Archives de Tag: Intelligence

Les nègres-sculpteurs

tumblr_n1imjl6Pbd1rmd611o1_1280

En politique, en affaires surtout, que ce soit « local » ou international, pour avoir une tête, il faut s’en faire une. Le truc est de lire des morceaux de sagesse, des livres qui restent, des écrits de gens qui sont des humains véritables…

Il faut fréquenter son intuition plutôt que son cerveau, car elle est en avance 10 fois sur vos « décisions ».

Bizarrement, il faut ne pas avoir trop de tête, mais un peu plus de ce mystérieux « système » de « penser » que nous avons tous en nous: l’intuition. Le cerveau n’est qu’un relais. Une machine lente qu’utilisent les gens figés qui pensent vivre dans un monde figé. Mais tout bouge….

S’adonner au gribouillage, à l’art, à tout ce qui permet de briser la barrière de la « langue de bois ». Tout ce qui permet de se rendre moins cérébral, et de fouiller pour trouver l’authenticité en nous.

Créer – ou tenter de – s’est s’affranchir de tout ce qui est dit par les robots.  S’il faut être « complotiste réel », on reniera ce que nous avons comme foi tout en gardant le « squelette » de la foi.

La recette consiste à sabrer un peu de cette tête vorace et attrayante. La spontanéité et l’apparente imbécillité.

Vieillir tout en demeurant l’enfant que l’on a été.

La sagesse est le rire arrêté un moment.

Et l’humour, une sorte d’éclatement de tout ce sérieux qui parsème et ronge le monde. La folie contient plus de sagesse… C’est Shakespeare qui l’a dit d’une autre manière. Mais peu importe…

Puisque l’on meurt tous, puisque nous sommes tous égaux, il faut cesser de construire des statues. Il faut cesser d’adorer…

Simplement regarder et écouter.

Gaëtan Pelletier

Mars 2014

Vincent Boucher, cas étrange d’un génie québécois

Il y a peu d’information sur Vincent Boucher, aujourd’hui. Il y a quelques années, j’ai échangé avec lui, fasciné par le bonhomme. J’ai fait des recherches sur le net sans vraiment retrouver les articles de journaux sur son enfance et sa méthode.

Vous pourrez toutefois aller sur You Tube….

http://www.billionaire.tv/lapresse.pdf

http://www.billionaire.tv/portrait.pdf

http://www.billionaire.tv/mtl.pdf

L’intelligence et la capacité de l’intellect sont deux choses entièrement différentes.

L’intelligence et la capacité de l’intellect sont deux choses entièrement différentes. Ces deux mots ont peut être la même racine, mais afin d’éclaircir la pleine signification de ce qu’est la compassion, nous devons être capable de saisir la différence de sens entre les deux. L’intellect est la capacité de discerner, de raisonner, d’imaginer, de créer des illusions, de penser clairement et aussi de penser de manière non-objective, personnelle. On considère généralement que l’intellect est différent de l’émotion, mais nous utilisons le mot intellect pour exprimer la totalité de la capacité humaine de penser. La pensée est la réaction de la mémoire accumulée au cours de diverses expériences, réelles ou imaginaires, qui sont emmagasinées dans le cerveau sous la forme de savoir. Donc la capacité de l’intellect est de penser. La pensée est limitée en toutes circonstances et lorsque l’intellect régente nos activités, dans le monde extérieur comme dans le monde intérieur, nos actions sont forcément partielles, incomplètes, d’où le regret, l’anxiété et la souffrance.

Toutes les théories et les idéologies sont, en elles-mêmes, partielles et lorsque les hommes de sciences, les techniciens et les prétendus philosophes dominent notre société, notre morale – et ainsi notre vie quotidienne – nous ne sommes jamais confrontés aux réalités de ce qui se passe vraiment. Ces influences colorent nos perceptions, notre compréhension directe. C’est l’intellect qui trouve des explications à nos actes bons et mauvais. Il rationalise nos mauvais comportements, le meurtre et la guerre. Il définit le bon, le bien comme étant l’opposé du mauvais, le mal. Le bien n’a pas d’opposé. Si le bien avait un lien avec le mauvais, le mal, alors le bien aurait en lui les germes du mal. Donc, ce ne serait pas le Bien. Mais du fait de sa capacité de diviser, l’intellect est incapable de comprendre la plénitude du bien. L’intellect – la pensée – sans cesse compare, évalue, concurrence, imite ; ainsi, nous devenons des êtres humains conformistes, de seconde main. L’intellect a apporté à l’humanité des avantages énormes, mais aussi une grande destruction, il a cultivé les arts de la guerre, mais il est incapable de faire tomber les barrières entres les êtres humains. L’anxiété fait partie de la nature de l’intellect, de même que la souffrance, car l’intellect, qui est la pensée, crée l’image qui peut être blessée.

Lorsqu’on comprend toute la nature et le mouvement de l’intellect et de la pensée, on peut commencer à examiner ce qu’est l’intelligence. L’intelligence est la capacité de percevoir la totalité. Elle est incapable de séparer les uns des autres les sentiments, les émotions et l’intellect. Pour elle, c’est un mouvement unitaire. Comme sa perception est toujours globale, elle est incapable de séparer l’homme de l’homme ou de dresser l’homme contre la nature. L’intelligence étant de par sa nature même la totalité, elle est incapable de tuer…

Si ne pas tuer est un concept, un idéal, ce n’est pas l’intelligence. Lorsque, dans notre vie quotidienne, l’intelligence est active, elle nous dira quand il faut coopérer et quand il ne le faut pas. La nature même de l’intelligence est la sensibilité et cette sensibilité, c’est l’amour.

Sans cette intelligence, il ne peut y avoir de compassion. La compassion, ce n’est pas faire des actes charitables ou des réformes sociales ; elle est libre de sentiment, de romantisme et d’enthousiasme émotionnel. Elle est aussi forte que la mort. Elle est comme un grand rocher immuable au milieu de la confusion, de la misère et de l’anxiété. Sans cette compassion, il ne peut naître aucune civilisation, aucune société nouvelles. Compassion et intelligence vont de pair, elles ne sont pas séparées. La compassion agit par l’intelligence, et ne peut jamais agir par l’intellect. La compassion est l’essence de la totalité de la Vie.

Lettres aux écoles, 31. Courrier du livre, p. 95-96.

Le mythe du « QI »

© Inconnu

Qu’est-ce qui fait qu’une personne intellectuellement plus capables que les autres? Pouvez toute la distribution de l’intelligence humaine s’expliquer par un seul facteur général?Est pris en charge par l’intelligence d’un seul système neural? Ici, nous donner une idée de l’intelligence humaine qui prend en compte la façon dont les capacités générales ou «facteurs» reflètent l’organisation fonctionnelle du cerveau. En comparant les modèles de facteurs de différences individuelles dans les performances avec les modèles factoriels de l’organisation fonctionnelle du cerveau, nous démontrons que les différentes composantes de l’intelligence ont leurs analogues dans les réseaux cérébraux distincts. Grâce à des simulations basées sur des données neuro-imagerie, nous montrons que le facteur d’ordre supérieur « g » est représenté par des tâches cognitives corecruiting plusieurs réseaux. Enfin, nous confirmons l’indépendance de ces composantes de l’intelligence en les dissociant en utilisant les variables du questionnaire. Nous proposons que l’intelligence est une propriété émergente des systèmes cognitifs anatomiquement distincts, chacun ayant ses propres capacités.

Faits saillants

► Nous proposons que l’intelligence humaine est composée de plusieurs éléments indépendants ► Chaque composante comportementale est associée à un réseau cérébrale fonctionnelle distincte ► L’ordre supérieur « g » facteur est un artefact de tâches multiples réseaux qui recrutent ► Les composantes de l’intelligence se dissocient en corrélation avec variables démographiques


Les figures et les tableaux de cet article:

Full-size image (116 K)

Full-size image (71 K)

Full-size image (81 K)

Full-size image (71 K)

Figure 2.  Localisation des corrélats fonctionnels-anatomiques DE LA COMPOSANTE verbale when LA TACHE Composantes des charges versez Le facteur verbal de l’analyse comportementale were used normalisées et Comme un Indicateur de DANS L’activation le cerveau Entier, non latéralisée à gauche du Réseau une rendue été, y compris la gauche et le gyrus frontal Inférieur régions du lobe temporal bilatéral (p <0,05 FDR corrigé for the masse du cerveau entier).

***

Tout ça ne signifie rien. La question est la suivante:

OUI! OUI! OUI!

Intelligence-bonheur2

Eh! bien c’est faux. L’imbécile heureux est « intelligent ». Ci-joint, la photo de son cerveau…

Gaëtan Pelletier

29 décembre 2012