Archives de Tag: Zombies

Les zombies font la roue , une histoire de Hell’s et d’anges

Les préparatifs en vue du procès de 51 membres ou proches des Hells Angels ont repris vendredi matin au Centre judiciaire Gouin, à Montréal.
D’entrée de jeu, le juge James Brunton a suggéré de traiter en bloc l’ensemble des requêtes préliminaires qui risquent d’être fort nombreuses et ensuite de scinder les accusés en deux groupes pour les procès comme tel.
Parmi les hypothèses envisagées, les 29 membres des chapitres de Québec, Trois-Rivières et Sherbrooke seraient regroupés ensemble et un deuxième groupe serait formé des 22 membres des chapitres South et Montréal.
La défense a demandé un ajournement afin de se pencher sur la question.
 
Rappelons que ce procès découle de l’opération SharQc, menée en mai 2009, dans laquelle 156 suspects avaient été interpellés. SOUCHE 
 
*** 
  • il ne parle pas, mais émet des gémissements,
  • il se nourrit de chair humaine,
  • ses capacités cognitives sont altérées,
  • il a les yeux blancs ou rouges,
  • son organisme commence à se décomposer lentement, ce qui provoque une peau blafarde ou pourrie, une odeur atroce, des os et muscles plus fragiles,
  • des blessures mortelles et des plaies ouvertes sont visibles sur son corps, il boite fréquemment d’une jambe.

Zombie

zombie

Le paon mâle « fait la roue » pour séduire les femelles lors de sa parade nuptiale. Il étale en éventail les longues plumes de sa queue, puis tourne sur lui-même en les agitant pour faire admirer sa parure.

paon

***

Le méga procès des Hell’s, « capturés » en 2009, n’est même pas commencé. Et devinez de qu’on a fait: on a bâti une cour spéciale, avec ordinateurs, vitres anti-balles, bref, tout le forfait et show hollywoodien pour la grande bataille juridique.

51 membres.

On n’a pas liardé sur le matériel : tout à la fine pointe. Ni sur les avocats :  les meilleurs et les plus ruineux.   Quand on aura terminé, les ordinateurs seront désuets, bons pour être défibrés par des chiffonniers électroniques de Guiya (1)  les avocats seront riches et le crime organisé se fera dans la légalité des élus.

Le banditisme à « bike » est périmé. Il a beau être tatoué comme un billet de banque canadien en polymère, il s’affiche exagérément. Avec une certaine franchise que l’on ne retrouve plus.

Les meilleurs bandits  se polissent et se policent comme si les peuples étaient des buffets froids à volonté.

Mon fils m’a expliqué que les meilleurs films de zombies sont ceux dans lesquels les zombies se meuvent le plus lentement possible.  Alors, il n’y a pas de différence entre le système judiciaire et les films de zombies. Sauf que le prix des films de zombies est fixe…

Ils frétillent à la paperasse comme des paons qui ouvrent leur palette de couleurs pour faire transpirer la femelle.

« Je suis beau du derrière ».

 paon

C’est pas pour tes beaux yeux… D’où l’expression : « J’ai les deux yeux dans le même trou », au lever d’une cuite.

Après la fin du procès, vers 2019, il y aura un gros party, avec le caviar des peuples : nos œufs de poissons frits. Tartinés.

Le pire des bandits est celui déguisé en philanthrope cravaté. On lui fera un procès en 2024.

Si la lenteur de nos institutions continue de ralentir, nous serons tous zombies. Oubliez la peur inspirant du Hell’s Angel de la photo. Le plus grand et le plus efficace des criminels est à cravate et encensé par la gente politique.

C’est comme ça… Ça a toujours été comme ça.

La monnaie polymère

 monnaie polymère

Les plus navrants salauds ont le panache en format PDF. Pris De Face.  Ce qu’ils sont vraiment, on ne le sait pas. En fait, les  seules  religions « laïque » qui demeurent sont la politique et l’économie. Le politicien est en train de passer « après » le téléphone intelligent. Il claudique, mais on ne peut le tuer… Il est déjà mort.

  • il ne parle pas, mais émet des gémissements,
  • il se nourrit de chair humaine,
  • ses capacités cognitives sont altérées,
  • il a les yeux blancs ou rouges,
  • son organisme commence à se décomposer lentement, ce qui provoque une peau blafarde ou pourrie, une odeur atroce, des os et muscles plus fragiles,
  • des blessures mortelles et des plaies ouvertes sont visibles sur son corps, il boite fréquemment d’une jambe.

 De fait, et de tous les temps, ce sont eux qui ont nourri le rapace « homme d’affaires ».

C’est la guerre de Z ( prononcez Zi), la dernière lettre de l’alphabet. Ils font la roue depuis des millénaires. C’est le petit travailleur qui paie pour le décorum-queue « foliecolore ».

Si Freud avait vécu 200 ans, il aurait sans doute découvert que la politique et le sexe sont liés. Séduire est un art. Comme la peinture à numéros. Remplir les casses…

1.Guiya, La ville aux chiffonniers électroniques

Gaëtan Pelletier

Octobre 2013

World War Z: Brad Pitt va sauver l’humanité… Les autres sont trop occupés à la détruire

Refroidir SIFCO (30 gifok)

 

Un film pour 2013. World War Z…  Toujours dans la « vague » américaine… À se demander si, inconsciemment, les zétatszunis d’Amérique ne sont pas en train de faire leur propre portrait….

***

Les Z, des Zombies qui courent, nagent et… se suicident ?

Une fois passé le choc du changement d’intrigue, il s’avère que le peu de zombies qu’on aperçoit respecte les descriptions du bouquin. Ils sont montrés en groupe, très rapides, avançant droit devant eux quitte à sombrer dans le vide (deux plans évoquent cette idée dans la vidéo). Aucune once d’intelligence, aucune organisation, mais leur surnombre les rend quasiment impossible à éviter et ils se propagent, comme un virus.

On se demande du coup si le film reprendra l’un des principes du livre : plonger les zombies dans l’océan. Il semblerait bien que oui : on entrevoit ici que l’un des réflexes des gens lors des attaque est de se réfugier en pleine mer. Notamment sur un porte-avion où le personnage de Brad et sa famille sont recueillis. Mais y seront-ils réellement en sécurité ? La scène participe à rendre ce trailer si anxiogène : les zombies semblent être capables d’attaquer partout.

 

A quoi ressembleront vraiment les zombies ?

Autre source d’étonnement : on ne voit qu’un infecté en gros plan (lors de la scène sur le toit), mais il court après Brad et apparait tellement rapidement qu’on ne distingue pas bien ce qui le différencie des humains. Pourquoi cette première vidéo ne nous montre-t-elle pas un Z de plus près ? Sans doute pour insister sur l’idée, déjà évoquée plus haut, que les zombies se déplacent en groupe ?

Ou peut-être que les effets-spéciaux ne sont pas tout à fait bouclés ? Le film sortant dans plus de sept mois, la phase de postproduction n’est sans doute pas terminée. Et puis l’équipe du film veut peut-être garder le meilleur pour la fin et ne montrer ses créatures que plus tard dans la promotion ? Ce serait une manière d’attiser la curiosité du public. Source