Archives de Tag: Sarkozy

Les désanalyses. Chapitre cinq : la défabrication de l’humain

Sarkozy

Photo: exemple de blatte brouillée

***

Vive le totalitarisme furtif!  Gisèle Tardif

***

Un auteur, dont j’ai oublié le nom, disait que les hommes politiques, en temps de paix avaient fait  plus de dommage que les guerres du 20 ième siêcle: 170 millions en temps de paix, et 100 millions pendant les guerres. En ce début du 21 ième siècle,  probablement avons nous dépassé ces chiffres en quelques années.  En toute logique, ce serait la raison pour laquelle il vaut mieux être en état de guerre qu’en état de paix. Le politicien qui se frotte le nombril pour faire sortir son génie, est un transporteur de contrats. C’est l’homme d’affaires des hommes d’affaires . Mais en réalité, c’est l’inverse… Le rôle du citoyen est de trouver le revers de l’inverse. De sorte que tout le monde est perdu. Les sacrifiés ne sont plus déterrables de leur charnier. Il n’y a pas de charniers visibles. Il n’y a que des dommages collatéraux fantomatiques. Ça, c’est dans la vie de l’échiquier politique journalier. De temps en temps, ou trop souvent, les deux s’emmêlent: on ne sait plus si c’est un jeu politique ou une guerre.

C’est l’ère de la tyrannie de la bêtise. Mais laquelle? C’est de la construction d’un individu dans un groupe et de par un groupe qui qui construit l’individu. Il n’y a pas seulement maman et papa qui nous mettent au monde. Il y a la société. Et la société c’est le grand bain des valeurs, de l’éthique, bref, du formatage de la personne humaine par la soi disant éducation.  Y compris les médias sociaux et tout l’appareillage d’information torsadé.  De temps en temps, voire souvent, il faut se former soi-même à partir du moment où l’on constate l’hégémonie dominante et destructrice.

Hélas! L’esprit humain est une éponge à dieux. Il avale  des dieux comme de petites pilules, en people, version laïque du descendu sur terre pour jouer du cerveau et refaire le monde en quatre ou cinq ans.  Hillary Clinton sera le nouveau dieu d’un pays qui a placé dieu sur un billet de banque. C’est une valeur… En partant, c’est le nerf de la guerre. J’en suis venu à la conclusion que l’Amérique ( USA) vit en mangeant des autres. Ils ont créé le cannibalisme planétaire… blanc. La faim dont on ne sait quoi mène à la fin dont on sait qui. Ou presque…

Le plus important de toute cette bulle qui boursoufle comme des crapauds ayant trop fumé de cette économie qu’ils n’arrivent pas à arrimer au véritable progrès est qu’ils construisent par ignorance sèche toutes les machines- ou les entretiennent à coups de subventions- les humains qui deviendront des blattes par la culture ( et le système d’éducation marchandisé) de blattes supérieures ( de pouvoirs) en blattes inférieures. Ce qui signifie que l’ignorance est en train de prendre le pouvoir sur la connaissance. Le pouvoir d’être sourd a vaincu  le pouvoir d’entendre.

Je ne sais si j’ai été clair. Je vais tenter de l’être: nous sommes les  civilisés les plus ignorants qui donnons nos vies à des plus ignorants. De sorte que la prochaine génération de dirigeants politiques en sera une plus pauvre donnant naissance à une autre plus pauvre en terme de capacité d’analyses , de pouvoir réel, mais champions dans les formules.  De sorte qu’à brouiller l’incompréhension pour tromper les peuples, on ne construira que des brouillés.  Alors, ce sera la démocratie complète mais stupide: un brouillé non dirigeant sera aussi brouillé qu’un dirigeant. Tout le monde est ego…

Gaëtan Pelletier

Sarkozy en train de pratiquer un discours

thenakedsundayproject:Matthew, 2014

Sarkozy est le meilleur danseur de la mâchoire que j’aie pu écouter au long de ma vie, au long… Il se croit. Comme se croient des milliers de cravatés « dirigeants » de ce monde. Il faudrait une horde de psychanalystes pour les psychopathes sociaux, même de seconde main, pour nous expliquer la mécanique des « bonnes méchantes créatures » qui se pâment de nous raconter leur enfance ratée, leur mission sur Terre.  Comment tous ces gens ont pu réussir leur vie  – et ils sont légions, allant du petit fonctionnaire qui pue de la bouche de son parcellaire pouvoir – capables de nous gerber toutes les formules creuses apprises pendant leur  carrière « d’imitateurs » et d’avoir autant d’influences même dans des postes « mitoyens »?

C’est bien plus simple que vous ne pouvez l’imaginer:

Même un gamin de 10 ans, un peu déluré, est capable de vous faire un bilan de la Terre: pollution, pauvreté, guerres, destructions de l’économie, charcuterie d’enfants, « austérité », misère, etc.

Vous avez devant vous ceux qui désignent ce qu’est la compétence, mais le résultat de la leur est nul. Ce n’est tout de même pas mes voisins qui bâtissent des maisons qui sont responsables de la chute des pays!

Gaëtan Pelletier

P.S. : Ce sont les Pâques! Ce christ de Sarkozy et ses semblables vont encore ressusciter. C’est zombie…

Le Chinois, l’Allemand et le Français

 

 

 

 

Boulot en France

Source inconnue….

Sarko et Marceau

Espions et agents de l’ombre disposeront bientôt d’une école patentée. Une personnalité, choisie pour ses compétences en dehors du monde du renseignement, va piloter le projet. Il s’agit d’une femme responsable de la formation dans une grande école publique. Son nom sera officiellement divulgué dans quelques jours. Nommée à la tête d’une mission de préfiguration, elle aura pour tâche de mettre sur pied la future « académie du renseignement ».   Le Monde
Sarko et son continuum de delirium tremens … Sarko aurait dû naître aux États-Unis. La France n’est pas assez vaste pour ce grand homme. Toujours verrouillé des neurones à la « grande amérique », c’est une poupette russe dans une poupée russe.

Sarko ou un autre, c’est du pareil au même : des pistes d’atterrissage pour des avions-cargos avec cervelle d’oiseaux.

Sarko et son plumage

J’ai reçu une offre d’un « ami » sur Facebook pour devenir fan de Sarko, « parce qu’il a fait beaucoup pour son pays. »…

Je ne tolère pas que l’on se moque de Sarko. Y-a-t-il quelqu’un en France fan de Sarko?

Bon! Une école pour espions…

Ne reste plus qu’aux peuples de la Terre que de se créer une école sans bâtiment pour contrer cette belle vague de chaleur qui a envahi les grands décideurs de ce monde depuis que l’Homme a mis les pieds sur la lune, le reste semble y être demeuré. Une « école de gens invisibles » qui formeraient des agents pour surveiller Sarko et les autres…

Même si on envoyait toutes les pages des blogues du monde à la face de Sarko, et aux autres visages multi faces obligés, les genoux cloutés aux veaux d’or de la finance…

Effet zéro.

Il existe suffisamment de DGPS, DGRI, DNRED, CIA, ETC,  qui emploient des lunettes teintées pour surveiller la bonne marche de ce monde. La bonne marche de ce monde est un pas d’oie mondialiste. Et ils ont tous la même recette pour nous appauvrir en nous enrichissant et pour s’enrichir en nous appauvrissant.

La soif inextinguible, inassouvissable des patentés de ce monde est qu’elle pourrait avaler les richesses de 7 petites planète comme la nôtre sans pouvoir être satisfaits.

Ces avaleurs de rivière emportent les poissons que nous sommes avec eux.

Soif! Soif! Soif!

On est les bouteilles à la mer pour ces tricoteurs de « grand projets » (sic). Chaque citoyen est un biberon pour ces déserts vivants qui assèchent nos vies.

Les athlètes et l’endorphine

À quoi donc carburent les athlètes quand ils courent? Aux endorphines. J’ai couru pendant une quinzaine d’années. Après 40 minutes de course, on se met à divaguer : je me souviens de m’être arrêté, bien drogué, et de me dire que je pourrais courir toute la journée. Montréal-Paris. Comme dirait Sarko : « C’est l’Atlantique qui m’a arrêté ».

Il doit bien y avoir des requins entre Montréal et Paris? Il y en a dans la finance, la finance est un océan salé qui nous fait payer trop de notes… Forcément, nager aussi longtemps, c’est dangereux… Même pour aller chercher la légion d’honneur…

Les rôles des endorphines sont :

– diminution de la douleur,
– apparition du plaisir,
– déclenchement du rêve éveillé et effet hypnagogique (démarrage du sommeil),
– contrôle de la respiration,
– diminution du stress et de l’angoisse,
– modification des réponses immunitaires,
– modulation des réponses hormonales,
– accentuation de l’apparition de la tendance affective,
– exacerbation du sentiment d’euphorie… (liste non exhaustive). Passion course à pied

 

Courir après sa queue de paon

 

Non exhaustive, en effet, quand on coure après la gloire, on risque d’attraper la berlue…

La « berlue » est également le nom attribué à un problème de vue où l’on voit des choses qui ne sont pas devant nos yeux, telles que des points noirs ou des mouches par exemple.(Dicto).

Il en est pour qui les mouches sont vues en double. D’où le phénomène d’ampliation. Défini en médecine comme une « augmentation du volume de la cage thoracique à l’inspiration ».

Gonflements, ballonnements, que le dictionnaire des synonymes relie à météorisme.

Météorisme… Vraiment! N’Y a pas que la France qui est trop menue pour Sarko, le monde également.

Également est une expression, car de nos jours, l’égalité est une notion qui dès qu’elle est prononcée est perçue comme un danger pour l’élite de corsaires terrestres,  avec au cou une grosse dent colorée : la cravate. À la manière des pirates, sauf qu’ils sillonnent les terres du monde pour les brouter comme des vaches mondialistes. Alors, ils ont besoin d’une armée de lunettes teintées, vêtus de noir…

À se demander si les citoyens – pour contrer ces malfrats étatisés – ne devraient pas se prémunir d’une école, avec un bel acronyme.

Au grand théâtre des marionnettes, si  ne peut pas se débarrasser des pantins, nos agents au service du peuple pourraient au moins passer leur temps à couper les ficelles de ce spectacle braque…

En plus, le scénario est tellement défraîchi…

Le mimodrame

Comme disait Einstein :

“Insanity is doing the same thing over and over again and expecting different results.”

Certains ont traduit cette expression par « plus de la même chose »… Cent fois la même manière de faire ne change rien. Mêmes résultats. Ce qui signifie en politique : rien.

Marcel Marceau bougeait, bougeait, bougeait…

Nos élus parlent, parlent, parlent…

Gaëtan Pelletier

2010

L’autodafés des Vikings planétaires

Couillard

« L’Histoire de l’humanité a démontré que la richesse ne peut pas se passer de la pauvreté » GP 

« On appelle Viking (Víkingr, en vieux norrois) un commerçant de longue date, remarquablement équipé pour cette activité, que la conjoncture a amené à se transformer en pillard ou en guerrier, là où c’était possible, lorsque c’était praticable, mais qui demeurera toujours quelqu’un d’appliqué à afla sér fjár (“acquérir des richesses”). » Vikings

***

Les hommes politiques ne luttent pas pour fignoler la vie et les pays, mais pour se battre entre eux. En équipes…  Un beau sport que la politique: c’est nous le ballon, et le pays est le terrain. La pauvreté a coups de pieds, et dans l’estrades des spectateurs-payeurs. J’ai l’impression parfois que l’on vote pour une démocratie flegmatiquement venimeuse. Quand vous faites un crochet sur un bulletin de vote, vous dessinez un serpent.

Monsieur de Couillard est allé en Chine pour vendre le porc du Québec:  Ils ne l’on pas gardé… On aimerait toutefois aimé le voir embroché.

 Monsieur de Sarkozy s’est oxygéné au point qu’il sort des ballons de sa bouche. Élit-Homme. Homme déjà élu… Au bal on va… Il se voit déjà dans sa soupe de pouvoiré. Quant au lymphatique Obama, il a ce petit air anémique des gens qui ont hâte d’en finir avec leur job. Le Président des U.S.A, c’est le nom d’une rue…

Leur vie est une grammaire étriquée: sujets-verbes-compliments.

palimpseste :Support sur lequel on écrit, susceptible d’être effacé après usage.

C’est beau les mots… Car ils permettent de retrouver le vrai sens des choses et des êtres:

Après usage de la clique abonnée à la bourse, ils s’en va  se repaître dans leur paradis. L’Histoire des gens simples est triste et barbarisée parce que les sots, munis de parchemins qui époustouflent, n’ont pas de route à nous donner, sauf la leur…  On épluche les humains comme des pommes de terre.

L’asphalte fait partie de leur CV. Black and roll… Plus tard, ils auront le nom d’un pont, d’une rue, d’un aréna, avec un trait entre leur nom et leur prénom. Mais bon!… Ils méritent peut-être une ruelle. Ou le nom d’un  dépotoir…

L’autodafés 

Le 10 mai 1933, le mouvement atteint son point culminant, au cours d’une cérémonie savamment mise en scène devant l’opéra de Berlin et dans 21 autres villes allemandes : des dizaines de milliers de livres sont publiquement jetés au bûcher par des étudiants, des enseignants et des membres des instances du parti nazi. Ils constituent les autodafés

Wikipedia 

C’est… brûlant d’actualité. Les États ou pays dits développés brûlent inconsciemment toute réflexion des artistes, écrivains, penseurs. Ils les ignorent. De sorte que nous nous retrouvons dans un monde complètement A-Historique, Alzheimer, décousu, et brûlé par l’ignorance. Bref, ce qui pourrait humaniser ce qui est humain est effacé.

Le résultat est que nous évoluons par des savoirs technique, mais nous stagnons par des rejets de connaissances humanistes. L’avoir a bouffé l’être. L’avoir veut bouffer la richesse de la différence. De sorte que le monde est une vaste Shoah filandreuse et sournoise.

De sorte que dure et perdure les gens de pouvoir pour le pouvoir. On brûle tout ce qui nourrit l’intellect et l’âme pour une maîtrise totalitaire des humains au profit du profit.

Un monde sans culture, sans philosophie, ne se livrant qu’au bas marchandisage d’une matière première vivante,  finira par nous mourir. Le barbarisme est un abrutissement continu… Peu importe les formes.  Et c’est bien là l’horreur de l’Histoire: modeler aux fins de tromper.

Gaëtan Pelletier

Novembre 2014

Sarkozy: le retour du jet d’ail

SARKOZY

«Est ce que j’ai fait le bilan depuis deux ans et demi ? J’ai beaucoup réfléchi. Dans le panthéon de mes valeurs, il y a un mot très important, c’est responsabilité. Si j’ai perdu, c’est ma responsabilité […] Source 

Sarkozy pue de la bouche… Mais il est loin d’être le seul. La politique est maintenant obsolète… Inutile, bavarde, vantarde, menteuse, irréaliste, pompeuse… Les valets des valets des marchés financiers mondiaux.

Sarko est bavard-roi.  🙂

Il sort de la laine de sa bouche, comme si on pouvait se tricoter un avenir avec un mouton de la finance internationale.

Rêve-je?

 

Pendant que…

Soyons sérieux! Pendant qu’on épluche la forêt amazonienne – poumon de la Terre -, pendant qu’on éventre les sables bitumineux de l’Alberta, pendant que le néolibéralisme du monde des affaires se gorge de l’ignorance des citoyens, pendant que l’on discute d’environnement à New-York, pendant que L’EI menace le « monde »…  Tout pend. On reporte à plus tard la beauté de la Vie.

Il faudra une révolution pour déloger cette fringale de l’or, du nouvel esclave « dépaysé » pour anéantir la folie meurtrière.

Nous sommes responsables d’élire et de cautionner la somme des menteurs, des fraudeurs, ces prêtres-politiques des pays en voie de dégringolade.

Il faudra s’unir pour les diviser…

Agrandissons la Terre!  

À travers tout ce charabia « historique », ces passages de gentilés mondialistes boursouflés, ignares, la Terre est en train de se composter. L’impérialisme est maintenant aux mains d’invisibles cravatés. Mais nous compostons lentement… C’est la naissance du citoyen-déchet, décervelé, bombardé, vassalisé, qui  sert à nourrir une « masse monétaire » qu’on NE PEUT PAS MANGER.

La foi ne soulève plus les montagnes, seulement les courbes de Wall-Street.

Il faut cesser de croire aux pantins, comme des enfants devant une représentation de marionnettes aux théâtres de nos étés.

La « bonne nouvelle », c’est que rien ne change réellement. Si Sarkozy est un messie, il en est d’autres qui ont des projets de 10 ans, 20 ans, 30 ans.

Comme si la Terre était une maison que l’on pouvait agrandir…

On a les téléphones intelligents, les vestes intelligentes, les cuisinières électriques intelligentes, les laveuses intelligentes.

Sapristi! Il ne manque plus que les politiciens.

Alors, l’avenir, c’est de les remplacer par un super ordinateur qui réglera tout ça. Les ordinateurs ont des failles, mais il ne savent pas mentir. Comme les politiciens….

Gaëtan Pelletier , sept 2014

 

En sus:

Aussi, il suffit de parcourir nos villages pour voir qu’un grand nombre de fermes ont disparu, les hangars ont été transformés en abris à caravanes et les étables sont vides et parfois même réhabilitées en habitation ou en gîte… Les paysages ont même été transformés par les remembrements imposés par les chambres d’agriculture au nom de la rationalisation, la destruction des talus et le rassemblement des petites parcelles ont préparé la mort des petits paysans incapables de suivre le rythme de cette course effrénée et sans limite à la production intensive dans des champs qui peuvent atteindre des centaines d’hectares. 

Le grand Monopoly de l’industrie capitaliste agricole

Comment marchés financiers et multinationales accaparent aussi les mers et les océans

Les formes de luttes sont diverses face à des menaces elles-aussi très variées. La construction des grands bassins aquacoles, d’industries extractives ou de grands projets hydroélectriques concourent à saper les écosystèmes. Au Nigeria, les pêcheurs essaient d’intenter une action contre la société pétrolière Shell concernant la pollution de leurs zones de pêche. Au Venezuela, les organisations de pêcheurs ont obtenu une loi interdisant la pêche avec des chaluts de fonds. Face à la menace que l’accaparement des mers fait planer sur la sécurité alimentaire, la résistance s’organise en faveur de droits collectifs pour les pêcheurs.

Agrandissons les mers….

 

 

Image

Sapré Sarkozy! Même déguisé…

tumblr_mxmyjyxqFh1qazwj9o3_1280

Comment ne pas penser par eux-mêmes


Louis XIV… IMAGE : Je me suis trompé d’image, on dirait. On nomme cela un copier-coller.

L’état c’est moi ( Louis 14 )

Cette phrase aurait été prononcée par Louis XIV devant le Parlement de Paris, qui avait pour missions d’entériner les décisions royales.

En 1654, Louis XIV est sacré roi à Reims, mais c’est en réalité Mazarin qui exerce le pouvoir dans le royaume. Sur son conseil, et pour pouvoir continuer à faire la guerre à l’Espagne, Louis XIV signe différents édits destinés à faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’État. Les magistrats du Parlement de Paris enregistrent ces édits le 20 mars 1655, mais certains d’entre eux vont rapidement contester leur légalité.

Pour éviter une nouvelle fronde, Louis XIV se rend le 13 avril 1655 devant le Parlement, en habit de chasse. Le président du Parlement lui parlant alors de l’intérêt de l’État dans cette affaire, le jeune Louis XIV se serait écrié : “l’État, c’est moi !”.

L’humain est la matière première des salauds

Le frigo est ouvert… 24 heures par jour. On peut l’ouvrir et se déboucher une petite bière de philosophie, une tranche de jambon de Goldman Sachs,  ou autres grignotine séchée empestant le Goebbels finement présentée.

L’Homme n’a pas inventé le mensonge, mais il a payé bien des gratte-papiers pour vous convaincre que vous étiez cultivé. On vous fait bouffer de la roche. Car on ne vous apprend pas à douter de ce qu’on vous a appris. On vous le fige, on vous le caille, et on vous écaille…

Oublier vraiment est aussi important que de se souvenir.

Et toute la crasse occidentale, que l’on nomme « éducation »,   se livre à ce mercantilisme trafic qui fait pousser des yeux de poisson à bien des « penseurs » qui murent leurs maisons de diplômes. Il y en a à qui ça sert, d’autre à qui ça serre…

La seule manière d’avoir un peu de connaissances- surtout de  bon sens – est par le moyen de ce que je nomme la « maison circulante ».

La Feng-Shui de l’âme 

C’est un principe de base du vivant : nulle connaissance n’est figée et aucun concept – même ceux en apparence saugrenus doivent stagner ou être mis de côté.  Tout doit circuler.

Ce que vous avalez doit être rejeté…

Comme lorsque  que vous mangez…

Il n’y a pas de « moutons », il n’y a que des empoisonnés hypnotisés.  Des asphyxiés…

Si vous ne vous prenez pas « en main »,  vous faites la culture de la chierie et vous risquez de vous y noyer. Vous vous nourrissez d’excréments, et vous êtes satisfaits, contents. Ce festin social auquel vous êtes invité est un piège.

Il y a de la couleur ajoutée.

Entrée et sortie 

Le doute est la porte d’une autre porte.

Des idées qui ne circulent pas, sont des idées mortes. Il faut donc avaler le repas par la porte d’en avant et rejeter ce qui vous apparaît dépassé ou instantané par la porte d’en arrière.

Stagner… Étant donné que nous aspirons tous à la paix et à une certaine quiétude, nous confondons la Vie, la profonde, à cet mort cultivée inconsciemment.

Éviter l’instantané. Ce sont des messages enregistrés depuis des millénaires qui s’usent plus vite qu’une qu’un couteau scotché à une meule de pierre.

La première erreur du débutant est de rejeter une idée ou un concept par le seul argument suivant : « c’est impossible ».

En fait, tout est possible. C’est que vous  rejetez ce qui ne s’inscrit pas dans votre « somme de connaissances », il vous faut simplement attendre qu’une ouverture se fasse pour progresser.

La musique a ses silences, les savoirs également…

Aérer. C’est la base…

L’école Wal-Mart

Sous des apparences de savoirs, toute la structure actuelle des écoles des pays « développés » n’est qu’une calamiteuse arnaque pour la production en série de citoyens au services des États, eux-mêmes au service des adipeux conglomérats d’affaires, au service des banques et des guerres qualifiées de nécessaires.

Défaire sa maison pour en construire une autre.

On a détruit l’Irak pour les profits de la reconstruction… Pour aller pêcher des puits de pétrole.

Les chiens ont des médailles.

Les soldats également.

Comme des truites attirées par le leurre qui tournoie dans l’eau, cuillère argentée, tirant le poisson vers sa proie truquée.

Bienvenue les morues! Et les sardines bien cordées en boîtes, sont alléchantes. De fait, en l’ouvrant, on a l’impression de voir les corps des soldats inconnus.

L’école, c’est l’eau qui alimente la rivière des États-couleuvres : nazisme camouflé. Une foultitude de snipers économiques et leurs polices à lunettes noires.

Affamé d’orgueil, vous risquez de perdre votre vie réelle au  profit de dériveurs de rivières qui allument les villes en fabricant de l’électricité.

Plus c’est illuminé, plus vous êtes fasciné. Vous ne voyez plus rien…

Vous êtes un produit et un vendeur en même temps.

Ce qui fait de vous l’employé du MOI.

Le mec Do… La première note de la gamme.

Illusion et indigence de la mélodie que nous devrions être.

Vous êtes le souteneur d’un monde à la dérive défendant des causes que vous gagnez tout en vous perdant.

L’école est maintenant un business : on vend des diplômes. Et les écoles luttent entre elles. Organisées en petites industries.

Le seul diplôme qui vous restera sera comme la marque des cochons qu’on abat : intellectuel.

Ce mot glué à « intelligence »… Qui pourtant n’a rien à voir avec celui-ci.

Naïf vous êtes.

Poisson poissé.

Les   portails organiques  de Wall Street viennent de vous piéger. Avec des formules bien simples :

–          Combattre le mal

–          Défendre sa nation

–          Défendre la liberté

–          Apporter « quelque chose » au pays

–          Etc.

Le réel motif est chez Goldman Sachs et dans les paradis fiscaux…

La démocratie n’a jamais réellement existé.

En fait, toute l’Histoire de l’humanité – ou presque – est un copier-collé déguisée  de magiciens à qui nous avons donné notre chapeau en échange de nos cerveaux.

On est lapins…

Hourra!

________________

Foreclosure

Idées congelées en vente dans toutes les formes de démocraties. Saisissez un échantillon près de chez vous.

Un produit de la Maison Uni-forme.

Le drapeau est fabriqué par des enfants au Bangladesh… Comme le T-Shirt que vous portez:  I am free.

Vous êtes “novlangués”…

Gaëtan Pelletier

Juin 2012

Paul Desmarais: Quand Anonymous décolore la bourgeoisie caméléon

Une soirée. Douze millions de dollars, l’équivalent de 480 ans de travail pour unE salarié gagnant annuellement 25 000 $. Tant de moyens pour si peu de goût. Source: Le Couac  

« Quand tu entres dans la propriété, on t’ouvre un premier portail. Ensuite, tu dois faire des kilomètres et des kilomètres avant d’arriver au château », racontait Nicolas Sarkozy à propos du fief de son ami Desmarais.» Sarko et ses hémorroïdes  

Tous les artisans de cette soirée, qui a nécessité la construction d’un imposant pavillon temporaire, ont été logés à proximité du domaine.

Les proportions du domaine où ont été accueilli tout ce monde sont calquées sur les grandes constructions d’avant la Révolution de 1789, habitée par la royauté française. Le domaine de Sagard compte plusieurs milliers d’hectares où on trouve notamment un terrain de golf privé. La fortune de la famille Desmarais est évaluée à plus de 4 milliards, selon le magazine Forbes.Le Devoir   

****

Open up your eyes (ouvrez grands vos yeux), comme disait John Lennon,  et faites clinquer vos bijoux.  « On ne leur demande pas d’être pauvre et de tout donner, mais d’en partager un peu… », comme le souligne l’ami Allard.

***

30 août 2011. Madame Desmarais fête ses 80 ans. On retrouvera sur Youtube  une vidéo lancée par ANONYMOUS QC,  2H09 minutes.

Mais il semble que Sarko n’y était pas… Pourtant, « la filière françaises » du monde  des affaires a bien dressé le pantin, fasciné par la richesse…et la gloire.

Et la France dans tout ça?

C’est aussi l’homme qui s’était dit, en parlant de Nicolas Sarkozy : « c’est quelqu’un qui serait bien pour la France » , comme le rapporte le quotidien La Presse. Le principal intéressé a évoqué ce soutien lors de la cérémonie de vendredi :

« Si je suis aujourd’hui président, je le dois en partie aux conseils, à l’amitié et à la fidélité de Paul Desmarais. »

Les deux hommes se connaissent depuis 1995. A l’époque, Sarkozy était au fond du trou, écarté de la Chiraquie après l’échec de la candidature d’Edouard Balladur aux présidentielles.

« Un homme m’a invité au Québec dans sa famille. Nous marchions de longues heures en forêt, et il me disait : il faut que tu t’accroches, tu vas y arriver, il faut que nous bâtissions une stratégie pour toi. »

Il a depuis séjourné plusieurs fois au domaine de Sagard, 75 km2 au coeur du Québec, propriété de la famille Desmarais. Le terrain, qui compte 32 lacs, doit son nom à un missionnaire français du XVIIème. Desmarais comptait aussi parmi les invités de la soirée au Fouquet’s sur les Champs-Elysées au soir de l’élection du président, le 6 mai 2007.

Au Canada, les Desmarais ont soutenu plusieurs premiers ministres : Pierre Elliott Trudeau, Brian Mulroney, puis Jean Chrétien (dont la fille, France, est mariée avec le cadet, André Desmarais) et Paul Martin. Ce dernier a d’ailleurs été vice-président de Power Corporation avant de se lancer en politique. Rue 89  

Rue 89

Le party pour Jackie

Depuis quelques jours, l’organisation de la fête allait bon train. À travers des jardins français sans fin, dans une tente, une salle de concert extravagante et riche a déjà accueilli son très quétaine faux penseur de Rodin, une partie des 400 000 $ de fleurs, principalement des orchidées de partout à travers le monde, achetées spécialement pour l’occasion ainsi que la répétition de l’Orchestre Métropolitain à laquelle Papa Bush aurait assisté. Étonnant. Au départ, les Desmarais désiraient retenir les services de l’OSM mais, voyez vous, il semblerait que la convention collective de cet orchestre, plus généreuse que les conditions de la Guilde des musiciens, ait modifié les plans de la soirée.(…)

Avant que le spectacle ne commence, l’Orchestre métropolitain sera parqué dans le garage, près de la tente, en attendant sagement son tour. Chacun à sa place. Lors de leur performance, malgré la présence d’une technique de sonorisation plus que complète, le son pourri rendra à peine la qualité des pièces qui seront jouées. Point culminant du spectacle, un cadeau de fête de Monsieur, une chanson écrite spécialement pour Madame. Il est vrai qu’on ne peut pas offrir grand-chose à des maîtres qui possèdent déjà tout. Émue et terriblement reconnaissante, elle déclarera : « On m’a dit que je n’avais pas le temps de faire un discours, mais je suis émue et je veux remercier… ». Il est bien vrai qu’ils possèdent tout. Mais pas le temps, semblerait-il.

Plusieurs diront que la dépense totale pour cette soirée oscillerait entre 12 et 14 millions $. Une soirée. Douze millions de dollars, l’équivalent de 480 ans de travail pour unE salarié gagnant annuellement 25 000 $. Tant de moyens pour si peu de goût. Source: Le Couac  

Toutes ces bonnes âmes de la politique et de la finance, y compris le souverainiste Lucien Bouchard, vendeur de gaz de schiste de pote à pote, et le chanteur « souverainiste » Robert Charlebois, sont du « party ».

La bourgeoisie caméléon

Tous les pays « démocratiques » sont endettés. On s’étonnera du virement des richesses des peuples vers une élite bourgeoise qui a réussi à traverser les siècles en changeant de visage. Masquée. Le pompage  systémique des dirigeants par le biais des jeux de Monopoly mondialisé,  et des politiciens à « flirt de peau » avec ces joueurs compulsifs, est en train d’aplanir toutes les diversités, aspirer les richesses, appauvrir les peuples pour le… jeu. Elle n’a pas de couleurs, la bourgeoisie. Elle se fond, en prédateur, dans les modes et les mouvements sociaux et politiques. Et ils veulent tout. À commencer par le contrôle qui permet… de  TOUT avoir.

Ils adorent ça. Tout avoir. Tout posséder. Sans aucun atome d’humanisme.

À Montréal, on fait sonner les chaudrons pour manifester chaque soir. Jadis, on demandait au peuple de les donner pour les fondre et en faire des balles pour les « bonnes guerres ».

Le citoyen a les balles, mais n’a pas les armes…

La galerie de photos, prises d’écran

Un paon sur une table… Faite la queue…


Papa Bush ( M. Desmarais, à gauche… Mais de droite)

Jean Charest et son épouse

Le plafond. On se croirait au Vatican… À première vue…

La nourriture: je ne sais ce que c’est, mais ça doit se manger… en couleurs.

Dans le spectacle, outre les performances des musiques classiques, on retrouvera Al Jolson , ce blanc déguisé en noir.

Comme la bourgeoisie, mais à l’envers.

Car, au fond, nous sommes tous les nègres de cette race de serpents kaléidoscopique.

Ouvrez grands vos yeux, les petits noirs. Les « nègres » de ce monde habitent maintenant tous les pays, toutes les civilisations, toutes les races, toutes les couleurs. Et ce, grâce à la mondialisation. Ça vous javellise tout: les plantes, les fleurs, les petits princes, les gens simples, les terres des paysans, le gaz en dessous de vos pieds, tout, tout, tout. Les vampires à sueurs n’ont pas de limites.

Et quand vous leur donnez de vos impôts, trop souvent, vous leurs donnez de l’engrais pour faire pousser leurs dents canines.

Sans rapport, aux chiens, bien sûr…

Gaëtan Pelletier

Un soir de mai…

***

Correction: Si vous visitez le site You Tube, on vous dira qu’à la 14.55 minute, il y a Liza Frula, ancienne Ministre du Patrimoine canadien. Erreur.

Il s’agit de Mila Mulroney, épouse l’ancien Premier ministre, Bryan Mulroney.

Comment ne pas penser par eux-mêmes

IMAGE : Je me suis trompé d’image, on dirait. On nomme cela un copier-coller.

L’état c’est moi ( Louis14 )

Cette phrase aurait été prononcée par Louis XIV devant le Parlement de Paris, qui avait pour missions d’entériner les décisions royales.

En 1654, Louis XIV est sacré roi à Reims, mais c’est en réalité Mazarin qui exerce le pouvoir dans le royaume. Sur son conseil, et pour pouvoir continuer à faire la guerre à l’Espagne, Louis XIV signe différents édits destinés à faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’État. Les magistrats du Parlement de Paris enregistrent ces édits le 20 mars 1655, mais certains d’entre eux vont rapidement contester leur légalité.

Pour éviter une nouvelle fronde, Louis XIV se rend le 13 avril 1655 devant le Parlement, en habit de chasse. Le président du Parlement lui parlant alors de l’intérêt de l’État dans cette affaire, le jeune Louis XIV se serait écrié : « l’État, c’est moi ! ».

 

 

Le frigo est ouvert… 24 heures par jour. On peut l’ouvrir et se déboucher une petite bière de philosophie, une tranche de jambon de Goldman Sachs ou autres grignotine séchée empestant le Goebbels finement présenté.

L’Homme n’a pas inventé le mensonge, mais il a payé bien des gratte-papiers pour vous convaincre que vous étiez cultivé.

Et toute la crasse occidentale, que l’on nomme « éducation »,   se livre à ce mercantilisme trafic qui fait pousser des yeux de poisson à bien des « penseurs » qui murent leurs maisons de diplômes. Il y en a à qui ça sert, d’autre à qui ça serre…

La seule manière d’avoir un peu de connaissances- surtout de  bon sens – est par le moyen de ce que je nomme la « maison circulante ».

La Feng-Shui

 

C’est un principe de base du vivant : nulle connaissance n’est figée et aucun concept – même ceux en apparence saugrenus doivent stagner ou être mis de côté.  Tout doit circuler.

Ce que vous avalez doit être rejeté…

Comme lorsque  que vous mangez…

Sinon, vous faites la culture de la chierie et vous risquez de vous y noyer.

Des idées qui ne circulent pas, sont des idées mortes. Il faut donc avaler le repas par la porte d’en avant et rejeter ce qui vous apparaît dépassé ou instantané par la porte d’en arrière.

Éviter l’instantané. Ce sont des messages enregistrés depuis des millénaires qui s’usent plus vite qu’une qu’un couteau scotché à une meule de pierre.

La première erreur du débutant est de rejeter une idée ou un concept par le seul argument suivant : « c’est impossible ».

En fait, tout est possible. C’est que vous  rejetez ce qui ne s’inscrit pas dans votre « somme de connaissances », il vous faut simplement attendre qu’une ouverture se fasse pour progresser.

La musique a ses silences, les savoirs également…

Aérer. C’est la base…

 

L’école Wal-Mart

Sous des apparences de savoirs, toute la structure actuelle des écoles des pays « développés » n’est qu’une calamiteuse arnaque pour la production en série de citoyens au services des États, eux-mêmes au service des adipeux conglomérats d’affaires, au service des banques et des guerres qualifiées de nécessaires.

Défaire sa maison pour en construire une autre.

On a détruit l’Irak pour les profits de la reconstruction… Pour aller pêcher des puits de pétrole.

Les chiens ont des médailles.

Les soldats également.

Comme des truites attirées par le leurre qui tournoie dans l’eau, cuillère argentée, tirant le poisson vers sa proie truquée.

Bienvenue les morues! Et les sardines bien cordées en boîtes, sont alléchantes. De fait, en l’ouvrant, on a l’impression de voir les corps des soldats inconnus.

L’école, c’est l’eau qui alimente la rivière des États-couleuvres : nazisme camouflé. Une foultitude de snipers économiques et leurs polices à lunettes noires.

Affamé d’orgueil, vous risquez de perdre votre vie réelle au  profit de dériveurs de rivières qui allument les villes en fabricant de l’électricité.

Plus c’est illuminé, plus vous êtes fasciné. Vous ne voyez plus rien…

Vous êtes un produit et un vendeur en même temps.

Ce qui fait de vous l’employé du MOI.

Illusion.

Vous êtes le souteneur d’un monde à la dérive défendant des causes que vous gagnez tout en vous perdant.

L’école est maintenant un business : on vend des diplômes. Et les écoles luttent entre elles

Le seul diplôme qui vous restera sera comme la marque des cochons qu’on abat : intellectuel.

Ce mot glué à « intelligence »… Qui pourtant n’a rien à voir avec celui-ci.

Naïf vous êtes.

Poisson poissé.

Les   portails organiques  de Wall Street viennent de vous piéger. Avec des formules bien simples :

–          Combattre le mal

–          Défendre sa nation

–          Défendre la liberté

–          Apporter « quelque chose » au pays

–          Etc.

Le réel motif est chez Goldman Sachs et dans les paradis fiscaux…

La démocratie n’a jamais réellement existé.

 

En fait, toute l’Histoire de l’humanité – ou presque – est un copier-collé déguisé de magiciens à qui nous avons donné notre chapeau en échange de nos cerveaux.

________________

Foreclosure

Idées congelées en vente dans toutes les formes de démocraties. Saisissez un échantillon près de chez vous.

Un produit de la Maison Uni-forme.

Le drapeau est fabriqué par des enfants au Bangladesh. Comme le T-Shirt que vous portez : I am free.

Gaëtan Pelletier