu’ils soient politiques ou religieux. Ils seront inévitablement, par suite de notre choix, la proie à la confusion et du désespoir. Ils peuvent paraître sûrs d’eux et omniscients, mais en vérité, comme ce sont des guides de ceux qui sont désorientés, ils doivent l’être tout autant, sous peine de ne plus être leurs guides. Dans le monde où dirigeants et dirigés sont désorientés, on ne fait, en suivant un modèle ou une idéologie, consciemment ou inconsciemment que faire naître d’autres conflits et d’autres détresses.

Voilà!

Tout édit.

Tout est dit.

 

La sniperiserie, ou la guerre avatar

Je voulais écrire un billet sur l’art de la guerre, cette nouvelle guerre, celle hypocrite où les combattants sont une sorte de d’amalgame entre le poilu néanderthalien et le rivé sur son écran d’ordi.

Oui, la guerre – les guerres, devrais-je dire- ne sont plus les mêmes. La propagande est   en mots, mais aussi en soldes de chaîne de Ponzi de propagandistes.

On a trouvé la recette parfaite.

Personne n’est mouillé.

Il y a juste des gouttelettes de sang, un tas de paperasse, et une foultitude de petits dieux qui ont une diablesse queue dépassant leur beau costume.

Quant à la « parlure », elle est si belle!

Oui. Tout est sniperisé et hypocrite. C’est la raison pour laquelle nous avons peine à comprendre cet alliage d’acier et d’humains, d’armes et de volonté de guerre, de paix, de paix tant recherchée.

Il n’y a plus de pays. Il n’y a que des avatars.

Comme sur la Toile.

Comme sur Facebook.

 

Les tomates

Heureusement, il y a les tomates. Celle qui a poussée et rougie dans mon jardin. La petite tomate cerise.

Glou!

C’était ce matin. Je l’ai avalée comme on avale avec grand bonheur les premières années de sa vie.

Après, je suis allé rouler à vélo pendant 30 minutes. 30 minutes, 30 degrés Celsius.

Au retour, accoté à la clôture, le voisin et moi avons discuté politique, mondialisation, emploi, argent, retraite.

Il venait tout juste de ramasser les pommes qui avaient chutées de son pommier.

Un tamia rayé est passé, tranquille, le long de la clôture, sans gêne, sans permission, puis il s’est mis à gober les pommes.

Savez-vous ce qu’on s’est dit, moi et mon voisin?

Que le monde va mal…

Mais ça n’a pas duré… Le tamia rayé faisait une partouze des pommes, et on a échangé à propos de nos potagers. Ses fèves achevaient, ses tomates séchaient, mais ses carottes étaient difficiles à extraire du sol.

Bref, il a répété ce qu’il avait dit quelques jours plus tôt.

C’est un ignare mon voisin : il ne connaît pas Camus, Sartre, la théorie du Big Bang!, etc, mais il est drôlement sensé dans ses analyses des problèmes réels que nous vivons.

Sa conjointe aime tellement les fleurs, qu’elle a semé le parterre au point de faire rétrécir le jardin du voisin.

Alors je me suis demandé si ce n’était pas les fleurs qui nourrissaient  davantage que les  tomates et les pommes.

Mais je m’étais gouré. La fleur donne une tomate. Au fond, c’est à regarder la Vie qu’on se nourrit mieux. Même d’un voisin qui a l’air d’un bûcheron ignare…

La bonté qu’il dégage,  et la gentillesse sincère qu’il affiche est à la fois fleur et tomate.

***

« La fleur est l’expression d’une beauté inconsciente »

Toujours Krishnamurti.

Mais il y a des fleurs partout, et la plus nourrissante est en vous.

C’est comme ça, que chaque matin, quand le temps le permet, je fais du vélo-Zen. Car tout est Zen. Il suffit de partir lentement et de faire comme les enfants : pas de but, pas de trajectoire, pas de plans.

Rouler.

Et regarder le paysage défiler.

C’est fou ce qu’on peut voir quand on éteint les lumières des malheurs que l’on nous cultive chaque jour.

P.S. : Je déteste les calculs. Sauf que je me suis dit, comme ça, en passant sur une roche,  dans mon parcours, que si on effaçait un seul de ces humains compliqués, je pense qu’il pourrait pousser et faire vivre des centaines, voire des milliers, sinon des millions de gens simples et authentiques.

Peut être que le monde serait meilleur.

Il faudrait toutefois renoncer aux avatars que nous sommes.

Gaëtan Pelletier

3 août 2012

Journal intime d’une jeune femme…

Le château

Je ne t’avais pas promis un château de pierre mais j’ai cru à un château de lumière.

Nous nous sommes toujours habités l’un et l’autre. Ton âme n’était-il pas la plus belle demeure?  J’y entrais souvent par la porte de ta chair ou de tes yeux-chaleur.

Nos bras sont  encore debout, car ce sont nos murs. Nos bras restent encore soudés en nos deux petites demeures  lumièrées.

Aujourd’hui encore, avec un peu d’hiver dans nos cheveux, avec autant de braise dans nos yeux, et des jardins qui n’ont pas de noms, la maison a grandi.

Je t’habite  comme un château qui m’habite toujours comme un château.

C’est grand, avec des chambres-souvenirs, des courses de corridors, des jardins de luxure et des chants d’or.

Gaëtan Pelletier

quelque part dans le temps…

 

ATTENTION!

Ne faites pas l’amour. 

Allez travailler. 

Il y a des moustiques qui peuvent vous tuer. 

Des herbes qui peuvent vous empoisonner. 

Vous avez enlevé vos vêtements qui vous protégeaient. Votre compagnie d’assurance ayant été avertie de ce fait a immédiatement retiré votre police et votre montant assuré en cas de perte de conscience, de langue étirée, de problèmes de démangeaisons, d’arrêt de travail dû à une illicite activité sans le matelas B-C234-451-CH-D5-2ZZZ A.  ( Veuillez- vous informer des derniers modèles). En cas de modèles dépassant les deux ans d’usage, votre police est rendue inactive. Vous n’êtes plus protégés par la compagnie ASS-U-Rance, ayant son siège au 1044 Wonder Street, Indiana. Veuillez contacter votre agent dans les 48 minutes qui suivent afin de mettre à jour votre police.

ATTENTION

Notre caméra de surveillance vient de vous déloger.

Vous n’êtes pas vaccinés contre le puceron  des champs?

Vous n’avez pas vu votre médecin depuis trois mois?

Vous êtes nus dans un champ qui est peut-être une ancienne mine infectée?  Car aucune compagnie minière ne désinfecte ses mines.

Si vous êtes proche d’un puits de gaz de schiste, ne buvez pas l’eau de proximité. Et, surtout, ne vous allumez pas une cigarette après la fin de vos ébats. La cigarette tue.

En cas de vomissement, éloignez-vous des herbes à poux. Ou l’un de l’autre. Contactez les agents de votre localité afin d’éradiquer immédiatement la zone infectée.

Êtes-vous allergiques aux cacaouettes? Assurez-vous que votre partenaire n’en a pas mangé ces dernières 24 heures. S’il en a mangé, changez de position.

Si vous ourdez ,  entendez le bruit d’une abeille, laissez-la travailler. Si vous avez des fourmis dans les jambes, bougez.

En cas de noyade, faites-vous le bouche à bouche par les deux bouts? On n’est jamais assez prude-en.

Si vous votre partenaire ne respire pas, placez un miroir devant sa bouche. C’est votre buée de sauvetage…

En cas de non buée vous serez accusé de … ( le terme est présentement en état de précision).

 

AVEZ -VOUS UN CONDOM? 

L’État vous dit que pas de condom c’est la dangerosité de maladies qui peuvent se répandre dans l’herbe.

Un champignon vénéneux ( le Sarkophage) pourrait se loger en vous insidieusement.

Si vous êtes chômeurs, étant donné la clarté, et que vous n’êtes pas à la recherche d’emploi, mais en train de forniquer, vos prestations d’assurance-emploi pourront vous être retirées.

Un citoyen averti en vaut deux, et dans votre cas, peut-être trois…

BOUGEZ-VOUS? 

Faire l’amour nécessite un mouvement de va et vient rapide pour améliorer votre santé cardiovasculaire. En cas de mouvement n’atteignant pas les saccades de 1 à la  seconder, les amandes amendes sont salées: 5$ la seconde.

UTILISATION DE TERRITOIRE 

L’utilisation de territoires agricoles ou zonées agricoles pour faire l’amour est strictement interdit par la loi. C’est un territoire qui sert à semer… Pas à s’aimer.

Un appel en provenance de la zone occupée a été localisée. Une équipe de DDLF ( Défendeurs de la Faune), sera bientôt sur place. Restez dans la position actuelle afin de ne pas nuire à l’enquête. En cas de grossesse, votre foetus sera suivi par une équipe médicale.

PIEDS

Suite à une analyse de la photographie prise du sommet d’un arbre faux, il a été détecté des anomalies dans vos doigts de pieds. Le tortillage mouvant  est une maladie se traitant avec un vaccin: L’EXéDoigt.

Un hélicoptère se dirige maintenant vers la zone dans laquelle vous êtes  en action. En cas de fuite, 5$  d’amende pour chaque pas effectué vous sera facturé.  Vous pourrez effectuer vos paiements  sur 84 mois.

Grâce à nos caméras de fabrication récente, nous pouvons déterminer vos empreintes et décoder  sur votre site d’ébats votre code génétique, votre adresse, votre signe astrologique et le savon que vous utilisez. Nous vous suggérons le savon Irish Spring, Spring Spring. Version 3.11.a .

L’État vous rappelle que vous ne devez pas vous demander ce que l’État fait pour vous, mais ce que vous pouvez faire pour l’État. Dans l’état où vous êtes, une remise de 10% vous sera remboursé en cas de grossesse ininterrompue.

Ce message est en provenance de Robot- Khalinda, en Inde, d’une compagnie canadienne, dont le siège est aux États-Unis, les toilettes en Papouasie, le PDG, en mer…

NOUS EMBAUCHONS 

Welby Corporation, une filiale de OUT-LUKKE

Gaëtan Pelletier

Sarkozy: le retour du jet d’ail

SARKOZY

«Est ce que j’ai fait le bilan depuis deux ans et demi ? J’ai beaucoup réfléchi. Dans le panthéon de mes valeurs, il y a un mot très important, c’est responsabilité. Si j’ai perdu, c’est ma responsabilité […] Source 

Sarkozy pue de la bouche… Mais il est loin d’être le seul. La politique est maintenant obsolète… Inutile, bavarde, vantarde, menteuse, irréaliste, pompeuse… Les valets des valets des marchés financiers mondiaux.

Sarko est bavard-roi.  🙂

Il sort de la laine de sa bouche, comme si on pouvait se tricoter un avenir avec un mouton de la finance internationale.

Rêve-je?

 

Pendant que…

Soyons sérieux! Pendant qu’on épluche la forêt amazonienne – poumon de la Terre -, pendant qu’on éventre les sables bitumineux de l’Alberta, pendant que le néolibéralisme du monde des affaires se gorge de l’ignorance des citoyens, pendant que l’on discute d’environnement à New-York, pendant que L’EI menace le « monde »…  Tout pend. On reporte à plus tard la beauté de la Vie.

Il faudra une révolution pour déloger cette fringale de l’or, du nouvel esclave « dépaysé » pour anéantir la folie meurtrière.

Nous sommes responsables d’élire et de cautionner la somme des menteurs, des fraudeurs, ces prêtres-politiques des pays en voie de dégringolade.

Il faudra s’unir pour les diviser…

Agrandissons la Terre!  

À travers tout ce charabia « historique », ces passages de gentilés mondialistes boursouflés, ignares, la Terre est en train de se composter. L’impérialisme est maintenant aux mains d’invisibles cravatés. Mais nous compostons lentement… C’est la naissance du citoyen-déchet, décervelé, bombardé, vassalisé, qui  sert à nourrir une « masse monétaire » qu’on NE PEUT PAS MANGER.

La foi ne soulève plus les montagnes, seulement les courbes de Wall-Street.

Il faut cesser de croire aux pantins, comme des enfants devant une représentation de marionnettes aux théâtres de nos étés.

La « bonne nouvelle », c’est que rien ne change réellement. Si Sarkozy est un messie, il en est d’autres qui ont des projets de 10 ans, 20 ans, 30 ans.

Comme si la Terre était une maison que l’on pouvait agrandir…

On a les téléphones intelligents, les vestes intelligentes, les cuisinières électriques intelligentes, les laveuses intelligentes.

Sapristi! Il ne manque plus que les politiciens.

Alors, l’avenir, c’est de les remplacer par un super ordinateur qui réglera tout ça. Les ordinateurs ont des failles, mais il ne savent pas mentir. Comme les politiciens….

Gaëtan Pelletier , sept 2014

 

En sus:

Aussi, il suffit de parcourir nos villages pour voir qu’un grand nombre de fermes ont disparu, les hangars ont été transformés en abris à caravanes et les étables sont vides et parfois même réhabilitées en habitation ou en gîte… Les paysages ont même été transformés par les remembrements imposés par les chambres d’agriculture au nom de la rationalisation, la destruction des talus et le rassemblement des petites parcelles ont préparé la mort des petits paysans incapables de suivre le rythme de cette course effrénée et sans limite à la production intensive dans des champs qui peuvent atteindre des centaines d’hectares. 

Le grand Monopoly de l’industrie capitaliste agricole

Comment marchés financiers et multinationales accaparent aussi les mers et les océans

Les formes de luttes sont diverses face à des menaces elles-aussi très variées. La construction des grands bassins aquacoles, d’industries extractives ou de grands projets hydroélectriques concourent à saper les écosystèmes. Au Nigeria, les pêcheurs essaient d’intenter une action contre la société pétrolière Shell concernant la pollution de leurs zones de pêche. Au Venezuela, les organisations de pêcheurs ont obtenu une loi interdisant la pêche avec des chaluts de fonds. Face à la menace que l’accaparement des mers fait planer sur la sécurité alimentaire, la résistance s’organise en faveur de droits collectifs pour les pêcheurs.

Agrandissons les mers….