Archives de Tag: Documentaire

Invasion

 

C’est justement à la lutte de la nation Wet’suwet’en que ce documentaire (dont est paru pour l’instant cet extrait de 20 min, sous-titré en français) est consacré. Ce peuple n’a jamais cédé son territoire au Canada, ni renoncé à l’usage de celui-ci. Cette nation, suivant sa propre loi, est composé de cinq clans, eux-mêmes divisés en différentes maisons. Il est principalement question ici de la maison Unist’ot’en du clan Gileyhu, qui est responsable du territoire Talbits kwa, dont le pont enneigé qui apparait sur l’affiche du film est le principal point d’accès.

Le camp de l’Unist’ot’en est un phare de la résistance depuis près de 10 ans. C’est un espace de guérison pour les peuples autochtones et un exemple actif de décolonisation. L’injonction judiciaire obtenue par TC Energy (anciennement TransCanada) / Coastal GasLink et la violence qui en a découlé (tant en terme de destruction de l’environnement que le non-respect des droits de la personne) ont ​​été dévastateurs, mais cette lutte est loin d’être terminée. »

Source: LundiMatin

Le peuple invisible, documentaire Richard Desjardins

Se désintoxiquer de la langue de bois

 

Myriam Prévost
Véronique Vila 

Un documentaire de Myriam Prévost et Véronique Vila

La langue de bois fait partie de nos vies mais souvent on l’oublie. L’emploi d’un mot plutôt qu’un autre connote négativement ou positivement nos pensées, en fonction de l’idée, du sous-entendu, ou de la valeur morale qu’on veut donner aux choses. Pour cela, la langue de bois utilise des néologismes, anglicismes, sigles, euphémismes, oxymores et autres figures de style. On ne dit plus : « secrétaire », on dit : « assistante de direction » ; on ne dit plus : « équipe de travail », on dit : « team » ; on ne dit plus : « usagers », on dit : « bénéficiaire » ou « client »…

Les animateurs et participants de la coopérative d’éducation populaire L’orage*, à Grenoble,Photo FABIEN GOSSETtravaillent collectivement la question de la langue de bois (ou « novlangue »). Ils cherchent à analyser les rouages de sa fabrication, dans le cadre de « formations professionnelles » et d’ateliers de « désintoxication de la langue de bois ».

Dans les (dé)formations de l’orage, on apprend à déconstruire le langage pour pouvoir agir différemment dans le monde, pour aller vers des façons de faire plus démocratiques, que ce soit dans les activités de loisir ou d’engagement, dans le travail, ou dans les relations.

*L’orage fait parti d’un réseau d’éducation populaire, composé des SCOP Le Pavé à Rennes, le Vent Debout à Toulouse, et l’Engrenage à Tours.

Production : Myriam Prévost

Réalisation : Véronique Vila

Prise de son : Fabien Gosset

Mixage : Manuel Couturier

 

Liens

Bonus Tlaxcala

Le lexique du nouveau français : précis de vocable franco-français à l’usage des novices

(Extrait de « De la manœuvre des mœurs et du silence des mots dans le lexique français. Itinéraire d’une bienséance langagière inédite : le Politiquement Correct, entre splendeur et trahison« , Julie Masmejean, octobre 2006)

 

 « Le politiquement correct est largement une maladie de l’élite » (P. Roth)
Ce lexique, bien que non exhaustif offre un panel assez représentatif du vocable politiquement correct.
 Nous avons choisi d’adopter un ordre alphabétique car l’ordre thématique s’est avéré infructueux étant donné le rapprochement de certaines expressions dans plusieurs domaines. La colonne de gauche présente les mots tels que nous les employons ; celle de droite est la traduction pressentie en discours politiquement correct.
Ce classement fait état, quand cela est flagrant, des différentes évolutions lexicales ou « vagues » du politiquement correct. Parmi les expressions et termes retenus (à la télévision, à la radio ou empruntés à divers auteurs) ceux en gras sont sensés être les plus récurrents dans l’usage « commun » du politiquement correct.
Bien que dans certains cas, l’équivalent proposé par la bienséance pour pallier au langage courant semble incompréhensible, nous avons tenté, face à ce « comprenne qui pourra » que dessine le politiquement correct dans notre langue française, d’en déchiffrer une partie.
ACCOUCHEMENT : Évènement
ACCUSÉ : Mis en cause
ACNÉ : Peau à problème
ADOLESCENT : Adulte en émergence
ADULTE : Personne expérimentée
ÂGE : Terme qui tend de plus en plus à disparaître des sphères politiquement correctes / Troisième âge
ÂGE BÊTE : Âge d’opposition
AGENT DE POLICE : Agent de la sécurité
AGENT IMMOBILIER : Ingénieur foncier
ALCOOLIQUE : Personne à sobriété différée
AMÉLIORER : Optimiser
ANALPHABÈTE : Illettré / Personne présentant un déficit de lecture
ARABE : Maghrébin / Beur / Enfant de la 2e génération / Nord-Africain
ARCHITECTURE COLONIALE : Architecture tropicale
ART PRIMITIF : Art premier
ATHÉISME : Terme tellement politiquement incorrect qu’il n’existe aucuns remplaçants.
AVEUGLE : Non-voyant / Malvoyant / Déficient visuel (ces trois termes qui appartiennent à la première vague de politiquement correct, ont en commun ce qui représente finalement un problème pour l’idéologie recherchée, puisqu’ils définissent le dit terme par un manque, un défaut, ce qui est absolument politiquement incorrect) / Personne confrontée à un défi oculaire / Personne visuellement contrariée
AVORTEMENT : IVG
BALAYEUR : Technicien de surface, de conduite / Agent de propreté
BALLE PERDUE (en temps de guerre) : Erreur de tir (synecdoque : le tir est désigné par le projectile)
BANDE DESSINÉE : Littérature d’expression graphique
BANLIEUE : Périphérie / Quartier sensible / Zone suburbaine de proximité
BASSES-PYRÉNÉES : Pyrénées-Atlantiques
BAVURE POLICIÈRE : Dysfonctionnement
BÊTE : Personne présentant un déficit intellectuel / Personne n’ayant pas les pré-requis cognitifs / Mal-comprenant / Cérébralement différent
BIBLIOTHÈQUE : Espace d’études
BOMBARDEMENT (en temps de guerre) : Frappe chirurgicale, frappe ciblée
BORDELS : Maisons closes / Espaces réglementés
BOSSE : Protubérance
BOULANGER : Employé en terminal de cuisson
BOYCOTT : Posture collective citoyenne
BULLETIN DE NOTES : Livret de compétences
CADAVRE : (Personne non vivante (expression euphémisante utilisée depuis 1988 en Angleterre)
CADRE DE 50 ANS : Senior confirmé
CAFÉ : Espace de convivialité
CAHIERS DE BROUILLON : Cahiers d’essai
CAISSIÈRE : Hôtesse de caisse
CAMBRIOLAGE : Délinquance de proximité
CAMPING-CAR : Autocaravane
CANCER : Longue maladie
CANCRE : Élève en difficulté
CANTINE : Unité de production culinaire
CENSURER : Modérer
CHARENTE INFÉRIEURE : Charente Maritime
CHARITÉ : Solidarité
CHAT : Félidé domestique
CHERCHER DU TRAVAIL : S’inscrire dans une perspective professionnalisante
CHÔMAGE : Mot représentatif de l’attitude volontariste des artisans du langage moderne. Avant, désignait le désœuvrement momentané d’un travailleur attendant une nouvelle embauche. Actuellement il indique un constat, celui de l’inemployabilité du travailleur / Parcours de recherche d’emploi / Période transitoire dans le cadre d’une réorientation de carrière/ congé payé prolongé / Repos involontaire
CHÔMEUR : Demandeur d’emploi / Personne en quête d’emploi / Personne en cessation d’activité / Offreur de service (ce dernier terme est préférable dans la mesure où il présente l’aspect positif de l’inactivité du chômeur, tandis que les premiers termes le présentaient dans une posture d’attente, ce qui le mettait en dehors de l’activité sociale, donc l’excluait, chose intolérable pour le politiquement correct)
CIMETIÈRE : Champ du repos / Espace de fin de vie
CITADIN : Actif urbain
CITÉ : Zone de non droit  / Quartier sensible
CLANDESTIN : Réfugié économique débouté du droit d’asile
CLOCHARD : Citoyen en rupture sociale / Itinérant / Marginal / SDF (sigle étonnant : un domicile par définition est fixe, et on ne saurait considérer comme fixe un emplacement ou quelqu’un passe la nuit. Ce sigle induit l’idée que ce qui définit l’homme social c’est son domicile, et là, le SDF est définit par ce qu’il n’a pas ; il est un homme moins la place qu’il devrait occuper. Ce sigle nie la nature de l’homme en tant que tel.
COALITION : Belligérance
COIFFEUR : Capilliculteur
COLONISATION : Découverte (ici le politiquement correct va loin puisqu’il définit une réalité historique sous une forme quasi négationniste)
COMMENCER : Initialiser
CONCIERGE : Auxiliaire de gardiennage et de médiation / Surveillante de groupe
CONCLURE : Finaliser
CONNAISSANCES : Compétences
CONSTIPATION : Désordre intérieur
CONTRÔLEURS (de la SNCF notamment) : Agents commerciaux des trains
COUPE-FAIM : Modérateur d’appétit
COUPLE HOMOSEXUEL : Couple contre nature / Couple non traditionnel
CRIMINEL : Asocial / Preneur de vie / Désorienté affectif
DAS : Aide sociale à l’enfance
DÉFAITE : Non-victoire ( ici, principe de la Novlangue : on prend un mot positif auquel on ajoute un simple préfixe pour obtenir son antonyme, mais sans avoir à prononcer donc à évoquer une connotation négative)
DELOCALISATION : Implantation d’emploi à l’étranger
DÉMODÉ : Folklorique
DÉMOLIR : Déconstruire
DIVORCE : Séparation / Démariage
DROGUÉ : Personne présentant une conduite addictive / Polytoxicomane
DROGUE : Hallucinogène
DROITS DE L’HOMME : Droits de l’Humain
ÉBOUEUR : Agent de traitement des déchets urbains et industriels
ÉCHEC : Succès différé
ÉCHOUER : Réussir en dessous de ses possibilités
ÉCOLE MATERNELLE : Etablissement de cycle préscolaire
ÉCONOMIE PARALLÈLE : Trafique de drogues
ÉDUCATION : Éducabilité
ÉGLISE : Entité paroissiale / Espace de culte
ÉLÈVE : Apprenant / Acteur de la formation
ÉLEVE TURBULENT : Elève d’origine culturellement défavorisée
EMPLOI DU TEMPS : Planning
ENFANTS ABANDONNÉS : Enfants proposés à l’adoption
ENFANTS DE PAUVRES : Enfants issus de familles fragilisées
ENFANT TRISOMIQUE  : Enfant différent
ENTERREMENT : Obsèques / Inhumation /  Rituel de fin de vie
 
ESCLAVAGE : Travail clandestin
ESCROC : Personne éthiquement déboussolé
ÉTAT-MAJOR : Technostructure
ÊTRE AIME : Être un objet d’aimance
ÊTRE DÉPRIMÉ : Être à la périphérie de soi-même (jargon psychologique typique du politiquement correct)
ÉTUDE DE MARCHÉ : Merchandising
EXCLU : Sous-privilégié
EXCLUSION : Mot qui n’a pas de remplaçants en discours politiquement correct car il est étymologiquement (excludere, maintenir dehors) trop accusateur[183].
EXPLIQUER : Expliciter
FACTEUR : Préposé à la distribution du courrier
FAILLITE : Cessation de paiement
FEMME DE MENAGE : Aide ménagère / Intervenante à domicile / Employée de surface / Technicienne de surface
FIGURANTS : Acteurs de complément
FOU : Personnalité pathologique de type borderline / Déstabilisé mental / Personne à émotivité différée/ Dépressif
GHETTO : Zone urbaine sensible / Quartier communautaire
GITANS : Gens du voyage
GRÈVE : Mouvement social
GROS : Personne enveloppée / Personne en surpoids / Personne présentant une surcharge pondérale /Personne possédant une image corporelle alternative
HOMOSEXUEL : Gay (franchisé en « gai » depuis 1997) / Personne à sexualité alternative / « Queer » venu des États-Unis pour remplacer « gay »
HÔPITAL : Espace prophylactique
IDIOT : Irrationnel
IGNORANCE : Non-encore savoir
IMMIGRÉS CLANDESTINS : Sans-papiers / Exclus de la loi républicaine
IMPÔT : Contribution
IMPUISSANCE : Impouvoir
INCAPABLE : Inapte
INCULPATION : Mise en examen
INFIRME : Handicapé / Personne à mobilité réduite / Personne à compétence alternative / Personne confrontée à un challenge physique
INNATENTION : Hypovigilance
INSTITUT DE BEAUTE : Espace de bien-être (plus politiquement correct car ne sous-entend pas que c’est un lieu uniquement réservé aux personnes belles)
INSULTE : Atteinte à la dignité
INTÉGRISTE : Traditionaliste
INVASION (en temps de guerre) : Libération
JARDIN : Espace arboré
JARDINIER MUNICIPAL : Agent d’entretien de la nature / Agent vert / Animateur d’espaces verts
J’M’EN FOUTISME : Relâchement éthique
JOUETS DANGEREUX : Jouets sensibles (moins effrayant et plus commercial, politiquement correct donc)
JUIF : Personne de religion juive / Personne de religion israélite / Peuple du Livre
LAID : Esthétiquement différent / Cosmétiquement différent / Physiquement atypique
LÉPREUX : Personne atteinte de la maladie de Hansen
LICENCIEMENT : Plan d’ajustement social / Rationalisation des effectifs
MAGHREBIN : Jeune (ici, en dehors d’une forte valeur euphémisante, il y a une perte de la valeur sémantique)
MAIGRE : Filiforme
MAISON DE CORRECTION : Structure close
MAÎTRESSE : Institutrice / Professeure des écoles
MALADE : Patient / Consommateur de soins
MAL DE TÊTE : Migraine / Céphalalgie
MANIFESTATION : Rendez-vous revendicatif
MANIPULER : Motiver
MASSAGES : Techniques manuelles
MAUVAISE RÉPUTATION : Déficit d’image de marque
MENSONGE : Désinformation / Vérité différée
MENSTRUATION : Irrégularités féminines
MENTIR : Être dans le fictionnel
MER : Espace marin
MORGUE : Institut médico-légal
 
MORT (n.f) : Disparition / Processus biologique terminal / La grandefaucheuse ; la dame en noir ; la voyageuse de nuit …
MORT (n.m) : Personne avec un métabolisme divergent / Personne non-vivante
MORTS (en temps de guerre) : Dégâts collatéraux
MORT-NÉ : Né sans vie (périphrase, passe-passe langagier beaucoup plus politiquement correct)
MOURIR : Disparaître / S’éteindre / S’en aller / Partir / Rendre le dernier soupir / Rendre l’âme / Partir pour le grand voyage …
MST : IST (remplacé par un autre sigle mais le terme « infection » du second, inquiète moins que le terme « maladie » du premier)
MUSÉE : Pinacothèque / Espace de renouvellement perpétuel
NAIN : Personne de petite taille / personne à verticalité contrariée
 
NOËL : Fête de fin d’année
Sapin de Noël : Sapin de fêtes ; vacances de Noël : vacances d’hiver ; Joyeux Noël : Joyeuses Fêtes
NOIR : Personne de couleur / Black : plus politiquement correct que « nègre » de l’époque coloniale et que « noir », puisque fait d’avantage référence à une culture qu’à une couleur ; il faut attendre la fin des années 1980 pour que ce mot s’intègre à la langue courante ; ici, anglomanie salvatrice qui va désigner tout ce qui appartient à la mouvance noire ; terme qui évite le colonialisme et le tabou de la race / Minorité visible / Personne à forte mélanine / Afro-américain / Africain-américain
NOM : Patronyme
OBSÉDÉ : Obssessioné
OBSTÉTRICIEN : Médecin de naissance
OPÉRATION (chirurgicale) : Intervention
OUVRIER : Collaborateur d’atelier
PÂQUES (vacances de) : Vacances de Printemps
PARTOUZE : Relation à partenaires multiples / Relation non monogamique
PATOIS : Langue collatérale
PAUVRES : Économiquement marginalisés / Défavorisés / Victimes de la fracture sociale / Personnes en situation de grande détresse / Personne en situation de précarité sociale et économique / Sinistrés sociaux
PAUVRETÉ : Précarité
PAVILLON DE CANCEREUX : Service oncologique
PAYS FRANCOPHONES : Pays ayant en commun l’usage du français
PAYS SOUS-DÉVELOPPÉ : Pays en voie de développement / Pays émergeant
PEAU : Barrière cutanée
PÈRE : Géniteur
PETITS ENFANTS : Épigones
PEUPLE : « Vrais gens » expression très politiquement correcte pour désigner les gens de la France profonde
PEUREUX : Prudent
PILULE (contraceptive) : Progestérone de synthèse
PISCINE : Espace nautique
PLUIE : Ondée
POLICIERS : Forces de l’ordre
POMPIERS : Soldats du feu
PRESSE À SCANDALE : Presse people
PRISON : Centre de retenue / Univers pénitencier / Espace carcéral
PRISONNIER : Client du système carcéral / Citoyen détenu
PROBLÈME : Souci / Dysfonctionnement
PROPAGANDE : Campagne de sensibilisation
PROSTITUÉE : Travailleuse du sexe / Travailleuse sexuelle
PROSTITUER (se) : Exercer des activités prostitutionnelles
QUOTAS IMMIGRATOIRES : Immigration choisie
RACE : Groupe populationnel ayant des caractères génétiques en commun
RACISME : Politiquement incorrect non seulement parce que des atrocités ont été commises en son nom, mais parce que le seul fait d’admettre qu’il puisse y avoir des différences entre les hommes qui partagent les mêmes droits, répugne une sensibilité politiquement correcte. Mot donc totalement exclu de l’idéologie politiquement correcte et qui ne présente quasiment pas de remplaçants si ce n’est les termes Haine de proximité ouDiscrimination
RANÇON : Prime de sortie
RATAGE : Contre-performance
REDOUBLER (au sens scolaire) : Être en classe de rattrapage
RELATION SEXUELLE : Câlin / relation physique / Relation intime … le politiquement correct n’a pas vraiment trouvé de mots pour expliquer cet acte incorrect
RÉPRESSION : Pacification (ici le politiquement correct donne quasiment dans l’antonymie)
RÉSISTANCE : Résilience
RÉSOUDRE : Solutionner
RETARD ÉCONOMIQUE : Potentiel de croissance
RETRAITE : Cessation anticipée d’activité
RICHES : Munis
RIDES : Peau mature
SALE : Hygiéniquement contestable / Impropre (pour la Novlangue)
SECRÉTAIRE : Assistante
SENSIBILITÉ : Conditionnement émotif
SÉPARATION : Décohabitation
SIDA (avoir le virus du) : Être sidaïque (fin de l’expression en 1995) / sidéen / sidatique / Être malade du Sida /Être une personne touchée
SIESTE (après un repas): Somnolence post-prindiale
SOLITUDE : No man’s land affectif / Exploration de soin
SOURD : Mal-entendant / Personne présentant un déficit auditif / Personne acoustiquement contrariée
SOUTENIR : Supporter
SURVEILLANTS : Conseillers d’éducation
TERRORISTES : Criminels dévoyés (utilisé pour la première fois par les journalistes de la BBC à Londres après les attentats du métro)
THÊATRE : Espace de représentation
TIERS-MONDE : PVD / « Pays sous-développé mais dont il ne faut surtout pas dire, politiquement correct exige, qu’il est sous-développé »
TROISIÈME CLASSE (pour le train) : Classe touriste
UNIFORME : Accessoire de carrière
VANDALISME : Sentiment d’insécurité / Incivilité
VIEUX : Chronologiquement doué / Personne du 3e âge / Senior / Personne de l’âge d’or
VIGNERON : Viticulteur / Oeniculteur
VILLAGE : Complexe rural
VILLE : Conglomérat urbain
VILLE DE PROVINCE : Métropole (provinciale)
VIOLENT : Invalide de l’affectivité
VIRER (se faire…, être …) : Bénéficier d’un plan de reclassement
VOISINAGE : Bassin de convivialité
VOYEURISME : Pulsion scopique
VUE (paysage) : Panorama
ZONARDS : Jeunes de quartiers


Merci à Sur les docks/France Culture
Source: http://www.franceculture.fr/emission-sur-les-docks-se-desintoxiquer-de-la-langue-de-bois-2014-05-07
Date de parution de l’article original: 08/05/2014
URL de cette page: http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=12177