Archives de Catégorie: SOCIÉTÉ

My dinner with Andre… We are Bored…

Toujours d’actualité… 1981. Louis Malle.

Ces génies qui calculent

Jean-Paul Sartre

Est apparu un de ces génie-prêtres dans les médias qui a trouvé la formule pour éradiquer le tabagisme source de tous les maux de la Terre. Il en est comme ça, des soutanés de diplômes qui veulent le bien de tous et s’accrochent à une virgule…

Le type a dit qu’à chaque fois que l’on augmentait le prix du tabac de 10%, il y a 4% des fumeurs qui cessent de fumer. À voir son sourire, on voyait bien qu’il se disait qu’en les augmentant de 50 %, il n’y aurait plus de fumeurs pour « causer toutes les maladies ».

Ce type est un génie.  J’ai moi-même calculé, en tant que non génie, que lorsque l’on augmente le salaire de nos dirigeants de 10%, ils perdent 4% de leur Q.I. et de capacité de réflexion.

Oléoduc

Le Kanada, ce simiesque représentant porte-à-porte du détraquement étasunien, se prépare à installer un oléoduc de part en part du pays. Environ 5000 km.

En cas de fuite – puisque l’oléoduc doit obligatoirement passer les cours d’eau  -, une faille pourrait créer une catastrophe sur des centaines de kilomètres dans l’Est du pays, puisque que les villes et villages prennent leur eau potable dans ces rivières.

Alors, un autre génie, sorti d’une lampe en forme de Wall-Street,  a tout de suite rassuré les gens.

« C’est sans faille, puisque c’est contrôlé de Vancouver, et qu’au moindre bris, les circuits sont coupés ».

Ah! Tiens donc, petit embouteillé et étouffé de cravate à double nœud: Vancouver, c’est vraiment à 5000 km. Le temps que l’opérateur aille uriner, il sortira des milliers de litres d’or noir  de ce robinet.

Le Trans-Alaska

Ne comptez pas sur Wiki pour connaître la vérité sur l’oléoduc Trans-Alaska. On finit par lésiner sur la sécurité, et l’entretien  du « transporteur ».

Les « athées » ont changé de religions: les voilà déportés vers ce qui paie, rapporte, peu importe les dégâts. Mais le plus fascinant est que cette nouvelle religion de l’avoir peut tout régler et il y existe un ordre de gradés dans les gradins des gratins: les petits luttent pour les sacs de plastique, d’autres pour les fumeurs, d’autres informent les enfants des « petits gestes importants » pour l’environnement.

Il n’y a pas de candeur dans ces balbutiés tordus. Ils créent des adeptes fondus, coiffés à droite, propres comme un Sir à plancher. Mais ils n’ont rien à cirer… Sauf eux, leurs avoirs, leur superbe carrière, et le développement infini.

Je sais calculer moi aussi: depuis le début de l’humanité, les données sont fort mauvaises en ce qui concerne la survie du corps: 100% sont disparus . J’ai calculé: il y a 100% de chance (sic) que je meure…

Et si on calcule le nombre d’imbéciles « instruits » à la religion de l’argent, le nombre augmente. À chaque fois que l’on augmente de 100% le salaire des dirigeants, les paumés goebelliens  fabriquent des imitateurs de grimaces à faire geler un thermomètre. Brrrr!

C’est épeurant! Avec tout ce qui traîne comme saleté dans la nourriture, l’environnement, on risque de mourir plus vite que nos ancêtres du moyen-âge. Et au coût de 7000$.

Étant donné que nous sommes de plus en plus athées, bref, machines-charnelles, non-voyants ( elle est bonne) de la Vie, nous payons pour un voyage qui n’existe pas.  Les athées nous demandent de partir dans une urne.

Après avoir bu un peu trop d’eau Léo-Duc.

La royauté et ses titrés n’a fait que changer de nom. Et de mieux en mieux camouflée…

Les banques sont les nouvelles églises de ce siècle.

Amen! ton argent…

Gaëtan Pelletier

25 août 2013.

La monstralisation 2

fairtrade_copy-f9add

Un accord mammouth

Les États-Unis tiennent à redéfinir les règles commerciales avec les pays d’Asie pour freiner l’influence de la Chine dans cette partie du monde. «Si nous ne le faisons pas, la Chine le fera, et l’Amérique sera écartée», a dit Barack Obama dans une entrevue récente au Wall Street Journal. L’Asie devrait regrouper les deux tiers de la population du monde en 2030 et produire la moitié de la richesse mondiale en 2050. Douze pays participent aux négociations. En plus des États-Unis et du Canada, il y a l’Australie, Brunei, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour et le Vietnam. Cyberpresse 

C’est fou ce qu’on peut voir loin quand on a été des dirigés par des aveugles à cannes blanches et des chiens de guerre économique. C’était pas assez gros comme ça, il faut engrosser le nombre de marchands jusqu’à l’agonie triste de l’individu.  Au final, on est « commercés » comme des outils de mondialisation, ou de libre-échange, par une tribu de cravatés qui carburent au « BIG », à se fourrer de l’argent dans les narines. On dirait des bébés qui ont été sevrés par des banques.

Sapristi! Mary Shelley et son Frankenstein peuvent aller se faire voir à Holly Wood! Le monstre qu’on nous prépare est inutile pour le citoyen. On se fout de 2050. Personne ne peut prévoir ce qui se passera en 2050. La ligne du bonheur en attente du grand show de « Je serai heureux demain » s’allonge.  C’est comme se faire friser avec 3000 bigoudis. Ça frise davantage sur la même tête? Ah! bon. Aussi bien s’informer auprès de son coiffeur. Parlant chienéma, il peut au moins lire votre avenir dans vos pellicules.

Mais bon! Faut être sérieux comme des papes en train de faire faillite because trop en manque d’ agenouillés.  Mais on est encore plus à genoux devant la rat-caille qui se fait des projections jusqu’à ce qu’ils meurent étouffés par leur nœud papillon. Ça fait British et High Class. Et intelligent… Le concept « is in your head ».

Dites-vous que le libre-échange avec des milliards de vendeurs-acheteurs  c’est pour le peuple. Vous êtes religiosés bis. Avec la cérémonie à l’eau Naya embouteillé parfois en Afrique, mais défendu d’en boire quand il s’en échappe des usines.

You may say I’am a dreamer… John L. 

Tout le monde rêve d’un monde meilleur. Pas une « banque meilleure ». Les amérindiens avaient bien compris leur rapport à la Terre et à la Vie. En ce sens, ils étaient plus utiles que la formule d’Einstein. Quand tu te lèves le matin, tu ne te demande pas à quelle vitesse voyage la lumière et le reste… Non! Tu demandes comment va être ta journée. Et dans le panier du bonheur, on t’annonce une voiture « autoconductrice ». Tu peux fermer les yeux, la programmer, et elle te conduira là où tu veux aller.

C’est charmant!

Mais ça ne résout pas le problème de la pauvreté dans le monde. Ni la souffrance des guerres allumées par les pays qui fabriquent des armes. Ni – SURTOUT – le grand déménagement des humains cherchant la paix. La vie et le plaisir de vivre. C’est le droit le plus fondamental. Le reste ressemble à cet Hitler qui avait créé des lois pour protéger les animaux, qui avalait au moins 28 comprimés par jour, dont des amphétamines.

Dans la grande fenêtre du futur, le monde est en mode kaput. Affolé, déchiré, appauvri, perdu, toujours plus pauvre, toujours moins heureux, encore moins simple. Mais, oui mais, on a tous le droit dans les pays « développés » d’avaler des médicaments dudit « drugstore » pour se retrousser un peu.

C’est charmant!

Heil Banskter! 

On dit qu’Hitler avait été sauvé de la noyade à 4 ans par un prêtre… Je ne sais pas comment le prêtre  il a été reçu par « dieu » qui connaît tout, mais il a dû passer par le purgatoire. La question à se poser: jusqu’où faut-il être « bon »?  Snif! On est tentés… Sauver un pauvre petit bonhomme en train de se noyer. Un futur peintre. Un futur peintre comme un futur bienfaiteur de l’humanité présument visionnaire.

Un jour, si vous voyez un de ces visionnaires-banksters en train de se noyer, envoyez-lui trois caisses d’eau Naya – ou autre marque – afin qu’il puisse poursuivre ses meetings dans l’eau-delà.

Et le plus vite possible afin qu’il ne bousille pas notre vie ici bas…

Gaëtan Pelletier, Juillet 2050

J’affronte la démence d’une société prédatrice

J’affronte la démence d’une société prédatrice

Où suis-je ? Heureusement, qui suis-je m’est acquis. Je déambule solitaire, depuis une décennie au bas mot, le spectacle alentour se répète, se copie, s’imprime. D’une humanité, ou du moins ce qu’il en fut, uniformisée, unisexée, uniformée, unilatéralisée, unie-désunie. Ces mêmes êtres le nez dans le Smartphone, plutôt stupidephone à bavocher sans fin, ou bien pianotant frénétique sur le clavier afin d’échanger des texto à teneur séance tenante, tout en s’empiffrant d’un triangle de pizza dégoulinant, d’un kebab baobab huileux, fringués d’un short arc en ciel qui aurait vomi, d’un teeshirt où la viande sort, suante et suintante, d’une casquette à l’envers, bras, jambes, couverts de tatouages, de piercings et parfois d’un os dans le nez, d’une plume dans l’fion… Bref, 95% de ce que je vois et croise s’affaire à faire les soldes, les « all you can eat » à t’en foutre jusque là, les « happy hour » de défonce à mort ; les yeux fixés à l’intérieur d’eux même, comme aspirés par leur moi, MOUA !!! Des naufragés d’un vaisseau en perdition coincé entre un sex-shop et une galerie marchande.

vieillard

Mais où suis-je donc bon dieu ?

Ces deux dernières années seulement, j’ai vu « ça » dans le U-Bahn de Berlin, au centre ville de Phnom Penh, près du palais royal à Bangkok, dans le quartier anglais à Rangoon, le marché de nuit à Chiang Mai, à Milan cette année durant l’expo universelle, en Bretagne Finistère nord, dans les alpes, sur la cote et aujourd’hui à Budapest. Sous un soleil de plomb, je déambule solitaire sur une avenue sans repère au milieu de noyés, tous effacés qu’ils sont par « le consommé », l’œil vide, aucun regard ne se croise, personne ne se dévisage bien trop « busy » à pianoter, jacter, éructer, consommer, fucker, se consumer ; personne ne se parle, se souri, personne ne sonne-sonne. Les seuls, seulement ceux qui auraient de l’interaction sont les damnés de la terre : SDF ivres mort, drogués en manque, vieille pute défoncée ; ceux là oui viennent à toi… Et font peur.

Je ne mentionnerais pas l’invasion des fastfoods, des restos pseudo mexicain, thaïlandais, sushis fabriqués en usine, et autres delicatessen puantes ; La mangeoire est ouverte 24/7, alors faut s’engouffrer dans l’innommé, s’empafrer à éclater, s’engloutir dans sa fiente, s’esbaudir béatement.

Dans une ville comme Budapest si belle, la horde se précipite téléphone en avant et mitraillâtes des photos ; on se Shelfises à tout va, car voir sa gueule est bien plus intéressant que fixer le Danube qui est vert et pas bleu ; puis, un p’tit stop au magasin de souvenirs, bouffer une glace à deux boules taille ballon de rugby et hop, les talons se tournent, une autre attraction, d’autres moments inoubliables mémorisés en fatras, et vas y que j’te zappe. Vous me direz – je suis un vieux con, et vous avez raison ! Pourtant, pourtant ; s’arrêter, prendre son temps, respirer, sentir, contempler, observer et discuter avec une personne à figure locale est certainement ce qu’il s’appelle voyager non ? Flâner surtout ! Alors que là, c’est le rayon électronique lors de l’ouverture du centre commercial le 1er jour des soldes ; on prend en rafale des photos, qui seront découvertes plus tard, par exemple pendant la ripaille du soir entre deux texto, deux mails et la TV qui crache un show de TV irréalité, puis toujours pas repue par ce tintamarre, se regarder la fiole sur le minuscule écran d’une minuscule vie, ha selfie, ah sel de vie, ah con est beaux !

Où est donc ornicar, Mais ?

LA SUITE SUR CP:

http://centpapiers.com/j%E2%80%99affronte-la-demence-d%E2%80%99une-societe-predatrice/

Le cochon scribe

Bosch Le cochon scribe

La classe des scribes formait la base de l’administration de l’État et c’est chez elle que se recrutait l’élite intellectuelle du pays [l’Égypte] (M.-A. Hussein, Les Orig. du livre du papyrus au codex, trad. par R. Savoie, 1971, p. 13). Caen 

***

Les scribes politiques écrivent avec leur nombril et leur innocence patentée la grande noirceur des États qui définissent les mots, généralement pour les adoucir. On parlait jadis de « ressources humaines ». On a gommé le mot humain pour modifier la formule: « capital humain ».  Le « dépromu » au rang de la monnaie fait maintenant partie de l’échiquier mondialiste des trafiquants d’esclaves assujettis au monde du travail mondialisé. On peut vivre au Canada et manger de la saucisse de Hongrie. Question de coûts de main-d’oeuvre et de tout un arsenal de causes invisibles et volontairement cultivées pour faire de la Terre une boulette achetable. Mais le prix à payer est que les éleveurs de saucisses crèvent de faim dans leur « propre » pays.

Le lièvre et la torture 

Ce n’est pas une fable, c’est la direction de l’Humanité vers une cible implacable de la disparition et d’une Shoah planétaire: car le lièvre des affaires, dans son pouvoir et sa rapidité rend tout à fait risible le ventriloque politique pris au sérieux par ceux qui malheureusement n’ont rien compris. Le lièvre est efficace et électronique, le politique, même avec des élections aux six mois n’arriverait pas à « changer le monde ». Une illusion optique épileptique… On vit dans une toile de  Bosch Bush Boss, avec ses bizarreries en apparence anodines et sans significations, avec ses monstres maquillés et lustrés de titres. Mais on votera… À chacun son joujou de la finance. À chacun son animalcule ou son ensemble de groupies sniffant leur ligne de parti.

La torture de la grimace démocratique dure et perdure sans qu’il n’y ait aucune victime. C’est le mensonge dutemps…  « L’éternité c’est long, surtout vers la fin« , disait Woody Allen. La torture, elle, semble ne pas avoir de fin. On dirait qu’elle s’affine au fil des décennies. On dirait qu’elle s’aiguise au  point d’être une aiguille invisible.

L’accord parfait 

Il fut un temps durant lequel les humains étaient des sujets. Puis ils devinrent des verbes. Puis lentement des compléments d’objets directs ou indirects. De sorte que l’on se retrouve avec une phrase parfaite: sujet, verbe, complément. Mais le sujet et perdu, le verbe inutile. Il reste le complément. Dans les grandes phrase sociétaires il n’a plus d’action. C’est un homme-outil. Pas plus important qu’une tronçonneuse ou qu’un tourne-vices. Pourvu qu’ils soit « qualifié ». en éducation, c’est la compétence. Pour le savoir, vous devez être ignorant. Même dans le grand Canyon des formules préfabriquées et solennelles larguées par les sociétés.

Maintenant, l’ignorance a plus d’importance que le savoir réel. La prise de conscience… Et pis encore: le verbe est mort écrasé sous la machine à sous sautillante qui valse et danse dans l’arrière  scène qui rappelant  les premières images de cinéma: plus d’ombre que de lumière.

Le petit tableau des scribes 

C’est comme les tableaux de Bosch: on a les humains qui se tortillent dans cet enfer, suant dans une cale de Titanic, aplatis par le stress, et retroussés par la gente pharmaceutique et ses poisons lents. On a les autres, victimes des gurus de la finance, totalement déphasés, un cochon qui vous embrasse aux quatre ans, et qui vous murmure à l’oreille, habillé en bonne sœur, que tout va bien.

Pile ou face 

Puis dans la cuisse une pile connectée au cerveau: cadmium, mercure, plomb, lithium. En France seulement, on doit consommer environ 1 milliard de piles par an. 2% de recyclables seulement.  Imaginez le nombre de piles fabriquées en Chine qui parcourent le monde! Imaginez les armes désuètes, les pays saccagés, la faim, la soif, la misère.  Le travailleur est une pile que l’on jette après usage. Tout ça fait partie de la mécanisation du ramassage des richesses glanées par les systèmes sophistiquées d’une mafia mondiale. Les stratèges du « scribisme » ont étendu leur pouvoir jusqu’à ce que l’être humain n’ait plus de visage: il est masqué et étouffé dans le masque de fer. Puis il devient ce persona  théâtral sans visage.

La vie de par les institutions invisibles ne sera plus possible à l’avenir. Si elle devient possible de par notre passivité, nous ne seront qu’une toile Bosch dont personne n’aura compris le sens. Puisqu’il n’y aura plus personne pour la regarder….

Gaëtan Pelletier

Juillet 2015

C’EST QUOI ETRE EN VACANCES ?

Le concept contemporain des vacances est un phénomène assez nouveau, qui va de pair avec la modernité. Le travail mobilise autant qu’il immobilise, de façon très institutionnalisée, contre rétribution. Il engendre le besoin d’un espace où l’individu peut se retirer momentanément, prendre du temps pour lui-même. La plupart des civilisations antérieures, souvent agraires ou nomades, ne connaissaient pas cette notion. Je n’en ai par exemple jamais entendu parler durant mon enfance, jusqu’à la découverte de mines houillères dans nos terres ; les Français sont alors venus les exploiter, embauchant du personnel et instaurant en même temps que ce type de travail de brèves périodes de vacances. Auparavant notre vie était cadencée par le travail de la terre, qui alterne les périodes d’activité avec les saisons dites « mortes ». L’hiver, saison où l’on ne peut agir, il n’y avait pas de travaux des champs, les phases de repos étaient déterminées par la nature et non par une organisation sociale particulière.

Aujourd’hui, dans le cadre de cette sorte de servitude quasiment à vie qu’est devenu le travail, où il faut chaque jour aller pointer, les vacances représentent naturellement un moment bienvenu, mais le temps de souffler, à peine a-t-on repris quelques forces qu’il faut reprendre le collier – expression en elle-même très évocatrice de la condition humaine dans le monde actuel.

Mais peut-on légitimement considérer les vacances comme un temps vraiment libéré ou bien encore soumis à des comportements prédéterminés par des attitudes collectives standardisées ? Il faut bien admettre que là aussi le profit règne. Quand les vacanciers vont passer un séjour à l’étranger ils deviennent des touristes actifs et alimentent ainsi l’économie du pays. A contrario, les troubles actuels dans les pays du Maghreb ont fait reculer le tourisme et l’on constate déjà le sérieux déséquilibre financier que cela induit. L’importance attribuée au tourisme dans ces pays les a d’ailleurs affaiblis, cette politique menée par leurs gouvernants est regrettable dans la mesure où elle les rend dépendants de l’extérieur au lieu de les inciter à cultiver leurs propres ressources naturelles. Ce type de dépendance se paye malheureusement très cher, lorsque des troubles graves affectent les nations.

Le temps libre est bel et bien transformé en temps économique, il n’est plus consacré à la méditation, à l’épanouissement de l’esprit, au fait de se retrouver soi-même. Une vie de labeur ponctuée de quelques pauses pour faire des glissades sur la neige ou quelques bains de mer. Les vacances comme parenthèses dans un temps de travail parfois excessif sont-elles suffisantes pour régénérer notre être profond ? Cette question ne vient pas remettre en cause les activités nécessaires à notre survie mais interroge la répartition du temps dédié à l’avoir par rapport à celui qui concerne l’être. Selon les cadences millénaires auxquelles se sont adaptées les civilisations, c’est aux beaux jours d’été que la nature est en effervescence, l’hiver elle entre en dormance ; aujourd’hui les vacances estivales induisent plutôt une cessation du travail. L’administration du repos en fonction de l’économie et non selon les rythmes naturels de la terre et de ceux l’espèce humaine est complètement artificielle, c’est une sorte d’anomalie. Le véritable repos est plus harmonieux : la nature, les animaux, les sols et l’homme devraient goûter ce répit à l’unisson, c’est un temps d’inspiration très puissant où puiser des ressources vitales avant de reprendre une activité.

Pierre RABHI

« Quand le pillage devient une manière de vie pour un groupe d’hommes vivant en société, ils se fabriquent avec le temps un système légal qui l’autorise et un code moral qui le glorifie »… Frédéric Bastiat (1801 – 1850)

Et si ça vous dit …

http://2ccr.unblog.fr/2015/07/18/cest-quoi-etre-en-vacance/

Le hachoir à fabriquer des vaches

hachoir

Les ados se sentent forts et puissants en groupe. Les soldats également…

gp 

*()__*&*($@@@@@@@@@@%+_)6%

Plus les organisations sont énormes, plus l’Homme rapetisse. Plus il est dilué et …séparé. Les immenses organisations créent une sorte de cellophane entre l’être humain et ses relations avec d’autres humains. De manière à perdre de vue l’essentiel. Un humain ne grandit que par le rapport avec un autre humain…

Il est de plus en plus difficile de rencontrer « quelqu’un » lorsqu’il se présente un problème. On rencontre une organisation sans véritable possibilité d’accéder à un humain pour être traité en humain. Et quand on en rencontre un, il est dilué dans la machine et ne répond que par le diktat de la machine.

La guerre des idées n’est pas plus élégante que celle des armes. Et c’est celle-ci que l’on rencontre dans les médias sociaux: un nouvel art de la guerre contre les systèmes mais entre les individus  qui se disent en dehors, pour ou contre le système. Alors, ils participent à l’élaboration de malheurs individuels luttant contre les malheurs occasionnés par le grand monde trafiqué  de ce que l’on croit important.

On ne réforme pas un système en luttant contre les victimes du système. C’est là tout le génie de la trouvaille du nouveau « diviser pour régner ». Mais dans un confort matériel. Du moins pour ceux qui en profitent. La critique à  vide n’est pas une « réforme », c’est un babillage constant qui n’a guère plus de valeur que celui des échanges journaliers des idées et des analyses à la radio ou à la télévision.

Il y a autant de violence dans les propos des commentateurs des médias sociaux qu’il yen a dans les sociétés de par les guerres et de par le sempiternel combat des idées. Ce combat des idées n’existe d’ailleurs plus. On a éteint le citoyen de par un mitraillage de formules maigres et infantiles.

Le bonheur?

Il est absent de par le malheur de jouer le jeu des combats d’idées. Dans le monde de ce que chacun « comprend » il existe des abysse d’incompréhensions inutiles. On joue le jeu de l’abstraction – si cher aux cellules grises et aux « valeurs » actuelles accordées à une certaine forme d’intelligence. C’est l’ère du conflit constant, même chez les pacifistes…

On peut changer l’armée, mais pas le soldat. Puisque l’armée a sculpté la mentalité du soldat. Et la société ne changera pas l’individu puisqu’elle s’acharne à le sculpter  la mentalité  et à diriger le citoyen. On vous vend des produits, mais au fond nous sommes le produit.  Nous sommes inconsciemment gouvernés et dirigés vers des actions. Mais nous sommes supposément libres de penser. Cette liberté est illusoire si on ne s’attarde pas aux moyens conçus pour « élaborer un citoyen » selon un format qui sied aux besoin d’un monde qui n’a pas de planète de secours comme les autos ont des roues de secours. On ne peut pas s’excuser, en tant que compagnie productrice de pétrole de voir se déverser 5 millions de litres de pétrole par une erreur de « machine ». C’est une technologie issue de l’humain. Issue de la soi disant nécessité de créer de l’emploi et de « subvenir » à nos ….besoins énergétiques.

***

Ces écarts accentués entre le monde réel – de l’humain proche – et des énormes machines nous font croire que l’on peut à la fois défibrer le vivant et le ramener par une foultitude de technologie à ses sources naturelles de vie. En ce moment, toute machine, que ce soit du domaine de l’économie, de la mondialisation, des inventions nouvelles est une machine à briser pour nourrir.

Cette fracture chronique et insistante ne pourra jamais ramener le vivant. La machine nous est présentée à l’envers: elle crée par cassures et fibrilles une destruction constante, lente , mais efficace.

C’est ainsi que toutes les vaches qui passent par le hachoir ne reviendront jamais à la vie. C’est un phénomène d’inversion par goebellisation…  Un schémas nouveau n’est pas une réussite nouvelle. C’est une idée… Et ces combats d’idées mènent à un mode opératoire inconscient: on tue et meure pour des idées.

Continuons de ruminer…

Gaëtan Pelletier

Juillet 2015