Archives de Catégorie: ARMEMENT

Alep: Apocalypse, mon amour…

 

C’est être déjà mort que de ne plus trouver en soi-même le sens de la révolte, c’est être mort en esprit que de plus avoir passion d’apprendre, c’est être déjà un cadavre que ne plus savoir aimer. J. Krishnamurti

***

Jadis, on croyait que c’était la bombe atomique qui allait anéantir l’humanité. L’explosion n’a pas eu lieu. Les hommes restent fidèles aux armes. C’est devenu une denrée moins rare que le chou, le navet, la pomme de terre  ou le caviar selon votre rang social, selon votre pouvoir. Mais pas l’apparent, le réel : celui  qui tue.

Nous vivons dans un monde dans lequel la minorité du 1% PEUT anéantir le 99% qui reste. En fait, elle ne sait pas qu’elle l’anéantit vraiment. C’est la pathologie de ceux qui nourrissent le leurre. Les étourdis de la technocratie.  La prétendue supériorité de certains humains est une constante dans l’Histoire. La vieille aristocratie a su se muer- telle un caméléon- en une autre encore plus crasse et plus dangereuse. Elle sait nourrir ses valets, ses serviteurs.  De temps en temps de nourriture, et parfois de médailles. Mais avant tout de titres. Et ainsi se perpétue une nouvelle emprise de la foule par une minorité.

Comme s’il existait deux humains…

S’ils n’existaient pas, on l’a inventé, cette division par la pauvreté continue.  L’argent sert à soutenir les plus improbables et inimaginables inventions. E t c’est ainsi que chacun d’entre nous, nous de ce système empoisonnant sommes les 99% du cheptel fournissant l’arme la plus barbare aux « dirigeants » élus par  illusion et pour l’illusion.

Nous avons reçu le choix de voter, mais  le choix de voter pour ceux qui sont du clan du 1%.

Et lentement nous glissons vers une finale qui ressemble plutôt à une agonie phosphorique  qu’à une mort fatale. Nous sommes des intubés sociaux. Notre capacité de révolte est un X à gauche ou un X à droite. À vos marques, saignez! Saignez du corps, saignez de l’esprit, saignez de vos âmes. Les amours sont terminés. Pour vivre il faut se transformer en une sorte d’esclave robotisé.

***

Le petit homme qui faisait vivre participe, sans le savoir,  au « savoir tuer » à  une finale de l’humanité. C’est le retour de la servitude par le citoyen qui donne sa petite récolte pour l’achat d’armes et une longue histoire tramée aux couleurs d’un drame de Shakespeare. Sauf que le fournisseur de fonds est devenu la victime de son « engagement » ignoré.

Si on pouvait représenter l’humanité comme une personne qui aura vécu quelques milliers d’années, on peut maintenant voir que sa fin est celle d’un cancéreux en phase terminale. Celui qui devait durer et se perpétuer « vers le meilleur » est devenu la victime du chanteur de charme, moulin de formules creuses.  Le petit homme a la capacité de se transformer en crapaud, en technocrate, ou en mélange étrange d’humanoïde machiné par un monde ciselé par la cruauté « camouflée et hypocrite ».

On ne sait plus ce qui nous reste d’humanisme. Et bientôt on ne saura plus ce qui nous reste de réel.

Le cœur du drame, au fond, est que  les « grands » ne connaissent pas vraiment l’abysse de leur ignorance. Ils ont perdu tout contact avec la nature humaine, les émotions, la beauté du monde. La cruauté est acceptable… Voire nécessaire. Inévitable…

 L’homme d’affaires  et le paon politicien ont le cerveau bombé, durci, odeur de souffre brûlé. Ils mijotent dans leurs chaudrons leurs recettes de destruction en parlant… Ils mijotent des plans insensés.

Ils nous ont fait un beau nid. Mais dans une perspective cosmique le nid bleu est en train de tourner au poison. L’apocalypse aura été réalisée par des ignares beaux-parleurs, légers.  L’ignorance totale de leur provenance, de leur gouvernance, de leur « personnalité » : le petit peuple. Du moins, celui que l’on nomme tel… Nous aurons été les investisseurs de notre propre perte.

Gaëtan Pelletier

Les sous-marins et les marins saouls

sous marin français

La France  est « fière de l’excellence technologique » dont ses entreprises ont fait preuve pendant cette sélection, précise l’Elysée. « Ce nouveau succès sera créateur d’emplois et de développement en France comme en Australie. » ( Le monde)  

34, 3 milliards d’euro. Et le sous-marin sera effectif en 2030.  Au Canada également nous avons notre industrie de l’armement qui vend des véhicules blindés armés à l’Arabie Saoudite: 3000 emplois en Ontario. ET ON NE TOUCHE PAS À CETTE RÉUSSITE DE CRÉATION D’EMPLOIS!  Même les libéraux n’y touchent pas.

On est menés par des « capitaines » qui dérapent du cerveau: trop d’eau. Des capitaines Haddock en série et l’éponge cervicale bouffie au whisky. Il se passe que pour « réussir » en économie, ou survivre, il ne reste qu’à produire des armes sophistiquées. On ne produit plus pour vivre, mais pour tuer. Et l’Australie, c’est le pays des boomerang.

Comme disait la vieille dans le film Je vous trouve très beau, la vieille répète toujours : « C’est qui qui est mort ».

Nous tous…

On a mis nos yeux dans le même panier…  Mais les dirigeants ont du champagne dans le regard: ça pétille. Pendant que le citoyen se demande: « C’est qui qui va mourir de faim avant 2030? ».

On ne fait pas mieux dans les formules cuites des annonces de « ventes historiques ». Tout est historique! Si c’était vrai, on serait déjà à nager dans le champagne au lieu du chômage. Au moins dans l’eau… Car de plus en plus, elle est pollutionnée . La bouteille est rassurante. On a vendu la bouteille et non l’eau…

Quand ma tant Yvonne fabriquait du pain et des gâteaux dans la petite boulangerie de mon village d’enfance, on vivait. Quand mon oncle, son mari, fabriquait des escaliers, du fer forgé, des armoires, on vivait. Mon père, qui était cuisiner en faisait vivre plusieurs. Et le dimanche, comme dirait Ferrat, on s’asseyait au bout de la table pour jouer aux cartes. Ces gens-là, les pauvres, se parlaient sans wi-fi.

Pour vivre aujourd’hui, il ne faut pas fabriquer des gâteaux et du pain, mais des armes. Il faut aller « en ville », dans de grandes usines qui ont une espérance de vie de 5 ans. On meure vieux, mais démembrés, tenus debout par une panoplie de médicaments.  Mais il reste encore beaucoup de ce genre de progrès à « faire ».

En 2030, les mannequins n’existerons plus. On les achètera en format robotique, Made in Japan.

Le bras sera construit au États-Unis.

La tête en Chine

Les muscles synthétiques en Russie.

Et le modèle sera en formats divers dessiné par un fabricant de meubles célèbre.

Ils vendront de la bière, des produits cosmétiques, des autos, et peut-être des tomates.

Mais il y aura au moins 2, 344 avocats qui s’occuperont des répartir les soumissions selon un ordre international en accord avec les accords. Si Goebbels  était encore de ce monde, il aurait vite saisi que la phrase la plus creuse est la plus efficace. Comme les sous-marins…

Gaëtan Pelletier

Ausdrücken Macht Frei

 

sportgrande
INTÉGRISME: 
B. − P. anal. Doctrine qui consiste à adopter une attitude de conservatisme intransigeant dans une religion, un parti, un mouvement. (Ds Rob. Suppl. 1970, Lar. Lang. fr. et Lexis 1975).
Prononc. : [ε ̃tegʀism]. Étymol. et Hist. 1913 « conservatisme intransigeant de certains catholiques » (La Pensée catholique contemporaine, août 1913, p. 138). Empr. à l’esp.integrismo « id. » (1885, Dr. Don Celestino de Pazos, El proceso del integrismo). Bbg. Siccardo (F.). Intégriste e intégrisme. Genova, 1979, passim.
***

Je devais avoir 16 ans quand en ouvrant un journal, je vis que l’on nous proposait de construire un abri nucléaire avec des sacs de sable. Des boîtes de conserve, de l’eau, et quelques objets usuels, pour « survivre « .  C’était au temps de la guerre froide entre les États-Unis et L’U.R.S.S.  Et j’y ai cru… 

Avant ce triste intégrisme islamique sur lequel nous nous lamentons, comme si la toile était un mur de lamentations , il y eut une société « radicalisante » qui a régné pendant des siècles sur le « nouveau monde »: le christianisme.  Ce monde de « sauvages », souvent sans âmes, à sauver. Le pompeux défilé des personnages de pierres qui passe  dans l’actualité, avec leur arrogance de « titrés », ou de  spécialistes   – comme si « dieu » avait fait l’amour avec le diable –  accouche d’une créature bellement vêtue, mais SDF de l’âme.  Bien maquillée  de la « foi ». Celle qui soulevait des montagnes est passée à celle qui nivelle les humains.

C’est le règne des croûtons de granit, des rois pétrifiés dans leur croyance en une démocratie – nouvelle religion  des « temps modernes », –  et qui répand sa bonne nouvelle le plus souvent de force. Pour notre bien…

Le leurre continu 

Du futur politique et par le biais de la race des transmetteurs de bonnes nouvelles par le biais de l’économie, Sarkozy-Hollande-Le Pen, et au Canada Harper le bitumineux, et le petit Trudeau, fils de l’autre, comme si on courait après une génération de sauveteurs, rien ne changera. Du côté de l’Amérique étasunienne également. Un autre blanc ou une autre blanche sera le nouveau nègre de … l’avenir.

L’Islam fait peur. Mais la cabotine démocratie, vendeuse de balayeuses électriques et de chars d’assaut, mais surtout d’une propagande sournoise,   nous coûte une fortune en terme de qualité de vie.  Les aborigènes bouffent des chenilles pour survivre. Et ils trouvent ça bon. Les enfants s’en délectent comme de bonbons.   Mais nous bouffons des bouffons… Et nous trouvons cela « bon ».

Les aspirants et « inspirants » modèles à venir 

En étalant sur dix ans le règne des aspirants et des inconnus à venir, l’avenir risque d’être houleux. Mais il stagnera dans sa réussite dudit « bonheur ».   On a hélas oublié d’inscrire l’être humain  dans le grand calcul de la réussite planétaire. C’est un robotique travailleur pour un libéralisme sans frontière. On a construit la plupart des « grandes œuvres » à l’aide d’esclaves. On a également oublié que le constructivisme de la race humaine se fait par les autres. Mais les autres – en devenant lointains et virtuels – ne nous apportent que des schémas de réussite et une certaine colonisation du cerveau.

On se console en se disant que la moindre parcelle de bonheur qu’on livre, la toute petite lumière que l’on perçoit à travers la noirceur grandissante, fait de nous des êtres qui finissent par être un peu plus lumineux.

La machine à réussites  

Les sages sont en train de se dissoudre dans l’Histoire. Il font place aux automates. Qui eux s’occupent de bâtir l’ère future de la robotique qui se passera de l’humain. Qu’aura réussi l’humanité dans ce champ démesuré de l’orgueil qui cultive l’orgueil?

Liberté d’expression  

C’est probablement la plus naïve et la plus grande trouvaille du mimétisme qui conduit au mimétisme.

Liberté d’expression?

Autrement dit,un cri primal sur une surface d’apparente connaissance de la nature humaine. Vous pouvez hurler, crier, maugréer, railler. C’est une distraction. Une distraction sans action.  Puisque s’exprimer est s’exprimer pour agir. Si l’expression n’a pas d’effet c’est qu’elle est aussi celle d’une de ces machines à réussite bêtasse que chacun avale.

Imaginez qu’à  Auschwitz les victimes marchent avec les bourreaux pour « améliorer leur sort » et réclamer leur droit d’expression!

Ausdrücken  Macht Frei 

( Exprimer rend libre)

Nous avons la liberté de mimer et de construire notre propre camp de concentration. Concentrons-nous!  La mort est définie par un arrêt du cœur, des signes vitaux, etc. …Mais la souffrance intérieure n’a pas de mots puisqu’elle est invisible. Tout comme la propagande…

Marcher n’est pas nécessairement avancer…

Gaëtan Pelletier

La guerre à la pauvreté selon Bill Gates

Bill Gates, classé par le magazine Forbes comme l’homme le plus riche du monde avec une fortune de quelque 80 milliards de dollars, a expliqué que la fondation qu’il dirige avec son épouse Melinda, distribuait environ 4 milliards de dollars par an pour venir en aide aux plus pauvres dans le monde.

La fondation est également l’un des principaux contributeurs de l’organisation Gavi, qui a recueilli des promesses de dons de 7,539 milliards de dollars pour poursuivre une campagne de vaccination d’enfants de 2016 à 2020. La Presse

Je n’ai rien reçu…

Je suis majeur et vacciné…

Mais bon! Bill Gates annonce la probabilité d’une pandémie mondiale style Ebola   ou SRAS…  Si les riches donnent aux pauvres et que nous nous appauvrissons de plus en plus, c’est que ça ne fonctionne pas…  La richesse « condensée » est la plaie du 21e siècle. Si la vaccination sauve  des pauvres, les riches pourraient organiser le monde pour qu’il y ait moins de pauvres. Alors, ils n’auraient même pas les moyens de se vanter de donner 4 milliards de dollars pour les vacciner.  Je garde la vache, mais je te donne ses os…

Je n’ai rien contre les riches qui se vantent tous de  distribuer de la richesse. Il n’est pas le seul. C’est leur argument … » le plus répandu ». Une jeune riche de 30 ans disait qu’ on pouvait être de « bons riches ».  Soit! Mais elle avoue pouvoir se payer quelques voyages en jet privé à Las Vegas et manger tous les soirs dans de bons restaurants.

Ces gens-là diront que l’argent ne fait pas le bonheur et qu’ils ont des soucis comme les autres.  Eh! Oui! Seuls les robots se réparent et ne ressentent rien.

Vaccination 

«Nous ne savons pas si cela arrivera, mais le risque est suffisamment important pour que l’une des leçons à retenir de l’Ebola soit de nous interroger : sommes-nous suffisamment prêts? C’est comme quand nous nous préparons à la guerre. Nous avons des avions et nous nous exerçons à cela», a-t-il poursuivi.

Vacciner les pauvres!  Être riche et souffrir d’une si mince vision philosophique, voire politique du monde s’est se noyer dans nom propre nombril . La cervelle doit y couler un peu… Gélatineuse.

Être riche à ce point c’est sans doute n’avoir que de l’argent. Alors, il y a une forme de pauvreté inhumaine que l’on cultive avec de « bons sentiments ». Les siens…

C’est pas de vaccins qu’a besoin l’Afrique et les autres pauvres de la planète, c’est de la nourriture et de l’eau. Et une certaine éducation pour saisir un peu comment ils ont été gardés dans la pauvreté par des États qui se préparent à la guerre en en créant pour vendre des armes.

En passant, le Canada est le 9 e vendeur d’armes au monde…

AK 47 ou le type 56 son clone chinois

Une filière parmi des milliers d’autres:

AK 47

Source

Ah! Le prix… 400 Euros ou 500$. Mais pour un prix de groupe, contactez votre marchand. Moins cher qu’un fusil de chasse… Mais il y a de plus en plus de gibier…  La bonne nouvelle pour les marchands: plus il y a de « guerriers », plus la demande est forte et plus le prix grimpe.  Il suffit de secouer un peu la guerre… Il y avait le développement continu, il y a l’austérité continue, et également la guerre continue…

Le clone  , le 56, chinois est à 300 Euros. Pour un prix de groupe, on peut négocier…

L’Ebola et le SRAS sont sans doute dangereux, mais les dégâts faits aux humains depuis des décennies est davantage lié à l’état de guerre perpétuel.

Imagine!

Gaëtan Pelletier

Janvier 2015

2015… on est pas sorti de l’auberge

roulotte d'Anne

Anne Wolf 

 

Des questions et encore des questions…

Depuis hier, après quelques salutaires semaines loin de toute « info », contre-info ou désinfo, pas moyen d’échapper à Charlie…

La question parmi toute qui me relance avec la plus grande insistance, c’est : « Mais de quelle liberté d’expression est-il question en fait ? »

De celle qui permet de stigmatiser les musulmans en toute bonne conscience mais vous promet les pires ennuis si vous avez le malheur de critiquer les agissements du gouvernement sioniste d’Israël ?

De celle qui établit des lois de mauvaise conscience, après que le gouvernement pétainiste ait livré les français juifs à leurs alliés nazis voici que des lois discriminatoire font des juifs des sortes de citoyens d’exception que nul ne pourrait critiquer, sauf si ce sont des « mauvais juifs » qui eux aussi s’indignent des agissements sionistes.

Je n’ai jamais été une lectrice de Charlie, mais là j’ai eu l’occasion ces derniers jours d’en prendre plein la gueule de ces caricatures de « musulmans » – souvent ignobles, toujours vulgaires. C’était aussi l’occasion de m’interroger : en quoi de telles manifestations de mépris et de haine ont-elles jamais pu contribuer à créer les conditions d’une union populaire tellement nécessaire pour lutter contre les ravages de la globalisation ? Caricature doit être pris ici au sens figuré de ce qui déforme et trahit la réalité.

Les valeurs de la République ? La laïcité ?

Une des dérives très claires des dernières décennies, c’est de voir que ces valeurs servent aujourd’hui de leurres pour multiplier les interdits et franchement à les voir ainsi agitées dans un état d’esprit qui évoque Les Bush, Obama et consorts qui brandissent les spectres de la démocratie et de la liberté pour justifier leur défense des intérêts mondiaux des grandes transnationales, cela me fiche tout simplement la nausée…

Globalisation ?

J’ai atterri en 2015 après une soirée arrosée d’eau pétillante, avec l’impression de me retrouver au bord d’un gouffre, le trou noir, quand globalisation signifie multiplication des foyers et des formes de guerre qui préparent le terrain pour un « nouvel ordre mondial », dont les caractéristiques selon ses promoteurs sont celles d’une dictature digne de la « République » de Platon. L’Ukrainienne Anna Goncharova cite les oligarques de son pays parlant du peuple comme du bétail, nul doute en ce qui me concerne que ce point de vue ne soit partagé par l’oligarchie mondiale qui se crée à présent un cheptel en fonction de ses aspirations et besoins éliminant sans vergogne ceux qui par leur action, leur idéologie ou par ce qu’ils occupent des terres riches que celle-ci désire s’approprier constituent un obstacle à la réalisation de leur plan.

Nous pouvons le constater par des moyens multiples nous assistons à présent à la mise en œuvre d’une opération massive de réduction de la population de la planète qui s’accompagne d’une réduction drastique du nombre des espèces vivantes naturelles.

Ainsi donc le premier janvier, ce n’était pas la joie. Après celle du gouffre noir, l’image qui s’impose à moi est celle d’un monde casserole à pression s’échauffant vers une implosion généralisée. Une guerre de tous contre tous volontairement provoquée par un long travail de sape et de manipulation des inconscients collectifs grâce au matraquage de matrices d’opinion conçues à cet effet.

« Bonne année » ? Difficile de la souhaiter avec cette candeur qui nous permettait auparavant de commencer l’année comme la perspective d’un renouvellement de tous les possibles. Depuis quelques mois, j’ai délaissé internet et la géopolitique internationale pour me concentrer sur l’échelle locale. De retour à Bruxelles après près de 3 ans d’absence, je constate les dégâts. Du néofascisme qui confirme la vision deleuzienne dune société de contrôle civile, quand les « citoyens » sont incités à la délation présentée comme un acte civique… et je vous assure que cela marche… « Si vous constatez quoi que ce soit d’anormal, appelez les contrôleurs au numéro vert untel »…

Personnellement je m’en sors pas trop mal et j’ai réussi encore une fois à refaire un lieu de vie agréable avec des moyens financiers minimum et de la débrouillardise… en lisant Texaco de Patrick Chamoiseau qui raconte l’histoire de Marie-Sophie Laborieux en lutte pour défendre son bidonville édifié sur les coteaux qui borde l’en-ville de Fort de France, je me sens en empathie totale avec ce petit peuple qui construit ces cases de bric et de broc pour en faire des foyers digne de ce nom… avec de la débrouillardise et de l’huile de bras, un brin d’imagination et de savoir faire… on s’accommode… mais de me sentir bien dans mon histoire cela ne me console pas du tout des ravages que l’autodestruction programmée provoque chez mes amis, copains ou relations… très clairement une conséquence de la globalisation avec ses restrictions financières, ses restrictions de moyens, d’espaces de liberté et l’accès à un logement décent toujours plus aléatoire. Une des formes de la guerre globale qui restreint de quelques décennies leur espérance de vie… La Mort frappe parmi nous, marginaux, à coups redoublés et je sens comme une angoisse latente qui fait que chacun commence à se demander qui sera le prochain sur la liste.

J’ai bien conscience pourtant que cette désespérance faute d’espoir n’est qu’un moindre mal si l’on pense à tous ceux qui de part le monde vivent la guerre aux quotidien quand armées, paramilitaires, forces de répressions, sicaires ou voisins habités de folie programmée peuvent surgir à tous moment, quand de braves gens perdent le sommeil parce qu’ils ont tout à fait conscience que ces drones qui survolent leur maison la nuit peuvent tout aussi bien les transformer en quelques secondes en « dommages collatéraux », eux, leurs proches leurs amis.

Chronique d’un attentat prévu.

Toute personne dotée d’un minimum de rationalité sait depuis longtemps qu’il n’est pas possible de porter la guerre dans d’autres pays qui ne nous menaçaient pas, d’encourager les gamins des banlieues à rejoindre les rebelles de Syrie, pour les stigmatiser à leur retour… qu’on ne peut assassiner des populations entières afin de s’approprier les richesses de leur territoire sans que ce produisent à un moment le retour de bâton… d’autant que les indices se multiplient qui dénonce les préparatifs d’une guerre civile en Europe, la formation militaire des terroristes s’accompagnant souvent dans les mêmes lieux de celle de néo-nazis qui font partie de la même dynamique nous conduisant vers cette implosion évoquée plus haut…

Ainsi donc la question n’était pas tant de savoir qi nous allions être exposés au risque d’attentats terroristes mais bien plutôt quand et sous quelle forme ils se produiraient. Mon indignation ne concerne donc pas l’attentat de Charlie Hebdo en soi mais bien toutes les dynamiques et processus de la guerre globale qui l’ont rendu possible, qui l’ont rendu inéluctable. Je n’ai pas visionné les films des meurtres « en direct », puisque ce n’est que samedi que passant par hasard devant une télévision allumée, chez pris connaissance du « tragique événement ».

Autant que possible j’essaye de me protéger de ce voyeurisme qui a envahi nos foyers par l’intermédiaire de cette machine diabolique à niveler les consciences et manipuler les émotions : le cheval de Troie télévision et sa manipulation émotionnelle des images.

D’autres questions concernent les aspects plus stratégiques et tactiques… Qui a commandité, pourquoi Charlie… Que pensez de l’argument de l’abandon de la surveillance de terroristes avérés sous prétexte qu’il présentent « un faible risque » etc… une longue liste de questions dont certaines sont de celles qui ne trouvent de réponses que bien plus tard quand des investigateurs compétents accèdent à des documents déclassifiés ou autres preuves de manipulation de l’histoire.

Je ne crois ni au Dieu des Musulmans, ni à celui des Chrétiens, ni à aucune autre représentation divine qui ferait de quelque peuple que ce soit un peuple élu favoris de Dieu… simple question de logique : s’il existe un esprit créateur alors nous sommes tous créatures au même titre. J’ai rencontré tant de gens de toutes origines au cours de ma vie que je ne puis considérer d’autre appartenance que celle du cœur, d’autre liberté d’expression que celle qui respecte la dignité de l’autre et en particulier dans le contexte actuel d’autre manière d’agir que celles qui favorisent la concorde entre tous ceux qui souffrent de l’exploitation, de l’exclusion , de l’expropriation pratiquée par les accapareurs transnationaux.

Mes affinités ne sont pas fonction des origines des uns et des autres, mais bien de la complémentarité que nous pouvons mettre en œuvre pour construire à contre-courant un monde de paix, d’une sensibilité commune humaine et bienveillante… Je ne cautionne donc ni les productions irrespectueuses de Charlie Hebdo qui en tant qu’atteinte à la dignité de personnes me révulsent, et j’ai le même sentiment vis-à-vis de ceux qui s’en seront délectés mais jamais nulle part et d’aucune manière je ne pourrai cautionner quelques formes de terrorisme que ce soit aveugle ou ciblé. Je ne peux cependant oublier que presque chaque jour à présent de par le monde des journalistes sont assassinés ou menacés parce qu’ils dénoncent des situations inacceptables de violation des droits humains ou du vivant… et ce dans le silence total de tout les biens pensants qui défendent la liberté d’expression sous sa forme la plus perverse, celle qui stigmatise la différence de l’autre… Cocorico !!!

Il y a beaucoup d’autres questions qui subsistent des hiatus ou faiblesse dans le scénario de poursuite et mise à mort des terroristes… des gens qui d’une part se comportent en militaires aguerris mais qui d’autre part « oublient » une carte d’identité dans un des véhicules qu’ils ont utilisé… même dans un film de troisième zone une telle faiblesse du scénario ne passerait pas… On se retrouve dans le même paradoxe que lors d’autres attentats… des gens dont le comportement atteste la formation paramilitaire mais qui une fois leur forfait accomplit se comportent comme des loosers se jetant droit dans le piège mortel de leur exécution… marionnettes jetables après usage, instrumentalisés au service d’une cause qui les dépasse… professionnalisme dans l’action mais amateurisme total dans la fuite… quelque chose là m’interpelle…

Je l’ai dit, je ne suis adepte d’aucune religion cependant je partage avec bien des gens qui ont d’autres croyances des valeurs communes qui sont reconnues ici comme celles qui fondent le christianisme, en tant que philosophie de paix et d’amour du prochain, compassion, beaucoup d’entre eux sont des musulmans avec qui mes affinités sont bien plus fortes que celles que j’ai avec les catholiques qui ont depuis longtemps reniés leur christ et son message. Demander à l’ensemble des musulmans et des arabes de se justifier pour un crime qu’ils n’ont pas commis me renvoie à Lafontaine au loup et l’agneau… « Si ce n’est toi c’est donc ton frère… c’est donc quelqu’un des tiens… ». Demande-t-on aux chrétiens « bons pères de famille » de se justifier de la pédophilie qui perverti l’église ? Leur demande-t-on de rendre compte de l’idéocide et des génocides commis par la très sainte Inquisition ? Leur demande-t-on de se justifier de l’attentat d’Oklahoma par lequel ce bon petit gars catholique de Mc Veigh a tuer 168 personnes et en a blessé près de 700 au nom d’idéaux d’extrême-droite… quand le christ se fait nazi… … … La paille et la poutre…

Je ne vais pas épiloguer. Je n’ai pas de recette miracle, Autour de moi je constate la misère, le désespoir et cette tendance persistante de prendre comme exutoire au mal être de plus en plus généralisé, les cibles les plus vulnérables qui sont souvent celles désignées en guise de boucs émissaires par les servants du système. Je constate aussi l’augmentation de la violence domestique ou entre proches… l’attentat contre Charlie hebdo n’est pas un fait isolé mais un acte de violence parmi des dizaines de milliers d’autres qui font de notre monde un enfer ou au mieux un purgatoire pour un nombre croissant de ses habitants.

Seule une lutte cohérente contre cette violence globale peut apporter une réponse mais la machine est lancée et j’ai pu le constater à travers de nombreux commentaires les diversions opèrent, rares sont ceux qui tirent les leçons de l’histoire récente de la mise en action de la Stratégie de la Tension aux artefacts des révolutions de couleurs avec les guerres civiles qui en résulte…

Le capitalisme n’est pas en crise, il est en mutation. Les analystes latinos décrivent cette mutation comme une phase ultime d’accumulation par expropriation. Une machination, une marchandisation, une mécanisation (y compris des consciences), il produit des machines de guerre dont certaines sont des mécaniques au sens propre mais d’autres sont d’origine humaine et subissent des conditionnements terrifiants pour devenir des machines à tuer sans état d’âme, l’idéal des nazis concrétisé. C’est dans ce monde dangereux miné par une violence généralisée que nous avons à vivre dorénavant. Partageant les angoisses que connaissent les peuples à qui nos nations font la guerre pour venir au secours de la protection des intérêts des transnationales monopolistiques alors que la division et la méfiance voir l’agressivité au sein des populations ne cesse de croître.

Dans ce contexte, « quelle liberté d’expression défendons-nous ? » est une question pertinente. A travers les nombreux commentaires que j’ai pu lire une forte tendance se dégage, celle de tous ceux qui prétendent détenir la vérité et prétendent museler les autres au nom de leurs valeurs. On n’est pas sorti de l’auberge…

Les états d’Anne 

Le pop-corn « Fiat voluntas tua »…

Des rats nourris avec un maïs OGM (organisme génétiquement modifié) qui développeraient des tumeurs grosses comme des balles de ping-pong : l’étude conduite par le biologiste Gilles-Eric Séralini (université de Caen) et publiée dans la revue Food and Chemical Toxicology a fait l’effet d’une bombe, mercredi 19 septembre. L’organisme génétiquement modifié visé : le maïs NK603, commercialisé par le géant américain Monsanto. Le monde.fr

La vie avec un grain de cèdre

Je taillais la haie de cèdre, en fin d’après-midi. Ça fait trente ans que je la taille. Je pense qu’en vieillissant, je raccourci, car l’échelle de 8 pieds suffit à peine à me rendre au dessus.

C’est comme coiffer une tête carrée, verte… Pour la beauté du monde.  Je voyais s’effilocher le ramage sur le sol. Et les douceurs du parfum… C’est comme égrener un chapelet qui pousse tout le temps. Dans ces moments-là, on a des pensées qui surgissent. Si la haie passait sous ma coupe franche et parfois un peu barbare, avec la hâte d’en finir, je me suis arrêté un moment pour voir si c’était « parfait ». En même temps, c’était après avoir lu quelques articles et visionné le documentaire sur la puissance nucléaire terrestre : Unsurvivable ( Sans retour)

Voilà qu’arrive le maïs Monsanto, cité plus haut.

Je me suis dit que je pouvais mourir comme la petite ramure…

Clac!

Des hommes et des armes

Quand t’es enfant, t’apprends pourquoi le ciel est bleu. Quand t’es adulte t’essaies de comprendre pourquoi il est noir, et qu’on étouffe.

C’Est fou ce qu’on a pu inventer pour s’entretuer… et à coûts le moins élevé possible.

Contrairement à l’expression souvent employée, on jetait très rarement de l’huile bouillante sur les assaillants des châteaux forts car c’était un produit trop cher à l’époque. On jetait plutôt des pots remplis de poix, de soufre et de salpêtre ou bien tout simplement de l’eau bouillante.

 

On se tuait à l’eau bouillante…

Tout ce qu’on peut trouver.

 

Mais en 1942, ça s’est amélioré… On a produit de l’anthrax à Montmagny – 80km d’ici-, assez pour faire disparaître 70 fois la population mondiale.

Il y avait plusieurs avantages à développer l’anthrax : on pouvait l’introduire facilement dans des bombes, et on possédait déjà un antidote en cas de contamination. En 1943, le premier ministre britannique, Winston Churchill, pressait les Canadiens d’accélérer la fabrication de bombes à l’anthrax en vue d’une attaque qui visait six villes allemandes, dont Berlin, Stuttgart et Francfort. Ce projet d’attaque a finalement été abandonné. Avec l’arrivée de la bombe atomique et la reddition de l’Allemagne, l’utilisation des armes biologiques n’était plus nécessaire…Fanette

En 1956, la production cessa… Et on aurait détruit l’anthrax et jeté dans le Fleuve Saint-Laurent.

Durant la « guerre froide », une bomme atomique a été lâchée dans le fleuve Saint-Laurent, près d’ici. Mais on ne le sut qu’en l’an 2000. 

Saint-André – L’événement est demeuré secret pendant 50 ans, pourtant le 10 novembre 1950, une bombe atomique américaine de type Mk4 (Mark 4) a explosé au-dessus de Saint-André dispersant 45 kilogrammes d’uranium. L’incident cause alors une contamination radioactive de faible densité.

Durant la guerre froide, les États-Unis établissent une centaine de bases militaires au Canada. L’une d’elles se trouve à Goose Bay, dans le Labrador. Cette base est la plus rapprochée de l’Europe. En août 1950, l’U.S. Air Force y conserve onze bombes atomiques Mk4.

Le 10 novembre, un bombardier américain B-50 transportant une de ces bombes est victime d’une panne mécanique lors d’un vol de routine. L’avion menace de tomber. Dans un tel cas, le protocole demande que la bombe soit larguée pour éviter qu’elle explose avec l’appareil. La charge nucléaire (uranium) et la charge d’ignition sont transportées séparément. L’équipage procède au montage de la bombe au moment de l’attaque, peut-on lire dans Internet. La charge conventionnelle est larguée et explose, vers 16 h, à l’ouest du Petit-Pèlerin, une île située au large du village.

Pendant 50 ans, l’affaire est étouffée. C’est le ministre de la Défense nationale du Canada, Art Eggleton, qui confirme le fait le 25 février 2000. Infodimanche

J’oubliais… On utilisait de l’huile bouillante pour « punir » les condamnés. Il n’y avait pas d’électricité à l’époque…

Les bonnes causes…

Le cancer – sous toutes ses formes- s’est multiplié depuis des décennies. Un « spécialiste » attribue ce constat à… plus il y a de gens, plus il y a de cancers.

Mais il y a de bonnes gens qui font du vélo pour ramasser de l’argent afin de lutter contre le cancer. Des soupers aux spaghettis… Des courses… Des marches. On ne sait plus quoi inventer pour être une mère Térésa. On va finir par être tellement de bonnes personnes qu’on va se mettre un compteur à la cheville dans la maison. Et verser un cent par pas…

Après, on prend une bonne douche à l’eau chaude… Ça n’a jamais tué personne…

Il y a un hic!

Si l’anthrax de 1942 pouvait anéantir 70 fois la population mondiale, quelle est la capacité totale destructrice de l’armement actuel, tous pays confondus?

Je pense que si les E.T. existent, je les comprends de tourner en rond sur la planète et de ne pas trop s’attarder à essayer de parler à un terrien.

T’es rien…

Mais tu as élu un « t’es rien » qui utilise ton argent pour fabriquer des armes qui font que le maïs que j’ai mangé hier est aussi naturel qu’un poisson pêché dans la rivière pas loin des sables bitumineux de l’Alberta.

La pharmacologie alimente des millions de vieillards « nourris » à Big Pharma. Ils urinent tous… Et on prend soin d’eux, en « bonnes personnes ».

Mais, comme disait le philosophe : Où donc va tout cet urine?

Il y a trop de bonnes personnes…

Quand un arbre est pourri,  et que pour le guérir tu suces le bout d’une feuille… C’est peut-être pas assez. C’est une bonne cause, mais c’est pas assez.

Il y a trop de bonnes personnes…

Il y a peu de mauvaises personnes, mais c’est comme si Satan avait enfilé une cravate pour camoufler le serpent lové autour de son cou.

Il faudrait les passer à l’eau bouillante à la manière Moyen-âge.

Quand on a des dirigeants qui veulent nous tuer 70 fois, et de par toutes les manières possibles…

Houston! We’ve got a problem!

Si ça continue, tout le monde ira sur la lune. Mais le retour sur Terre n’a aucune garantie.

***

Demain, je vais finir ma haie. L’expression consacrée est : « Si Dieu le veut ».

En fait, si la persistance d’être aveugle de ne pas voir les dieux en nous, nous ne sommes que des adolescents boutonneux.

La grandeur de l’Univers, sa beauté, celle de la Nature, des animaux, des humains, des fleurs, de la chaleur du soleil en été, des nuages, des vents, de l’amour, des haies à tailler, des enfants à faire et à « instruire » pour prolonger et réussir cette vie, de tâches qui nous attendent… Si tout cela ne s’accomplit pas, la Terre n’est au fond qu’un bouton d’acné dans l’Univers.

La Terre  fera faillite… Mais pas d’électronique pour nous « sauver »… Pas de renflouement.

Rien!

Allah! est grand! Allah! est grand!

Jésus est grand! Jésus est grand!

Pauvres fous que nous sommes!

Les dieux, c’est Wall-Street, Goldman Sachs, et l’industrie de l’armement.

S’il n’existait que « dieu », je pourrais tailler ma haie en paix.

S’il n’existait que « dieu » je pourrais manger mon maïs en paix.

Ne reste que deux options… en fait, trois.

Implosion.

Explosion.

Mélange des deux.

Mais imaginez maintenant – à partir de l’eau chaude – tout le progrès qu’on a fait. Imaginez dans 100 ans!

On pourra tuer un milliard de fois les habitants de la planète.

P.S. : J’ai reporté ma « tâche » de tailleur de haie. Je pense que le pop-corn nucléaire mettra fin au grand cinéma tridimensionnel. Alors, je ne fais plus que regarder les petites choses et me promène à vélo. Voir plus loin que la haie… Tout voir, tout sentir, tout entendre… Tout frémir! La Vie, c’est elle le dieu que nous cherchons… Après, on verra, il y aura une autre haie…

***

Un bouton d’acné aura disparu de l’Univers…

Fiat voluntas tua… ( Que votre volonté soit faite…)

Gaëtan Pelletier

20 septembre 2012

Obama briefing

– Il faut sauver l’Irak.

– Mais nous l’avons déjà fait une fois!

– Mais c’était par un imbécile… Développez! Comme dirait le président Français.

– Je n’ai pas dit l’Irak. Voyons! J’ai … En fait, dit, le barrage et l’or noir. Pour l’instant, nous ferons de frappes chirurgicales… Mais j’ai bien peur que ce ne sera pas suffisant. Il faudra envoyer des troupes sur place… Mais discrètement…

– J’ai un cousin nain  ,  « à grandeur restreinte »….

– Pas de ségrégation, monsieur.

– Pas du tout: il est noir nain. Ou nain noir.   Il est tout petit…

– On s’en doutait. Il travaille dans un cirque?

– Pas de ségrégation, Monsieur le Président. Il a pondu un essai à Harvard: L’Achondroplasie : The life of  usuless citizens…

…. Et il est présentement en phase terminale d’un cancer du cerveau. Je… Je pense qu’il accepterait de se sacrifier pour Les États-Unis d’Amérique, cette grande nation. J’ai même un slogan: « Ce sont les petits qui font les grands ».

– Ouais! Mais vous n’en avez qu’un seul.

Il esquissa un sourire.

– Donnons-lui une carte de presse. Un journaliste.

L’équipe échangea des regards narquois et moqueurs.

– Oui, mais il a des amis… De nombreux amis. Entre autres dans le domaine de la science médicale, ou de la médicale science.

– On dirait que vous avez un plan en tête…

– Une façon de parler. Les armes chimiques n’ont pas bonne presse. Mais si on l’envoie en Irak en jouant le rôle de journaliste, il suffirait de lui injecter le virus Ebola. Si les membres de l’EI, – tels que nos les avons nommés -, le gardent en captivité pendant quelques jours seulement, ils seront tous infectés.

Il y eut un bruit de chaises qui se répandit dans la salle.

– Mais c’est monstrueux ce que vous dites.

– Je sais, mais imaginez un nain décapité, Monsieur le Président des États-Unis d’Amérique, la nation se soulèvera contre ce geste bas. Ou ce bas geste… Ils seront alors deux fois plus en faveur de la guerre.

– J’en conviens…   Supposons que nous acceptions votre « idée », – c’est un test- quel nom donneriez vous à notre « agent »?

– Lowlow  Profile.

Il y eut un bruit de chaises dans la salle.

– Prenons des notes, buvons un peu de café, et nous reviendront sur le sujet plus tard.

PAUSE

Retour.

– Nous avons discuté de votre « projet ». Toutefois, nous allons améliorer votre concept: nous allons créer une armée de nains… Nos usines fabriqueront de petites armes, le petits couteaux, de petites radios, de petites gamelles, de petites rations, de petits téléphones, de petits abris, de petits vêtements, de petites fourchettes, etc.

– Élaborez.

– Tout en petit, cela nous coûtera moins cher. Au lieur d’armer de petits cerveaux avec de grosses armes, nous allons armer  de petits soldats avec de grands projets. Ils auront de petits tanks… 10 fois moins d’essence. Imaginez ce que gagnera l’Amérique!

– Vous êtes génial, MOnsieur le Président de cette grande nation qu’est Les États-Unis d’Amérique. ( Snif!)

– Vous aller bénéficier d’un bonus de 10$ millions de dollars dans le mois qui suivra… Car votre idée m’en a amené  plusieurs. J’ai l’intention de créer deux milliards de mini-drones-moustiques qui voleront au dessus de l’État Islamique.

– L’État Islamique existe vraiment?

– ( Passage caviardé).

– Mais vous allez risquer de tuer de enfants , des civils… Ils sont tout petits…

– Nous travaillons présentement à fabriquer des drones à base végétale qui se désintégreront de manière verte.  Des drones invisibles, minuscules.

– Mais c’est monstrueux ce que vous dites!

– Une guerre verte ne sera jamais monstrueuse.

– C’est vrai, Monsieur le Président…. Alors, pourquoi ne pas envoyer des moustiques infectés?

– Parce que des moustiques ne créent pas d’emplois. C’est Dieu qui fabrique les moustiques, mais il n’est pas ici. Soyons francs: nous ne faisons que copier Dieu.

TROIS HEURES PLUS TARD

– Arrangez-vous pour qu’il meure  dans un accident de la route ou je ne sais quoi. – Il est fumeur… Il finira par mourir…

– Mais c’est trop long…

Il sourit:

– C’était une blague! Nous avons mis des particules d’arachides dans ses cigarettes.

– Je me tape la cuisse… Je suppose qu’il est allergique  aux arachides?

– Eh! Oui.

Il écarquilla les yeux.  Il récarquilla de yeux.

– Mais si un médecin arrive tôt, il pourrait le sauver? Nous serions perdus.

Re- sourire.

🙂

– Nous avons engagé le Dr Bolduc du Québec à titre de médecin personnel.

– Le Dr Bolduc? Mais qui est-ce? Si je devine j’acquiesce…

– Il est Ministre de l’Éducation au Québec.

– Pardon? Ministre de l’Éducation… Vous êtes sûr qu’il n’est pas Ministre de la santé?

Soupir!

– Il a été dépromu… Le système a perdu des livres,mais pas le Ministre de la Santé.

– Mais le Québec, c’est quoi?

– C’est des gens qui ne parlent pas comme nous. Mais c’est là qu’est née Celine ( pas de É) Dion.

– Ah! Oui. Celle qui chante My Art Will Go On.

– Oui, la chanson du Titanic. La fille  gèle sur un radeau, et le gars lui laisse la petite pièce de bois qui la fait flotter. Puis il descend lentement, blanc comme… un blanc mort. Plouf!  Ça m’a touché cette histoire. En plus, c’est vrai.  C’est un héros. On devrai le décorer…

… Il ne savait pas nager?

– Monsieur le Président (etc), les eaux étaient frettes en avril.

– Frettes?

– Eh ! oui. C’est comme ça que parle le Dr Bolduc.

« Yé frette, yé mort ».

– Il est parfait pour nous. Mais s’il veut devenir Ministre de l’Éducation aux  États ( etc)…, il lui faudra apprendre à parler bien ou à bien parler.  Quelque chose d’autre?

– Son regard est étrange… Il a les deux yeux dans le même trou…

– ?????

– Il louche de l’intérieur, ni à droite, ni à gauche,… Et de temps en temps vers le haut. Et vers le bas…  Et de temps en temps, ça tourne…

– Je ne suis pas culturé comme vous, mais sa femme c’est Mary Shelley?

– Nous savons seulement qu’il est épousé à quelqu’une…

– Qu’on le prime tout de suite… Il parle bien?

– Il parle comme il regarde.

– Doublez son salaire.

– C’est déjà fait. Il l’a fait lui-même. Il est très auto homme…

10 JOURS PLUS TARD

– Il est mort?

– Il est mort…

-Arachides?

– Arachides.

– Ouf!

20 JOURS PLUS TARD

Message du Président,

Pour l’opération Lowlow Profile, nous utiliserons   des arachides biologiques afin de minimiser les pertes humaines du côté de l’EI.

God Bless You

B.A.

*******************

Gaëtan Pelletier

2014