Archives de Tag: liaisons fatales

L’ONUlissade

Il passa près de huit ans,
Avec elle, fort à l’aise ;
Il eut jusqu’à huit enfants :
C’était la moitié de seize.

Lapalissade

Après plus de 15 ans de débats, l’Assemblée générale de l’ONU a reconnu mercredi l’accès à une eau de qualité et à des installations sanitaires comme un droit humain.

Radio-Canada

Le corps humain serait constitué d’environ 70% d’eau. Les dirigeants de l’ONU doivent avoir de l’antigel dans les veines.

15 ans.

La réunionite est la maladie du siècle. Les attablés se gavent de Naya, de paperasses, et griffonnent des zidées. Et tous les petits fonctionnaires adorent les réunions. Ça fait grand… Important.

C’est un jour historique pour le monde, un grand pas dans la bonne direction.

— Maude Barlow, présidente nationale du Conseil des Canadiens et militante pour les droits liés à l’eau

S’il y avait des GPS pour le cerveau, ça dépannerait ces oiseaux qui ont perdu le Nord. « Un pas dans la bonne direction… »

J’espère qu’ils n’ont pas manqué de Naya pour faire ce pas…

À cette vitesse, en 2045, on proclamera que manger est un droit humain.

Canada et États-Unis

Ils se sont abstenus…

En votant ainsi, on se garde le droit de commercialiser l’eau, dont le Canada posséderait le quart des réserves… De l’or translucide pour le futur.

Dune, de Frank Herbert

Voilà qui me rame à un roman de Science-fiction : Dune.

Dans un monde raréfié d’au on utilise des Distilles pour survivre.

Le distille recouvre la totalité du corps, mis à part une partie du visage. Des systèmes dans les talons permettent d’activer des pompes lors de la marche. Ainsi, l’haleine, la transpiration et les excréments humains sont récupérés, traités et recyclés et l’eau est acheminée vers des poches où des tubes permettent de s’abreuver. En portant un distille bien ajusté, un être humain est censé pouvoir survivre en ne perdant qu’un dé à coudre d’eau par jour dans le désert profond.(…)

Néanmoins, un bon distille est relativement couteux et rare, puisque seuls les Fremen fabriquent des distilles de qualité. Celles disponibles sur les marchés urbains ne sont que de pâles copies, bien moins efficaces. Distilles

Tant qu’à se livrer à la SF, aussi bien continuer. Qui sait si dans 10 ans si l’eau ne sera pas géré (sic) par une société d’État et livrée par des stations d’eau similaires à celles du Pétrole?

British Pétreaulethomme!

Belle compagnie!

On va se faire forer pas à peu près!

Déjà qu’on l’est…

Tony Spaghetti

Le grand avantage du crime organisé c’est celui des réunions qui ne se font pas à l’eau embouteillée Naya, mais au cognac, au champagne, et aux restes de marchandises non vendues.  Ça vous brasse un cerveau. En plus, ils ne sont pas payés pour travailler à niaiser, ils travaillent pour être payés.

Nous voilà dans un scénario dantesque… Après s’être livré à du trafic de marchandises illicites, – des besoins très secondaires – il se pourrait alors que l’on assiste à un marché souterrain de besoins primaires.

L’eau.

Les réussites de l’ONU

Pétrole contre nourriture est le nom d’un programme visant à satisfaire les besoins humanitaires du peuple irakien après la guerre du Koweït (aussi appelée deuxième guerre du Golfe, la première étant la guerre Iran-Irak). Il est mis en place pour réduire les souffrances prolongées du peuple irakien dues aux sanctions économiques mises en place par l’ONU suite à l’invasion du Koweït par l’Irak en août 1990. Selon certaines estimations, 1,5 millions d’Irakiens auraient péri par manque de nourriture ou de médicaments durant l’embargo international . Hans van Sponeck affirmait alors que les sanctions internationales causaient la mort de 150 enfants par jour.

Temporaire à l’origine, il permet à l’Irak de vendre son pétrole et d’acheter en échange de la nourriture, des médicaments et de nombreux services, cela sous la supervision de l’ONU. Il est interrompu suite à l’intervention militaire des États-Unis et de leurs alliés en 2003.

Conçu comme une « mesure temporaire destinée à couvrir les besoins humanitaires du peuple irakien », le programme « Pétrole contre nourriture » fonctionne de 1996 à 2003, brassant en tout 64 milliards de dollars.

Ce système s’accompagne d’un important réseau de corruption, conçu par le régime irakien comme un réseau d’influence international. Il s’étend en France, en Russie, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Italie, en Australie, en Inde, et au sein même des rouages de l’ONU, la femme de Boutrous Ghali, le fils de Kofi Annan. Pétrole contre nourriture

L’amputation du bouton à quatre trous

Si le « progrès » continue de nous effilocher, de nous dépiécer, nous allons finir en un « déprogrès » avec un bouton à un trou…

Quelqu’un de sensé peut-il nous expliquer comment on peut en arriver après 15 ans à un délire pareil et  à des coûts astronomiques?

Toute cette machinerie lourde pour aboutir  à une telle « conclusion »…

J’espère qu’un génie du M.I.T se penchera un jour sur la question et nous fera une équation démontrant que plus nous évoluons dans les domaines techniques – en même temps que noyés dans les hyper-organisations finalement stériles- plus nous croulons.

En littérature, on  le théâtre de l’absurde :

La particularité de Eugène Ionesco et Samuel Beckett est qu’ils ont exposé une philosophie dans un langage lui-même absurde qui réduit les personnages au rang de pantins, détruit entre eux toutes possibilités de communication, ôte toute cohérence à l’intrigue et toute logique aux propos tenus sur scène.

L’absurdité des situations, mais également la destructuration du langage lui-même ont fait de ce style théâtral un mouvement dramatique à part entière. Ce type de théâtre montre une existence dénuée de signification et met en scène la déraison du monde dans laquelle l’humanité se perd. Wiki

La Shoa de la paperasse

L’humanité se perd…

  • 884 millions de personnes dans le monde n’ont pas accès à une eau potable de qualité
  • plus de 2,6 milliards ne disposent pas d’installations sanitaires de base
  • environ 2 millions de personnes, pour la plupart des jeunes enfants, meurent chaque année des suites de maladies causées par une eau impropre à la consommation et l’absence de sanitaires. Radio-Canada

1

Gaëtan Pelletier

2010, 2014

Le snobisme Frankenstein

Facendo la colazione

Dans la gargantuesque tentative de dénuer le monde de son âme, de le rendre « mécanique », nous voilà sans doute tous des Mary Shelley, l’auteure du célèbre roman « Frankenstein ».

Dommage! Grand dommage! On a soufflé sur les âmes pour en éteindre la bougie. Mais on a compensé par une belle et ordurière arnaque du savoir « scientifique ». L’Homme s’est pris pour dieu. Davantage lesdits athées qui ne savent même pas qu’il sont déshabités, sans  lieu précis, non finalement rien compris, mais sont devenus des disciples de cette ignorance que nous sommes autre « chose » qu’un montage insignifiant de cellules.

Sinon que dans l’enfermoir d’une banque soit disant salvatrice. Futur garanti.

Toutes les sciences s’occupent de « NOUS ». L’alchimie des aliments, le grand et pavoisé défilé chimique de l’industrie pharmaceutique. Toutes.  Sans compter la « science » de l’économie. La radine. Celle qui a fait croire qu’elle nourrirait les enfants du monde. Elle les éteint comme on souffle une chandelle.  Elle continuera de par son succès et sa filée de requins mordicus à dents effilées de croire en cette « religion ».

La laïcité est qu’il n’y a pas d’amour – ou plus d’amour – mais une autre négation qui mène à l’aplanissement. On parle d’homophobie! Ah! De quel mot doit-on user pour parler de la différence dite affichée de son « orientation spirituelle »? Dans cette cyclopéenne vision et fabrication d’un monde « frankensteinien », il y a une absence de nuances aussi creuse que le Grand Canyon. Abyssale! Si fragile cette mécompréhension! Car à force de vouloir tout expliquer, tout « RE-construire », l’art de vivre est un cauchemar.Du moins de ce prétendu « art » auquel nous nous nourrissons à chaque chant du coq.

Qui donc sait maintenant si nous ne vivons pas la nuit plus que le jour?

Le travail n’a jamais tué personne….

Dans l’écrin du quotidien que trop géré, notre apport à l’autodestruction est issue de notre esclavage.

Notre plus belle, notre plus noble liberté, -celle que nous avons hélas perdue – , est celle de la simplicité perdue. La Vie – peu importe le nom que vous lui donnez – nous a livré une planète en friche, un monde à fabriquer. Comme si tous les outils étaient là…

Moins de technique et plus d’amour.

Mais qu’est-ce donc que « l’amour »?

Il y a cet inconnu mystère des affinités… Mais dans la cadence sociale, l’amour est un effort de compréhension et « d’aceptabilité ».

Il ne faut pas se leurrer. Nous vivons dans une tour de Babel …

Non, le travail n’a jamais tué personne. Sauf que dans sa forme actuelle, il est possible qu’il tue tout le monde. Nous avons tous les mains propres. 

Votre pays est un insidieux vendeur d’autos. Il ne vend que des machines. Il ne construit que des machines. Il ne construit que des cerveaux.

L’Histoire de l’Humanité est dans une phase d’adolescence.

De fait, l’Homme n’est pas encore un Homme. C’est un soldat-esclave.

Ce que nous cultivons nous entoure au point d’être l’univers, ou vu comme tel. À éplucher des pommes, on arrive à ceci:

tumblr_mi2eh7AGui1qzs3xio1_1280

À éplucher des humains…

Embrassons tous notre cher Frank et parlons nous en twittant….

tumblr_mvce25VVa41soeph9o1_1280

De tous les temps, les snobs on conçu un système de fabrication de richesse pour la richesse. Ils ne savent rien faire d’autre. Et cela vaut pour tous les grands intellectuels qui ont les souliers tellement cirés qu’ils dérapent du cerveau.

Gaëtan Pelletier

8 novembre 2013

Les tueurs à gages de l’humanité

Tueurs à gages chat

___________________

 

Le «tourisme de la misère», que les anglophones désignent sous le terme de «slum tourism» (tourisme de bidonville), est une des niches émergentes du tourisme international et semble promis à un bel avenir. André Désiront, La Presse

La cire d’Icare

Les wall-streeters, et autres financiers, attendent, que la flèche des  bourses – ces représentants de ces amoureux de l’argent, sans âmes – se relève.

La fin du monde, pour un Occidental «moyen»,  c’est la fin de sa liberté 55 qu’on a vendu pendant des années : le rêve de s’asseoir un peu, avant d’aller dormir et disparaître dans la matière. Sauf que pour ses besoins, elle veut étirer votre retraite jusqu’à 70 ans. Vous avez le temps de mourir au travail…

L’Occident n’a plus foi en rien Ni en Jésus, ni en Allah, ni aux financiers. L’Occidental vient de perdre son dernier dieu : Le vendeur du temple bleu.

S’il n’a plus la foi, il reste la loi…

Car il faut quelque chose pour souder une communauté, un peuple. Sinon, c’est le désarroi, l’égoïsme à outrance, et la fin de l’humanisme qui mènera à la fin de l’Humanité.

L’Homme n’est pas un loup solitaire.

Plus de lois : plus de soudure.

Notre Icare, vient de voir ses ailes se fondre à l’approche du soleil.

Sir Icare, ce Seigneur des plateaux, perdu dans ses châteaux,  se croit invincible,  il est possible qu’il le soit. Il vole…

Benoît, mais tordu du cerveau, il a pris soin de s’assurer d’avoir des formules de rechanges pour la colle des ses ailes.

En attendant, le monde croule sous la misère, les petites guerres et les grandes. Celles qui n’apparaissent qu’au journal télévisé.

Dire qu’on vous avertit avant que les images sont cruelles!

Quand une bombe frappe votre maison et que votre enfant est brûlé vif par une bombe, vous n’avez pas besoin d’être averti que l’image sera cruelle.

C’est la différence entre le réel et le virtuel dont nous sommes assommés et à la fois anesthésiés.

Le skieur et l’économiste

Si vous demandez à un skieur alpin le secret de sa réussite, il vous fera plaisir de vous dire tous les trucs qui l’ont mené à sa victoire.

Un skieur alpin, pour être champion, doit partir du haut de la colline et se rendre en bas à une vitesse…record.

Jamais il n’ira se vanter d’avoir chuté.

Il n’explique pas sa chute. Il explique ses victoires.

C’est un champion dans l’art de vous analyser les chutes boursières. Il ne fait que  ça…

Greenspan :

Louant sa grande expérience, les médias l’ont appelé « l’économiste des économistes », ou le « maestros. Il a cependant été mis en cause pour avoir laissé fortement augmenter la masse monétaire par une politique de taux d’intérêt très bas, ce qui est un des facteurs de l’émergence de la crise des surprimes.

Les maestros de la finance se croient grands. Ils le sont de par leur pouvoir d’analyse. On ne leur demande pas de nous expliquer, on leur demande d’être les artisans de la richesse et de nous enseigner à la conserver et à la partager.

À quoi sert tout ce  savoir de techniciens vantards bravache et bluffeur?

Quand on demande à un ingénieur de construire une voiture, on ne lui demande pas de se servir de son savoir pour expliquer la forme d’une  carcasse d’une voiture accidentée.

What’s the use? Comme disent les américains.

Les munitions mènent aux munitions.

On s’interroge sur la raison de la pauvreté, de la misère et, surtout, de la FAIM, dans le monde. On se demande ce qui s’est passé pendant un demi-siècle de «succès économiques» qui devaient gommer un brin cet univers insensé et barbare.

Partout en Inde et autour, une pauvreté abjecte. La solidarité est disparue et la corruption est PARTOUT. On vit la désillusion et la perte de confiance en toute solution. Ils sont 1,5 milliard dans la région. Les grandes provinces de l’Inde on une population qui dépasse celles des plus populeux pays africain ou du Brésil. Ils sont 15 millions à Bombay, 14 à Calcutta, 7 ou 8 millions dans des villes comme Hyderabad ou Bangalore, dont une bonne part des Québécois ne savent même pas qu’elles existent.

Ce n’est là qu’une partie du problème dont l’immensité est affolante.

L’Afrique est aux prises avec la guerre et la pauvreté depuis longtemps.

Le pauvre, par ricochet, est censément la plus grande ressource des dirigeants quasi invisibles qui ont rosé leur  or pour le rendre moins visible.

Les pays riches eux, produisent des armes. Ils les produisent pour – nous dit-on – nous protéger du mal. Ce qu’était le communisme avant la chute du mur de Berlin.  Depuis qu’il s’est «converti» à la religion du néo-libéralisme, son œuvre est une réussite totale.

Nul besoin de contester le «système». Dans la grande foire de Moscou, la ville où le coût de la vie est le plus cher au monde, l’apparence est sous un effet d’excitation et de stroboscopie.

L’Homme saoul ne compte pas ses consommations.

La richesse sert au pouvoir. Le pouvoir produit des armes. Les pays qui «mènent» la planète vendent des armes.

L’arme des pays riches est l’économiste. Ses munitions : les politiciens.

Il conduit l’État à la réussite – apparente ou non – mais à tout le moins à l’efficacité.

Le reste de «machine de guerre» est confié aux soldats lessivés mentalement  – qui accomplissent toujours des «tâches propres».

C’est ce à quoi on l’a formé.

Cependant, la vanité de l’économiste restera toujours qu’il se croit maître du bateau. En vérité, il n’est qu’une balle dans le canon de son propre pays.

Plus un tueur produit du progrès sous forme d’argent ou autres, techniques, postes d’intervention, plus il est gratifié.

Les gages des tueurs sont inversement proportionnels à la capacité de prise de conscience des tueurs.

Lui aussi n’est qu’un soldat. Sauf qu’il se fait octroyer souvent une médaille.

Comme les chiens.

Dans cette chaîne,  tous les «revendeurs» sont nourris de titres, car s’il est une exploitation qui fait l’unanimité chez les humains c’est celle de nourrir le grand puits de son égo avide et de sa vanité qui cherche à multiplier ses miroirs.

C’est ainsi que les armes, à bas prix, transigent à travers les trafiquants d’armes et les petits pays pauvres.

On a vite compris que les misères se battent entre elles.

Et quand ils ne veulent pas se battre, on leur enlève ce qu’ils ont de plus réel dans leur quotidien : La terre.

L’arme du paysan : la terre et le tracteur

Dans les années 80, je travaillais pour une compagnie d’alimentation. Afin de concurrencer  ses compétiteurs, la compagnie acheta des terres en Amérique du Sud. Le coût étant moindre que celles des pays «développés», et la main-œuvre à bon marché.

Vous auriez dû voir la fierté des «tueurs à gages» de seconde main vendus – et totalement ignorants – à ces beaux principes : le développement de l’entreprise en apparence privée.

Le jour où je mis le nez dans l’organigramme d’une grappe de petites compagnies sous-jacentes, je découvris que la concurrence n’était pas «réelle» car lesdits concurrents avaient des actions dans chacune d’entre elles. J’ai remonté la filière au plus loin que je pus pour découvrir finalement qu’il n’existait pas de véritable concurrence.

Camouflées comme des «snipers». Maints noms, maintes manières de faire, se protégeant mutuellement sous ce concept de portefeuille diversifié.

Depuis, le «concept» a fait des progrès (sic). On ne cherche plus les terres pour cultiver de la laitue, mais du biocarburant.

Les vendeurs d’armes achètent les seules armes que possèdent les gens simples : leur terre.

Les touristes à 1080p. La full HD

Qu’on nous vende le Slumdog Millionnaire comme un grand film est assez aberrant. On nous emmène,  sous forme de feuilleton, à  une visite de bidonville ou «l’habitant» se sort de la misère par un jeu télévisé.

Dans la réalité, le, ou les héros, sont retournés à leur bidonville…Malgré le salaire, nous dit-on, bien payé.

Jamal Malik, 18 ans, orphelin vivant dans les taudis de Mumbai, est sur le point de remporter la somme colossale de 20 millions de roupies lors de la version indienne de l’émission Qui veut gagner des millions ? Il n’est plus qu’à une question de la victoire lorsque la police l’arrête sur un soupçon de tricherie.
Sommé de justifier ses bonnes réponses, Jamal explique d’où lui viennent ses connaissances et raconte sa vie dans la rue, ses histoires de famille et même celle de cette fille dont il est tombé amoureux et qu’il a perdue.
Mais comment ce jeune homme est-il parvenu en finale d’une émission de télévision ? La réponse ne fait pas partie du jeu, mais elle est passionnante.
Synopsis, Allo Ciné

Les «fabricants» de films se prennent-ils pour Jésus ?

Non, ils s’auto-congratulent et s’oscarisent mutuellement. Le nombril mène au nombril.

On n’avance pas vite…

La barbarie des tueurs à gages,  version 1943

Je vous livre un passage d’un livre : Le livre de Stella, le témoignage d’une rescapée de la liste de Schindler. Je pourrais prendre n’importe lequel passage, car à chaque page, c’est la barbarie des tueurs à gages habitués à tuer, avec toute la liberté de leur mission. Celui-ci est en apparence anodin :

Un orchestre composé de juifs du camp qui jouent lors des «fêtes» des dirigeants. Cachés derrière un paravent, épuisés, on s’amuse à les réveiller en leur lançant de la bière.

Wilus nous raconta qu’une fois, quelqu’un lui avait lancé un morceau d’anguille dans la figure et qu’il avait réussi à ouvrir la bouche au bon moment et à avaler le délicieux morceau. Après cela, Göth et ses invités se firent un plaisir de leur donner à manger de cette façon. Les Rosner finirent par atteindre une certaine perfection dans cette technique; ils attrapaient les morceaux à la façon des chiens. (p119, France Loisirs).

On ne tue plus avec un luger, on est à ce point lassés du jeu qu’on préfère jouer avec la proie.

Le plus triste : c’est à ça que jouent les financiers de ce monde. Ils ont des exécutants pour les guerres de chairs et d’autres pour les guerres d’âmes.

La soudure à froid

Une fois les petits pays déchiquetés, les citoyens divisés, le règne des nouveaux conquérants arrive.

La faiblesse des pays n’est plus leur force d’armement, mais leur faiblesse de soudure sociale. Et cette soudure est souvent vendue par les dirigeants par le biais «d’agents de changes» venus d’ailleurs.

Ces derniers temps, j’ai visionné la trilogie de Pagnol. De vieux films datant des années 30.

La soudure à la chaleur.

Le coin de pays.

Pourtant, je n’habite pas la France.

Mais j’habite la chaleur.

Celle des humains.

Et tant qu’on nous aura divisés dans celle-ci, le monde aura beau se bijouter de cellulaires, la vraie communication n’existera plus.

Nous serons victimes de ces faux Icares chimiques.

Il n’est qu’une seule colle : l’amour et le respect.

Et il faudra que naisse une nouvelle race : celle d’une couleur de peau qui n’aura plus d’importance, pourvu que nous reprenions le contrôle de nos écoutes intérieures.

C’est pour cette raison qu’il faut écouter les artistes : ils n’ont pas de soldats ni de tueurs à former. Ils ont compris que la beauté de la vie se situe dans la simplicité et la tendresse.

Pourtant, que la montagne est belle

Comment, peut-on s’imaginer

En voyant un vol d’hirondelles

Que l’automne vient d’arriver

Jean Ferrat

Délivrons-nous du faux trône que l’on veut nous vendre.

Il fait de nous des tueurs à gages.

Même dans l’indifférence…

P.S. :L’image est de : JUJU

Et je tiens à le remercier pour cette superbe et éloquente photo.

Gaëtan Pelletier

 

L’or rouge des démoralitas

sang_carre

$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$

Gaëtan Pelletier 

« Le recours croissant aux sous-traitants privés, forces privées ou,
comme diraient certains, « mercenaires », rend les guerres plus
faciles à déclencher et à combattre – ça ne prend que de l’argent
et pas de citoyens », Michael Ratner,

On dit que l’argent n’a pas d’odeur, Il a maintenant une couleur : le sang des humains. Hélas, c’est un filon qui bouge… Il faut donc des tireurs d’élite, des antrhropoïdes à tête d’épingle pétris  par des dirigeants boueux d’états. Si l’ on pouvait matérialiser leur capacité de morale et de jugement, il faudrait le télescope spatial hubble pour les déceler. Ils ont dans le crâne la puce du terrorisme bien implantée.

Ils démolissent, ils sont sans morale, et c’est la raison pour laquelle je les nomme les démoralitas.

Ce n’est pas nouveau. Les mercenaires existent depuis longtemps. Sauf que maintenant, ils peuvent aller dans le «privé». Dans un monde de culture de Rambo, on ne fait plus la différence entre une blatte et un humain.

Je me souviens d’une pub il y a quelques années de  l’Armée canadienne. «Si la vie vous intéresse…»

Immanquablement, je répondais …«Et celle des autres, pas du tout».

Jadis, on s’enrôlait pour voyager, «voir du pays». Depuis l’Afghanistan, on s’enrôle  à titre de combattant pour  «répandre la démocratie». S’il existe un «modèle» de démocratie dans le monde, c’est bien celle des  Etats-Unis d’Ahmérique ! (sic)

J’avais un élève dans ma classe, aspirant soldat, revenu fraîchement de quelques semaines d’entraînement aux États-Unis. Il passait son temps à dormir sur le bureau.

–  À quoi es-tu allé t’entraîner, lui ai-je demandé.

–   À ne pas dormir…

Se tuer au travail  ou tuer au travail ?

Ce n’est pas un secret que les Etats-Unis ont trouvé le moyen d’éponger un peu leur déficit de guerre.  Les coûts de la guerre  sont effarants. Le cadran défile à toute allure, jetez-y un  oeil On dirait un compteur  d’Hydro-Québec stéroïdé, atteint de la maladie de parkinson.   Comme dirait le comique stand-up, on pourrait  scier un érable avec la «roue » qui tourne.

En fait, si je mettais autant d’argent à «protéger» ma maison et mes avoirs, il ne me resterait plus rien pour manger.

En novlangue, on appelle cela des agents de sécurité. En réalité, ce sont des mercenaires qui gagnent comme salaire minimum $150,000 : celui d’un député fédéral canadien. Sauf que le second est en train de nous tuer dans une  manière si surannée  qu’il en a des moisissures dans le cerveau : comme la confiture dans le frigo après un lonnnnnnnnnng séjour.

L’échelle des salaires reflète aussi la mondialisation : en Irak, un ancien béret vert américain peut gagner jusqu’à 1 000 dollars par jour là où un ancien gurkha népalais fera 1 000 dollars par mois. Agir contre la guerre

C’est ainsi que les aventuriers à gros bras «burgerisés»(sic), vont travailler pour des firmes privées de plus en plus nombreuses et de plus en plus concurrentes.

Contrairement aux règles en vigueur pour les victimes militaires, la diffusion des informations sur les pertes civiles est à la discrétion des employeurs.

La phrase est à deux tranchants puisque les dommages collatéraux causées par ces employés au travail sont eux aussi très discrets.

Vous pouvez toujours investir à la bourse, ça se développe comme un champignon après la pluie.

Bénédiction du pays : après l’appui c’est le beau temps.

Les sociétés militaires privées et leurs clients opèrent dans plus de 50 zones de conflit dans le monde, mais leur premier client est le contribuable américain : Washington a signé plus de 3 000 contrats avec des PMF au cours de la dernière décennie. Après la fin de la guerre froide, le secteur privé s’est épanoui dans un contexte de réduction des moyens militaires (l’armée américaine n’est plus que les deux tiers de ce qu’elle était pendant la première guerre du Golfe, en 1991), d’exigences croissantes de nouveaux déploiements et de technicisation de la guerre moderne. Agir contre la guerre

The «dear» hunter…

Irak mercenaire

_____________________

«Aller en Irak et tuer le plus d’Irakiens possible

était vu comme un sport, un jeu» La Presse

Cette race de cowboys du désert ne défend pas son pays, elle défend les grands argentiers privés qui se servent de la guerre et  qui ont troqué leur célèbre Time is money pour  Blood is money. Fabriquer des armes pour son pays est une chose,  fabriquer des tueurs pour  en est une autre. La majorité de ces «soldats» ont été entraînés par l’armée. Ils la quittent ensuite pour s’engager dans des firmes privées à 2 à 10  fois le salaire du combattant étasunien. En bout de ligne, les américains se blousent les uns les autres. Une démocratie dans une escrocrassie… Un pays de poupées russe où les rats du lobbying font des affaires d’or.

Cet or rouge est train de faire la fortune de firmes sans pays. La liste est longue… Si longue que le département américain ne veut pas la divulguer.

Vinnnell, MPRI, Nour, et la célèbre Blackwater.

BLACKWATER

___________________________________________________________________

Bienvenue à Moyock, où Blackwater offre aussi des « programmes d’aventure » aux familles

Depuis le 11 septembre, Blackwater a recruté dans sa direction exécutive quelques hauts responsables proches de l’administration Bush. Parmi eux il y a J. Cofer Black, ancien chef du contre-terrorisme à la CIA, qui a dirigé la chasse à Oussama  Ben Laden après le 11 Septembre, et Joseph Schmitz, un ancien inspecteur général du Pentagone, qui était responsable de la politique de gestion des sous-traitants comme Blackwater pendant une bonne durée de la « guerre contre le terrorisme », ce dont il a été accusé de ne pas s’être acquitté de manière efficace. Vers la fin de la période de fonction de Schmitz, le puissant sénateur républicain Charles Grassley a lancé une enquête du Congrès pour savoir si Schmitz avait “étouffé ou fait dévier deux enquêtes criminelles » sur des hauts responsables de l’administration Bush. Pris sous le feu des deux partis, Schmitz a démissionné et  a rejoint Blackwater. . Agir contre la guerre

Démissionné ? On recrute les meilleurs des «plus pires». Du mauvais qui devient bon est une dénaturation à laquelle nous sommes confrontés. Les monde des affaires est toujours à refaire la vieilles recette du pâté chinois : le maïs change de couche, et le steak haché est vendangé dans le civil ou les «récalcitrants». En formule de Judas, on nomme cela une «nomination». Ou grimper dans l’échelle sociale…

De la silence-friction : après avoir rasé le mouton citoyen, celui-ci se console en se disant qu’il n’a pas encore été abattu.

Fondée en 1996 par Gary Jackson, un ancien des forces spéciales de la marine (navy seals), Blackwater jouit d’une bonne réputation et est d’ailleurs l’une des rares sociétés de ce secteur à ouvrir ses installations à la presse. Elle possède un immense domaine en Caroline du Nord, à 40 km au sud de la base navale de Norfolk, où plus de 50 000 militaires ont déjà suivi un entraînement. Blackwater se spécialise aujourd’hui dans les programmes antiterroristes et a décroché un contrat de 35 millions de dollars pour former 10 000 marins de la Navy à la protection de leur force. L’entreprise a commencé par recruter d’anciens militaires américains, principalement issus des forces spéciales, mais la pression de la demande l’a orientée vers de la main-d’œuvre meilleur marché : 30 % de son personnel actuel n’est pas de formation militaire et vient en partie des rangs de la police. En février, Blackwater a recruté 60 anciens soldats chiliens, auxquels elle a offert 4 000 dollars par mois pour protéger des installations pétrolières en Irak. Fin mars, la firme déclarait avoir 450 hommes sur le terrain (et non pas « 5 ou 6 », comme nous l’indiquait un général du Pentagone). Blackwater est notamment chargée de la sécurité rapprochée de l’administrateur américain Paul Bremer – un contrat de 21 millions de dollars -, dont elle assure aussi le transport, à l’aide de deux hélicoptères. Mondialisation.ca

Les produits dérivés…

Parmi ces coups de fil, il y en eut un de la CIA, qui donna un contrat à Blackwater pour travailler en Afghanistan au tout début des opérations US là-bas. Dans les années qui ont suivi, la société est devenue l’un des plus gros bénéficiaires de la « guerre contre le terrorisme », gagnant près d’un milliard de dollars dans des contrats non secrets, dont beaucoup étaient des arrangements hors adjudication.  En une décennie, Prince a étendu le QG de Moyock à 3500 hectares, en en faisant la plus grande base militaire privée du monde.  Blackwater a actuellement des effectifs de 2300 personnes déployées dans neuf pays, avec 20000 autres contractuels à disposition.   Elle a une flotte de plus de 20 engins aériens, dont des hélicoptères de combat , une division de renseignement privé et elle produit des dirigeables de surveillance et des installations de tir à la cible.

Fouettée de cette réussite, Blackwater ne fournit plus que des gros bras, mais achète des cerveaux pour concocter un arsenal de produits affinés.

Blackawater produits 2

Blackwater produits

Deux produits Blackwater : le dirigeable de renseignement Polar 400 et transporteur  blindé de troupes Grizzly, garanti contre toutes sortes d' »engins explosifs improvisés »

_______________________________________________________________________

Les 50 miroirs de Narcisse

C’est drôle… et pas. Les américains qui viennent visiter notre coin de pays – quand la monnaie est de leur «côté» (radin?),   se promènent avec leur minuscule drapeau accroché à leur auto. Fiers! Une queue de paon à 50 étoiles.

Ils ont d’ailleurs de d’étranges réflexes : dès qu’apparaît un extra-terrestre, ils sortent leur .38 de leur tiroir. On ne peut pas être plus inintelligent… Mais ils dégainent  vite… Un vieux vacher dans un monde de vaches folles…

Je me suis demandé comment ces gens voyaient leur pays de chiens de guerre.

«On peut se voir en utilisant le reflet à la surface de l’eau (comme Narcisse) ou dans une vitre ; dans ce cas la réflexion est partielle tandis qu’avec un miroir parfait la réflexion est totale.» Miroir

Je vous laisse sur une image qui dit tout sur cette «perception» : de la novlangue en image…

Tueurs à gages chat

___________________________________________________________________

Quand j’écris, il y a souvent Charlie mon chat qui tourne alentour du clavier. Pas très «brillant» le Charlie, mais un sapré bon garçon , et il a quelque chose que nous n’avons plus: Il ne sait pas lire, mais il sait «ressentir».

VOMIT

________________________________________________________________________

J’ai eu la même réaction, sauf qu’il a été plus rapide que moi…

Alors j’attends…

Cimetière de nos avoirs…

La folie militaire – payée par les citoyens de tous les pays… qui en ont les moyens. On crée, on jette le désuet, on fabrique. Après quelques années, ces cimetières, monstrueux, deviennent le « dumping » de nos avoirs et de nos sueurs.

Beaucoup d’aluminium, si je ne me trompe. On pourrait construire des millions de fauteuils roulant.

Mais on préfère donner la tâche à des écoliers qui ramassent des languettes de canettes de « sodas » en aluminium.

Et à les rendre coupable de consommer… Sauver la planète!

Bel exemple d’hypocrisie.

Quand on pense qu’un chasseur vaut dans les 60$ millions. Ce qu’on ici représente une jolie somme de l’argent gaspillé à s’entretuer, ou à se protéger des ennemis « potentiels ».

C’est le coût de « l’intelligence » humaine au pouvoir…

Sans compter les rats financiers qui siphonnent vos sueurs.

Ça donne le goût d’aller vivre en Alaska, ou dans le Nord du Québec, sous une tente…

FCCUK.ORG

Ce qui donne le goût d’être un citoyen « modèle »….

Une certaine forme d’esclavage.

Gaëtan Pelletier

Haïti-États-Unis: les vampires à pays

$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$

Haïti était pauvre. Haïti est pauvre. Certains pays dans le monde vivent une richesse « provisoire » sous le joug de certaines nations riches ainsi que d’investisseurs qui gobent des terres.

Le palme.

De l’essence bio… etc. De la monoculture avec du « cheap labor ».

Pour un temps.

« De nombreux mouvements tels que la Confédération paysanne, Peuples solidaires, le Réseau action climat ou Oxfam, dénoncent les agrocarburants. Du Brésil à l’Indonésie en passant par le Sénégal, petits paysans et communautés locales sont expropriés et nombre de forêts rasées pour faire place aux millions d’hectares de plantations de palmiers à huile, de soja ou de jatropha. Le Brésil est, depuis trente ans, en pointe dans la production d’éthanol à base de canne à sucre. Il est aujourd’hui le deuxième producteur d’agrocarburants derrière les États-Unis. » Nadia Badjali, Bastamag

$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$

Ce qu’on cache délibérément à l’aide de cette comparaison c’est le rapport véritable qui s’est établi en plus d’un siècle entre la « création de richesse » aux Etats-Unis et la pauvreté d’Haïti. C’est là un rapport basé sur l’usage de la force à la poursuite des intérêts prédateurs de l’impérialisme américain dans un pays opprimé au cours de l’histoire.

Si l’administration Obama et le Pentagone réalisent les plans rapportés dans la presse de déployer un corps expéditionnaire de Marines à Haïti, ce sera la quatrième fois en quatre-vingt quinze ans que les forces armées américaines auront occupé cette nation appauvrie des Caraïbes. Cette fois-ci encore, l’objectif principal d’une telle opération militaire sera de défendre les intérêts des Etats-Unis et de se prémunir contre ce que le Times appelle la « propension à l’insurrection », plutôt que d’aider le peuple Haïtien.

La nature de ces relations remonte à la naissance d’Haïti en tant que première république noire indépendante en 1804 et qui fut le résultat d’une révolution d’esclaves dirigée par Toussaint Louverture et de la défaite ensuite d’une armée française envoyée par Napoléon.

Les classes dirigeantes du monde n’ont jamais pardonné à Haïti sa victoire révolutionnaire. Haïti fut soumise à un embargo international dirigé par les Etats-Unis qui craignaient que l’exemple haïtien n’aille inspirer une révolte similaire dans les Etats esclavagistes du Sud. Ce ne fut qu’avec la sécession du Sud et la Guerre civile que le Nord reconnut Haïti – quelque 60 ans après son indépendance.

Au début du vingtième siècle, Haïti passa sous la domination des Etats-Unis et des banques américaines, dont les intérêts furent défendus par l’envoi des Marines et une occupation de plus de 20 ans, maintenue au moyen d’une répression sanglante de la résistance haïtienne.

Les Marines ne quittèrent l’île qu’après avoir réalisé une « haïtianisation » — comme le New York Times l’appela à l’époque – de la guerre contre le peuple haïtien en construisant une armée vouée à la répression interne.

Par la suite, Washington appuya la dictature des Duvalier qui dura trente ans et commença avec l’arrivée au pouvoir de Papa Doc en 1957. Des milliers d’Haïtiens moururent aux mains de l’armée et des redoutés Tontons macoute mais l’impérialisme américain considérait cette dictature meurtrière comme un rempart contre le communisme et la révolution dans les Caraïbes.

Depuis les soulèvements de masse qui ont entraîné la chute des Duvalier en 1986, des gouvernements américains successifs, républicains comme démocrates, ont cherché à reconstituer un Etat satellite fiable et capable de défendre les marchés et les investissements de sociétés américaines, attirées par des salaires de famine, et la propriété et la richesse de l’élite dirigeante haïtienne. Cela voulait dire empêcher tout défi lancé à un ordre socio-économique maintenant 80 pour cent de la population dans une pauvreté extrême.

Cet effort continue à ce jour sous la tutelle de Bill et Hillary Clinton – respectivement représentant spécial des Nations Unies pour Haïti et secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères des Etats-Unis – et qui ont tous deux du sang haïtien sur les mains.

Washington a appuyé deux coups d’Etat et a par deux fois envoyé des troupes en Haïti ces vingt dernières années. Les deux coups d’Etat furent montés pour renverser Jean-Bertrand Aristide, le premier président haïtien à être élu par un vote populaire et sans l’approbation de Washington. Les coups d’Etat de 1994 et 2004 ont fait 13.000 victimes haïtiennes. Lors du renversement du gouvernement en 2004, Aristide fut transporté de force hors du pays par des agents américains.

par Bill Van Auken – Article original, WSWS, publié le 15 janvier 2010.

DGuimond, News of Tomorrow

A BEAUTIFUL MIND :-)

ilya200ans-200yearsago-1

Bush