Archives de Tag: Amérindiens

Attawapiskat ou le règne du mépris

Les auteurs de cet article : Camil Bouchard, Gérard Duhaime, Francine Lavoie, Georgia Vrakas, Dominique Arama, Marie-Claude Larrivée, Isabelle Boisvert et Émilie Ruffin

À la fin des années 1800, le gouvernement du Canada interdisait aux autochtones le recours à leur médecine traditionnelle et leurs rites religieux. Puis vinrent les écoles résidentielles. Les enfants y furent portés pensionnaires avec interdiction de parler leur langue : une tentative de génocide culturel dont la loi sur les Indiens adoptée à la fin des années 1880 et revue en 1951 consacre la légalité depuis lors. Cette loi enlève tout droit de propriété résidentielle aux autochtones, les confine à des réserves, les soustrait de toute responsabilité fiscale leur refusant du coup les droits et privilèges de citoyens responsables de leur destin. Cet effort soutenu d’assimilation des autochtones à la majorité Blanche ressemble à s’y méprendre à un apartheid ethnique, infantilise les membres des Premières nations et les piège jour après jour dans une dépendance économique, sociale et culturelle toxique. La suppression systématique de leur culture passe par la négation successive de leur spiritualité, de leur langue, de la relation nourricière avec la Terre. Les réserves sur lesquelles ils sont confinés sont continuellement menacées, perturbées ou inondées dépendant des calendriers de développement économique sur lesquels ils n’ont très souvent rien à dire. C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre les taux alarmants de suicides et de dépendance aux drogues chez les autochtones et leur méfiance à l’égard d’un système éducatif qui a broyé toute une génération et qui gomme leur appartenance culturelle.

C’est dans ce contexte aussi que s’inscrit l’attitude méprisante du gouvernement Harper dans la mise en tutelle de la municipalité d’Attawapiskat. Ce faisant, le gouvernement laisse entendre que le manque de logements salubres à Attawapiskat est le résultat d’une administration locale incompétente. Il a beau jeu de le faire, la recette est connue : vous refusez l’exercice des responsabilités civiques à un groupe, vous le confinez à des espaces de vie marginaux et insuffisants à ce que ses membres puissent assurer leurs besoins essentiels comme se nourrir, se loger et se vêtir, et vous les financez ensuite selon votre bon vouloir en les accusant de ne pas prendre leurs responsabilités. Cela relève de la plus haute hypocrisie et de la désinformation malfaisante. L’exemple des 90 millions$ versés à la communauté d’Attawapiskat est éloquent à cet égard. Alors que le gouvernement Harper affirme que ces 90 millions$ ont été octroyés pour la construction de logements, il sait pertinemment que ce n’est pas le cas. Cette somme sert à couvrir l’ensemble des programmes sociaux de la communauté : le logement (5,8 millions$), la santé, les écoles, les infrastructures de tout ordre. La somme dévolue au logement est à peine suffisante pour construire 23 logements alors qu’il en manque plus de 200. On induit sciemment une perception de générosité sans bornes du bon gouvernement canadien à l’égard des «Indiens irresponsables».

Durant ce temps, de l’autre côté de la Baie d’Hudson, dans les 14 communautés de la Baie James et de la Baie d’Ungava,  les Inuits du Nunavik continuent de s’entasser à qui mieux-mieux dans de petits logements dont il manque encore près de 1000 unités, de l’aveu même du gouvernement québécois. Alors que ce dernier annonce un investissement pour la construction de 500 logements supplémentaires (pour lesquels on espère que Québec honorera ses engagements…)  en sus des 340 prévus dans l’entente quinquennale avec Ottawa, le gouvernement Harper refuse toujours de reconnaître ce besoin criant des habitants du Nord. Attawapiskat vit un cauchemar aux yeux de tous. Les villages du Nunavik sont aux prises avec le même problème depuis longtemps et cela engendre des drames qui font quelquefois la manchette puis tombent dans l’oubli, la distance, l’isolement ou l’indifférence faisant leur oeuvre. L’attitude du gouvernement Harper devant la détresse des familles d’Attawapiskat nous fait imaginer le pire pour toutes les autres communautés autochtones. On comprend aisément pourquoi ce gouvernement s’est longuement fait tirer l’oreille avant de signer la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. Le temps est venu de saisir l’ONU du peu de cas que fait le gouvernement canadien de ces droits.

http://www.centpapiers.com/canada-attawapiskat-ou-le-regne-du-mepris/89410

AP Photo/Adrian Wyld, The Canadian Press

AP Photo/Adrian Wyld, The Canadian Press

Rafle des années 60 : des enfants autochtones ont été vendus à l’étranger

Carla Williams a été adoptée par une famille néerlandaise. Ses parents lui ont dit qu'ils l'ont achetée pour 6400$.

Une enquête de CBC révèle que certains enfants autochtones retirés de leur famille pendant la rafle des années 1960 ont été vendus à l’étranger.

Connue en anglais sous le nom de « Sixties Scoop », cette politique gouvernementale a arraché des milliers d’enfants autochtones à leur famille pour les faire adopter par des familles blanches au Canada, aux États-Unis et en Europe.

Des documents liés à l’adoption d’enfants autochtones dans le cadre du programme fédéral révèlent que ceux-ci ont fait l’objet d’une campagne de commercialisation agressive à l’endroit d’églises et d’agences d’adoption américaines. Les enfants étaient notamment répertoriés dans des catalogues, où on leur accordait une valeur monétaire.

Barbara Tremitiere était préposée à l’adoption au Tressler Lutheran Home for Children, un organisme basé en Pennsylvanie, dans les années 1970. Elle se souvient des catalogues envoyés à son agence dans lesquels figuraient les noms et photos d’enfants disponibles au Canada.

Articles faisant la promotion d'adoption d'enfants autochtones
Articles faisant la promotion d’adoption d’enfants autochtones   Photo : Karen Pauls

« À cette époque-là, les règles entourant l’immigration étaient très différentes. Les enfants autochtones étaient considérés comme des citoyens des deux pays, donc il n’était pas nécessaire de passer par l’immigration pour les amener [aux États-Unis] », raconte Mme Tremitiere, ajoutant que son agence percevait entre 1000 $ et 2000 $ pour chaque adoption d’enfant autochtone en provenance du Canada.

Parmi les enfants adoptés par l’entremise du Tressler Lutheran Home for Children figurent les soeurs jumelles Alison Sweigart et Debra Floyd, qui ont été retirées de leur communauté au Manitoba et adoptées en Pennsylvanie. Leurs parents adoptifs les ont choisies dans un catalogue où leur valeur était « évaluée à 10 000 $ ».

« [Ma mère] m’a dit que c’était comme feuilleter un magazine pour choisir celui que tu voulais », raconte Alison Sweigart, ajoutant que ses parents adoptifs ont payé la somme demandée.

C’était comme un marché noir. C’est incroyable que des gens aient pu faire cela dans l’impunité

Alison Sweigart

Carla Williams est née au Manitoba et a été adoptée par un couple néerlandais. Elle avait 11 ans lorsqu’elle a trouvé le reçu de son achat. « J’étais évaluée à 6700 $ canadiens », dit-elle, ajoutant que le reçu officiel avait été signé par un juge.

SOURCE: RADIO-CANADA, 2016

la suite ICI 

Voici pourquoi les Amérindiens gardaient leurs cheveux longs

 

Quand vous voyez quelqu’un avec de longs cheveux, que vous dites-vous ?

Qu’il s’agit d’un hippie ?

Et si l’on vous disait que les cheveux étaient en réalité une extension du système nerveux et que si vous aviez les cheveux longs, vous pourriez accéder aux informations extrasensorielles subtiles ?

Voici pourquoi de nombreux Amérindiens gardaient leurs cheveux longs.

Rapporté par C. Young

Cette information sur les cheveux a été cachée au public depuis la guerre du Vietnam.

Notre culture amène les gens à croire que les coiffures sont une question de préférence personnelle, que c’est une affaire de mode et/ou de commodité et que la manière dont on se coiffe n’est qu’une histoire d’esthétique. Pourtant pendant la guerre du Vietnam, une description entièrement différente s’est révélée, qui a été soigneusement dissimulée et cachée au public.

Au début des années 90, Sally [le nom a été changé pour protéger la vie privée] était mariée à un psychologue diplômé qui travaillait dans un centre médical de l’état de Virginie. Il travaillait pour des vétérans de l’armée victimes de troubles de stress post-traumatiques. La plupart avaient servi au Vietnam.

Sally disait :

“Je me souviens clairement d’un soir où mon mari revint à la maison avec dans les mains un gros dossier officiel. Dedans se trouvaient des centaines de pages de certaines études demandées par le gouvernement. Il ressentit un choc en regardant le contenu. Ce qu’il a lu dans ces documents a complètement bouleversé sa vie. À partir de ce moment-là mon conservateur de mari laissa pousser ses cheveux et sa barbe et ne les coupa plus jamais. Encore mieux, le centre médical le laissa faire et d’autres hommes très conservateurs de l’équipe suivirent son exemple. En lisant les documents, j’appris pourquoi. Il semble que pendant la guerre du Vietnam des forces spéciales du département de la défense avaient envoyé des experts pour fouiller les réserves amérindiennes à la recherche de sentinelles talentueuses, de jeunes hommes robustes entraînés à se mouvoir furtivement en terrain accidenté. Ils cherchaient en particulier des hommes aux capacités de pistage exceptionnelles, presque surnaturelles. Avant d’être approchés, ces hommes soigneusement sélectionnés étaient largement reconnus comme des experts dans le pistage et la survie.

Avec les incitations habituelles, les belles phrases qui avaient fait leurs preuves pour enrôler de nouvelles recrues, certains pisteurs indiens furent alors engagés. Une fois engagés, une chose étonnante arriva. Tous les talents et compétences qu’ils possédaient dans la réserve semblaient avoir mystérieusement disparu, recrue après recrue, ils ratèrent ce qu’ils étaient censés accomplir dans leur domaine.

De sérieuses pertes et échecs conduisirent le gouvernement à passer des contrats pour faire réaliser des tests coûteux à ces recrues, et voici ce qui fut découvert.

Quand on les interrogeait sur leur échec à accomplir ce qu’on attendait d’eux, les recrues plus âgées répondirent systématiquement qu’en subissant leur coupe de cheveux militaire obligatoire, ils ne pouvaient plus ‘sentir’ l’ennemi, ils n’avaient plus accès à leur ‘sixième sens’, ils ne pouvaient plus se fier à leur ‘intuition’, ils ne pouvaient plus lire non plus les signes subtils ou accéder à une subtile information extra-sensorielle.

L’institut pour les tests recruta d’autres pisteurs indiens, leur laissa les cheveux longs et les testa dans de multiples domaines. Puis ils mirent par paire deux hommes qui avaient reçu le même score sur tous les tests. Ils laissèrent l’un des deux hommes avec les cheveux longs et firent une coupe de cheveux militaire à l’autre. Puis les deux hommes refirent les tests.

À chaque fois l’homme aux cheveux longs conservait des scores élevés. À chaque fois l’homme aux cheveux courts ratait les tests où il avait auparavant obtenu de bons scores.

Ils ont donc décidé de tester les jeunes hommes

La recrue dort dehors dans les bois. Un ‘ennemi’ armé s’approche de l’homme endormi. L’homme aux cheveux longs est sorti de son sommeil par un fort instinct de danger et s’en va longtemps avant que l’ennemi ne soit près de lui, longtemps avant que les bruits de l’ennemi en approche soient audibles.

Dans une variante de ce test l’homme aux cheveux longs capte une approche et a l’intuition que l’ennemi va l’attaquer physiquement. Il suit son ‘sixième sens’ et reste calme, faisant semblant de dormir, mais se saisit rapidement de l’attaquant et le ‘tue’ quand l’attaquant est près de l’étrangler.

Ce même homme, après avoir exécuté ces tests et d’autres, a reçu une coupe de cheveux militaire et a raté constamment ces tests, et bien d’autres qu’il avait réussi précédemment.

Le document recommandait donc que tous les pisteurs indiens soient exemptés de coupes de cheveux. Qu’en fait, les pisteurs gardent leurs cheveux longs.

Le corps des mammifères a évolué pendant des millions d’années. Certaines capacités de survie humaine et animale semblent parfois presque surnaturelles. La science découvre constamment des aptitudes étonnantes de survie chez l’homme et l’animal. Chaque partie du corps possède une fonction très sensible pour réaliser la survie et le bien-être du corps dans son ensemble. Chaque partie du corps possède sa raison d’être.
Les cheveux sont une extension du système nerveux, on peut les considérer comme des nerfs extériorisés qui transmettent de nombreuses informations au tronc cérébral, au système limbique et au néocortex.(Le tronc cérébral et le système limbique constituent le cerveau “reptilien” de survie et le néocortex représente le cerveau récent avec la “matière grise”, NdT).

Pour les gens, non seulement les cheveux, mais aussi la barbe chez les hommes, fournissent un circuit d’informations qui atteint le cerveau, mais les cheveux émettent de l’énergie, une énergie électromagnétique produite par le cerveau vers l’environnement extérieur. On le voit avec une photo Kirlian, quand la personne est photographiée les cheveux longs et ensuite avec les cheveux coupés.

Quand les cheveux sont coupés, la réception et l’émission des transmissions vers et en provenance de l’environnement sont grandement entravées. Ce qui provoque une insensibilité.

Couper les cheveux est un facteur contribuant à une insensibilité à la détresse de l’environnement proche. C’est également un facteur contribuant à une insensibilité dans les relations de toute sorte.

Quand les cheveux sont coupés, la réception et l’émission des transmissions vers et en provenance de l’environnement sont grandement entravées. Ce qui donne une insensibilité.

Couper les cheveux est un facteur contribuant à une insensibilité à la détresse de l’environnement proche. C’est aussi un facteur contribuant à une insensibilité dans les relations de toute sorte. Cela contribue à une frustration sexuelle.

Conclusion :

Si on cherche des solutions à la détresse de notre monde, il pourrait être temps d’envisager que nombre de nos suppositions les plus basiques sur la réalité sont erronées. Il est possible qu’une grande partie de la solution est de nous regarder en face chaque matin dans la glace.

L’histoire de Samson et Dalila dans  la Bible où il y a beaucoup de vérités codées à apprendre. Lorsque Dalila a coupé les cheveux de Samson, lui qui était invincible a été défait.

Source : http://www.higherperspectives.com et http://themindunleashed.org/2015

Claire C.

– See more at: http://www.espritsciencemetaphysiques.com/amerindiens-gardaient-leurs-cheveux-longs.html#sthash.CKztPIag.dpuf

http://www.espritsciencemetaphysiques.com/amerindiens-gardaient-leurs-cheveux-longs.html

 

L’art des amérindiens de la conservation des bleuets

Photo de Musée de la Neufve-France.

PÂTE DE BLEUETS (OSEKWAN) Pour conserver les bleuets, les Amérindiens les font bouillir une heure ou plus, jusqu’à ce qu’ils soient épais. Le feu doit être très bas et l’on ne doit pas utiliser de sucre, seulement un peu d’eau qu’on doit ajouter un peu à la fois. Lorsque les fruits forment une pâte, on les place dans un récipient en écorce de bouleau en forme d’enveloppe et on les laisse ainsi sécher au soleil. Parfois les baies pouvaient aussi être fumées. La pâte de bleuets se conserve pendant des années et ne perd jamais sa saveur ni sa couleur. Toutes les baies peuvent être ainsi conservées sauf les fraises.

Amérindiens et séchage de poissons

Photo de Musée de la Neufve-France.

Amérindienne devant son tipi avec des poissons en train de sécher sur des perches. Lac des Bois, Minnesota, 1912. Photo de Carl Gustaf Linde.

Maisons des hurons

Photo de Musée de la Neufve-France.

MAISON LONGUE DES HURONS-WENDATS « Les cabanes de ce pays ne sont ny des Louvres ny des Palais, ny rien de semblables aux riches bastimens de nostre France, non pas mesme aux plus petites chaumines (chaumière) ; c’est neantmoins quelque chose de meilleur et plus commode, que les taudis des Montagnais. Je ne vous sçaurois mieux exprimer la façon des demeures Huronnes, que de les comparer à des berceaux ou des tonnelles de jardin, dont au lieu de branches et de verdure, quelques-unes sont couvertes d’escorce de cedre, quelques autres de grosses escorces de fresne, d’orme ou de sapin, ou perusse (prûche) (…)». Jean DE BRÉBEUF, Relations des Jésuites, 1635.

L’horreur du pétrole des sables bitumineux

 

Des échantillons d’air prélevés dans le nord de l’Alberta indiquent que les sables bitumineux sont plus polluants qu’on ne le pense, affirment des chercheurs.

Une nouvelle étude, menée par des scientifiques fédéraux, montre que les sables bitumineux émettent plus de gaz carbonique (CO2) que ce qu’ont indiqué les entreprises pétrolières. Selon les chercheurs, cette découverte pourrait avoir de profondes conséquences sur les stratégies du gouvernement fédéral en matière de changements climatiques.

Les scientifiques, qui travaillent principalement pour Environnement Canada, ont calculé les taux d’émission de quatre principales mines à ciel ouvert. Ils ont utilisé des échantillons d’air recueillis en 2013 à l’aide de 17 déplacements en avion au-dessus de la région.

Les résultats, publiés mardi dans le journal Nature Communications, montrent que les émissions seraient plus élevées de 64 % que ce que déclarent les entreprises pétrolières. Celles-ci se basent sur la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

D’après les chercheurs, cela signifie que les émissions de gaz à effet de serre au Canada seraient plus élevées 2,3 % que celles qui étaient estimées initialement, et ce chiffre pourrait même monter jusqu’à 6 %, s’il s’avère que d’autres sites de sables bitumineux ont également déclaré des chiffres inférieurs aux émissions réelles. Radio-Canada

2019

 

Image

L’argent du ciel

La leçon de spiritualité de l’arrière-petit-fils du chef Sioux Sitting Bull

Les Micmacs et les Français

Photo de Musée de la Neufve-France.

LES MICMACS AIMAIENT BIEN LES FRANÇAIS
«Ce peuple (les Micmacs) ne monstre point d’estre meschant (ne montre pas d’agressivité), quoy qu’il aye deffaict les Anglois qui vouloyent habiter parmy eux l’an 1608 et 1609. Ils s’excusoient à nous de ce faict, et nous racontoient les outrages qu’ils auoyent receus desdits Anglois, et nous flattoyent, disans qu’ils nous aymoient bien, parce qu’ils sçauoient que nous ne fermions point nos portes aux Sauvages comme les Anglois, et que nous ne les chassions pas de nostre table à coups de baston, ny ne les fassions point mordre à nos chiens. Ils ne sont point larrons (voleurs) comme les Armouchiquois (Abénaquis) et sont les plus grand harangueurs du monde ; ils ne font rien sans cela.» Pierre BIARD, Relations des Jésuites, 1616.

Musée de la Neufve France