Archives mensuelles : janvier 2018

Drôle de drone

Publicités

Le voyage du silence

Résultats de recherche d'images pour « silence »

J’irai sur ton front tout doux
Mordre la lumière de nos hier
Aux frissons des jours ajouts
Avant que les froidures serpentent nos chair
Avant que s’emmêlent les frimas de nos hivers

Je nourris et me nourris de ton aura délicate
Au fermoir des secrets des cadrans sans temps
En quelque lieu sans lieu, quelque part sans date
En quelque port sans effroi, sans avant, sans vent

La frêleur de nos âmes aux roulis cachottiers
Fait le voyage de mes lèvres à tes lèvres
Un aller-retour, aux tricots d’éternité
Avant la fin d’un monde, sans va, sans trêve

Gaëtan Pelletier
15 janvier 2018

Pourquoi tout va s’effondrer

Image

Le copain

Le crépuscule des vieux

 

 

Sol (Marc Favreau)

l’unique et tendre poète.

Écrit peu avant sa mort…  touchant…

 

Le crépuscule des vieux

 

Des fois, j’ai hâte d’être un vieux.

Ils sont bien, les vieux, on est bon pour eux, ils sont biens.

 

Ils ont personne qui les force à travailler;

on veut pas qu’ils se fatiguent.

Même que la plusssspart du temps,

on les laisse pas finir leur ouvrage.

On les stoppe, on les interruptionne,

on les retraite fermée.

 

On leur donne leur appréhension de vieillesse

et ils sont en vacances….

 

Ah! Ils sont bien les vieux!

 

Et puis, comme ils ont fini de grandir,

ils ont pas besoin de manger tant tellement beaucoup.

Ils ont personne qui les force à manger.

Alors de temps en temps, ils se croquevillent un petit biscuit

ou bien ils se retartinent du pain avec du beurre d’arrache- pied,

ou bien ils regardent pousser leur rhubarbe dans leur soupe…

 

Ils sont bien…

 

Jamais ils sont pressés non plus.

Ils ont tout leur bon vieux temps.

Ils ont personne qui les force à aller vite;

ils peuvent mettre des heures

et des heures à tergiverser la rue…

 

Et plus ils sont vieux, plus on est bon pour eux.

On les laisse même plus marcher…  On les roule…

Et puis d’ailleurs, ils auraient même pas besoin de sortir du tout;

ils ont personne qui les attendresse…

 

Et l’hiver…

Ouille, l’hiver!

C’est là qu’ils sont le mieux, les vieux;

ils ont pas besoin de douzaines de quatorze soleils…

 

Non!

 

On leur donne un foyer,

un beau petit foyer modique qui décrépite,

pour qu’ils se chaufferettes les mitaines…

 

Ouille, oui l’hiver, ils sont bien.

Ils sont drôlement bien isolés…

Ils ont personne qui les dérange.

Personne pour les empêcher de bercer leur ennuitouflé…

Tranquillement, ils effeuillettent

et revisionnent leur jeunesse rétroactive;

qu’ils oublient à mesure sur leur vieille malcommode…

 

Ah! Ils sont bien…!

 

Sur leur guéridon, par exemple,

ils ont une bouteille, petite, bleue.

Et quand ils ont des maux, les vieux,

des maux qu’ils peuvent pas comprendre,

des maux mystères;  alors à la petite cuiller,

ils les endorlotent et les amadouillent…

 

Ils ont personne qui les garde malades.

Ils ont personne pour les assistés soucieux…

Ils sont drôlement bien…!

 

Ils ont même pas besoin d’horloge non plus,

pour entendre les aiguilles tricoter les secondes…

 

Ils ont personne qui les empêche d’avoir

l’oreillette en dedans,

pour écouter leur coeur qui grelinde et qui frilotte,

pour écouter leur corps se débattre tout seul…

 

Ils ont personne qui…

 

Ils ont personne…

 

Trump: Autopsie légère d’un pois terrrestre

Résultats de recherche d'images

La visite médicale Donald Trump prévue en fin de semaine ne comportera pas d’examen psychiatrique, a affirmé lundi la Maison-Blanche au moment où certains de ses détracteurs s’interrogent ouvertement sur la santé mentale du président américain. Cyberpresse

Il est assez étrange qu’en quelques décennies, les États-Unis ont « choisi » au moins deux petits déséquilibrés. Il y en avait pourtant d’autres en file… En fait, il est si intelligent qu’il est son propre psychiatre se proclamant « stable » d’esprit. Les fonds de tiroir pour des candidats à la présidence sont-ils vides à ce point? Après le « Yes we can », voilà le « Yes, we twitt ».

Les fonds de tiroir sont vraiment bas. Au Goden Globe  Awards tout était préparé pour une autre vedette: Oprah Winfrey. Certes, la dame a de la jugeote, mais on revient toute de même au tronc commun: la mégalomanie.  Le critère: « avoir eu du succès ». Et pas le moindre… L’Amérique se cherche une sorte d’enflure à sa mesure. Du moins ce qu’elle croit être « sa » mesure. Nombrilistes et désintéressés des autres, ils s’apitoient sur leur sort.

Au fond, le cerveau de Trump est sans doute celui de l’Amérique: les disjoncteurs surchauffent un peu trop sous les démesures et l’irréalisme  auxquels les citoyens  sont habitués. À force de se déclarer supérieure aux autres nations, à coups d’armes et de mesures monétaires frisant le banditisme,   cette nation a fini par élire des inférieurs riches.

Il n’y a rien dans le cerveau de Monsieur Trump pour démontrer qu’il est fou, mais il y a tout pour démontrer que les valeurs américaines elles, sont folles, légères, et qu’ils prient, les yeux fermés, un crucifix d’une main et un colt .45 de l’autre.

 

Gaëtan Pelletier