Archives de Tag: G20

La naissance du Kalachnikov

tumblr_n5fz4mU3CW1qjtdngo1_1280

 

 

G8-G20 : Allez chier… à 20 kilomètres

Une bécosse est un terme employé au Québec pour désigner les latrines extérieures qui y existaient à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Le terme est également employé dans le langage populaire pour désigner les toilettes en général. Ce québécisme peut être utilisé au singulier (la bécosse) ou au pluriel (les bécosses), comme pour les termes « toilette » et « latrine ». Wiki

***

Suite à l’ébauche d’un rapport dévoilé aujourd’hui, je vous transmets un de mes vieux billets datant de juin 2010.

Il est revenu « à la mode ». Il y avait anguille sous roche à l’époque. Malheureusement, malgré les demandes des partis de l’opposition, Madame Fraser ne peut dévoiler l’entièreté du rapport puisqu’une loi indique que ces rapports doivent être émis lorsque la chambre est en marche.

On pourra toujours courir aux toilettes…

Coupable ou non d’avoir illégalement dévié de l’argent des contribuables, la somme des sommets canadiens G-8 et G-20 est déjà un scandale en soi et une dépense que trop salée pour les contribuables.

1 milliard de dollars. Au moins…

Quel politicien ou simple citoyen va faire 20 km pour aller faire pipi?

Extrait de Cyberpresse

Dans ce rapport préliminaire, Mme Fraser laisserait entendre que le gouvernement Harper a trompé le Parlement afin de faire approuver des projets en marge du G8. Ces projets qui ont coûté 50 millions de dollars ont favorisé le comté du ministre Tony Clement.

Des toilettes publiques à 20 kilomètres du site du sommet du G8, un million de dollars pour des trottoirs à 100 km de là, un belvédère à une heure de route; les projets, déjà, avaient fait tiquer.

On lit dans le rapport que le ministre Clement, le maire de Huntsville et le gérant du complexe hôtelier où s’est tenu le sommet sont ceux qui ont choisi les 32 projets financés par les fonds publics, sans tenir compte des besoins du sommet ou des conditions d’octroi de fonds imposées par le gouvernement.

Le rapport de la Mme Fraser en vient à suggérer que ce processus pourrait avoir été illégal.

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, a lui aussi réclamé que le rapport soit rendu public immédiatement, jugeant qu’il était dans l’intérêt public d’avoir cette information avant la tenue des débats des chefs.

Le chef du NPD, Jack Layton, a aussi réclamé le dévoilement du rapport final de la vérificatrice générale avant les débats des chefs afin que les Canadiens aient l’heure juste dans ce dossier.

M. Layton a aussi exigé la tenue d’une enquête publique entourant la gestion des sommets du G8 et du G20 par le gouvernement Harper. La tenue de ces deux sommets a coûté près d’un milliard de dollars aux contribuables canadiens l’an dernier.

Cyberpresse

G8-G20: Allez chier à… 20 kilomètres

(Ottawa) Stephen Harper a tenté mardi de justifier le coût des sommets du G8 et G20, qui auront lieu à Huntsville et à Toronto à la fin du mois, notamment par le fait qu’il s’agit d’une occasion unique de vendre le Canada comme une destination touristique de choix. Cyberpresse

… nous travaillons avec nos partenaires du G20 pour améliorer la situation de l’endettement très sévère de plusieurs pays», a rétorqué M. Harper.

Quand j’étais jeune, j’habitais chez ma grand-mère qui avait une belle bécosse en planches de planches de granges recyclées, brûlées par le soleil. Et les mouches le savaient…

Ça attire les mouches ce cabanon-là! Pas à peu près… Les bleues dodues, sifflantes, tenaces, vibrantes, persiflant, zigzagantes. Bref, des mouches à marde… Comme celles que l’on a collées  au derrière et pour qui la Terre est une bécosse.

Pour le G8-G20, on aurait dû montrer le Canada d’il y a 50 ans avec des bécosses à 20 kilomètres – tel qu’indiqué.

En espérant qu’ils puissent se retenir durant le parcours…

Je me demande pourquoi M. Harper veut « vendre » le Canada : ils sont tous là pour nous acheter un  à un.

À 1,100,000,000 $ pour la sécurité et des paysages de carton, le prix de « revient », je n’en reviens toujours pas , est d’au moins 30$ par habitant.

Comptez les gens de votre rue… Ici, il y environ 100 maisons. Faites un moyenne de 3 habitants par maison. Rien que notre petite rue : 9,000$.

Les prix des cadenas

Bilderberg en Espagne… Elle qui croule sous la dette s’est vu affichée d’une belle réunion du gratin. Du 3 au 6 juin 2010.

Coûts : 600,000 €.

Protéger qui? Des gens qui s’adonnent à des Hold-up dans une banque ronde : la Terre.

Parmi les participants de la réunion du groupe Bilderberg se sont retrouvé des hommes politiques de haut niveau et des dirigeants d’entreprises leaders dans le monde, avec une grande capacité d’influence. Les entreprises du secteur énergétique BP et Shell, pour ne citer que quelques noms, sont habituellement au rendez-vous. On y retrouve aussi les représentants des principales banques du monde et des géants du secteur des télécommunications, comme Google, qui était à Sitges cette année.

La reine d’Espagne, la reine Beatrix d’Hollande, le président autrichien Heinz Fischer, le premier ministre français François Fillon, Bill Gates et le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen sont quelques-unes des personnalités qui se sont rendues à Sitges. De même, le directeur de l’Organisation mondial du commerce, Pascal Lamy, le président de la BCE, Jean-Claude Trichet, le Britannique Peter Mandelson, le président de la Banque mondiale, Robert Zoellick, l’ancien commissaire européen Pedro Solbes, le conseiller d’Obama Paul Volcker, l’ancien commissaire européen Pedro Solbes, ou encore les rédacteurs en chef de The Economist et du Financial Times étaient également présents. Mecanopolis

La question qui tue…

Si ces gens sont si importants et efficaces –se voulant de « sauver » le monde- par la finance – …ils auraient réussi.

Qu’attendent-ils pour « réussir »?

Encore plus d’argent.

Une réunion de flatulents de l’égo… J’espère qu’ils ont apporté leur boîte de sardines… Ça sent le pêcheur, et la morue qui s’est fait dorer sur une plage à 34 degrés C.

Le retour du roi

On se croirait dans un bal vieux de 400 ans, au temps où la noblesse réglait les comptes du cerf autour d’une table bien garnie.

Elle est où la démocratie?

Et pour protéger qui?

Au fond, s’il en disparaissait  quelques uns, ce serait sans doute une bonne chose pour l’Humanité.

Ce secret entourant ces rencontres de « grands » donne l’impression que d’importants enjeux qui nous concernent y sont discutés. Le secret n’est jamais rassurant. D’ailleurs, il y a quelques jours, au Parlement européen, Daniel Estulin, journaliste d’enquête, a présenté sa recherche de longue haleine : « Le groupe Bilderberg, la véritable histoire ». http://infoguerilla.fr/?p=2152

Déjà en novembre 2009, le député Mario Borghezio s’était insurgé contre le secret de cette organisation. Il exigeait plus de transparence de la part du groupe pratiquement « occulte ». Voir son intervention : http://realinfos.wordpress.com/2010…

On constate qu’il y a un réel embargo sur ce groupe de Bilderberg. Nous devons rechercher des gens comme Mme Flore Vasseur, http://blog.florevasseur.com/ pour avoir quelques informations sur le déroulement de ces rencontres secrètes. Mme Vasseur a décidé d’aller visiter Sitges, où a lieu la fameuse rencontre Bilderberg 2010. Il faut lire son journal : « Tout près du groupe Groupe Bilderberg… » Flore Vasseur – Auteur | Jeudi 3 Juin 2010 à 11:01 http://www.marianne2.fr/Tout-pres-d…

Oui, ce groupe comme celui de la Commission Trilatérale ou du Council for Foreign Relations sont pour le moins « mystérieux ».

Outre les patrons médiatiques, on y trouve les patrons des plus grandes banques de la planète ainsi que les chefs militaires de l’empire de l’Occident. Il y a aussi les plus grands actionnaires-propriétaires-directeurs-PDG des plus grosses compagnies capitalistes du monde. Et pour compléter le tout, les plus grands politiciens de droite du monde sans oublier plusieurs représentants des monarchies européennes. Serge Charbonneau

Gaëtan Pelletier

Le cirque du G8/G20 sera en ville, avec toute la cavalerie

Un texte de François Marginean sur  Les 7 du Québec

************************

On est reconnu pour ce à quoi on est bon. Les Japonais sont reconnus pour leurs sushis, leurs robots et leurs sumos parce qu’ils sont bons dans ces domaines. Les Français font de grands vins et sont reconnus pour cela, ainsi que pour leur cuisine. Wall Street et les banquiers privés nous volent notre argent et détruisent consciemment l’économie en spéculant sur sa démise et ils sont reconnus comme étant excellent dans ce domaine. Les compagnies de mercenaires privés et de l’armement se spécialisent dans la destruction, la mort et la reconstruction et c’est ce qu’ils font, parce qu’ils excellent dans cette branche. Les pétrolières comme BP sont en train de devenir très reconnues pour polluer la planète entière avec leur déversement record de pétrole dans l’océan, comme nous en sommes témoins présentement, dans le Golfe du Mexique, avec leur “Tchernobyl pétrolier” catastrophique.

Nous, au Canada et au Québec, nous sommes très bons dans la production de cirque économique élitiste protégé par un appareil d’État policier répressif. Nous sommes en passe d’être reconnus pour nos mesures d’État policier, anti-démocratiques et liberticides. Pour le prouver encore une fois, le Canada est sur le point de recevoir le G8 suivi immédiatement par le G20 et les mesures de sécurité seront sans précédent. Parce que nous, la sécurité et les procédés répressifs, c’est notre force et nous en sommes fiers. La preuve? Regardez notre impressionnant curriculum vitae:

Québec, avril 2001: Sommet sur la Zone de libre échange des Amériques (ZLEA)

Alors que les pouvoirs financiers et corporatifs poussent les politiciens à s’entendre sur un accord de libre échange des Amériques, la population est tenue à l’écart des discussions et des prises de décisions ayant des répercussions sur leur vie quotidienne par un mur de plusieurs dizaines de kilomètres entourant la vieille ville de Québec. Responsables de défendre ce “mur de la honte” et les chefs d’état reclus et déconnecté de la ville entière, se trouvent des milliers de policiers et militaires mobilisés pour l’occasion. Environ 6 000 policiers étaient prévus, en plus d’unités de l’armée stationnées non loin de là. Le mur de la honte, érigé avec des blocs en béton et de grillage par le gouvernement fédéral, renforçait l’impression de militarisation. Les magasins ont aussi reçu l’ordre de placarder leur vitrine. Scène de guerre opposant le peuple aux autorités qui décident de leur futur à huis clos.

Ottawa, juin 2006: Sommet des Bilderberg

On les nomme le groupe Bilderberg et ils n’aiment pas discuter en public. Ceux qui suivent le groupe Bilderberg diront qu’ils ont incité l’Europe à adopter une monnaie commune, qu’ils ont mis en place Bill Clinton après avoir accepté d’appuyer l’ALENA et qu’ils prennent des décisions influençant le déroulement des évènements mondiaux. Ces rencontres réunissent les plus puissants de cette planète et demandent une protection contre le peuple encore plus intime que les agents de police d’Ottawa. Même ces policiers en uniforme étaient tenus de présenter leurs cartes d’identité à la demi-douzaine d’hommes en noir travaillant pour une société de sécurité privée nommée Globe Risk. Nous n’avons pas eu droit à la cavalerie flamboyante, car il s’agissait de garder cette rencontre le plus inaperçue possible, bien que les médias traditionnels n’aient pas eu bien le choix d’en parler puisque l’existence du groupe des Bilderberg est de plus en plus connue du public. Mais il demeure que la sécurité à l’extérieur de l’Hôtel Brookstreet a été beaucoup plus serrée que sur la colline du Parlement.

Montebello, août 2007: Réunion du Partenariat sur Sécurité et la Prospérité (PSP)

L’aboutissement de la ZLEA est le PSP, qui est une initiative des grands industriels et multinationales du Canada, des États-Unis et du Mexique pour créer une zone de libre échange, d’harmonisation (à la baisse) des régulations et règlementation étatiques, commerciales, économiques et de la main d’oeuvre, création d’une zone commune frontalière, ainsi qu’une intégration militaire transcontinentale. Encore une fois, la population est gardée à l’écart des discussions que nos politiciens entreprennent avec le secteur privé et des agents étrangers (trahison?) par un appareil policier assez impressionnant. On pousse l’ignominie encore plus loin en voulant démoniser et discréditer les manifestants pacifiques en envoyant des policiers en agents provocateurs parmi la foule dans le but de faire de la casse devant les caméras des médias. Seul pépin pour eux, trois “manifestants” ont été mis à découvert et l’incident a été entièrement filmé et posté sur YouTube avant d’être repris par les médias traditionnels. La vidéo montre trois hommes masqués, dont l’un était armé d’une grosse roche, confrontant les manifestants pacifiques. Après que les hommes soient passés la ligne de police, puis ensuite immobilisés à terre, menottés et emmenés par les policiers, des photographies révéleront que leurs bottes correspondaient à celles des agents de police. Bien qu’ils aient d’abord nié que les individus en question étaient des agents provocateurs, la Sûreté du Québec a publié un communiqué de presse le 23 août en admettant que les trois manifestants étaient en fait des agents de la police en déguisement.

________________________________________________

Ce qui se passe réellement dans les coulisses pourrait avoir été révélé par le professeur Carroll Quigley, le mentor de Bill Clinton à l’Université de Georgetown. Un initié entretenus par les banquiers internationaux, M. Quigley a écrit dans La tragédie et l’espoir (Tragedy and Hope), en 1966:

“Les pouvoirs du capitalisme financier ont un autre but de grande envergure, qui n’est rien de moins que de créer un système mondial de contrôle financier entre des mains privées, capable de dominer le système politique de chaque pays et l’économie du monde dans son ensemble. Ce système devait être contrôlé de manière féodale par les banques centrales du monde agissant de concert, par des accords secrets conclus à de fréquentes réunions et conférences privées.” (Source)

________________________________________________

L’État policier canadien reçoit les sommets du G8 & G20

Puisque que le Canada est maintenant un expert en mesures de sécurité et d’État policier pour protéger la clique financière élitiste du reste de la population qui est affectée par leurs décisions prises derrière des portes closes, nous allons faire honneur à notre réputation. Le 26 et 27 juin prochain, nous serons les hôtes du sommet du G20, qui sera précédé par le sommet du G8, qui lui se tiendra le 25 et 26 juin 2010. Le sommet du G8 se tiendra à Huntsville, Ontario, alors que celui du G20 aura lieu au Metro Toronto Convention Centre à Toronto.

Les dirigeants mondiaux, ministres des finances, les gouverneurs de banques centrales, avec des milliers d’autres délégués assisteront à ces réunions secrètes. Et la cavalerie sera présente, en grand nombre. Il s’agira, en fait, du plus grand événement de l’histoire canadienne au niveau de la sécurité, surpassant de loin la sécurité présentée aux Jeux Olympiques de Vancouver. Le centre-ville de Toronto sera transformé en forteresse de sécurité avec des barrières, barricades, des points de contrôle et des fermetures de rues qui affecteront grandement les résidents locaux. Alors que les sommets G8/G20 attirera leur part des manifestants pacifiques, d’autres plus radicaux et de la frange peuvent essayer de capitaliser sur l’événement. Des agents provocateurs peuvent également être utilisés et leur comportement pourrait justifier une répression policière. Cela pourrait aussi être un moyen de diaboliser tous les manifestants, tout comme la tentative exposée de Montebello. Le sommet du G20 permettra d’approfondir les mesures d’État policier, ainsi que l’intégration progressive et constante de la police locale, provinciale, fédérale et de l’armée.

La sécurité qui sera déployée lors du prochain sommet du G20 sera la responsabilité du Groupe intégré de la sécurité (GIS): “La GRC a mis sur pied le Groupe intégré de la sécurité (GIS), qui est composé de membres de la GRC, de l’OPP (pour ce qui est du G8), des Forces canadiennes, du service de police de Toronto, du service de police régional de Peel, ainsi que d’autres experts en sécurité et en application de la loi qui auront pour mandat d’assurer la sécurité des personnes jouissant d’une protection internationale (PJPI), des personnes de marque (PDM) et des communautés”.

Ed Bolduc, un membre de l’équipe de planification du G20 et policier de la ville de Toronto a affirmé que “les Olympiques que vous avez vues récemment à Vancouver étaient en fait le plus grand déploiement de sécurité à prendre place au Canada. Le G20/G8 surpasse cela complètement”. Il poursuit en déclarant “qu’il y aura une massive – absolument massive – présence des policiers et de la sécurité sur le terrain comme vous ne l’avez jamais vu”. Il y aura une double clôture d’au moins trois mètres de haut, protégée par la GRC et la police. Le Globe and Mail rapportait qu’environ 10 000 policiers et 1000 gardes de sécurité seront déployés, avec un nombre non spécifié de soldats canadiens. Les dignitaires étrangers bénéficieront aussi de leurs propres éléments de sécurité. Les coûts associés à cette énorme cavalerie de la sécurité sont estimés à $179 millions de dollars par le gouvernement fédéral.

Les Forces canadiennes appuieront le Groupe de sécurité intégré (GSI) commandé par la GRC pour les prochains Sommets du G8 et du G20 qui auront lieu à Huntsville et à Toronto, Ontario en juin 2010. Elles fourniront l’appui avec “des ressources et des capacités militaires uniques fournies par l’armée, la marine et la force aérienne afin d’assurer la sécurité des participants aux Sommets et des Canadiens”, nous dit-on sur leur site officiel.

Les tâches militaires associées aux Sommets comprennent la planification opérationnelle à grande échelle, la surveillance terrestre et aérienne, la sécurité sous-marine pour les lieux et certaines fonctions logistiques et de cérémonie. Le soutien comprend aussi d’obtenir de l’aide par le biais du partenariat continuel des FC dans le Commandement de la Défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD).

Le Commandement Canada est responsable des opérations de routine et de contingence des Forces canadiennes au Canada et en Amérique du Nord. Le Commandement coordonne aussi, au besoin, le soutien des FC aux autorités civiles canadiennes de maintien de l’ordre. Le soutien des FC aux Sommets du G-8 et du G-20 2010 sera conduit sous le commandement de la Force opérationnelle interarmées (Central) (FOI(C)), une des six forces opérationnelles régionales relevant du Commandement Canada. (http://www.canadacom.forces.gc.ca/daily/archive-summit-fra.asp)

On ne rit plus: “…le soutien des FC aux autorités civiles canadiennes de maintien de l’ordre“. Ainsi, les militaires pourront assister les forces policières dans leur rôle du maintien de l’ordre. Ce n’est pas l’idée qu’on se fait généralement du Canada.

La sécurité commencera à être implémentée deux semaines avant le début du G8/G20. Pour accéder à la zone de sécurité, les résidents devront s’enregistrer ou être accrédités. Des zones de “liberté d’expression” (free speech zones) seront mises en place pour les manifestants et la police de Toronto a annoncé qu’ils utiliseraient un ancien studio de production de films comme prison temporaire pour enfermer les protestants indisciplinés durant l’évènement.

Nous avons déjà pu avoir un avant-goût de ce qui s’en vient lors du sommet du G20 alors que deux exercices d’entrainement ont eu lieu à Toronto ces derniers jours. Le premier était une simulation de prise d’otage dans le coeur du centre-ville de Toronto, comprenant la Toronto Police Emergency Task Force et du personnel privé de sécurité, ayant pour but de tester leur habilité de travailler de concert.  C’est que durant le G8/G20, les forces de sécurité privées vont jouer un rôle important dans le contrôle des foules et mesures d’urgences. Ceci fait intégralement partie de l’intégration des forces de la sécurité publique et privée. Le deuxième exercice d’entrainement a impliqué deux hélicoptères militaires CH-146 Griffon volant autour du Metro Toronto Convention Centre et qui ont atterrit en face de la célèbre Tour du CN. Ces exercices ont pour but de tester les capacités des forces de sécurité, de coordonner les actions des différents intervenants publics et privés, mais visent aussi à acclimater la population à une augmentation de la présence policière et militaire.

Mais plus que tout, c’est les protestations et la menace du terrorisme qui sont le plus utilisées pour justifier ces immenses opérations de sécurité extrêmement couteuses pour protéger une bande clowns qui débarquent en ville pour faire leur cirque à huis clos, sans consulter la population. Les rôles des militaires et des policiers semblent être de plus en plus interchangeables, tout comme leurs tactiques et leur entrainement qui militarisent sans cesse. Tout cela commence à ressembler toujours plus à une approche agressive envers le contrôle du public et de la dissidence. Ces évènements deviennent des pratiques pour de nouvelles mesures d’État policier répressives et d’occupation de style militaire.

En juin prochain, se sera comme à la guerre à Toronto; une guerre opposant l’élite au peuple.