Archives de Tag: Dieu

Le scrapbooking planétaire

scrapbooking-ecole

J’ai écrit ce texte en 2015. Me voilà devenu visionnaire… Et j’en aurais long à prédire. Attendez 2037.

_________________________________________________________________________________________________________

En deux, « Le monopole de l’universel ». l’Occident a su représenter ses intérêts particuliers comme des intérêts de l’humanité. Se prétendant « la communauté internationale » il est capable, avec ou sans l’aval de l’ONU, de renverser manu militari des régimes placés aux antipodes et qui ne le menacent pas. Source

« Soyez résolus de ne plus servir et vous voilà libres«  professait La Boétie. En voilà un programme qui à lui seul serait à même de renverser notre diktacratie ! Mais combien sont prêts à allumer la mèche qui fera fondre leurs chaînes d’esclaves volontaires ? Si peu… Notre démocratie est une imposture 

On peut continuer ainsi à faire du collage de tous les analystes et les petits livres SDF qui passent dans la momentanéité de l’Histoire à la vie longue comme une mouche à feu. On n’en tirera rien de positif. Rien.

Je ne donne pas dix ans à la planète pour que nous portions tous un masque. Il y aura alors un modèle de  masque dikté par l’État pour que l’on puisse geindre dans les rues avec des pancartes dont les modèles seront fournis par une adresse de Facebook . Ainsi, on formera un grand scrapbook  planétaire.  On en fait déjà…

Des « intérêts » chinois viennent d’acheter Pirelli dans une transaction de plus de 7 milliards. En euros ou en américains… Peu importe de garage, les chinois, étouffés dans leur pays, déjà masqués, mais vers la richesse et l’armement, ont choisi eux aussi le « modèle » abrasif de développement calqué étasunien.

Je vais passer du coq à l’âne…

C’Est sans compter les « figures de marque » qui ont une belle notoriété sur le net et dans leur costumes de clowns sérieux. Les idées vont maintenant à la vitesse de E= mc2.  Sans compter- répété-je – ( ouf! j’ai eu de la difficulté avec celui-là, sais pas s’il est bon, mais il a l’air savant ), les radios, les journaux, les chaînes de « nouvelles » à n’en plus finir. On dirait une boîte de macaroni fabriqué par la compagnie Heinz: outre les produits chimiques inscrits  sur la boîte, on ne voit pas derrière la culture de la tomate , ni des spaghetti, le gerber des pesticides, des fongicides, et le  reste de l’arsenal pour tenter de remettre en vie les ingrédients pour la plupart détruits. No life. No Vie. Nothing.

Voilà! Quand on bouffe des « nouvelles », des analyses, des livres « explicatifs » du géopolitique, on bouffe de la merde dite information, et même pas bonne à faire de l’engrais de cerveau. Encore moins de l’âme.  On ne voit pas non plus ce qu’il y a derrière ce scrapbooking . Et le résultat est la nouvelle aventure de partir à la recherche de la « vérité ». C’est comme tenter de se nourrir dans la décharge géante des déchets de Montréal.

Nous sommes les poissons de toutes ces eaux barbouillées. Si on ajoute à cela Big Pharma, la vaccination, les vautours quotidiens arracheurs de dents et de petits avoirs, il ne reste plus qu’à avoir l’ambition d’être riche pour soi et pauvre pour l’État. Ne rien engraisser, même pas soi… 🙂

Jeûner de la richesse c’est donner à l’État l’austérité qu’il nous impose. Et voter n’a plus aucun sens puisque nous ne votons pas pour un pouvoir mais pour une mascotte.

La résistance 

La résistance est d’acheter ce qui dure. Mon grand père s’était acheté une f aulx qui a duré tout une vie. Alors, il faut faire son pain, se dégoter un coin de terre, ne plus laisser son argent dans les banques, et vu les nouvelles tentatives d’extorsion des États, posséder moins pour ne pas enrichir les multinationales. Et, pour le plus long terme, s’adonner au troc. Bref, cesser de jouer le jeu des vendeurs du temple. La guerre par la passivité quand c’est nécessaire.

Nous ne sommes pas des carrières, nous sommes des humains.De vrais  Et quand nous avons voulu faire carrière, c’était pour demeurer et enrichir l’humanisme en chacun de nous. Pour les machines à sculpter des esclaves, nous ne sommes plus humains, nous sommes des bras, des cerveaux. Bien habillés…  Mais c’est une couche sur une structure  rigide… Acier. C’est assez!

L’Habit ne fait pas le moi…Ne fait pas le moi…ne…

Gaëtan Pelletier

La pensée du jour

« Je ne visionne plus de films américains (USA). Plus ça va, plus je vois que ces gens-là sucrent leur café avec du sucre de Colombie. »

Scrapbooking pour athées

Image d’en haut: pas d’auto

Image du milieu : pas de dieu

Image d’en bas: le génie du scrapbooking

Scrapbookons tous en choeur!

Le bonheur est de se lever à 5 heures, de rouler pendant deux heures, de travailler, de manger Heinz Hitler et de retourner à la maison brû-brûlé.

Vite! Une nouvelle auto, un nouveau pont, un psy, un médecin, et à 40 ans vous êtes bon pour flanquer votre photo dans un scrapbook.

Le secret de Dieu

Image associée

J’ai dû passer deux heures à tenter de rafistoler les liens entre la clef U.S.B et la U.S.A. La USB, ne fonctionnait plus.  » Ce périphérique fonctionnes normalement ».

C’est sans doute vrai: il ne fonctionne pas du tout. Étant philosophe à mes heures, à mes minutes, à mes secondes j’avais les nerfs au bord du gouffre. J’ai jeté une centaine de neurones à la poubelle, découragé. Mais j’ai trouvé le secret de Microsoft et « son » fenêtre sur le monde, nommé Windows: le hasard. Tel qu’il fut dit il y a des décennies: « Un singe tapant sur un clavier pendant 10 millions d’années pourrait reconstituer L’Encyclopédie Britannique » . J’avais dix minutes.  J’ai redémarré le système trois fois en désactivant les entrées de clefs USB.  Et ça a marché. Mais en les réactivant…

Je me suis dit que si le monde avait été créé par Microsoft, il suffirait de le démarrer deux ou trois fois pour qu’il fonctionne un peu plus que partiellement. Il rote, oublie, revient sur ses décisions, disparaît, revient dont on ne sait d’où. Depuis que je vis avec Microsoft, je comprends que l’évolution s’est effectuée par hasard.

Et je me dis que Dieu doit jurer un peu, là-haut, en travaillant sur un système qu’il redémarre à tous les deux ou trois siècles. Mais lui, il a le temps…

Gaëtan Pelletier

Reposgrammeur

Il me manque quelques mots pour en faire 250. C’est la capacité de la génération actuelle à tenter de comprendre le monde:

« Aujourd’hui on célèbre partout le savoir. Qui sait si, un jour, on ne créera pas des Universités pour rétablir l’ancienne ignorance ? »

Lichtenberg (1742-1799

263: YES, WE CAN

La fête du diable

La « banque » aurait été crée pour l’homme. Mais tout ce que nous produisons est maintenant créé pour enfermer le potentiel humain dans une banque.

Ne vous demandez pas où se situe l’échec. Nous sommes dans l’échec, nous produisons l’échec, nous endossons l’échec, et nous pleurons sur notre échec.

Nous sommes esclaves d’avoir laissé le savoir humain réel, nos terres, nos libertés à des gens qui « pensent pour nous » dans une forme de démonisme pétillant mais… empoisonnant. Quand tout est fait pour être compliqué, et que l’on vend du compliqué, il faut alors construire sa simplicité. C’est la chose la plus difficile à faire car les matériaux fournis proviennent de la complexité.  C’est comme si la feuille d’un arbre tentait de se comprendre par un « organigramme » de racines fourni… « Arrange-toi avec ça! » C’est la Vérité.

Nous sommes « déspiritualisés »… C »est bien ce qui fait l’affaire des gens qui ont besoin de robots.

Danke!

gp

Image

Rencontre de dieux

tumblr_nsydsbiAqg1qzd9yao1_1280

L’économie expliquée aux imbéciles dont je suis…

5b205d05187e5810739aa49fd1a8ac24

Ça, c’est la théorie format mathématique de l’information. Je vais tenter d’être un peu plus simple…

Il y a des lustres, les gens échangeaient des biens: une poule ( pas la dame..) pour une valeur semblable mais en terme de rentabilité.

Tu donnes la poules, on te donne 4 lapins. Les commerçants négocient: la poule pond des oeufs. Tu vas t’en nourrir pendant longtemps. Que voulez-vous que nous faisions avec 4 pauvres lapins qui se reproduisent.

– Si tu les tues, crétin , ils ne se reproduisent pas!

– Justement! Je les achètes pour les manger: nous avons faim.

Jusque là, tout allait bien. Ils avaient les dents cariées, prenaient une douche quand il pleuvait, et ils ne savaient pas  qu’ils échangeaient des biens. Ils tentaient de survivre.

L’Histoire dit qu’ils finirent par se regrouper sur ce qui allait devenir la place du marché.

Un jour, un cochon arriva avec un homme qui n’avait plus faim. L’homme échangea le cochon pour 12 poules et 36 lapins. Mais au lieu de les manger…  Le génie – Séraphin Bernarken -, prit un territoire et y instaura un élevage de cochons, de lapins, de poules. Au diable les oeufs! C’est pour les pauvres et les omelettes.

Génie II 

Il y a toujours un génie pour en surpasser un autre. Devenir génie à la place du génie. Un jour, il vit un imitateur du premier génie qui avait – tenez-vous bien! – élevé des taureaux est des vaches!

Quand les gens du marché virent arriver les taureaux et les vaches, ils paniquèrent.  Le génie sortit de sa bouteille. « Nous allons établir une monnaie »

La foule éclata de rire. Une monnaie?  » Oui, un symbole pour représenter tout ce que nous avons. Ce qui nous évitera de transporter nos bêtes au marché ».  Genre…

– Mais avez-vous une explication? demanda-t-on.

Oui, j’ai une formule mathématique qui prouve que cela va fonctionner.

Une théorie pour acheter son billet d’avion le moins cher possible

Source

On frappa donc de la monnaie.

Certains citoyens, quelque peu instruits, avaient étudié la formule. Plusieurs avaient même fréquenté le secondaire 4, ( Lycé ou High School), sans saisir la formule.

– Nous ne comprenons rien. Nous en perdons notre lapin…

– L’important est que ça fonctionne.

Génie III

Pendant ce temps, en arrière plan, pendant que des nuages fonçaient vers le marché, un petit homme, Antonio Panzi, eut l’idée de trouver des acheteurs-vendeurs. Quand ils les vit, dubitatif,  se passer la main dans la barbichette, ils leur donna un titre: courtier.

Yes!

Génie IV 

Alain Tourre, petit salopard puant aux chaussures trouées, eut une idée qui bouleversa le monde. Hélas! Il parlait en écrivant… Il décida de ne pas travailler, mais d’amasser de la monnaie.

Génie V

Ayant étudié Ponza, il créa les banques. Mais plus encore, il rendit la monnaie invisible. Génie VI créa les conglomérats en achetant tout ce dont il pouvait et en vint à prêter aux pays.

Pendant la crise de 2008, on vendit des maisons à tour de bras. Les sous Génies 000 avaient les babines coulissaient comme des chiens lippues, certains de faire de bonnes affaires.

Fin de l’Histoire 

Et c’est ainsi qu’aujourd’hui, quand vous voulez achetez des oeufs, il faut passer par la caisse, retirer de l’argent invisible, aller au supermarché, suer sang et eau, vous rendre malade, grossir à vue de miroir, et dans une instruction dirigée par l’État, vous pourrez voir les connaissances de vos enfants, vous étonner de les voir tenter de cueillir des pommes de terre dans les arbres.

Quant à savoir ce qui est arrivé à la poule, je vous conseillerais de reprendre la formule à l’envers de celle que j’ai affichée plus haut:

Une théorie pour acheter son billet d’avion le moins cher possible

Car, dans les faits, c’est une formule mathématique :

Une théorie pour acheter son billet d’avion le moins cher possible.

Je n’y connais rien, mais en prenant la formule à l’envers, je dirais que l’on peut calculer comment retourner sur Terre afin de savoir ce qui est arrivé à l’oeuf, à la poule et au lapin.

P.S.:

Génie 34

Il empoisonne les lapins, il en met le dos sur le vendeur numéro 110, le traite de terroriste et de voleur. Pendant ce temps, il a tout un arsenal de lapins bien en vie dans une île achetée à un prix dérisoire. Au moment où chute le prix du lapin, il sort les lapins de son île.

Dans certaines histoires de complotistes, on dit qu’il devient président d’un pays. En fait, en le devenant, c’est un vendeur à la solde des éleveurs de lapins. Il dit toujours: « Ça ne se reproduira plus! Parole de lapin ».

Mais l’histoire ne se termine pas ici: d’un oeuf, d’un simple échange suivant cet énorme progrès, il a fallu créer des métiers: des enseignants pour faire comprendre une histoire parallèle, des ingénieurs pour bâtir des ponts, des banquiers, des secrétaires, des plombiers, des électriciens, des vendeurs d’assurances, des fabricants de théories. Ça n’a pas de fin.

Le cheval allait aux champs, les autos vont au travail. Et pour vous informer comment va la bourse, il y a des chaînes spécialisés, des « spécialistes ». Et quand nous fûmes mourant de travail, un autre génie naquit: Big Pharma.

Quel monde merveilleux!

Gaëtan Pelletier

15 septembre 2013

Comme on porte les oiseaux…

fotojournalismus:<br />
Senegal, Olivier Föllmi<br />

 

Chacun est un oiseau qui doit apprendre à voler

 Chacun est un main qui, par amour,  permettra à l’autre  d’être un oiseau

Chacun est un oiseau qui une fois envolé ressemblera à deux mains Et c’est la raison pour laquelle existe les demains 

 Ils n’existent que par amour…

Nous n’existons que par l’amour de nous porter…

 Les mains sont des ventres sans sexe 

 

 

Gaëtan Pelletier

 

La route vers soi (21): L’oeil du pirate

route-vers-soi

Avast ye, matey! In honor of International Talk Like a Pirate Day, invented in 1995 by John Baur and Mark Summers, we take a moment to reflect on some of history's most conniving pirates. Don't be a wayward minnow, now -- come walk the plank!

Les trois yeux de la connaissance

 

Les trois yeux de la connaissance , Ken Wilber 

***************************

Pour simplifier ce charabia des philosophes qui se parlent entre eux… en se comprenant, il s’agit ici de prendre conscience de l’obscurantisme moderne qui s’est fait arraché son troisième œil – l’intuition –  le religare   à « dieu », mais qui est en fait une capacité de connaissances autres que par la voie de la science née il y a quelques 4 siècles. Relier « dieu » à l’Homme ou les Hommes entre eux.  Sciences abusives et hautaines, qui ont transformé cette « vision autre » en sciences humaines. On a confié à la « raison charnelle », au cerveau, la voie de la lumière et des guides spirituels qui sont apparus au fil de l’Histoire. Ces guides restent maintenant coupés en des  allées totalement différentes: 

1- Les intacts qui parlent de spiritualité comme moyen de connaissance et qui pratiquent des formes de méditation pour ce « patrimoine spirituel » attaqué par les tenants de la « science ».

2- Les « déformateurs » de messages qui en font l’interprétation qu’ils …désirent. Et les guerres au nom des dieux… toujours plus grands.

3- Un outil de manipulation sociale falsifié par l’État qui prolonge sont pouvoir en provenance d’une certaine déité marquée  par un prolongement du pouvoir divin jadis donné aux rois et aux reines qui se disaient de descendance divine.  Cet appendice  se fait maintenant sous diverses cérémonies dignes d’une ignorance grossière et robotique. Comme si la cérémonie était l’acte…

Religare, ou relier l’Homme à Dieu, ou …relier les hommes entres eux. C’est la racine même de tout humanisme qui est l’action de la spiritualité. Il n’y a pas de religion sans humanisme. On ne peut pas blesser d’une main et soigner d’une autre. 

Le monde est ce que nous sommes 

Le monde est ce que nous sommes. Le monde n’est autre que vous et moi. Ce petit monde de nos problèmes, une fois élargi, devient le monde avec ses problèmes.

Nous désespérons de comprendre les vastes problèmes du monde. Nous ne voyons pas qu’il ne s’agit pas d’un problème de masse, mais d’un problème d’éveil de l’individu au monde dans lequel il vit, et de la résolution des problèmes de son univers, aussi limité soit-il. La masse est une abstraction qu’exploitent les hommes politiques, ceux qui ont une idéologie. En vérité, la masse c’est vous, c’est moi, c’est l’autre. Lorsque vous et moi et l’autre sommes hypnotisés par une idéologie, nous devenons la masse, qui demeure une abstraction, car le mot est une abstraction. L’action de masse est une illusion. Cette action est en réalité l’idée que nous nous faisons de l’action de quelques-uns, et que nous acceptons dans notre confusion et notre désespoir. C’est à partir de notre confusion, de notre désespoir, que nous choisissons nos guides, qu’ils soient politiques ou religieux. Ils seront inévitablement, par suite de notre choix, la proie à la confusion et du désespoir. Ils peuvent paraître sûr d’eux et omniscients, mais en vérité, comme ce sont des guides de ceux qui sont désorientés, ils doivent l’être tout autant, sous peine de ne plus être leurs guides. Dans le monde où dirigeants et dirigés sont désorientés, on ne fait, en suivant un modèle ou une idéologie, consciemment ou inconsciemment que faire naître d’autres conflits et d’autres détresses. Krishnamurti

Nous connaissons tous  l’idéologie actuelle des masses… La manipulation du cerveau humain, de par la propagande et le pouvoir de l’argent, de l’ignorance des dirigeants et de l’orientation « scientifique » et complexe des modèles de citoyens. L’être humain n’est pas seulement dépossédé de son « troisième oeil », mas il est sculpté selon les besoins des États liées à l’arnaque économique mondialisée dans des disputes et dissonances qui non seulement « étouffent » notre capacité et notre pouvoir d’avoir éveil de par le troisième œil, mais  nous rendent étrécis et  esclaves  en nous  amputant  de cet œil et notre pouvoir de penser.

Pouvoir de dépenser sans pouvoir de penser.

Oui, le monde est ce que nous sommes,mais Krishnamurti a oublié qu’à force de marteler, de contrôler, nous sommes devenus ce que le monde est. Et la capacité d’échappatoire à ce nivellement des pensées, des soi-disant sciences ( toujours au service des possédants , – désormais multitude et enfouis sous les  routes occultes et innombrables – ( elles sont légions), est une tâche de plus en plus ardue. Une guerre à finir entre le peuple, les dirigeants économiques , et les faux dirigeants-marionnettes.

L’amputation 

Quelques siècles auront suffi pour éteindre un œil. Suffisamment pour ne pas voir nos chaînes. Le ballonnement incessant d’une « culture » d’avoir, de bonheur par l’avoir, – que ce soit par un titre, une mission, un rôle – a placé l’individu sur un trône virtuel: on cultive le roi des rois. Et quelle belle illusion! Puisque personne n’est rien sans les autres, la plus belle réussite de toutes les sciences est la foi… La foi de l’un sans l’autre… Comme si le poisson n’avait pas besoin d’eau!

Résultat

Le monde actuel s’enlise dans sa culture de perdition. Mais il l’ignore… C’est un athée croyant au « système ». Il vit de la durée d’une bonne voiture, puis il est démantelé et enfoui sous terre. Une machine. Une infime roue dentelée dans une méga-machine délirante.

Le monde est ce que nous sommes, disait Krishnamurti. Il avait raison… Nous sommes la petite pièce des ratés de la mondialisation en train d’étouffer toute réelle vie. Pour le profit…

On a sans doute voté pour des pirates qui ne savent que reproduire des pirates…

Gardez un œil, et le bon… Du moins celui qui vous reste…

Gaëtan Pelletier

30 novembre 2014.

Le pop-corn « Fiat voluntas tua »…

Des rats nourris avec un maïs OGM (organisme génétiquement modifié) qui développeraient des tumeurs grosses comme des balles de ping-pong : l’étude conduite par le biologiste Gilles-Eric Séralini (université de Caen) et publiée dans la revue Food and Chemical Toxicology a fait l’effet d’une bombe, mercredi 19 septembre. L’organisme génétiquement modifié visé : le maïs NK603, commercialisé par le géant américain Monsanto. Le monde.fr

La vie avec un grain de cèdre

Je taillais la haie de cèdre, en fin d’après-midi. Ça fait trente ans que je la taille. Je pense qu’en vieillissant, je raccourci, car l’échelle de 8 pieds suffit à peine à me rendre au dessus.

C’est comme coiffer une tête carrée, verte… Pour la beauté du monde.  Je voyais s’effilocher le ramage sur le sol. Et les douceurs du parfum… C’est comme égrener un chapelet qui pousse tout le temps. Dans ces moments-là, on a des pensées qui surgissent. Si la haie passait sous ma coupe franche et parfois un peu barbare, avec la hâte d’en finir, je me suis arrêté un moment pour voir si c’était « parfait ». En même temps, c’était après avoir lu quelques articles et visionné le documentaire sur la puissance nucléaire terrestre : Unsurvivable ( Sans retour)

Voilà qu’arrive le maïs Monsanto, cité plus haut.

Je me suis dit que je pouvais mourir comme la petite ramure…

Clac!

Des hommes et des armes

Quand t’es enfant, t’apprends pourquoi le ciel est bleu. Quand t’es adulte t’essaies de comprendre pourquoi il est noir, et qu’on étouffe.

C’Est fou ce qu’on a pu inventer pour s’entretuer… et à coûts le moins élevé possible.

Contrairement à l’expression souvent employée, on jetait très rarement de l’huile bouillante sur les assaillants des châteaux forts car c’était un produit trop cher à l’époque. On jetait plutôt des pots remplis de poix, de soufre et de salpêtre ou bien tout simplement de l’eau bouillante.

 

On se tuait à l’eau bouillante…

Tout ce qu’on peut trouver.

 

Mais en 1942, ça s’est amélioré… On a produit de l’anthrax à Montmagny – 80km d’ici-, assez pour faire disparaître 70 fois la population mondiale.

Il y avait plusieurs avantages à développer l’anthrax : on pouvait l’introduire facilement dans des bombes, et on possédait déjà un antidote en cas de contamination. En 1943, le premier ministre britannique, Winston Churchill, pressait les Canadiens d’accélérer la fabrication de bombes à l’anthrax en vue d’une attaque qui visait six villes allemandes, dont Berlin, Stuttgart et Francfort. Ce projet d’attaque a finalement été abandonné. Avec l’arrivée de la bombe atomique et la reddition de l’Allemagne, l’utilisation des armes biologiques n’était plus nécessaire…Fanette

En 1956, la production cessa… Et on aurait détruit l’anthrax et jeté dans le Fleuve Saint-Laurent.

Durant la « guerre froide », une bomme atomique a été lâchée dans le fleuve Saint-Laurent, près d’ici. Mais on ne le sut qu’en l’an 2000. 

Saint-André – L’événement est demeuré secret pendant 50 ans, pourtant le 10 novembre 1950, une bombe atomique américaine de type Mk4 (Mark 4) a explosé au-dessus de Saint-André dispersant 45 kilogrammes d’uranium. L’incident cause alors une contamination radioactive de faible densité.

Durant la guerre froide, les États-Unis établissent une centaine de bases militaires au Canada. L’une d’elles se trouve à Goose Bay, dans le Labrador. Cette base est la plus rapprochée de l’Europe. En août 1950, l’U.S. Air Force y conserve onze bombes atomiques Mk4.

Le 10 novembre, un bombardier américain B-50 transportant une de ces bombes est victime d’une panne mécanique lors d’un vol de routine. L’avion menace de tomber. Dans un tel cas, le protocole demande que la bombe soit larguée pour éviter qu’elle explose avec l’appareil. La charge nucléaire (uranium) et la charge d’ignition sont transportées séparément. L’équipage procède au montage de la bombe au moment de l’attaque, peut-on lire dans Internet. La charge conventionnelle est larguée et explose, vers 16 h, à l’ouest du Petit-Pèlerin, une île située au large du village.

Pendant 50 ans, l’affaire est étouffée. C’est le ministre de la Défense nationale du Canada, Art Eggleton, qui confirme le fait le 25 février 2000. Infodimanche

J’oubliais… On utilisait de l’huile bouillante pour « punir » les condamnés. Il n’y avait pas d’électricité à l’époque…

Les bonnes causes…

Le cancer – sous toutes ses formes- s’est multiplié depuis des décennies. Un « spécialiste » attribue ce constat à… plus il y a de gens, plus il y a de cancers.

Mais il y a de bonnes gens qui font du vélo pour ramasser de l’argent afin de lutter contre le cancer. Des soupers aux spaghettis… Des courses… Des marches. On ne sait plus quoi inventer pour être une mère Térésa. On va finir par être tellement de bonnes personnes qu’on va se mettre un compteur à la cheville dans la maison. Et verser un cent par pas…

Après, on prend une bonne douche à l’eau chaude… Ça n’a jamais tué personne…

Il y a un hic!

Si l’anthrax de 1942 pouvait anéantir 70 fois la population mondiale, quelle est la capacité totale destructrice de l’armement actuel, tous pays confondus?

Je pense que si les E.T. existent, je les comprends de tourner en rond sur la planète et de ne pas trop s’attarder à essayer de parler à un terrien.

T’es rien…

Mais tu as élu un « t’es rien » qui utilise ton argent pour fabriquer des armes qui font que le maïs que j’ai mangé hier est aussi naturel qu’un poisson pêché dans la rivière pas loin des sables bitumineux de l’Alberta.

La pharmacologie alimente des millions de vieillards « nourris » à Big Pharma. Ils urinent tous… Et on prend soin d’eux, en « bonnes personnes ».

Mais, comme disait le philosophe : Où donc va tout cet urine?

Il y a trop de bonnes personnes…

Quand un arbre est pourri,  et que pour le guérir tu suces le bout d’une feuille… C’est peut-être pas assez. C’est une bonne cause, mais c’est pas assez.

Il y a trop de bonnes personnes…

Il y a peu de mauvaises personnes, mais c’est comme si Satan avait enfilé une cravate pour camoufler le serpent lové autour de son cou.

Il faudrait les passer à l’eau bouillante à la manière Moyen-âge.

Quand on a des dirigeants qui veulent nous tuer 70 fois, et de par toutes les manières possibles…

Houston! We’ve got a problem!

Si ça continue, tout le monde ira sur la lune. Mais le retour sur Terre n’a aucune garantie.

***

Demain, je vais finir ma haie. L’expression consacrée est : « Si Dieu le veut ».

En fait, si la persistance d’être aveugle de ne pas voir les dieux en nous, nous ne sommes que des adolescents boutonneux.

La grandeur de l’Univers, sa beauté, celle de la Nature, des animaux, des humains, des fleurs, de la chaleur du soleil en été, des nuages, des vents, de l’amour, des haies à tailler, des enfants à faire et à « instruire » pour prolonger et réussir cette vie, de tâches qui nous attendent… Si tout cela ne s’accomplit pas, la Terre n’est au fond qu’un bouton d’acné dans l’Univers.

La Terre  fera faillite… Mais pas d’électronique pour nous « sauver »… Pas de renflouement.

Rien!

Allah! est grand! Allah! est grand!

Jésus est grand! Jésus est grand!

Pauvres fous que nous sommes!

Les dieux, c’est Wall-Street, Goldman Sachs, et l’industrie de l’armement.

S’il n’existait que « dieu », je pourrais tailler ma haie en paix.

S’il n’existait que « dieu » je pourrais manger mon maïs en paix.

Ne reste que deux options… en fait, trois.

Implosion.

Explosion.

Mélange des deux.

Mais imaginez maintenant – à partir de l’eau chaude – tout le progrès qu’on a fait. Imaginez dans 100 ans!

On pourra tuer un milliard de fois les habitants de la planète.

P.S. : J’ai reporté ma « tâche » de tailleur de haie. Je pense que le pop-corn nucléaire mettra fin au grand cinéma tridimensionnel. Alors, je ne fais plus que regarder les petites choses et me promène à vélo. Voir plus loin que la haie… Tout voir, tout sentir, tout entendre… Tout frémir! La Vie, c’est elle le dieu que nous cherchons… Après, on verra, il y aura une autre haie…

***

Un bouton d’acné aura disparu de l’Univers…

Fiat voluntas tua… ( Que votre volonté soit faite…)

Gaëtan Pelletier

20 septembre 2012

Dieu, version finale 4.000.666

 

Le Seigneur vient ...
 
« Homme de peu de foi, veux-tu du foie de veau ou du foie de porc?  
– Du foi d’or… »
 
«  Enfant, je mangeais de la terre, maintenant je sais que c’est la Terre qui me mangera…. » 
 
 ( Je ne dévoile plus les sources de mes citations, c’est fini…) 
 
 3.14.16.2.14.16.3.14.16.3.1416.3.14.16.3.14.16. 

J’étais  assis tranquille sur mon arrière-train ( de marchandises) et je me suis dit que c’étaient les américains qui m’avaient « construit  » ainsi pour vendre des sièges d’auto. Vu la condition présente de la conduite humaine(?), et vu les programmes de désinfections des ordinateurs qui n’arrêtent pas de s’améliorer- comme le savon à vaisselle des années 50, toujours meilleur-  je me suis redit que Dieu existe puisqu’il vend ses  créatures  Hommes sous forme de programmes obsolètes. La supériorité de l’Homme  est à prouver: car nous nous éteignons une fois que la petite chandelle du corps qui soutient la flamme  a fini de brûler ses calories, malgré les tentatives de McDonald pour nous ressusciter à coups de frites.

************************

Image: Paul Signac Dimanche

***

Nous sommes des fleurs, d’un temps plus long…  D’un temps plus long à  souffrir des épines que nous élisons…. De petites minuscules fleurs-poison, serpents à sornettes, bouffons de micros, qui ont amélioré le monde en  faisant courir les humains  à leur tombeau et  en sabrant les dimanches, jour de repos.

Dieu fabriqué à la machine: 

L’Homme est devenu un fœtus de paille … C’est l’enfariné abouté au levain des calembredaines  mitraillées et martelées.

Ils sont  du compost des dieux que l’on chéri. Transitoires.  Avant, on donnait aux Églises, aux religions, et  aux sectes. Maintenant, c’est aux États. Et les États sont devenues des sectes. L’État fabrique l’Homme, et non plus « dieu ». Il fabrique de la léthargie par hypnose de foules.

God is Gold

or

Plus de dimanches, plus de repos… On le disait dédié à Dieu. Pourtant, comme disait un humoriste: dieu est né un jour férié.  Dieu, c’est Coca-Cola. Dieu est mourant sous la pub éternelle terrestre. Transmise de père en fisc. Dieu est liquide… Dieu, c’est le monde des affaires. Et on est à genoux…

Le déprogrès 

L’âge moyen de la créature humaine était jadis de 32 dents. Des prolongations sont maintenant possibles grâces à votre dentiste et à votre banquier. « Empruntez pour mastiquer ». Telle est la devise… En économie, toute devise est américaine… In Trust We God. Le futur est une dette… Le fœtus également…

Dieu, version 1.00.3

– le bug de l’homme qui croit en dieu a été corrigé: il n’y croit plus.

– le singe qui mangeait des fourmis en plantant une tige dans un trou a été amélioré: il a maintenant le missile Tomahawk, guidé à distance et pouvant détruire 3 djihadistes, et 8 civils. L’esclave cravaté et « habillé pareil » ( costumé), imite bien l’autre.

– Le bug de la banane a été lui aussi corrigé: L’humaus travaillus,  maintenant pressé, broie un boeuf, après l’avoir tué, écrabouillé, arrondi en « tranchettes », présentés dans une sauce oignon, moutarde, relish ….

Relish

– Ses créatures supérieure s donnent 60% de leurs revenus à l’État. Une nette amélioration…. pour l’État.  Mais il en donnera 70% si on lui demande. Une nette amélioration …pour l’État. Un jour, ce sera 100 %. Orwell dirait que la dette nous enrichit…

Dieu, version améliorée 2.014.010.02

-Les bugs suivants ont été fixés corrigés:

– Il n’y a plus qu’un seul Dieu.

( Fini celui des étoiles des papillons ( et leur papa, les papapillons), la lumière des plantes, l’or, Marilyn Monroe, John McCartney, You Tube, des Atlantes, de la scie circulaire,  Mozart, et les  travailleurs de la construction avec les fessiers visibles. Craque, s’entend…  )

– Il est en trois personnes: Yahvé, Allah, Jésus. Mais toujours en un. Et voilà la version EI, toute nouvelle… Mieux organisé, en train de se frayer en frayeurs un pays dans un pays. Se construire un État.

Dieu, version américaine: version 2.351.2

Les bugs précédents ont été corrigés:

–  Dieu n’habite plus les coquilles d’œufs, mais se promène en Air Force One.  Il habite aux États-Unis d’Amérique. Selon certain, il partagerait la couche avec Yahvé. ( Comme dans « Yahvé pigé »).

–  La guerre existait dans le jeu de « Dieu », mais elle a été améliorée. Elle est chirurgicale. On ne tue plus, on fait des frappes. Les failles concernant les victimes collatérales seront corrigées dans un siècle ou deux.

–  Le Bug Bin Laden  a été corrigé et enterré  enl’eaulé. Plouf! Dans le tombeau salé. Il a ajouté quelques vagues à la mer… Comme les battements d’ailes des papillons ( snif!).

–  Les sages ont le droit de regard, mais pas de parole. On ne dit plus SAGE , on dit FED.

–  Le bug du Père, du fils et du Saint-Esprit a été corrigé: CIA, FBI, PENTAGONE. La trilogie schizophrénique qui « taquine » la planète. La tique à cravate qui découvre des Satan à tous les coins de rue.

– L’EI, ( État (?) Islamique (1) a été créé par …( passage caviardé).

Le quantique des cantiques

Et pour terminer, ce superbe cantique de Joe Dassin, terrassé trop jeune, sans doute d’ un complot ourdi par un agent de la C.I.A qui avaient  appris la langue de Molière.

Et si tu n´existais pas,
Je ne serais qu´un point de plus
Dans ce monde qui vient et qui va,
Je me sentirais perdu,
J´aurais besoin de toi.
 
Dieu, version Finale 4 
 

L’Homme ayant toute la liberté requise pour créer son programme de « vie », l’Homme dans sa tentative de remplacer « dieu » a décidé de recréer le chaos. Ça va prendre un peu de temps… Il faut travailler les dimanches, la semaine, 24 heures par jour pour revenir au brouillon de dieu. Et le mette K.O. …

En enterrant tout ce que nous consommons, dieu est une ordure… Comme le père Noël.

Ici, les vidanges sont ramassées le jeudi…

Pour une fois, on s’entend…

Le jeudi est le quatrième jour de la semaine civile dans plusieurs pays. Il est le cinquième de la semaine chrétienne, de la semaine juive et de la semaine musulmane. Le mot jeudi est issu du latin Jovis dies, signifiant « jour de Jupiter », à savoir du dieu Jupiter1  ( Wiki)  

 Il ne reste plus qu’à s’atteler à la récréation (sic) du chaos… Pour refaire de ce faux dieu qu’est l’homme une créature humaine…

Comme dirait Sarko-Mais-Si : « Au panthéon de mes valeurs »….

Gaëtan Pelletier

 6 octobre 2014

Quand quelqu’un vous regarde, c’est dieu qui vous regarde…

munan15: A Limbu woman from east Nepal in her traditional ornaments

♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠

Notre petit homme a passé son temps à chercher dieu… Quand la tendresse vous regarde et que vous renvoyez cette tendresse, c’est dieu qui se regarde dans un miroir… Quand la haine vous regarde et que vous regarder avec haine le regard, c’est le diable en vous qui se regarde dans un miroir.  

Il y a cette dame fort gentille, que je ne connais pas, qui me dit bonjour quand je marche. Je ne vois pas ses yeux, mais je vois dans son « Bonjour » un part de tendresse. 

Tous les massacres des guerres – que trop nombreuses de l’humanité- ont quelques causes indéchiffrable pour l’humain qualifié « d’ordinaire », alors que c’est lui l’extraordinaire. C’est mal famé dans le monde par la famine de l’avoir, de tout avoir dans un but que personne ne comprend. Les enfants continueront à mourir de faim, les hommes qui font ces enfants les offrir en offrande aux pays qui n’existent plus. Et les américains du nord, avec leur propagande givrée du cher patriotisme est un coulis de serpent et de piqûres.  

Les masses ne créent pas un monde nouveau. Elles ne créent que des masses nouvelles… Les masses n’enseignent rien. Personne ne fait la guerre seul et sans foi bétonnée. En frottant deux pierres on obtient le feu nécessaire au grand marché des armes, dit nécessaire à l’économie.

On ne peut pas aimer une masse. on ne peut pas non plus « aimer » une armée de tueurs de par des causes emmêlées dans l’histoire par le compost de la haine et des dirigeants ignares des rapports humains.

Boule de haine comme boule de neige.

On récolte ce qu’on récolte quand on passe au vote pour l’élection d’élus patentés aux chimères de la politique.

Ils se mettent à parler comme des jouets de bois.

C’est nous qui fournissons la matière première à toutes les guerres de par un démocratie naïve et fausse.

Nous sommes les esclaves qui choisissons nos maîtres.

On ne se regarde plus à travers les yeux et les petits mots du  quotidien qui sont les fibres vivantes de ce monde. On choisit la masse et on choisit également d’en faire partie.

Il y a des religions qui ont des noms, d’autres pas. Elle ne sont pas meilleures, mais pires.

La qualité de la vie passe par le non discours tricoté de formules naïves. C’est celles que l’on engraisse à travers les médias, même nos interventions, nos opinions.

Car un regard d’amour simple, très simple, n’a pas d’opinion. Il vous touche tout en touchant l’ensemble des racines mêmes de la création.

Alors, nous sommes déracinés par des arbres morts d’intellectuels frauduleux alliés à des vautours qui aiment bien voir les clans imbécilisés par leur propagande. 

Ils ont eux aussi leur sourire. Quel beau maquillage! Il passe à travers des yeux sombres et des litanies de mots vides. 

Les poissons se promènent en bancs… 

Gaëtan Pelletier 

20 août 2014