Archives mensuelles : janvier 2010

SHOAH أطفال

On ne peut pas toujours «comprendre». ll reste à accepter…Mais l’acceptation n’est pas toujours agréable… On a l’impression que le progrès n’est en quelque sorte que le passage du noir et blanc à la couleur.

_____________________________________________________________________

« Plus jamais la guerre!»

Paul VI

___________________

Toutefois, les frontières terrestres, maritimes et aériennes de ce territoire sont toujours contrôlées par Israël qui a unilatéralement décrété le statut de frontière internationale fin 2005. (Wikipedia).

____________________________

Ghetto de Varsovie

Rafle d’enfants conduits au train de déportation, Pologne.

GAZA et

أطفال

Enfant

Les mamans…

_____________________________________________________________________________

Quand les hommes vivront d'amour
Ce sera la paix sur la terre
Les soldats seront troubadours
Mais nous, nous serons morts mon frère
(1956)

RAYMOND LÉVESQUE

2010: Comment oublier Gaza? Il y a trop de malheurs à suivre…

C’était en janvier, l’an dernier …

Ma pédale à gaz Toyota

En 1980, nous avons acheté une Toyota 1972. Tellement bonne…

Il nous l’a vendue 600$. Elle valait 1000$ selon le petit livre fourni par le ministère pour l’évaluation des véhicules.

Mais un soir, en allant chercher une pizza – nous demeurions sur une côte pentue  – en automne , la voiture étant rouillée comme le visage de mon oncle irlandais,  le plancher troué, j’ai perdu ma pédale à gaz au milieu de la côte à Bélanger.

J’avais tellement faim… Quand le plancher à lâché, la pédale de caoutchouc est tombée sur la route. Je l’ai laissée là et j’ai continué en appuyant sur la tige qui la soutenait.

Après avoir mangé, je suis retourné la chercher.

J’ai réparé le plancher avec une plaque de métal d’aluminium et j’ai remis la pédale. Elle a duré quelques mois, puis  elle s’est lentement effritée…

La rouille…

J’aurais dû renvoyer la pédale à Toyota.

Biogaz : Des beans pour la can…

Cliquez sur le texte  pour être presque …surpris.

__________________________________________________________________

Pendant qu’aux « autres bouts » de la planète, on n’arrive pas à manger, sauf en recyclant les déchets des sociétés sur-consommatrices, cela ne suffisant pas, on va recycler nos pelures de bananes et nos restants de table du jour de l’an.

Bref, de tout.

Comme la vieille boîte de fèves au lard que l’on a jeté hier parce qu’elle goûtait le genou de porc fumé.

Quand on pellera une patate, on pourra la voir rouler quelques mois plus tard dans sa rue.

Dans quelques années, pour faire rouler nos minounes, on réclamera nos chiens morts, nos chats, nos rognures d’ongles,

— le reste de nos coupes de cheveux

— les toilettes seront connectées à une centrale

— nos biscuits soda

— nos gazons bruns

— et la belle-mère décédée

Faut que ça roule! ….

J’oubliais.. .

À l’autre bout du monde, on vend du gaz pour manger.

Ici on mange pour faire du gaz.

Parions qu’il y aura un prix pour les familles qui ramasseront le plus de déchets possibles.

De table.

Bean-Gaz

Compagnie québécoise, ayant son siège …sur son siège, perdue quelque part sur le Net.

Nous embauchons

Pas français Bean-Gaz?

Helsé!

Sauf que pendant dix ans, la bataille du français et de l’anglais au Québec aura fait rouler des milliers d’avocats.

Les avocats, c’est le frein des sociétés.

Comme essayer de se rendre à Magog, partant de Rivière-du-Loup, pour aller « défendre » une cause , sur une route de mélasse gelée.

La seule cause que défendent les avocats c’est le Droit. Avec un grand D…

Si vous voyez passer un type en formule 1, en Porsche, ou autre, c’est qu’il roule riche et lentement.

Comme les cerveaux empâtés de l’ OR-ganisation.

Comme disait le président :

Yes, We can…

Les gens de Wal-Mart

Assez étrange collection que l’on peut retrouver sur le site http://www.peopleofwalmart.com/

Les gens de Wal-Mart … Ni célèbres, ni rien, sauf que quelques uns sont étranges. Comme partout dans le monde.

Qui a eu cette idée? je ne sais… Voici quelques exemples de « clichés ».

Le vol du Phoenix

À l’émission Enquête de Radio-Canada : sujet, Nizar Zakka. J’ai jeté un œil sur la Société Décision 2000 inc.,

Disparue du net… Mais remplacée par une nouvelle, on dirait, LA SOCIÉTÉ CANADIENNE DE CONSULTANTS EN IMMIGRATION.

On fait la pluie et le beau temps avec l’argent des québécois et des canadiens. Malgré les preuves amassées par la GRC, des immigrants venus de tous les pays, ou même  « absents », sont « supposément » au Canada. Mais certains étaient enregistrés dans un appartement #34 et 35# dans un building qui en compte 29 …

De quoi nous faire suer…

Comme le Phoenix, on renaît de ses cendres…

Il vaut la peine de jeter un œil sur le site :  https://www.csicscci.ca/fr/find/contact.html?cid=50440 pour y voir les membres « honorifiques », les révoqués, et les « rejetés ».

Le coût des fraudes

Difficiles à évaluer… Mais le coût de la frustration, lui, est élevé.

Comment laisser des gens pendant des décennies flouer le système, devenir citoyens canadiens, pendant que les VRAIS canadiens sont endettés jusqu’à ras la bouche.

À vomir…

Et bien organisé. Des « consultants  » un peu partout dans le monde.

Voir à l’extérieur du Canada

$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$

Revenu Québec enquête sur une société de consultation en immigration. Le fisc soup çonne l’entreprise montréalaise d’avoir encaissé des millions de dollars de fonds publics en produisant de fausses déclarations de revenus.

La société Décision immigration 2000 inc., son administrateur Nizar Zakka et ses employés Ahmad Saleh-Soboh et Bedros Alahaydoyan auraient commis ces fraudes de décembre 2004 à aujourd’hui.

Revenu Québec leur reproche d’avoir mis sur pied un «stratagème sophistiqué» leur permettant de cumuler de fausses preuves de résidence et de présence au pays pour des étrangers. «Ce stratagème permettait ainsi à ces étrangers d’obtenir frauduleusement le bénéfice de certains programmes gouvernementaux, dont des crédits d’impôt pour frais de garde d’enfants, des remboursements d’impôts fonciers, des crédits pour TVQ et des paiements de soutien aux enfants», selon un communiqué de Revenu Québec envoyé hier.

Grâce à cette manoeuvre, Décision immigration 2000 inc., dont les bureaux sont situés sur l’avenue du Parc, aurait encaissé plus de 14 millions de dollars, selon Revenu Québec. Or, la société aurait déclaré moins de 2 millions de dollars au fisc. Revenu Québec a exécuté huit mandats de perquisition hier à Montréal et à Laval. «Les perquisitions nous permettent d’aller chercher des preuves pour compléter notre analyse», a dit la porte-parole de Revenu Québec, Nadia Di Vita. Cyberpresse

La direction de la RAMQ avait décidé de bouger, consciente qu’elle risquait d’être accusée d’avoir été négligente pendant plusieurs années. Car cette semaine, le ministère du Revenu a annoncé qu’il menait aussi une enquête, similaire, sur une société de consultants en immigration, Décision Immigration 2000, sise avenue du Parc. Avec deux employés, son administrateur, Nizar Zakka, aurait, selon Revenu Québec, mis en place un «stratagème sophistiqué» permettant «d’obtenir frauduleusement des bénéfices de certains programmes gouvernementaux». On ne sait pas s’il s’agit du même dossier.

Des pratiques révélées en 2003

En 2003, La Presse avait révélé l’existence de telles pratiques, au Maroc notamment. Le ministre Philippe Couillard avait ordonné à la RAMQ de faire enquête. Après six mois, au printemps 2004, la Régie avait conclu qu’il «n’existait pas de réseau organisé». Elle n’avait trouvé qu’une quarantaine de cartes illégales au Maroc, essentiellement détenues par des gens liés à Royal Air Maroc, la compagnie aérienne nationale. Même la conjointe d’un très haut dirigeant de la compagnie aérienne, résidant à Casablanca, avait dû remettre sa carte à la RAMQ.

Seule mesure prise alors par le président de l’époque, Pierre Roy, la RAMQ avait décidé de resserrer le contrôle quand de nombreuses cartes étaient délivrées pour une seule adresse – on n’enquêtait alors qu’à partir du moment où plus de 12 cartes avaient la même adresse.

Cinq ans plus tard, la GRC a découvert le pot aux roses «par hasard», lors d’une perquisition chez le consultant montréalais, pour un tout autre délit. Pas moins de 3000 personnes ont par cette filière obtenu une carte frauduleusement – le réseau concentré en Afrique du Nord avait aussi des ramifications dans l’Afrique francophone et même en Asie, a-t-on appris.

La plupart de ces étrangers ne visent pas à obtenir des soins gratuits; la carte d’assurance maladie du Québec est pour eux une étape importante dans leur demande de citoyenneté canadienne. Elle leur sert de preuve de résidence permanente au Canada. Or, ils ne quittent pas leur pays d’origine. Le passeport canadien vaut de l’or dans beaucoup de pays pauvres. La résidence au Québec permet aussi de faire des études universitaires à une fraction des coûts exigés partout ailleurs.

Officiellement, hier, la RAMQ s’est faite bien laconique. Dans un communiqué, on s’est contenté d’indiquer qu’on avait entamé «il y a quelques mois une enquête auprès de personnes potentiellement impliquées dans un subterfuge sophistiqué (…) en vue de faire croire qu’elles étaient des résidantes du Québec». Ces détenteurs avaient ainsi «cumulé de fausses preuves de résidence et de présence au Québec».

Le porte-parole de la RAMQ, Marc Lortie, s’est contenté de dire que «l’enquête allait prendre encore un bout de temps» et n’a même pas voulu préciser dans quels pays les cartes frauduleuses se retrouvaient surtout. ( Janvier 2009)

Nous sommes en janvier 2010

La femme qui tourne

Si vous voyez tourner cette danseuse dans le sens des aiguilles d’une montre, c’est que vous utilisez votre cerveau droit. Si vous la voyez tourner dans l’autre sens, vous utilisez le cerveau gauche … Certaines personnes la voient tourner dans les deux sens, mais la plupart des gens ne la voient que dans un sens. Essayez de la faire tourner dans un sens, puis reconcentrez-vous pour la faire changer de sens ! Les deux sens peuvent vraiment être vus ! Des expériences ont montré que les deux différentss hémisphères du cerveau influent dans notre manière de penser. La liste suivante illustre les différences entre la pensée hémisphère gauche et la pensée hémisphère droit :

GAUCHE : Logique, séquentiel, rationnel, analytique, objectif, s’intéresse aux détails.
DROIT : Intuitif, aléatoire, irrationnel, synthétique, subjectif, s’intéresse à la totalité.

La plupart des individus ont une préférence distinctive pour l’un de ces modes de pensée. Certains, cependant, sont plus portés sur un hémisphère ou l’autre, ou les deux. En général, l’école tend à favoriser les modes de pensée hémisphère gauche. Les sujets hémisphère gauche focalisent sur la logique, l’analyse, et aiment l’exactitude. Les sujets hémisphère droit focalisent sur l’esthétique, le ressenti et la créativité.

H1N1: se faire siroter son argent

Si le plus gros de l’enveloppe fédérale a servi à l’achat des vaccins, l’autre tranche, soit 41 millions, a été consacrée à des activités de communication. À ce chapitre, on se rappellera que les autorités de la santé publique craignaient que la population ne réponde pas à l’appel à la vaccination, notamment à cause des effets secondaires. Mais la crainte s’est transformée en cohue dans certains centres de vaccination, au début du mois d’octobre, quand un jeune de 13 ans de l’Ontario est mort des suites du virus.

Au mois d’avril dernier, donc, une trentaine de firmes de communication ont reçu des contrats pour l’ASPC. L’une d’entre elles, Cossette Media de Montréal, a obtenu 15 millions en contrats, dont 5,2 millions d’avril 2009 jusqu’en mars 2010, pour une campagne de publicité dans les journaux, radios, et chaînes de télévision. Chez Cossette, la chargée de comptes, Julie Courtemanche, a expliqué que le gouvernement fédéral est l’un de leurs clients régulier.

Un vaccin contre le virus H1N1 «deux en un»

En plus des 41 millions en communication, l’ASPC a consacré 22,3 millions pour les activités «de gestion, de surveillance, ainsi que les frais de laboratoire». De plus, 14,3 millions ont servi à acheter des antiviraux (Tamiflu), 11,2 millions à «l’intervention accrue en cas d’urgence», 6,3 millions à des «recherches rapides». Et une somme de 1,3 million a été consacrée à «l’intervention stratégique». Du côté de Santé Canada, où on a veillé à ce que le vaccin soit accessible à tous, 28,2 millions ont été dépensés, dont 18,2 millions de dollars dans l’amélioration des interventions d’urgence. Cyberpresse

14$  millions pour du Tamiflu.

OTTAWA — Les médecins canadiens peuvent maintenant prescrire du Tamiflu aux bébés.

La ministre fédérale de la Santé, Leona Aglukkaq, a signé cette semaine un décret provisoire à ce sujet. Les médecins pourront prescrire le médicament pour prévenir des infections ou traiter des cas de grippe A(H1N1) chez les enfants de moins d’un an.

L’Agence de la santé publique du Canada soutient que même s’il y a des données limitées sur l’usage du Tamiflu chez les enfants de cet âge, on doit pouvoir compter sur des directives claires pour les traiter puisqu’il y a un grand risque qu’ils ne meurent de cette infection.

Le Canada suit ainsi les traces des Etats-Unis et du Royaume-Uni en permettant que le Tamiflu soit prescrit aux très jeunes enfants.

Le médicament est utilisé pour soigner les personnes atteintes de la souche A(H1N1) du virus de la grippe, tout comme le médicament antiviral Relenza.

Cette semaine, le Canada a enregistré son premier cas de grippe résistant au Tamiflu chez un Québécois qui avait reçu l’antiviral pour prévenir une infection. Canadian Pressez-vous

L’autre effet indésirable du Tamiflu enregistré au Japon concerne le psychisme : il y a eu des modifications du comportement et suicides chez des très jeunes patients qui l’avaient pris. Selon Roche, ce sont des données faussées parce qu’ « en présence de forte fièvre, il est facile que les conditions psychiques d’un patient empirent ». Par précaution, en mai 2004, les autorités japonaises ont ajouté à la liste des effets secondaires possibles du Tamiflu « troubles neurologiques et psychologiques : altération de la conscience, comportements anormaux et hallucinations ». En novembre 2005, l’Emea, l’autorité européenne qui surveille la sécurité des médicaments, après avoir reçu deux signalements de suicide, a demandé à Roche de lui fournir toutes les données cliniques disponibles quant aux effets sur le psychisme. Mondialisation.ca

Absorbé dans les 48 heures suivant l’apparition des premiers symptômes, Tamiflu peut réduire la durée de la grippe d’un jour et demi. Gain modeste, pour rivaliser avec lait au miel, cataplasmes et aspirine. De fait, en guise de pilule miracle, Tamiflu avait fait un « flop ». Et Roche, en fait, ne semblait pas y tenir particulièrement. Mondialisation.ca

Les larmes à l’œil…

« Si vous ne le faites pas pour vous, faites le pour ceux que vous aimez ».

15$ millions pour nous envoyer dans les journaux, tous les médias, télé, etc.,  ces beaux messages.

Et pour terminer, les compagnies pharmaceutiques ont empoché entre 7 et 10$ milliards de dollars.

Bien sûr, il y aurait pu y avoir une pandémie. Ça fait dix ans qu’on nous en « promet » une.

Après les oiseaux, les cochons, je me demande ce qu’on va trouver pour nous siroter notre argent.

?????

MON AMIE

 

C’est une amie,
elle,est toujours là pour moi
Souriante,rarement en larmes,
tous les jours je la vois
Elle a grandi avec moi
mais,je ne l’ai pas toujours
aimée
Tranquillement mais sûrement
j’apprends à la connaître
et à l’apprécier

Elle porte jugement
sur mes vêtements
Me regarde me brosser les dents
M’aide à me coiffer
et a me maquiller
Et me sourit gentiment
quand j’ai finit de me préparer

Cette fille étrange qui me regarde
de son monde à elle
Me suivra jusqu’à la fin
de mes jours,
car elle m’est éternelle
Cette fille qui me regarde
quand je me lève le matin
et quand je me couche le soir
N’est que mon reflet
dans le miroir

Ève Bolieu
2002

CANADA CARNAVAL

Scène du film Elvis Gratton: sous ce pelage d'oiseau exotique se cache un rat

Scène du film Elvis Gratton: sous ce pelage d'oiseau exotique se cache un rat

Inertie

Tout corps, en mouvement rectiligne uniforme ou au repos, soumis à des forces qui se compensent, persévère dans son état. » Newton

Beau,  ce carnaval! Foire foraine…

Je déteste parler politique. En un sens… Parce que j’ai l’impression de ne parler que de rien.

Dans mon petit village il vient chaque été un «cirque mobile» avec une grande roue : on paye, on monte, on descend, on a l’impression de tomber, on remonte on descend. Et ça coûte les yeux de la tête…

Mais on aime ça. Ça étourdi.

Les gens qui y travaillent n’ont pas bonne réputation : ils ont l’air amoché, portent la barbe et sont  souvent tatoués. Quand ils arrivent «en ville» tout le monde ferme ses portes. Ils ont les cheveux en chapeau de paille, l’œil un peu gras, et ils sourient rarement. Surveillez vos avoirs.

Ils  sont en constante mobilité.

Ah! J’oubliais : ils viennent en même temps que la foire agricole. C’est là qu’on juge de la qualité des vaches de reproduction. Il y a aussi des courses de tracteurs qui traînent des charges, de la barbe à papa, des hot-dogs à vapeur. De temps en temps, pour faire comme avant, on vous invite à lorgner un monstre dans un bocal. La dernière fois que j’y suis allé, je crois que c’était un fœtus difforme. Mais ça ne doit plus exister. Et puis, il devait être en caoutchouc…

En fait, oui. Qui nous dit que le «monstre» n’est pas en caoutchouc et que le formol n’est pas qu’une eau sale, parce que les granules en suspension sont factices ?

Bon!

On se croirait en politique.

De l’aquarelle à l’huile

C’était  Noël pour le PLC :  la grappe de raisins rouges venait  de dépister  une tige à laquelle s’accrocher : Michael Ignatieff. Du vert et dur rouge..

Le peu de lustre de Stéphane Dion a fait s’effacer l’aquarelle, cette image quasi soluble dans l’eau. On voulait de l’huile… Pour que tout baigne.

M.Dion n’aura été qu’un bout de corridor dans le château griffé du PLC.

Qui veut d’un corridor ?  Certainement pas un parti aussi émaillé  de candélabres, et qui se prend pour la limousine de la politique.

Plus ça va, plus les sondages font approcher le parti conservateur vers une majorité. Nous risquons de tourner à droite, à droite, à droite, ce qui fait que nous tournerons sûrement en rond.

M. Ignatieff est, comme tous les autres, une  décalcomanie. (procédé de transposition sur une surface, d’images dessinées sur un support de papier.)

Et de décalcomanie en décalcomanie,   se perpétue  les ornements de figurines qui broderont les murs du parlement d’Ottawa. Rien de plus.  Car la démocratie bip-artiste ne sert plus qu’aux politiciens.

Nous avons le choix entre  le ketchup et le fromage bleu.

Le menu est…menu.

Virginie, version allongée.

Je ne regarde pas le téléroman Virginie. Je vois, en passant, les pubs. Et c’est assez…

Ce que je perçois dans toutes les démocraties des pays occidentaux est que la politique est tellement occupée à la politique, que les pays sont en train de crouler sous un amas de discours, d’avocasseries, de luttes internes, et d’un bouquet de rats qui ont peaufiné la magouille jusqu’au point de rupture.

Les héros ne sont plus que les héros de leur propre parti. Le peuple est accessoire…

L’action, elle-même, est obligatoirement accessoire puisque les luttes grugent toutes les énergies.

En ce sens – et c’est la maladie de toutes les organisations hyper-hiérarchisées – l’inefficacité est flagrante : le réel travail, et la «production» ne se font pas. Les partis politiques sont sourds : ils n’écoutent pas les analystes et les «intellectuels». Ce sont des lutteurs dans la boue…

Ils ne savent pas, où ne veulent pas savoir, ce qui se passe réellement pour  trouver des solutions aux problèmes. Ni les constats flagrants…

Peut-être en sommes nous rendus à un point de rupture où les rapports complexes n’ont plus l’outil qu’il faut pour dégraisser et débarbouiller nos sociétés?

Il y a un grave problème de pollution et les sites d’enfouissement sont à leur capacité maximale « d’avalement».

Saturés.

Le peuple est saturé.

Le refrain de  La chanson de geste

«Dans les chansons de geste seule la classe féodale est mise en scène. Le héros épique est un chevalier doué d’une force surhumaine, capable d’endurer toutes sortes de souffrances physiques ou morales. Exemplaire par sa fidélité à son seigneur, il est élu pour sa perfection et représente toujours une collectivité dont l’existence est en jeu. (…) Les autres personnages ont des rôles définis : ami confident, traître, ennemi, lâche, etc. Ils sont dans le récit pour souligner davantage l’héroïsme et les vertus du héros principal.» (Wikipedia)

Entre 1050 et 1150.

Par chance qu’on a inventé la montre Timex pour nous indiquer que nous avions changé d’heure. On se croirait en 2009. Mais il est toujours 10h10.

On est sans cesse  à la recherche du héros, d’un CV musclé, et vertueux, si possible.

Le parti libéral s’équipe d’un véhicule hybride

997629002_small

Une sirène (en grec ancien Σειρήν / Seirến,  est une créature mythologique hybride : mi-femme et mi-oiseau (tradition antique) ou mi-femme et mi-poisson (tradition médiévale).

***************************************************************************

M. Ignatieff se vante rituellement que ses grands-parents sont enterrés dans les Cantons-de-l’Est…

Belle façon de nous séduire! Nous sommes canadiens, pas canins… Les vieux os sont sans grand intérêt pour le futur d’un pays.  Le parti libéral s’est outillé d’une sirène, cette femme attrayante du haut du corps, mais revêtue d’écailles dans les parties qui permettraient de reproduire autre chose que des désirs inassouvis.

Le tronc est appétissant, mais le reste est douteux. Car M. Ignatieff, n’est pas aussi limpide  qu’il le  semble à prime abord.

«Michael est comme un iceberg, les neuf dixièmes sont  sous la surface », dit un ami qui le connaît depuis l’adolescence. (…) Ce iceberg veut être le prochain premier ministre, donc qu’est ce qui dort en dessous  – pourquoi, par  exemple, dit-il  qu’il ne veut pas blesser les autres et pourtant c’est ce qu’il a fait très souvent dans le passé – ce qui serait important de savoir» ( Traduction de l’auteur)

. Being Michael Ignatieff,

Au delà de la «figurine» de caoutchouc enfermé dans son bocal de la grande foire des la politique, il y a un liquide embrouillé comme dans toutes les démocraties décadentes actuelles.

Si la démocratie continue de cultiver la minceur, cette anorexie nous mènera à la mort du concept même de démocratie. Car la manière actuelle de la politique commence à faire vomir le citoyen et à l’amaigrir. Un oiseau d’Harvard? Les oiseaux trop bien plumés n’ont peut-être pas de chair…

Dans le premier Elvis Gratton, on vendait aux touristes des oiseaux fabriqués avec des carcasses de rats et plumés… Avec une belle histoire concernant les amours des mâles et des femelles.

Nous en sommes là.

Grande roue

*******************************************************************************************

Being Michael Ignatieff,   Globe and Mail. Michael Valpy.

Les hypothèques de tous les zapotèques

La plupart des firmes qui viennent pour produire de l’énergie éolienne sont d’origine espagnole : Endesa, Union Fenosa, Preneal, Iberdrola, Acciona and Gamesa. Il y a aussi des firmes françaises, suisses, allemandes et italiennes. Ces parcs éoliens font partie du plan « Puebla Panama » lancé en 2001.

Ces entreprises, en collusion avec le gouvernement mexicain, manipulent les pauvres, pour la plupart des Indiens non-hispanophones de ma communauté, pour qu’ils signent des contrats de location. Ces contrats signifient en réalité l’abandon de leurs terres pour 30 ans. Un abandon compensé par des sommes ridiculement basses : les propriétaires Indiens reçoivent 150 pesos (environ huit euros) par hectare et par an. Ils reçoivent également un versement unique de 1000 pesos (environ 50 euros) quand ils signent le contrat. Ces accords ont été présentés à notre peuple en espagnol, alors que dans la plupart des cas les gens ne parlent que le zapotèque. Basta

Le Vert des riches

On appelle ça du néocolonianisme « vert ».

Toujours la même formule : acheter des terres aux pauvres pour y implanter des essences qui produiront de l’énergie. Ou des éoliennes… Peu importe.

Au bout du rang, c’est une voiture qui mange au lieu d’humains.

Le but est de produire de l’énergie pour… en vendre. À ceux qui auront les moyens de se payer de l’énergie.

Une voiture qui ronge. Une énorme et salissante machine.

« Je viens d’une communauté zapotèque, dont la population est majoritairement indienne. Pour nous, le maïs est la principale ressource alimentaire, et il est aussi présent dans la plupart de nos rites quotidiens. Sans le maïs, nous mourrons. »

Ça se passe ailleurs. Mais demain ce sera ici. Peu importe votre « ici », on vous trouvera. On vous achètera.

Au bout d’un certain temps… Au bout de vos enfants et de vos petits enfants, il ne restera rien à manger.

Comme dirait le politicien : c’est mathématique.

Le pain blanc

Un bout de maïs dans le moteur. Et rien dans le cœur…

La poésie sera plus nourrissante que le pain.

L’homme blanc a la couleur du pain qu’il a créé en se débarrassant de la meule de pierre qui gardait intacte le blé.

Il a préféré la couleur…

C’est beau!…

Jésus CO2

Les gouvernements nous boulangent un monde où l’on se veut d’éliminer le C02. Et on accorde des crédits aux pays qui réussiront à le réduire.

Nouvelle religion des hypocrites à cravate.

Le jardin n’a pas été créé pour faire avancer des machines…

Selon Greenpeace, l’équivalent d’un terrain de football est brûlé toutes les dix secondes dans ce pays pour remplacer les forêts tropicales par des plantations lucratives de palmiers à huile. De plus, l’assèchement des tourbières sur lesquelles reposent ces forêts libère une quantité considérable de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

On n’y comprend rien… On est tous des zapotèques devant un nouvel ordre mondial.

La machine dévore l’homme.

Une hypothèque jusqu’à la fin d’un monde.

Demandez à un de ces cravatés, dieux et créateurs de le seul CV, de voir un peu plus loin que leur vie.

Hélas! La racaille est éternelle…

Comme Satan.