Archives de Tag: Actualité

Pratiquer un sport de vieux pendant la COVID-19

Prise 1

Depuis l’arrivée de la COVID-19, les livreurs de médicaments se suivent mais ne se ressemblent pas. Le premier qui s’est présenté, un  pur inconnu en campagne, a sonné mais n’est pas entré. J’ai dû aller chercher le petit sac de médicament dehors. Il me l’a tendu d’un bras si tendu qu’on aurait dit un nouveau mouvement de Bruce Lee.

C’est à s’ennuyer de notre « régulier » qui entrait en sifflant, vantait es odeurs du souper et le temps superbe ou merdique. Il a dû est envoyé au front dans les villages voisins. Mais je me doute qu’on l’a entraîné à une nouvelle réalité: la distance. Et avec elle, la froideur et le silence.

La COVID-19 fait perdre des emplois, mais elle en crée. Les vieux ne vont plus à la pharmacie. Alors, il faut d’autres livreurs. Quelques uns des personnels ( j’adore cette perle parmi les trouvailles des appellations bizarroïdes aux fins de classement des travailleurs)  de la pharmacie vont sans doute aller au chômage.

Prise 2

Quelques jours plus tard, même scénario avec un nouveau livreur. Dans un village de 3,550 âmes et quelques dizaines d’ânes, il est surprenant de voir des visages nouveaux. Il a l’air gentil. On voit tout de suite qu’il a été formé à la même procédure que le premier. Il a tendu son bras de toute sa longueur pour que je saisisse le sac. Il avait sonné, n’était pas entré et m’a demandé de dévoiler mon identité. Au nom qu’il avait prononcé, c’est certain: c’était moi. Alors le « moi » s’est étiré le bras pour attraper le petit sac. Il était malingre avec un bras tellement long que je me suis dit qu’il n’y avait pas que la justice qui avait le bras long: certains livreurs aussi.

Prise 3

Ayant saisi que nous étions en crise et qu’il fallait se distancer les uns des autres je me suis souvenu que j’avais retrouvé, l’été dernier, dans le garage, le vieux gant de Baseball de mon fils. Alors, j’attendrai le troisième livreur d’un gant ferme. Après tout, qui me dit qu’un livreur  qui va visiter 50 malades par jour n’est pas plus dangereux que moi. Alors je le guetterai, surveillerai son auto, puis je sortirai avec mon gant et je lui demanderai de me le lancer à au moins 4 ou 5 mètres.

Je sais, j’aurai l’air stupide. Mais la COVID-19 c’est tout un sport. Et en campagne, si tu veux survivre, il faut davantage se méfier des « gant-dira-t-on ».

Gaëtan Pelletier

 

En prime, une pensée:

Médicament: substance en poudre, en gélule, en comprimé ou en liquide, bon pour la maladie, mais mauvais pour la santé.

 

Pas le droit de filmer la violence policière en France

Feu de quand

Source: Facebook

Lettre ouverte aux martiens

Avant-propos:

(Image: secrète. Bout de stylo trafiqué. Vu que les imagiers  sont tristes à chier, et qu’ils ne veulent rien partager, on va se débrouiller pour faire semblant que c’est une fusée. )

LES NOUVEAUX UTOPISTES (1/4) – Les nouveaux utopistes, veulent rendre notre monde meilleur en s’appuyant sur l’évolution très rapide des technologies. Le PDG de SpaceX, lui, voit l’avenir de l’homme dans les étoiles. Il veut commencer par la colonisation de Mars.

Faire de l’humanité une espèce interplanétaire, en commençant par la colonisation de Mars. Tel est le rêve d’Elon Musk, figure emblématique du «serial entrepreneur» de la Silicon Valley. Après avoir fait fortune avec PayPal (paiement en ligne), il a créé la société spatiale SpaceX, le constructeur de voitures 100 % électriques Tesla et a lancé plusieurs projets futuristes à l’instar du système de transport interurbain Hyperloop.  Le Figaro  .

$$$$$$$$$$$$$$$$$

Chers martiens,

Si vous existez, quand vous verrez arriver une bande de cowboys habillés pour respirer de l’air, percez leur camisole avec un stylo. Si vous n’avez pas de stylo, prenez un morceau de roche rouge et défoncez leur masque. Vous les verrez se tordre. Ils sortiront leurs armes et vous abattront, même si votre peau est jaune. Si vous êtes blondes et belles, usez de vos charmes pour leur couper le tuyau. Ils seront confondus.

Ils disent que la première chose qu’ils feront, c’est de chercher de l’eau. Ils ne peuvent vivre sans eaux. Ils en sont constitués à 90%. D’ailleurs, vous pourrez vérifier: percez-les. Vous verrez sortir de l’eau rouge. C’est bon signe. Mais, attention, c’est une tromperie. Ils se sont bourrés de liquide rouge pour vous faire croire qu’ils sont des vôtres, ceux de la planète rouge.

Si jamais ils trouvent de l’eau avant que vous puissiez les intercepter – car ils sont dangereux et armés- ils prendront de l’eau et feront un usage immodéré. Ils pourraient même aller jusqu’à se baigner dedans ou encore y faire leurs besoins. Chaque famille américaine bien nantie a, en moyenne, trois salles de bain. Ils sont propres comme des chats. Ce qui revient à dire qu’ils prendront votre planète pour une litière.

Si vous les laissez faire, ils découperont votre sphère en carrés, dits terrains. Pour eux, la quadrature du cercle est possible. Et dans ces carrés, ils creuseront jusqu’à ce qu’il en sorte un liquide noir. Ils en auront besoin pour repartir. Si  jamais ils veulent repartir,  dites que vous avez froid et que vous ne connaissez pas le feu. Ils vous donneront un briquet pour 1 million de barils. Ils sont d’une générosité à nous faire larmer.

En cas de besoin, utilisez les briquets qu’ils vous donneront pour allumer un grand feu près de leur appareil en l’approchant du  liquide noir. Boum! Vous serez soulagés de les voir filer vers le ciel-   peut-être un peu en morceaux-  mais bon, on ne fait pas d’homme laite   sans casser des eux.

Après quelques années martiennes passées, vous en verrez d’autres arriver. Habillez-vous avec une plume sur la tête et fabriquez un tipi. Je vous envoie les plans en format PDF. Ça les déconcertera un peu, mais ils seront ravis. Car ils y verront là un procédé d’assimilation simple à suivre: vous aurez droit à un petit carré dans la sphère. Alors, par un beau soir de Terre, sortez le briquet et refaites la même opération. Après quelques opérations, vous verrez que votre planète sera vraiment rouge et la nôtre un peu plus propre.

Votre tout dévoué,

Gaëtan Pelletier,

Spécialiste en US et coutumes.

Joyeuses fêtes sous le régime du néolibéralisme

capture

« Vous êtes libres de marcher sous le libre-marché »

GP

Les désanalyses. Chapitre 1: Trump et le reste

001

«Chaque jour, je me lève, déterminé à améliorer la vie des gens de ce pays qui ont été négligés, ignorés et abandonnés.»

Vous pouvez lire ICI  Personne ne semble s’être rendu compte que depuis des siècles les marchands on pris tout le pouvoir. Au début de l’humanité ce furent des engrangeurs bien gentils qui voulaient sauver les villages qui en cas de catastrophe naturelle allaient souffrir de la faim. Ils engrangent maintenant pour eux… Mais ils sont devenus banquiers, hommes d’affaire, hyper avocats et coqueluches des peuples en perdition. On ne se lèvera jamais assez tôt pour comprendre le « monde » et ses tirailleurs bizarres qui finissent sur un trône. Ce doit être quand on meure qu’on a compris mais une fois mort la langue cesse ses fonctions. On ne peut plus passer le message… Il en est qui meurent en ne comprenant rien. En se disant qu’il faut un surhomme ou une surfemme pour sauver ce monde. Le plateau est rempli de petits marchands coiffés. Qui aurait pensé un jour qu’en faisant le bilan de ce que vous avez dans votre maison est un produit de l’autre bout du monde? On ne trouve même plus de tomates Made in Canada en boîte pour la cuisine en hiver. Elles viennent d’où? Fouillez la boîte avec des lunettes grossissantes vendues au Dollorama. Pour des lunette 1 X, c’est 1$. Pour des lunettes 1.5X, c’est 1.50$. Devinez combien coûte une 2X?

Bon! Ne reste plus qu’à tenter de lire sur la boîte, la comprendre, la rincer et l’envoyer au recyclage. On ne sait pas trop où s’en va la boîte de conserve de tomates. Qui a déjà vu chez-lui une boîte de conserve de tomate sur laquelle il est écrit: « Faites à partir de boîtes de tomates recyclées ».

CONCERNANT LA BIÈRE ARTISANALE ET LES CHANTEUSE ARTISANALES

Hier, à la télévision, une really belle fille se plaignait de son métier de mannequin. On pouvait voir sa photo sur le magazine ELLE. Et puis entendre de sa voix enjôleuse et vraiment talentueuse une chanson traitant d’importants problèmes de ce mode: l’amour.  C’Est maintenant ça le Québec: on produit des bières artisanales et des chanteuses ou des chanteurs.  Au point où un jeune éleveur de veaux a eu l’idée de nourrir ses veaux à la bière. On se demande maintenant quel goût aura la chair des veaux une fois dans la sieste… Sans doute un petit goût de Trump qui lui doit bien s’être fait tout seul. Malheureusement, ou heureusement, il n’y a personne qui peut se faire « tout » seul. S’il c’était fait tout seul, il ne saurait même pas comment acheter des lunettes 2X.

***

Je suis allé à la rivière pour me baigner. Après deux heures de peintre de peinture, j’avais emmagasiné tellement d de chaleur que je pouvais en vendre sur Ebay. Tout l’art de la baignade ne consiste pas à plonger et à nager mais à trouver une eau propre.  C’était  assez bien. Quoique les petits poissons ne cessaient de mordiller les jambes sans doute que je n’étais pas dans mon territoire. En fait, j’ai changé de rivière trois fois. La dernière fois que j’étais allé à la pêche, c’est la dernière fois que j’ai voté. J’ai plongé et retiré une plaque de métal d’une rivière à truites.

ENVIRONNEMENT. Les fortes pluies du 18 juillet ont forcé un faible déversement d’eaux usées dans le bassin de Chambly. Préservatifs, produits d’hygiène féminine et emballages divers ont été repérés à la surface de l’eau par des plaisanciers.

Il est bien difficile de nager sans respirer. À moins d’être Donald Duck Trump, le canard plumé de toutes les critiques. Vert comme un terrain de golf. Qu’il a acheté, se plaignant d’un possible parc d’éoliennes près de celui-ci.  Si vous tentez de comprendre où s’en va le monde, dites-vous que le petit marchand qui vendait des saucisses et du pain au petit marché du coin et devenu coincoin. Il a fini par acheter une compagnie. Puis une autre… De sorte que c’est lui le DG de la saucisse. Et Trump est un pêcheur qui vous promet des truites longues comme ça. La sécurité? C’est vraiment le mot le plus cruel pour une nation championne vendeur d’armes. On peut passer le reste concernant les guerres et la pauvreté des God Bless America comme formule tampon. Ça flottes sur toutes les eaux des rivières et des lacs.

Un vrai langage de serviette hygiénique. Il en est qui nagent dans la piscine de la politique et qui avalent ça. Et plusieurs d’entre eux sont allés à l’université pour « s’instruire ». À quoi servent les connaissances si on ne peut même plus boire l’eau des rivières et encore moins celle des langues mortes qui bougent encore dans le monde merveilleux du discours?

On a toujours pensé que l’intelligence pourrait servir à changer le monde. Eh! ben! L’erreur est monumentale. C’est l’imbécillité qui change le monde ou refuse de le changer.

C’est elle qui réussit… Sinon nous nagerions dans la richesse et le bonheur. Enfin presque. Si nous étions si avides de justice, nous pourrions créer une revue qui présente les gens les plus laids et les moins intelligents, payés 4$ millions de dollars par an pour avoir son petit visage sur une pub de produits de laideur. Pourquoi pas? Trouvons une fille laide, maigre, représentant le pipeline qui traversera le Canada pour transporter l’essence en provenance des sables bitumineux. Il existe des magazines pour ce qui est beau ou ce qui rend beau. Où sont ceux qui devraient exister?

Bon! Je m’en vais au dodo. Demain, je tenterai de trouver une autre rivière pour me baigner. Méchamment, je dirais que la tête de Trump serait une belle piscine.Mais je ne veux pas me noyer, seulement me baigner…

Gaëtan Pelletier

Une histoire d’eau…

Nice: l’homme cultivé dans un ventre des mères patrie

Nice

 

La nuit, tous les terroristes sont gris…

Babillages télévisuels et annonces d’un nouvel attentat partout dans le monde.  En toutes les langues. On en met plus que la demande du client, ce consommateur de nouvelles « fraîches ». Et tous les grands chefs de ce monde: Poutine, Obama, Hollande, Valls  ( qui, soit dit en pensant n’a pas la jugeote nécessaire pour être plongeur dans un restaurant,  Trudeau, et bien d’autres… Tous au premier plan des « bêtiseurs » destructeurs de sociétés, d’empires, tous hypocrites et falsificateurs. De grands joueurs d’échec malhabiles, mais accros à leur jeu aux discours au faciès cireux . La parade des empaillés ne s’arrêtera jamais.

Ce monstre est la construction de sociétés en voie de perdition. Une société qui dévore des romans et des films aux cadavres tellement déchiquetés que l’on retrouve une jambe en Norvège et une autre au Danemark. C’est l’art moderne du roman policier avec  sang, couteaux, aux tueurs plus intelligents que « la police ».  Des séries policières aux héros encore plus aliénés que les assassins qu’ils poursuivent. Séries de tueurs en série… La profondeur de nos sociétés a maintenant celle d’une flaque d’eau que l’on prend pour des océans.

Nous vivons dans un monde officiel aux valeurs qui dessinent des êtres comme dans les peintures de l’ère du pointillisme. Le tableau des cerveaux est tracé de par tout ce qui nous entoure et de par la vitesse ébouriffante et foisonnante. Nous vivons dans un état de surexcitation en  une sorte de Parkinson psychique. De quoi alors voulez-vous que ce plasma politique et économique engrosse les citoyens? Notre cerveau n’est malheureusement qu’un papier buvard assoiffé…

Dis-moi ce que tu manges et je te dirai qui tu es…

On parlera de pollution des lacs, des rivières, des océans, mais curieusement on parle peu de cette pollution psychique qui nous dérobe chaque jour ce monde meilleur promis depuis des siècles. Un esprit retord et ambitieux, – et souvent bien conformiste et naïf- fera autant de dommages qu’une âme grise et brisée: enlever des vies parce que les brésillés de l’âme sont à bout de souffle. On a râpé leurs nerfs. Dans un monde d’ambition obligatoire pour les bienfaits de la patrie et de tous,  nous avons construit une immense toile schizophrénique. . On se croirait dans un roman de Simenon où tous les ratés sont un peu fêlés. Aujourd’hui, ces petites gens  ont le loisir de se venger par de grandes causes par tous les moyens.

LIBERTÉ, FRATERNITÉ, ÉGALITÉ

On peut rigoler un peu en voyant ces trois mots: c’est le triumvirat de valeurs que nos dirigeants détruisent chaque jour. Il y a belle lurette que le ventre social des sociétés dites développées est pourri, en état de décomposition avancé, mais qui continue sournoisement d’infiltrer les esprits par une forme de propagande  formulée en mots mais pas en action.  Alors, ce n’est plus qu’une formule orwellienne.

Nous cultivons et entretenons le contraire. Cela se nomme illusion, mensonge, et 100 nuances de gris. Et si on vendait des choux et des carottes au lieu des armes?

On récolte ce qu’on s’aime…

Gaëtan Pelletier