Archives de Tag: pétrole

Pétrole par culture de micro-algues

Sables bitumineux: une opération militaire contre la terre

Résultats de recherche d'images pour « Suncor Sables bitumineux »

Les installations de Syncrude génèrent une perte de conscience géographique, une mise en néant écologique soigneusement planifiée, croit l’auteur.

Quiconque visite les aires d’opération de Syncrude et Suncor à Fort McMurray en ressort avec l’étrange malaise de vivre un mensonge consenti où les mots eux-mêmes sont pervertis. Sous le prétexte de prouesses techniques et de réalisations d’ingénierie offertes à l’admiration crédule, on se retrouve sur un terrain de guerre et de champs minés s’apparentant à une opération militaire perpétrée contre la terre — et contre les Nations premières qui en ont été chassées par la mise en sédentarité forcée. On se demande alors si ce n’est pas par autodérision et pour se moquer d’elle-même qu’une société se désigne sous le nom de Suncor, « corporation solaire » ? Alors que ses activités empêchent toute lumière naturelle et tout soleil de pénétrer ses quartiers d’exploitation. Tant les fumures blafardes et les vapeurs nauséeuses qui s’en dégagent entretiennent une brume gluante et gélatineuse à faire pâlir de jalousie tous les fabricants d’enfer de la planète.

Non seulement il s’agit d’un front militaire où les combats se poursuivent jour et nuit sans le moindre répit, mais le lieu des opérations bitumineuses et l’architecture de ses paysages bituminés imposent chez les travailleurs un habitus ravageant peu à peu toute sensibilité. Tel un prisonnier libéré se sentant perdu hors de sa geôle, les installations de Syncrude génèrent une perte de conscience géographique, une mise en néant écologique soigneusement planifiée. Plus encore, Fort McMurray et ses rues sans piétons, ses sous-cités-dortoirs, ses espaces bétonnés de partout apparaissent comme autant de camps de concentration acceptés et dont toute mémoire est bannie comme élément indésirable. Et où quiconque est pris en flagrant délit de flânerie risque de recevoir une contravention.

Ce n’est pas qu’on soit in the middle of nowhere, c’est qu’il n’y a même plus de middleni de nowhere, le lieu étant devenu un hors-lieu fonctionnel. Comme si l’espace lui-même était assujetti à un génocide permanent.

Jean Morrisset – Poète, écrivain et professeur honoraire au Département de géographie de l’UQAM

FORT MCMURRAY, LE TROU DU CUL DU MONDE.

Je m’excuse à l’avance, il est possible que la poussière ne soit pas encore retombée.

Avant de lire ces quelques lignes, il faut mettre de coté la sensibilité et la compassion pour les gens qui ont perdu leur maison. Sans coeur, aussi immonde que ça puisse paraître, il faut faire abstraction de ces vies chamboulées. Il y a parfois des événements ironiques dans la vie. Des situations qui nous permettent de penser autrement, en perspective, à quelque chose de plus grand.

FortMcMurray

Un court séjour chez Maurice

J’ai déménagé à Fort McMurray en 2009. Comme plusieurs autres canadiens, je cherchais un moyen facile de faire de l’argent. Un salaire de 100,000$ par année, c’était attrayant pour un jeune de 19 ans tout juste gradué du Cégep. « Je vais placer de l’argent de coté, payer mes dettes d’études, et je reviendrai au Québec avec un gros char ». C’est la même pensée qui traverse l’esprit de milliers de jeunes canadiens à chaque année. Il n’en fallait pas plus pour nous attirer! Mon ami et moi étions déjà en route pour le trou du cul du monde: Fort McMurray.

Jamais auparavant j’avais vu autant de pick-ups! Que ce soit dans les rues, les entrées de maisons ou le stationnement du Walmart, il y en avait partout. À Fort McMurray, il y a plus de concessionnaires que d’organismes communautaires, de bibliothèques et d’écoles mis ensemble.

On se le répétait, bientôt, nous allions être riche! Quelques nuits difficiles à dormir dans notre vieille caravan, le temps de trouver un emploi… et le tour est joué!

Quelques jours plus tard, nous avions trouvé une chambre à louer chez une famille de Québécois. Le visage de Fort McMurray, c’était cette famille de la Beauce. Ils avaient déclarés faillite, ils étaient sans ressources et sans moyens. Pour eux, avec leurs deux adolescents, « Le Mac » c’était leur dernier espoir.

Ces Beaucerons n’avaient aucune éducation, toute la famille était obèse, à chaque soir ils commandaient du poulet frit ou de la pizza. Les caisses de Coca-Cola et de Molson Canadian faisaient partie intégrante de la décoration. Bref, une famille colonisée, des truckers de Fort. Mc.

Maurice nous demandait 1000$ pour une petite chambre avec deux lits simples. 1 pied séparait les deux lits, on s’entendaient péter. Ça allait faire la job! Une maison fièrement acheté 500,000$ par les propriétaires, payé par les chambreurs, nous étions 8! Maurice nous l’avait bien dit: « Le Québec c’est de la marde, jamais j’aurais pu m’acheter une grosse cabane là-bas ».

Même après une faillite, c’est très facile de trouver un prêteur dans le Mac, surtout avec un revenu de 100,000$ pour chauffer un camion ou ramasser les ordures.

Maurice allait faire fortune, il était entrain de construire 4 nouvelles petites chambres au sous-sol pour les prochains arrivants, il planifiait s’acheter une deuxième maison. Maurice avait des rêves.

Ça ne faisait même pas un mois que nous étions là qu’il augmenta notre loyer à 1,200$ par mois. Si l’on refusait, nous devions quitter le lendemain matin. C’est ce qu’on a fait, salut mon cher Maurice!

FortMcMurray2

Une grosse Mustang flambette

À Fort McMurray, il fait toujours gris, les gens boivent beaucoup d’alcool. Cette ville connaît un grave problème de prostitution, de jeu et de drogue. Pour la plupart, des gens peu éduqués qui veulent s’enrichir rapidement, c’est un mélange toxique pour n’importe quelle société. En investissant dans cette ville éloignée, le Canada participe au génocide intellectuel d’une nation.

Comme au Far West, les hommes se promènent en pick up neuf, le menton bien haut, c’est ça la vie. Il y a souvent des bagarres, les gens consomment beaucoup de drogue pour oublier l’ennui, beaucoup de drogue.

Lorsque j’ai commencé à travailler comme agent de sécurité sur une mine, tout le monde avait un seul but: faire fortune sans études en se renseignant le moins possible sur le monde autour. La sélection naturelle renversée.

Fort McMurray, c’est le paradis de l’individualisme et de la bêtise. Jean Chrétien nous l’a dit, c’est ça le plus meilleur pays au monde.

Je me sentais comme dans un livre de Orwell, une société sans culture, sans personnalité, un objectif commun: dépenser son argent dans les bars, les voitures et sur les tables de Blackjack du Boomtown.

C’est là-bas que j’ai rencontré Ashley, une trentenaire de l’Ontario venue habiter à Fort McMurray pour payer ses dettes exubérantes. Elle était là depuis seulement 4 mois, sa première décision fut d’emprunter 50,000$ pour s’acheter une Mustang de l’année. Flambette! Comment vas-tu payer tes dettes Ashley? « Pas grave, avec mon gros salaire, je vais finir par tout payer ».

canadas-oil-sands-to-remain-unhurt-by-falling-crude-prices
Le trou du cul du monde

Ces rencontres et constatations furent des événements catalyseurs pour moi. Quant à ma perception de l’économie et de la société canadienne. Je ne me suis jamais senti autant différent, autant Québécois.

Dernièrement, j’ai entendu des politiciens dire à quel point nous devrions être fier de Fort McMurray. Non, il y a aucune raison d’être fier de Fort McMurray. Il m’est arrivé souvent de penser que cet endroit allait exploser, être abandonné ou même bruler avec tout ce pétrole qui lui sortait par les oreilles.

Non seulement, c’est une tragédie environnementale, mais c’est aussi un poison pour le progrès humain. Lorsqu’on investit dans le pétrole, on détruit des milliers d’âmes créatives. Au lieu d’étudier et participer au progrès, des milliers de jeunes vont mourir là-bas; pour quelques dollars additionnels. Le coût de renonciation pour le Canada est énorme. Ça prend de l’imagination et du cran pour faire autrement.

Nous l’aurions peut-être notre grande innovation, notre grand succès commercial, notre voiture électrique, si ce n’était pas du pétrole. Nous l’aurions peut-être notre indépendance énergétique, notre belle utopie scandinave.

Lorsqu’on fait le choix facile du pétrole, au nom de la productivité, au nom du développement économique, on enterre des futurs scientifiques, on intensifie notre déclin. L’ère des hydrocarbures est révolue au moment où nous devrions investir dans l’économie du 21ième siècle.

Après ce feu, pourquoi reconstruire? Pourquoi réinvestir des milliards de dollars à Fort McMurray. Selon plusieurs études dont celle du National Energy Board, les ressources pétrolières seront totalement épuisés en 2050 et le baril de pétrole restera sous la barre de 100$ jusqu’en 2040. C’est un pari trop risqué.

Fort McMurray n’amène aucune innovation, aucun progrès social, aucune matière grise. Fort McMurray enrichie les concessionnaires et les compagnies de construction, tout cet argent est jeté à la poubelle.

Ce feu remet les choses en perspectives. Je vais vous le dire franchement, Fort McMurray, c’est le trou du cul du monde.

Reconstruire, pourquoi?

Aussi cru que ça puisse paraître, je ne reconstruirais rien, je laisserais le courant naturel des choses faire son oeuvre, le feu de Fort McMurray, c’est l’opportunité de nous sortir des hydrocarbures. Pourquoi dépenser plusieurs milliards, encore, dans une industrie destinée à mourir? Pour stimuler la productivité et le PIB par la dette? Pour créer des emplois dans la construction? Pour épuiser une ressource de moins en moins rentable dans un endroit qui n’existera plus dans 40 ans?

Dans un monde idéal ce serait le moment de recommencer sur de nouvelles bases, dans un monde meilleur il serait temps de relocaliser et former ces gens dans l’économie du 21ième siècle. Ce feu est une grande ironie.

Monsieur Trudeau, vous avez tout un défi devant vous. Faire le choix facile de l’économie du pétrole et perpétuer cette tradition toxique. Ou alors faire le choix du progrès humain. La balle est dans votre camp.

——————————————————

Crédit photo: courtoisie d’un ami qui a perdu sa maison dans les flammes.

Mis à jour Dimanche 8 Mai 19:05. Ne méprenez pas mes propos, je suis triste pour les gens éprouvés dans cette tragédie, mais je suis de ceux qui croit que ce malheur en cache un autre bien plus important.

 

 

JF HOTTE 

Voir également:

http://reporterre.net/En-Alberta-l-avenement-d-une-humanite-inhumaine 

Arctique canadien: Les Inuits en guerre contre une prospection pétrolière

Cela « viole les droits fondamentaux des habitants du Nunavut », ce territoire autonome inuit du Grand Nord canadien, a affirmé l’avocat représentant Clyde River

Arctique canadien: Les Inuits en guerre contre une prospection pétrolière

Un petit village inuit de l’Arctique canadien a saisi lundi la justice afin de bloquer la prospection pétrolière qui doit être menée à coups de relevés sismiques au large de ses côtes, y voyant une menace pour la faune polaire.

Située sur la côte orientale de l’Île de Baffin, face au Groenland et à 2000 km du Pôle Nord, la localité de Clyde River doit assister au débarquement de navires de prospection pétrolière dès l’année prochaine grâce au feu vert accordé fin juin par l’Office national de l’Énergie du Canada(ONÉ).

Lors de consultations publiques préalables, les Inuits s’étaient inquiétés des dangers que feraient peser sur l’environnement ces relevés sismiques réalisés à coups de canons à air comprimés et, le cas échéant, la production pétrolière elle-même.

L’ONÉ, un organisme fédéral, avait d’ailleurs notamment reconnu l’année dernière que ces tests très bruyants devant permettre de cartographier en deux dimensions le sous-sol océanique « pourraient avoir des répercussions sur la baleine boréale ».

Cela n’a toutefois pas suffi pour bloquer la demande de relevés sismiques déposée par trois sociétés: TGS-NOPEC Geophysical Company ASA (TGS), Petroleum GeoServices (PGS)et Multi Klient Invest AS (MKI).

Cela « viole les droits fondamentaux des habitants du Nunavut », ce territoire autonome inuit du Grand Nord canadien, a estimé dans un communiqué Nader Hasan, l’avocat représentant Clyde River.

« Étant donné que des relevés sismiques peu réglementés pourraient avoir des conséquences catastrophiques sur les communautés inuits, le village de Clyde River, l’association Nammautaq des trappeurs et chasseurs de Clyde River et le maire de Clyde River, Jerry Natanine, ont demandé à la cour d’appel fédérale de réviser la décision de l’ONÉ », est-il indiqué.

Les eaux convoitées par les groupes pétroliers sont riches en narvals, baleines boréales, morses et phoques, des mammifères marins qui « sont la base de l’alimentation et la culture inuit », écrivent les autochtones, jugeant que « les tests sismiques peuvent être fatals », notamment en « perturbant le chemins de migration » de ces animaux.

« Si les compagnies pétrolières nous enlèvent ça, il ne nous restera plus rien », a plaidé le maire de la petite localité polaire, Jerry Natanine.

L’Arctique contiendrait 22% des réserves d’hydrocarbures restant à découvrir sur la planète selon des estimations américaines datant de 2008, mais les promesses énergétiques nées du recul de la banquise tardent à se concrétiser: le géant norvégien Statoil a notamment renoncé à deux forages dans le Grand Nord depuis juin, car pas assez viables commercialement.

lapresse.ca

wikistrike.com

Le pétrole rouge

C’est à boire, boire mes dames 
C’est à boire qu’il nous faut… 

Chanson traditionnelle

 

De par le monde 
De par les guerres 
De par l’immonde 
Des êtres fiers 
S’en vont les enfants 
Avant de devenir soldats… 
De par le monde 
Des puits d’amour 
Coulent de sang  
Pour tous ces grands qui ont oublié 
Qu’aucune guerre ne les a tués 
Ils ont oublié!
Ils ont oublié! 
Et dans le sable sec des carrés de jeux  d’adultes 
Les déserts arides et les tumultes 
Avalent de sécheresse le sang des âmes simples et des enfants 
Et c’est ainsi, toujours ainsi! 
Depuis le début des temps 
Que les vampires à richesses 
Façonnent les pions 
Qui un jour serviront 
À s’entre-trouer  et laisser couler 
La dernière larmes  
De par les armes d’acier et les glaces des chefs usinés 
On a maintenant créé la paix 
Ce petit respir entre mille guerres 

Gaëtan Pelletier

Juin 2014

 

 

 

 

La connaissance des singes à gaz

 

Carte de la Terre plate antique, dessinée par Orlando Ferguson en1893. Elle contient plusieurs références à des passages bibliques ainsi que des critiques de la Théorie du Globe. 

Orlando Ferguson, un… Étasunien.

***

 

L’info Kalachnikov 

Si nous voulions qualifier notre ère actuelle, il faudrait la nommer la KP. La Kalachnikov Parkingson. Les gens tremblent de partout… Saccadés. Pour le travail, l’avenir, la grande peur de manquer de « tout ». Bref, c’est le paradis dans un brasier. Satan doit s’en lécher les babines d’une langue de feu, les yeux de braise, dans son château en cambouis soutiré des entrailles de la Terre.  Mais voilà!  a-t-on besoin de Satan? Non seulement nous sommes laidement nourris – ad nauséam – comme si nous étions enveloppés de cette soupe, à faire des longueurs dans la piscine de nos écrans 1080 p., nous  achetons des produits pour nous informer entre nous à une vitesse telle, que tout est échange de …riens.

Les échanges sans souvenirs sont le signe d’un Alzheimer  ( ouah! je l’ai écrit sans fautes, sans dictionnaire…) de sociétés planétaires. Notre simiesque bipède aime les histoires courtes, malgré le fait qu’il a découvert le feu il y a des milliers d’années. Et des millions de damnés…

À force de « savoir trop », on ne sait plus rien… Nous sommes le caviar des petits singes à mallettes. Oxfor, M.I.T, Harvard, Seigneur! nous sommes des bouffeurs de bouffons 5 étoiles par l’État qui vous glisse un certificat de garanti de bon sens et d’intelligence. Un petit morceau de sucre gonflé jusqu’à la barbe-à-papa.

Velcome to the Circus Barnum&Bêlez…

Marionnettons-nous!

index.php

Nous sommes sous l’emprise de sculpteurs radins ( c’est un jeu de mots). « Le penseur « r a fait place aux marionnettistes  de Washington.  Il y a 50 ans, à peine, on nous promettait que nous pourrions aller en voyage de noces sur la lune. Maintenant, on va finir par ne plus voyager sur Terre.

L’après pétrole 

Dans 50 ans, il n’y aura plus de pétrole. On ne pourra même plus livrer la nourriture aux habitants des cités monstrueuses, échevelées de tours à bureaux, qui se lamentent sur le sort de leur « monument » à préserver et tous les problèmes engendrés par la centralisation de ces usines à cirques mondialistes. Si vous avez des enfants de dix ans, ils en auront 60.

La grandeur du développement exponentiel se transformera en déclins exponentiels.  La bonne nouvelle est que les avions et les chars d’assaut ne pourront plus voler et rouler. La mauvaise est qu’étant donné que l’on décrétera ces armes comme « essentielles » au « futur » de l’humanité, on asséchera d’abord les simples citoyens.

Le président, comme les pdg, les lustrés, sont comme le système Windows: les mises-à-jour ne se font pas. La manière d’envisager le futur est la même que celle du début du 20 e siècle. Il n’existe pas d’information  réelle par les voies des gouvernements, les hommes d’affaires, bref, de tous ceux qui DÉCIDENT du sort du monde.

L’info  Kalachnikov est une recette qui barbouille les vues futures.

Nous sommes les nègres d’un irréalisme bombé, trafiqué, comme si nous vivions sur 4 planètes à croissance… endettée.  Mais au bout de la Terre, il n’y a pas de dette possible. Mars n’est pas un emprunt…

La Terre est ronde. Jadis, on a cru qu’elle était plate. Mais étant donné nos besoins en agriculture, en espace, etc, la Terre est redevenue plate pour des raisons économiques.  Pour exacerber l’économie, on a eu recours  à l’obsolescence programmée  pour soustraire ce qu’il y a de plus merveilleux à soustraire en ce bas-monde: l’être humain. Il transpire pour une laveuse à tordeur qui durera désormais 10 ans au lieu de 30.  Il tremble, il est malade dans un monde dans lequel poussent les hôpitaux comme des champignons, et il termine ses jours dans un paradis artificiel, bien au chaud.

À entendre les infos-AK47, les vieux qui ont bâti ce monde seraient responsables de la dégradation de ce monde: ils coûtent trop cher à garder en vie. Puis ils ont tout eu… Les 30 glorieuses… Comme si c’était un hasard! En fait, c’est un mélange entre la science du début du 20 e siècle, de l’après-guerre, du baby-boomer et des trafiquants économiques des années 70 qui décidèrent que la grandeur de la Terre était infinie…

Comme la dette, comme le futur, comme les mensonges… Comme tout ce qui fait croire que nous sommes des princes et princesses en devenir. Et cette chère conception des « intelligences inégales ».

Alors, M. le président des U.S.A conduit des drones au lieu de taxis. Le truc est d’avoir construit une voiture inversée, avec le siège du passager à la fois en avant et en arrière d’un véhicule magique dont le conducteur est invisible.

Avec tous ces pouvoirs « invisibles », le clown qu’agite la marionnette est peut-être un assemblage malin, au pouvoir miniaturisé qui conduit l’amuseur public. Bref, c’est la marionnette qui conduit le marionnettiste C’est l’illusion des « grands » et des petits.

Comme disait mon voisin:  » On nous a fourrés ».

C’est ça l’impérialisme « chirurgical moderne » : opérés un à un par une force de frappe qui détruit tout pouvoir de « penser par soi-même ». Ou le pouvoir d’enfermer un homme dans le faux pouvoir.

En plus, le singe à gaz, développeur ou agent de développement de la merveille des merveilles, la voiture, préfère ignorer  ce qui existera après son déluge.

On nous annonce chaque jour que les terroristes menacent la démocratie. Ce qu’on ne dit pas, c’est que la démocratie alliée à l’étranger-businessman menace une planète entière.

L’information, telle que nous la recevons, c’est un silencieux au bout d’un fusil.

 

Gaëtan Pelletier

Mai 2014

 

 

 

Nous, les détrivores

A partir de 1776 l’utilisation de la machine à vapeur de Newcomen, améliorée par James Watt, mena à une dépendance in crescendo de l’énergie fossile, qui donna provisoirement à un nombre croissant de groupes humains des pouvoirs énormes. Avec les développements technologiques qui sont arrivés plus tard, l’Homo Colossus s’est épris durant les neuf générations suivantes, de l’illusion de ne pas connaître de limitations.
William R. Catton, Jr. (2009)

Après la Révolution Industrielle, les êtres humains sont devenus une espèce détritivore, c’est à dire, une espèce qui base son alimentation sur les détritus. Cette dénomination provient de « Overshoot : The Ecological Basis of Revolutionary Change » du sociologue américain William Catton, né en 1926 aux États-Unis, qui étudie depuis les années 70 du siècle dernier la sociologie de l’environnement et de l’écologie humaine. En tant que pionner, cet ouvrage a marqué date en 1980 dans la littérature de la science écologique en montrant que l’humanité était en train de dépasser la capacité de charge de la planète. Ce livre a eu récemment (2009) une suite, intitulée « Bottleneck : Humanity’s Impending Impasse », qui constitue le testament intellectuel, à la fois lucide et amer, de Catton, où le professeur émérite de l’Université de Washington, au lieu de nous avertir, comme il avait fait dans son ouvrage précédent, il constate que rien ne s’est fait depuis pour retourner la situation ou éviter le dépassement sans limites de la race humaine, en analysant dans le détail la manière dont l’arrogante exubérance (hybris) de l’Homo Colossus nous conduit directement à un col de bouteille évolutif qui pourrait entraîner la disparition de notre espèce ou, au moins, une réduction brutale dans le nombre d’êtres humains sur notre planète.

Les détritus dont on se nourrit ne sont autres que le pétrole et le gaz naturel, les trésors fossiles que notre espèce a appris à exploiter et qui ont permis que dans une période de seulement deux cents ans (!), on ait multiplié par sept le nombre de la population mondiale, lequel jusqu’au XIXe siècle est toujours resté en dessous d’un milliard de millions de personnes. Ce chiffre apparaît donc comme la capacité maximale de charge (carrying capacity) qui aurait la planète pour soutenir notre espèce à travers les apports constants d’énergie provenant du sol. L’apport extra qui a entraîné l’énergie fossile (d’abord le charbon, ensuite le pétrole et le gaz naturel) nous a permis d’élargir énormément notre niche écologique ainsi que déborder ce chiffre d’une façon étonnante, mais d’une manière provisoire. L’endroit qui avait hébergé à peine mille millions, tout d’un coup (en termes historiques) a dû laisser de la place à sept mil millions d’habitants. En 1920 nous étions encore à deux millions, alors que tout au long du XXe siècle nous avons dépassé le triple de ce chiffre ! Le graphique de la population mondiale depuis 1800 constitue un exemple de manuel de ce qui serait la croissance exponentielle. Et si l’on y ajoute le graphique de la consommation totale d’énergie (ou bien celui de la consommation per capita), on comprendra comment a-t-elle été possible : la co-relation est absolue. En fait, on pourrait même calculer d’où sont sortis tant d’êtres humains en termes physiques : les molécules d’azote contenues dans les corps humains qui habitent hic et nunc notre planète-sous forme d’ADN et d’aminoacides qui constituent le tissus de notre masse musculaire, par exemple- sont sorties surtout-environ le 50%, calcule-t-on- du gaz naturel, principalement du méthane, qui a été transformé en fertilisant azoté au moyen de ce qu’on a nommé la réaction de Haber-Bosch, et ceux-là sont devenus des nourrissants végétaux et animaux au moyen de l’agriculture et de l’élevage industrieux. C’est cette disponibilité de méthane et de pétrole -de l’énergie solaire préhistorique emmagasinée sous forme chimique au long de millions d’années- qui nous aurait permis d’agrandir la capacité de charge de la planète et d’aller au-delà de notre limite naturelle de mille millions d’habitants. Il y a des voix qui affirment, en termes assez révélateurs, que l’agriculture moderne consisterait à se servir de la terre pour transformer le pétrole en nourriture. C’est comme cela que ce qu’on a appelée la Révolution Verte, aurait pu aussi bien se nommer, de manière plus exacte, la Révolution Noire, en raison de la couleur du pétrole -de même que celle du futur auquel elle nous condamnait. En quelques décennies seulement, des centaines de milliers de tracteurs, récolteuses et autres machines agricoles se sont répandus au quatre coins du monde, des tonnes de fertilisants synthétiques ont été introduits dans des terras épuisées, des millions de véhicules de transport, industries de traitement et de distribution alimentaire, des centaines de chaînes de supermarchés et de centres commerciaux, sont devenus le mécanisme créé par notre civilisation afin d’exploiter cette énergie fossile et de la transformer en nourriture pour un nombre toujours croissant d’êtres humains. Les améliorations dans la qualité de vie associées également à cette surabondance énergétique -comme des services techniques de santé publique, des produits pharmaciens de synthèse et des matériaux de l’industrie pétrochimique, entre autres- ont possibilité pas seulement qu’ils soient nés et que l’on puisse nourrir un plus grand nombre de gens mais aussi qu’on puisse vivre dans des meilleures conditions matérielles, surtout dans les pays appartenant au monde occidental, riche et industrialisé. Bien sûr, tout cela a été permis par un système économique et social orienté au profit à court terme et embarqué dans une incessante croissance économique, au moins apparente, mesurée celle-ci quantitativement selon la quantité de biens et de services produits grâce à cette surabondance énergétique et qui étaient consommés par la croissante masse humaine des travailleurs consommateurs.

D’une manière aussi tragique que prévisible, cela ne pouvait pas durer longtemps et c’est ce qui a essayé de nous expliquer Catton déjà en 1980, et avant lui, le couple Meadows e Jorgen Randers -auteurs de « Limits to Growth » (1972)- et pendant les décennies qui vinrent plus tard, un nombre toujours plus nombreux de scientifiques, philosophes ou écologistes. Le pétrole d’abord et puis le gaz naturel, devaient atteindre au bout d’un temps à leur limite maximale d’extraction et à partir de là, leur disponibilité commencerait à décroître, tout le système industriel fondé sur eux, le système agroalimentaire inclus, s’effondrant avec. C’est ce qu’on connaît aujourd’hui sous le nom de peak oil, peak gas, peak coal… Et bien d’autres piques ou toits d’extraction de matériaux et de ressources énergétiques limités. L’espèce qui finit de se nourrir de ses sources énergétiques renouvelables -on ne peut pas oublier que la nourriture est de l’énergie endosomatique-, c’est à dire, celles dont chaque cycle annuel dispose grâce au sol et à la base photosynthétique de la chaîne trophique, pour passer à se nourrir d’un riche et abondant détritus non renouvelable, la dite espèce expérimentera une croissance explosive (exponentielle) dans sa population. Mais en même temps, cette espèce qui devient détritivore se condamne à un collapsus démographique au moment où le détritus atteint un certain degré d’épuisement, comme il se passe parmi d’autres populations animales dont les insectes lorsqu’ils deviennent une plaie : une fois épuisé l’excédant de nourriture, ils meurent massivement : « We are the locust », comme dit Adolf Doring, auteur du documentaire Blind Spot (2008)… « Nous sommes la sauterelle ».

Nous devons donc envisager le fait que notre espèce subira à un certain moment une chute terrible de sa population, une énorme mortalité, une die-off. Parmi les auteurs qui ont analysé cette question il n’existe pas de consensus à propos de quel serait le niveau de descente de la population humaine après la disparition de ce support énergétique fossile provisoire et limité, mais on peut énumérer quelques facteurs à tenir en compte : 1) Sans les fertilisants synthétiques, il manquerait le nitrogène pour la moitié des corps humains existants : de là peut-on en déduire que quand celui-ci manquera, plus de 3,5 mille millions d’habitants ne pourront plus exister. 2) La population humaine préindustrielle a toujours été en dessous de mille millions : cela semble être le toit naturel de notre espèce, ou au moins le toit historiquement constaté. 3) Les avances dans la connaissance scientifique dans des aires comme la Médecine, la Biologie, la Chimie, l’Édaphologie, l’Écologie, voire des techniques un peu underground telles que la permaculture, associées à une plus grande connaissance de l’efficacité et de la durabilité des différents systèmes agricoles traditionnels tout au long de l’histoire de l’humanité, pourraient en théorie servir d’une sorte de contrepoids à la chute de population et de nous faire monter un peu jusqu’à notre limite naturel, à condition que l’on soit capable de sauvegarder collectivement cette connaissance et de l’appliquer avec justesse dans un contexte de descente énergétique accélérée et de collapsus à multiples niveaux. 4) Cependant le dépassement des bornes (le overshoot dont Catton parlait) aurait des conséquences sur la base naturelle qui soutient la population (le sol fertile, la biodiversité, l’eau potable, le climat…), et pendant plusieurs décennies -au moins- après le collapsus, il est possible que cette base de ressources ne récupère pas le niveau qui permettrait supporter les mille millions d’humains sur la planète… Ou encore que l’on ne récupère jamais ou que cela reste endommagé pour plusieurs siècles à cause de la pollution, perte de sol fertile, changement climatique et d’autres facteurs négatifs d’origine anthropogénique de long impact. Autrement dit, ce qu’on pourrait en théorie compenser au moyen de notre connaissance scientifique actuelle (ce qu’on sait faire) pourrait se perdre à cause de l’endommagement de l’environnement (qui limite ce qu’on peut faire). 5) Le prévisible collapsus de la civilisation industrielle associé à l’ankylose des ressources énergétiques fossiles aura certainement des conséquences qui heurteront sur le niveau démographique directe et négativement : des guerres pour les dernières ressources (énergie, matières primaires, eau, terrains fertiles), conflits sociaux, détérioration des conditions de vie, catastrophes industrielles dues au manque d’entretient et de matériaux avec de graves répercussions dans l’environnement et la santé pour des millions de personnes (on s’en souviendra de Bhopal, Tchernobyl, Deep Horizon, Fukushima…), une plus grande augmentation de la pollution dans la vaine tentative de continuer avec un système inviable/insoutenable (par exemple, à travers la substitution partielle du pétrole par le charbon ou par des techniques comme le fracking), perte de la capacité de régulation et de contrôle des différents États sur les activités polluantes et sur la sûreté des populations, et un long et sombre et cætera.

En résumé : on ne sait pas jusqu’à où pourrait tomber le nombre de la population humaine, par contre on sait que cela se produira certainement. On ne peut savoir le rythme auquel se produira cette descente, même si les chiffrés apportés par certains auteurs pourraient indiquer que cette chute se complétera en moins d’un siècle. Il paraît bien clair cependant quelles seront les voies parmi lesquelles se manifestera ce collapsus de population, car on compte sur les expériences historiques d’autres civilisations humaines et des populations animales qui ont collapsé dans le passé, beaucoup d’entre elles sont en relation avec le 5e facteur déjà expliqué : 1) Le manque de nourriture sera certainement un des chevaliers de cette Apocalypse auto induite, comme on vient de commenter, quand l’actuelle agro-industrie intensive et fossile dépendante cessera d’être soutenable. 2) On sait que les guerres pour les ressources sont un facteur que notre violente espèce difficilement pourra éviter, et en fait on en train de le subir à différents degrés depuis le commencement de la Révolution Industrielle, avec deux guerres mondiales et d’innombrables conflits locaux. 3) De son côté, la détérioration/dégradation générale des conditions de vie impliquera une augmentation de la mortalité difficile de quantifier ; la pollution sera sans doute décisive dans cette ankylose de la population, au moyen de l’extension du cancer, des problèmes hormonaux et de fertilité, maintes intoxications de maladies d’origine environnementale ; comme les levures à l’intérieur d’une bouteille de jus de raisin, on finira par se noyer dans nos propres résidus alcoolisés et carboniques après le festin de sucre. 4) Le collapsus des villes, dont le fonctionnement dépend totalement de l’approvisionnement permanent de nourriture et d’énergie provenant de l’extérieur, et où habite plus de la moitié de la population mondiale, entraînera une grave crise démographique qui sera à l’origine d’un exode probablement chaotique de milliards de millions de personnes de retour à la campagne en quête de soutien et de travail, avec des prévisibles conflits de toute sorte, aussi lent que cela pourrait se passer, et qui pourront provoquer la mort d’une partie considérable des anciens citoyens. 5) L’augmentation des infections, épidémies, parasitoses, etc. -qui sont en train de se produire par des facteurs de pré-collapsus comme le changement climatique, la résistance aux antibiotiques ou les mutations des agents infectieux-, sera à chaque fois plus difficile d’éviter avec les systèmes sanitaires en faillite et cela coûtera un nombre augmentant de vies, provoquant la descente de la population. 6) Le changement climatique sera une voie indirecte par laquelle nos résidus (dans ce cas, les gaz d’effet de serre) réduiront la capacité de la planète de supporter notre espèce : moins de lieux habitables, moins d’eau potable, augmentation des incendies dans les bois et des phénomènes météorologiques extrêmes, perte de biodiversité, désertification, érosion, destruction des écosystèmes, problèmes pour les cultives des espèces agricoles… ; cela sans compter les possibles re-alimentations positives qui pourront accélérer le réchauffement globale (par exemple, la redoutée fonte du permafrost arctique et la conséquente libération massive de méthane à l’atmosphère) et rendre tout d’un coup la planète inhabitable. 7) Des accidents dans des installations telles que des barrages hydroélectriques ou des centrales nucléaires, dus soit aux phénomènes atmosphériques, mouvements sismiques, orages géomagnétiques du niveau de celles que l’on a connu auparavant-le nommé l’Évènement de Carrington (1859) pourrait provoquer un désastre à niveau mondiale s’il se répétait aujourd’hui-, soit au simple endommagement entropique des structures pas compensé avec un entretien chaque fois plus coûteux en termes aussi bien économiques qu’énergétiques. 8) Détérioration générale des structures économiques et sociales, avec des millions de personnes exclues et incapables de s’y adapter, engluées par des moyens et des lieux de vie insoutenables, circonstance qui est en train de conduire au suicide à certains et à l’endommagement générale de leur santé physique et mentale pour la plupart. 9) Descente de la natalité en raison des mauvaises perspectives économiques et à cause de la pollution chimique, quoique cela pourrait se voir compensé par l’accès de plus en plus difficile aux moyens de contraception modernes et pour la tendance au retour des familles nombreuses pour compenser le manque de soutien de l’état (sécurité sociale, retraite payée…) et des énergies fossiles pour le cultive mécanisé des terrains.

Face à cette terrible perspective, ce sont notre instinct de survie et notre sens éthique qui nous réclament une solution, une voie, quelque chose qui minimise cette mortalité massive à venir ou qui puisse au moins éviter la complète extinction de notre espèce. Certes, il semble très difficile d’entrevoir quelque chose qui ressemble à un espoir, mais le premier pas consiste à reconnaître la situation dans ses termes véritables et puis lutter contre le gigantesque et multiforme mensonge qui nous barre le chemin. Ce mensonge mortel se serait introduit dans notre pensée à plusieurs niveaux : 1/ Niveau politique et économique) Ceux qui détiennent le pouvoir voudront le garder à tout frais et par-dessus de tout dans ce naufrage de la civilisation, et pour cela il leur faut tromper la population aussi longtemps que possible, pendant qu’ils se replacent face à l’étape post-capitaliste et s’emparent de tout, aux dépends de ceux qui sont en dessous et aux dépends d’autres pays. C’est comme cela que l’on doit interpréter l’actuel saccage de l’argent et des services publics, l’accaparement général de terrains fertiles à niveau mondial, les essais de contrôler l’eau et la semence, et toutes ces manœuvres géopolitiques autour des pays exportateurs d’énergie. 2/ Niveau sémiotique culturel) La culture de masses créée depuis les années 50 du XXe siècle à partir de cet engrenage monstrueux et ubiquiste nommé publicité, insérée dans la cervelle de la population au moyen de la télévision, qui promet la continuité et l’amélioration permanente, en promouvant des valeurs suicides telles que la consommation irrationnelle, l’individualisme et la hyperspécialisation. 3/ Niveau psychologique) La résistance mentale elle-même, la dissonance cognitive qui nous empêche d’accepter une réalité qui heurte contre notre modèle mental de représentation du monde, avec nos expectatives, avec les comptines que depuis l’enfance nous ont modelé le cerveau à niveau sémiotique culturel et qui renvoient à cette idée de progrès continu et irréversible, de croissance sans limites, de l’exceptionnalité de notre espèce et de sa séparation et maîtrise sur le reste du monde naturel, du pouvoir magique de la science et de la technologie, de l’ infinitude des ressources… Au cas où cela ne suffisait pas, notre génétique serait le fruit de millions d’années de lutte individuelle et collective contre des périls palpables et immédiats (un déprédateur, une tribu envahissante, un feu, une crue…), par conséquent nous sommes câblés du point de vue neuronal pour bien réagir face à ces menaces et nous adapter à des conditions muables dès qu’elles se présentent. Mais fatalement cela n’implique pas que l’on sache réagir à l’imprévu, aux menaces invisibles, aux conditions qui n’ont pas encore mué. L’évolution ne nous a pas capacité pour nous anticiper, pour être prévoyants, et nos gènes nous paralysent en nous disant : il ne se passe rien, ne réagis pas.

Sans nous délivrer de ces mensonges (externes et internes, sociaux et psychologiques) il semblerait naïf d’envisager une autre fin de notre histoire que celle de la catastrophe la plus complète. Ceci dit, si l’on devrait commencer cette libération quelque part, ce serait par la base de cette erreur colossale de notre espèce : si on veut éviter le destin des détritivores, il faut d’abord cesser de nous nourrir du pétrole, ce qui ne veut pas dire que l’on passe à consommer seulement de la nourriture locale et produite sans frais d’énergie et des fertilisants fossiles, mais plutôt que nous réduisons de manière drastique et massive notre consommation dans tous les domaines, c’est à dire, notre trace énergétique totale. Mais la solution individuelle n’assure-t-elle pas la survie : cette réduction doit être accomplie par toute notre espèce, d’une manière coordonnée, organisée et en redistribuant avec justice les ressources qui restent pour égaler autant que possible les niveaux matériels de vie de tous les êtres humains, afin de satisfaire les besoins primaires du plus grand nombre de personnes à niveau mondiale, sans discriminations. Sinon, ce serait arrêter notre consommation pour que d’autres puissent en profiter pour consommer davantage et plus longtemps – cela serait peut-être, ce que certains en cherchent de façon dissimulée. Bien entendu, on parle d’une politique de Décroissance menée de façon démocratique contre la politique génocide d’un capitalisme sauvage en décomposition. Bien sûr, on parle d’une Utopie, mais d’une Utopie indispensable pour éviter notre extinction.

Manuel Casal Lodeiro pour Ecopolítica.

Ecopolítica. España, 15 janvier 2014.

elcorreo.eu.org