Archives de Tag: retraites

La ville de Détroit en faillite : les retraités s’affolent

En France, les libéraux dans l’opposition, les socio-libéraux au pouvoir et la CFDT, qui est toujours au pouvoir quelle que soit l’opposition, ne rêvent que d’une chose à propos des retraites : les privatiser par le biais de la capitalisation, des fonds de pension, des compagnies d’assurance et des banques. Il en va de même pour la santé, mais ceci est une autre histoire (en fait, la même).

 

Grâce aux Solfériniens (ohé, Filoche !) le régime des retraites français va être le plus dur d’Europe, celui des Grecs excepté. Les Espagnols partent en retraite à 65 ans, avec 37 annuités de cotisation, les Grands-Bretons prennent la retraite à 65 ans également. Tout comme les Allemands, pour qui il est prévu 67 ans en 2030. Les Solfériniens ont également prévu que, dans un proche avenir, les modalités des retraites françaises seront déterminés par un collègue d’« experts », tous plus « sages » les uns que les autres, tous clones d’Alain Minc, j’en mettrais ma main de retraité au feu.

Pour être bien conscient de ce qui nous attend peut-être, il n’est qu’à tourner notre regard vers la ville de Détroit (l’angliciste que je suis ne peut s’empêcher le mauvais jeu de mots : « Detroit is destroyed »). Ce grand bastion de l’industrie étasunienne a été mis en faillite en juillet dernier. 400 000 emplois avaient été perdus dès 2008. dans certains quartiers, le taux de chômage atteint 50%. Quiddes 20 000 retraités du service public dont les pensions étaient gagées par une ville endettée à hauteur de 19 milliards de dollars ?

 

pensionplanscartoon.jpg

Je reprends ici un article du Washington Post. Ces retraités sont des employés municipaux, des policiers et des pompiers pour qui l’avenir immédiat a l’apparence d’un « cauchemar ». L’expert (encore un !) mandaté pour traiter ce dossier a promis aux retraités six mois de répit. Le problème est que près de la moitié de l’énorme dette est due à des fonds de retraite et des organismes de santé. L’autre moitié est composée d’obligations municipales.

Détroit, berceau de l’industrie automobile américaine, a accumulé une dette vertigineuse de 18,5 milliards de dollars (14 milliards d’euros). Près de la moitié de cette somme est due à des fonds de retraite et des organismes de santé, le reste étant composé d’obligations municipales. Mais la ville ne peut plus faire face.

L’expert a suggéré à la ville de Détroit de vendre son aéroport international et des œuvres d’art en sa possession. Il a également recommandé à la ville de ne plus payer les cotisations des employés municipaux et de confier le système au privé.

Il est désormais loin le temps où les retraites suivaient gentiment le taux de l’inflation dans le pays. D’autant que le prix de l’essence et du gazole (dans une ville où les hivers sont très rigoureux) est l’un des plus élevés des États-Unis.

A glagla pour les vieux os.

 

Retraitées étasuniennes au travail (pas chez le coiffeur)

BERNARD GENSANE 

Le blogue de Bernard Gensane

Publicités