Archives de Catégorie: SPIRITUALITÉ

La merveillure du chat du VUS

Résultat de recherche d'images pour "Maude Lewis peintre"

The White Cat, Maud Lewis 

***

J’ai fait le trajet de quelques kilomètres avec un homme propriétaire ou locataire d’un VUS. Il y a des êtres d’éternité d’ici qui trouvent passionnant cette vie de « citoyen modèle » dont la réussite, l’ultime, est dans la merveillure (sic) de ce monde.

All Things Must Pass, disait George Harrisson. Et, en plus, il le chantait… Le conducteur, lui, était ivre de toutes ses réussites sociales, y compris les diplômes de ses enfants, leurs professions  ainsi que de l’intelligence des gadgets dont il était entouré. Autant dans son véhicule semi-spatial (déjà reflet de ses vues) que celles de ce « monde ».

C’est à 14 ans que j’ai cessé d’avoir des ambitions. C’est déjà bien tôt pour être mal vu. Les ambitieux d’une ambition différente sont des parias. Oui, on est mal vu quand tout ambition peut se résumer à apprendre la complexité des êtres, de nos âmes ( Hun, selon le taoïsme). Rejeté au rang des lâches et des loosers.

Mais puisque toute société et, par conséquent, l’avenir de cette planète passe par le chapelet des « HUN », il faut être conscient non seulement de ses actes et de sa multiplicité, mais chercher un peu plus loin que le rein et autres pièces « détachées » du module chair.

La nourriture sociale actuelle étant d’un clinquant de pubs, même celles projetées par l’État dans lequel nous vivons ( que trop de liens sales avec la gente des affaires), il faut e méfier de cette vision pauvre qui nous est le plus souvent imposée.  Le corps n’est qu’une machine. L’Univers est une machine. Une machine étriquée au rang de la compréhension humaine…Elle même – si amoureuse des raccourcis pas trop fatigants – émincée. On ne recherche pas la subtilité, on la croit. Du moins on croit celle qui nos est vendue. Et les acheteurs sont nombreux. On s’arrange pour que vous n’ayez plus le droit de penser par « vous-même » en vous occupant. On fait de vous le lapin qui coure le plus vite.

Voilà notre monde mené par des enfants qui ont perdu toute leur magie. On vous dépouille de celle-ci comme on a dépouillé les peaux des bêtes pour en faire des chapeaux à l’échelle du marché et des modes.

La culture de la certitude…

Or, nous sommes tous des tableaux jamais vraiment terminés. Pareil à celui de la peintre Maude Lewis qui avait refusé de vendre un tableau représentant un chat blanc. Il n’était pas terminé puisqu’elle n’avait pas encore peint ses yeux.

C’est malheureusement ce dont à quoi nous sommes livrés en ce monde: vendre vite et cher des toiles non terminées. Des créatures sans vision mais aptes à l’esclavagisme.

Gaëtan Pelletier

L’aube, c’est long…

Il en est qui se pâment des couchers de soleil. Le coucher de soleil, c’est comme la mort du jour…

Mais s’il faut vivre une éternité dans une sorte de relation intime et profondément spirituelle avec la nature, et voir que vous êtes en elle, qu’elle est en vous, que chaque jour est une naissance, il faut se lever tôt…

Et tout endormi, dans la braise du matin, le soleil, comme la vie, prend son temps avant de venir répandre toute sa lumière, comme un tapis de Dieu. Car nul n’est ailleurs, nul n’est distant, tout est fondu, l’univers et le vivant.

Et c’est long… Comme naissance de l’homo sapiens qui apprend à voir, à marcher. Puisque tout semble flou, et que lentement tout s’éclaire. Le soleil est un peintre qui fait apparaître les arbres,  mais avant, en préparatoire, chaque brin d’herbe, … Et ses pinceaux sont des ombres allongées qui dessinent et rendent clair le sens de la vie.

Il n’y a pas de bureau, il n’y a pas de sens, il n’y a que la beauté. Le soleil, tout rouge, est comme le sang qui se glisse dans vos artères. Ou le même, tout lumineux, tout amoureux de vous montrer ce que vous avez créé sans le savoir. Car la création, la réelle, est « inaudible » des yeux.

Le plus beau, c’est vers trois heures, en juillet, quand les enfants-oiseaux ont faim et qu’ils parlent leur famine dans leur nid ombré.

Et là, vous êtes endormis, mais à la fois tressaillez. Ces vibrations ne sont que celles du début rappelé de vos vies. Mais vous ne vous en souvenez plus.

Il ne faut pas se « souvenir » des matin, il faut les vivre.

C’est long avant de voir quelque chose de distinct, de clair. Comme la vie…

Vous êtes jeune et enfant, à midi, fous, adolescent, enivré, chaud, excité.

De temps en temps, l’été, j’écris pour vivre. La nuit… Et vers trois heures, les oiseaux me disent d’aller me coucher. Le son vient avant la lumière. Il m’est arrivé de sortir, d’attendre et de regarder, d’attendre que se fasse la lumière qui allait me montrer toutes ces nouvelles naissances.

L’aube est si belle! Je me souviens de celles de l’enfance où mon père me réveillait tôt pour m’emmener en voyage. Pendant des heures et des heures, le monde semblait se retresser comme s’il n’avait jamais existé.

Comme si chaque jour est une vie.

À certains, il faut des malheur pour comprendre qu’il n’y a rien à comprendre et que nos « explications » sont illusoires et insensées.

Vu du matin, les richesses ne sont plus les mêmes. Avoir ne sert plus à rien quand autant  d’être éveille le petit dieu endormi dans sa vie à laquelle il tient: le travail, la longévité, les ambitions.

On y apprend que le jour n’a pas d’ambition.

Le jour est.

Et le soleil ne fait que faire le tour, comme s’il disparaissait.

Comme nous avons peur de disparaître…

Nous avons peur de disparaître parce que nous ne nous laissons pas aller à la réelle beauté des choses. Sauvages parfois, élégantes de temps en temps…

La Vie n’est pas une fleur arrêtée au sommet de sa beauté.

Il faut parfois durement cesser de parler. Le silence est le vase de la parole.

Si, l’été prochain, vous êtes encore vivant, levez-vous quand le soleil se met à vous parler de lumière.

Ne serais-ce qu’une seule fois…

Jamais vous ne l’oublierez.  Car ce qui est éternel n’appartient pas à la mémoire. Ce qui passe n’est qu’une image.

À chacun de la déchiffrer….

Gaëtan Pelletier

Route 185

Photo: Wikipedia

Ils sont fiers de leur tracé de d’asphalte et de ciment qui déchire la forêt. Ils l’ont doublée.  C’est la blessure des forêts et des paradis. Les voitures y feront leur nid. Voies rapides, lisières de repos, béton armé en guerre contre la nature. De ce qui reste ils courtiseront la biomasse, ce vert des fous qui ne voient pas plus loin que leur vie. Il n’y a pas d’énergie verte dans la destruction. Ils dépensent des sommes folles pour faire des laitues, des carottes, des restes de table du carburant. Des usines et des usines pour faire rouler les blattes d’acier…

Dans moins d’un siècle, ils arracheront leur nappe figée de pétrole noir, cherchant des terres et des terres, des arbres et des arbres pour fabriquer de l’air. Ils regarderont sur leur écran plat les paysages d’antan avec un masque, suffocants, mais fiers de la minceur de l’écran.

 

Gaëtan Pelletier

La braise des arbres

Crédit photo: Lise Bernier

***********************

C’est l’automne et voilà que les arbres s’habillent de lueurs. Les coulis tout tendres animent les yeux des dieux enfermés en nous et en NOUS. Il y a des braisent qui dorment au bord de la route dansante. Ouvrez vos chakras, ce sont les fleurs en vous, les couleurs infinies qui dansent sans bruit.

Aux matins frisquets, le givre écrase le tapis d’herbes en prière. Sous le froid et l’effroi elles s’en iront en terre de l’hiver. Et le lièvre coure vers son manteau blanc et plus tard danser, cachottier à l’abri du renard roux.

Le dormir sera long et les jours trop courts.

L’arbre  écrit en lettres  jaunes, rouges, rousses ou de  vert persistant, et parfois de brûlures aux feuilles, gaiement, parlant d’un retour, l’œil rougi de peine mais à la fois souriant.

Ce sont cadeaux à l’iris, une peinture frétillante sous la main des vents. Le pinceau soleil, de rais délicats, trace l’énigme  saisons des âmes  par la voix des lumières feuille à feuille.

La paix dense enfermera les bois dans le grand coffret blanc de froid. Et les hommes ne comprendront que plus tard ou jamais l’énigme des toiles parlantes que nous sommes et toujours seront.

© Gaëtan Pelletier, 7 octobre 2019

 

La leçon de spiritualité de l’arrière-petit-fils du chef Sioux Sitting Bull

Le champ unifié : Nassim Haramein

 

 

L’esprit des plaines sacrées ( Sagesse amérindienne)

Merci à Jacqueline pour l’envoi.