Archives de Tag: foi

La société héli-homme Halloween

La séduction renvoie à notre univers de gammes optionnelles, de rayons exotiques, d’environnement psy, musical et informationnel où chacun a loisir de composer à la carte les éléments de son existence. « L’indépendance, c’est un trait de caractère, c’est aussi une façon de voyager à son rythme, selon vos désirs ; construisez « votre » voyage. Les itinéraires proposés dans nos Globe-Trotters ne sont que des suggestions qui peuvent être combinées, mais aussi modifiées en tenant compte de vos souhaits. » Cette publicité dit la vérité de la société post-moderne, société ouverte, plurielle, prenant en compte les désirs des individus et accroissant leur liberté combinatoire. La vie sans impératif catégorique, la vie kit modulée en fonction des motivations individuelles, la vie flexible à l’âge des combinés, des options, des formules indépendantes rendus possibles par une offre infinie, ainsi opère la séduction.

L’ère du vide. Gilles Lipovetsky 

Les machines à gonfler l’ego font leur oeuvre: on a le droit de tout acheter à la carte, même la gauche de la droite et la droite de la gauche en politique. Pour qui donc votons-nous? Qui se cachent derrière ces masques de faux représentants de commerce supposés améliorer la condition humaine au nom du « progrès »?

C’est l’Halloween à longueur de jour, à longueur d’année, à longueur de la longueur qui mènera à la finale Houdini dans laquelle tout le monde aura disparu comme par magie. Mais la magie du magicien est de duper l’assistance. Et les peuples sont des « assistances » qui n’ont plus de réel pouvoir: ils regardent le pouvoir leur offrir de par la perverse et multitude offres à la carte qui vous permet d’être « unique ». À la carte est large au sens social: les nains peuvent se regrouper pour se grandir et cesser d’être dénigrés. Les pauvres des pays riches ont leurs organismes de combats qui œuvrent à coups de papiers de par la main « invisible » des avocats et des charlatans étatisés, travailleurs des États, pris au piège dans leurs conventions et pratiquant la belle loi du silence de peur de perdre leur avoir.

Mais il y a une bonne nouvelle: chacun peut se permettre de rire de la coiffure de Trump ( Donald le clown parfait pour la fête planétaire pas trop drôle) sur les réseaux sociaux. La liberté du XXI  e siècle, c’est de planter une pancarte à pixels sur Facebook ou autre cliques d’amis invisibles mais fiables. On se choisit entre ego.

Tout est dans la communication, on le sait. Alors, on vous laissera la totale liberté de communiquer entre vous sans trop déranger les caboches délirantes aussi esclaves que vous du grand marketing mondialistes. Car, au fond, c’est vous le produit. Une fois le produit conquis par son apparence de liberté et sa traçabilité dont on peut faire le portrait, tout le reste s’ensuit.

J’ai maintenant vécu assez longtemps pour me rendre compte que nous sommes si peu différents qu’un être humain n’est qu’un être humain. Le reste est un choix à la carte dépendant de votre acuité à saisir et à capter les astuces de ceux qui vous aident à vous dessiner une personnalité en apparence unique.

Déguisons-nous pour la vie, mais pas tout à fait la nôtre…

Gaëtan Pelletier

Février, 2017

Assassins d’enfants

tumblr_mtrqvepENO1r0qqkio1_1280

Le bombardement de Dresde, qui eut lieu du 13 au 15 février 1945, détruisit presque entièrement la ville allemande de Dresde. La Royal Air Force (RAF) et les United States Army Air Forces(USAAF) utilisèrent principalement des bombes à fragmentation et incendiaires, provoquant plusieurs dizaines de milliers de morts.

On dirait qu’il importe peu les grands enjeux des guerres. Surtout quand elle n’a pas de fin…  Dresde fut anéantie pendant la secondaire mondiale par des bombes incendiaires pour « briser le moral des allemands ».

Cette guerre entre imbéciles dura 6 ans. C’était en 1945… Il y a près de 70 ans. Pas loin d’un siècle. L’Occident a inventé, par la suite, la guerre hypocrite et totalitaire de par une guerre économique sans fin. Et qui donc sont les victimes? Les enfants…

C’est tuer un oeuf, un petit prince, un futur… Pendant qu’en Occident on les gaze à l’électronique. Sniffe ta tablette! Apprend! Ne joue plus. Ne bouge plus! Tu appartiens à l’État.

La drogue, ce n’est pas seulement la cocaïne, c’est le pouvoir. Quand Monsieur de Obama, sorti par la porte de derrière des bus de noirs est arrivé au pouvoir, on en bavait des narines. Un sauveur nous est nez!  Suivez la ligne… Personne ne semble se souvenir qu’il voulait faire disparaître Guantanamo. Il est disparu… On n’en parle plus…

Quand on a « délivré » l’Irak de son dictateur, on a voulu le pétrole et la « liberté » en offrande.

Ne vous faites pas d’idées sur le visible et l’invisible. L’Occident est aussi tueur d’enfants dans ses propres pays, mais avec une flopée de « savants » pédagogues à saveur de Goebbels, Joseph. Tous vendus pour la gloire « personnelle ». Les libertés Facebook… Là où tes amis sont si loin que tu ne sais pas qu’il s’agit en fait d’une chaîne de Ponzi pour vendre des produits « dérivés ».

Pour les vendeurs de « démocratie », le seul usage que l’on peut en faire est d’attendre qu’ils se transforment en compost. C’est que la merde devient au moins quelque chose quand elle tourne à l’engrais naturel.

En attendant, à part le petit parfait supposément cultivé, mais ignare, style bourgeois d’église laïque, il porte ses enfants à l’État comme les nazis portaient les leurs au régime.

L’Occident en est au rang du slogan d’Auschwitz:  » Le travail, c’est la liberté ».

J’ai mal à l’Irak… 

Voilà la partie d’Anne Wolf sur la « question »:

Irak: la ville de Fallouja passe sous le contrôle d’Al-Qaïda

AVANT

Femmes afghanes durant les années 1970, avant l’intervention de la CIA
De l’Afghanistan à la Syrie : Droits des femmes, propagande de guerre et CIA | Mondialisation

A aller voir absolument pour comprendre ce que sèment les USA

afghanstudentswww1[1]

afghanstudentswww[1]

étudiants à Kaboul dans les années 1970

APRES

Afghan women.(AFP Photo / Shah Marai)

« Fallujah, c’est pire qu’Hiroshima »

Enfant de la guerre

Certaines des déformations infantiles sont si terribles qu’Al-Jazeera et la BBC – qui a produit un documentaire sur le même sujet – ont refusé de diffuser certaines images. Les exemples de malformations dont les photos sont en la possession d’Ahmad Mansour sont :

-  des enfants nés sans yeux
-  des enfants avec deux et trois têtes
-  des enfants nés sans orifices
-  des enfants nés avec des tumeurs malignes au cerveau et à la rétine de l’oeil
-  des enfants nés avec l’absence d’organes vitaux
-  des enfants nés avec des membres manquants ou en trop
-  des enfants nés sans parties génitales
-  des enfants nés avec de graves malformations cardiaques.

Etc …

Reportage Sky News : http://www.liveleak.com/view?i=dda_...

A voir pour comprendre, à voir pour choisir en personne bien informée sa manière d’être co-responsable de l’avenir de notre monde De l’agent orange à l’uranium appauvri

parce qu’il faut le voir au moins une fois pour comprendre de quoi nous sommes complices par notre aveuglement et notre silence et que si demain nous sommes frappé par la « haine de l’Occident » ce n’est pas sans raison. ,

Gaëtan Pelletier

6 janvier 2014

P.S.: Nous sommes responsables de TOUS les enfants. Pas seulement des « nôtres ». Nous sommes responsables de cette vie sur Terre. Dieu n’intervient pas. Les prières ne « sauvent » pas le monde. Elles servent à vous relier aux dieux que nous sommes. Ou aux diables bouillonnants, mais pire encore, à la grande froideur de la distance…

La stupidité humaine n’est pas le voisin que vous avez déclaré plus crétin que vous. Si on juge l’arbre à ses fruits, la réussite de l’aventure terrestre est à la veille d’être l’échec le plus cuisant de cette créature qui a inventé le bouton à quatre trous et l’arme atomique.

Vous accuserez ceux que vous avez élus. Vous direz avoir obéi aux ordres… Vous n’avez été qu’un oeuf chanceux de par les milliards sur Terre. Mais, ce que vous ignorez, c’est d’avoir oublié le sourire et le rire de l’enfant que vous avez perdu.

Chanceux!

D’autres se se l’ont fait voler avant d’atteindre l’âge  de….

Les missionnaires et les chaudrons

Soldats

MISSIONNAIRES

cimetière 2

CHAUDRON (COSMIQUE)

Les cordes des Pinocchio tressées par les rats de guerre

rat sax

Autrefois les conquêtes visaient à occuper des territoires, s’approprier des richesses, soumettre physiquement les populations. Soumission des hommes à un ordre étranger qui ne concernait que leur corps et leurs biens. L’on pouvait être esclave et en même temps rester libre spirituellement et moralement. Aujourd’hui les forces qui s’exercent sur les peuples devenus quasi imperceptibles, les vrais pouvoirs n’apparaissent plus sur le devant de la scène, ils s’exercent de façon souterraine, dans les coulisses, au sein de fraternités occultes. Désormais presque toujours, à de rares exceptions près, dirigeantes et politiques ne sont plus que des exécutants, voire de simples marionnettes au service des véritables maîtres et décideurs… lesquels demeurent dans l’ombre, ignorés et inconnus du grand public. Hollywood, propagande noire et guerre terroriste

Les seules frontières réelles  qui existent en ce moment sont celles entre les dirigeants et les peuples. Le reste est une machinerie sournoise, souterraine, aussi bêtement mais savamment tressée qu’un tapis fait à la machine.

La machine a servi l’homme à adoucir son labeur.

La machine de guerre économique est en train de s’appareiller en « mode sniper »,  de manière à se débarrasser des travailleurs en en faisant des masses mobiles, nouvel esclave de l’ère moderne.

La ruse et les artifices- quoiqu’ayant toujours existés  – sont poussés à un extrême tel que les citoyens sont charcutés, à la fois endoctrinés aux dogmes souterrains.

Quantité VS qualité

Les quantités « d’informations » véhiculées chaque jour par les médias des pays ne font que chloroformer le citoyen : il confond quantité et qualité. L’information (sic) est également livrée à la rentabilité, figée, docile et – surtout- incapable de suivre le flot volontairement, sciemment trafiquée.

Les rats ont pris le pouvoir.

Les rats s’agitent, sont « propagandés » par une race fourbe, terrée.

Vous croyez – en étant soldat – défendre des « valeurs »?

Vous croyez – en étant enseignant – défendre des valeurs?

Vous croyez – en étant médecin – améliorer la santé des gens?

Rien n’est simple…

La recette du sorcier ne tire plus le venin du serpent : elle en déchiffre la recette et la vend en barils.

Comme le pétrole.

On a multiplié les dieux… Mais ils ne sont plus que des Satan déguisés.

Bienvenue dans l’enfer du déguisement et de l’Hollywood-Halloween.

Cinéma.

Écran.

De fumée…

Résultat : l’humain Pinocchio

 Pinocchio

Voilà notre « humain » malmené, endoctriné dans des croisades brumeuses : Il est si aveugle – ou « mal voyant », – qu’il ne voit plus le bout de son nez.

Travailleur temporaire-permanent ( re-sic), athée, religiosé, ensommeillé, victime de la multiplication des cordes de moins en moins apparentes, chimifié à la merdouille d’une cuisine aux ingrédients pré-Monsanto, livré aux saveurs du mois, nègre acolore, livide, engourdi, il sait tout. Il sait tout. Car savoir « beaucoup » signifie connaître. C’est le tour de force de la croisade des rats mondialistes souterrains.

Il n’y a que les ignorants qui savent tout.

La science « a raison ». C’est bien le dogme le plus insidieux des guerres qui ne sont pas « déclarées ».

On lui vend du savoir contrôlé, utile pour la multiplication des compagnies à numéros, des énormes entreprises qui peuvent acheter les terres, la foi, et rendre les cordes aussi invisibles que les chasseurs furtifs de l’armée étasunienne.

Viol des terres, rasage des forêts, siphonnage des liquides brûlants pour faire rouler de l’orgueil sur quatre roues, méga organisations supposément humanistes. Souvent infiltrées…

Tout ça!

Tout ça!

Tout ça!

Et plus encore, toute notre ignorance de par les mouvements insidieux fait en sorte que nos connaissances des rats de guerre ne peuvent nous permettre de gagner une guerre et de nous humaniser. Ils ne sont pas dirigés vers le but d’un humanisme « amélioré », mais vers une réussite matérielle garants d’une survie…

Une survie.

De sorte que chacun est maintenant devenu un travailleur étranger dans son propre pays.

Les soldats « debout-assis »

Soldat

“I am against the war. And I am gonna kill those who are for.” Gaëtan Pelletier

« Mais, Reine Rouge, c’est étrange, nous courons vite et le paysage autour de nous ne change pas ? » Et la reine répondit : « Nous courons pour rester à la même place. »

Ce court extrait d’Alice au pays des merveilles nous éclaire sur le processus dynamique tendant au chaos qu’est l’homme, une idée mise en avant par le biologiste Leigh van Valen qui postule que dans un groupe d’organismes soumis à la concurrence, l’effort d’adaptation est sans cesse renouvelé ce qui conduit inéluctablement à un processus incessant de constuction/destruction des civilisations, le mythe de Sisyphe revisité. Gilles Bonafi

On pourrait jour à « Qui est Pinocchio? »

Jouons à « Tout est beau! ».

La masse d’objets virtuels ( souvent à crédit), la masse des réussites personnelles réelles, sont-elles aussi exactes que l’apparence dans laquelle nous sommes noyés et dans laquelle nous nous acharnons et nous dévouons?

Quand les rats de guerre détruisent un pays, les citoyens déménagent. Ils deviennent alors un problème de société.

Toute industrie mondialiste – agglutiné au pouvoir, sinon le contrôlant -, déstabilise tout l’ordre mondial, les petites sociétés, les petits pays, les groupes qui font la beauté et la différence de ce monde par « dommages collatéraux ».

Belle appellation!

Tout le jeu consiste à faire croire à nos réussites personnelles oubliant la réussite sociale.

Nous savons opérer un cœur malade.

Nous ne savons pas gérer un virus.

Bref, nous sommes forts en mécanique. Mais nous sommes nuls en ce qui concerne la vie.

Nous sommes allés sur la lune.

C’est notre réussite planétaire… Ce « nous » est une autre manière d’utiliser l’individualisme et le confondre dans une réussite par laquelle il aurait contribué. De loin…

Belle salade!

L’avenir des rats

Celui qui a le pouvoir de tresser les cordes d’un enfant de bois a tous les pouvoirs. Il l’immobilise et le contrôle sans le faire réellement bouger. Il lui fait croire qu’il est « vivant ».

Le « je » est un nous malheureusement de moins en moins « vivant ». Il est lentement – comme au ralenti – dentelé dans une mécanique de plus en plus insondable.

Nous sommes mécanisés.

Et c’est là le cœur de notre échec. Car nous ne connaissons plus notre créateur.

Les vantards des athées de « dieu » sont perdus mais croient être sauvés.

Restez athées!

Restez athées!

Les dieux auxquels ils sont fidèles sont les nouveaux prêtres sanglants intérieurs.

C’est bien plus naïf que de croire que ce monde s’est fait en 7 jours.

Peu importe…

Lire dans l’œil de G.W. Bush, c’est être illettré.

Prenez un paysan… Prenez ces gens simples qui ne savent pas trop comment expliquer tout ce monde devenu incompréhensible.

Les rats utilisent ceux qui vivent bien simplement.

C’est le plancher sur lequel se construit la belle demeure des rats qui se servent d’eux pour en faire des soldats.

Et les nouvelles armes sont les idées.

Si on pouvait faire la somme de tous ceux qui ont souffert ou sont décédés par n’importe laquelle foi vendue à travers l’Histoire, on aurait besoin de déterrer toutes les mains de tous ceux qui sont passés par cette vie. Rien que pour compter sur leurs doigts…

Gaëtan Pelletier

29 juin 2013

P.S. : Un certain Jésus a dit : « La foi soulève les montagnes ».

Dans notre monde moderne, on a bien compris le message : une fois que la montagne est soulevée , on sort les machines pour se  servir de cette amoncellement aux fins d’enterrer les cadavres dans des fosses communes.

Au rythme où sont passé les guerres depuis la « création »,  la Terre est une sorte de fosse commune.

Ils ont ensuite inventé la formule :

« Vivre, c’est mortel »