Archives de Tag: complotistes

Comment fumer ses diplômes en s’allumant une bière


BOSTON – Un homme du Massachusetts a été arrêté mercredi et accusé d’avoir fomenté une attaque contre le Pentagone et le Capitole des États-Unis en utilisant des  avions télécommandés armés avec des explosifs.

Rezwan Ferdaus fut arrêté après que des agents infiltrés lui livraient ce qu’il avait demandé : des grenades, six mitraillettes et 24 livres d’explosif C-4.

Selon une déclaration sous serment du gouvernement fédéral, Ferdaus, 26 ans, d’Ashland, est devenu convaincu que l’Amérique était le mal par des sites djihadistes et des vidéos, et a commencé à planifier le « jihad » contre les Etats-Unis au début de 2010.

 

Ferdaus a dit qu’il voulait porter un coup psychologique aux «ennemis d’Allah » en frappant le Pentagone, qu’il a appelée « la tête et le cœur du serpent», selon l’affidavit.

 

Ferdaus, un citoyen américain qui est diplômé de l’Université Northeastern avec un baccalauréat en physique, a fait une brève comparution initiale mercredi devant un tribunal fédéral sur les accusations de tentative de détruire des bâtiments fédéraux et le soutien à une organisation terroriste étrangère, dans ce cas d’al-Qaïda. Une audience de détention était prévue pour lundi.

 

Ferdaus aurait prévu d’utiliser trois avions de contrôle à distance mesurant environ 60 à 80 pouces de longueur. Les avions peuvent voler jusqu’à jusqu’à 100 mph et transporter jusqu’à 50 livres.

 

Ferdaus aurait dit qu’il était habile dans l’utilisation de véhicules à distance, et voulait frapper le Pentagone et souffler le dôme du Capitole en  «miettes». Il a ensuite prévu une attaque avec armes automatiques à six personnes réparties en deux équipes, selon l’affidavit.

 

Source : Washington Post

 

***

P.S. : Les modèles d’avions télécommandés peuvent êtres petits, mais certains, comme celui de la photo,  sont toutefois assez gros pour supporter de bonnes charges.

Le danger, souligne un lecteur , est qu’un militaire ayant accès aux drones pourrait les utiliser dans un but… terroriste.

Les complotistes : explications d’un universitaire

J’étais en auto cette semaine et en ouvrant la radio j’entendais un de ces spécialistes expliquer la psychologie des complotistes.

Selon lui, nous ancêtres d’il y a des milliers d’années, en entendant des coups de tonnerre et apercevant les éclairs ( je sais, ils viennent avant ) pensaient que c’étaient les dieux qui se vengeaient ou en étaient la cause. De même, poursuivit-il, les complotistes cherchent des causes aux faits ou actes  inexpliqués  actuels des sociétés. Et tout ça en rigolant.

Le plus cocasse dans cette explication, c’est qu’il ne s’est pas rendu compte qu’il était 10,000 ans en retard. Car il tombait dans le piège des recettes de la même manière que nos ancêtres dits  antédiluviens.

 

Mais plus encore… Le complotisme, un « mythe politique moderne »

Voici les extraits d’un ouvrage qui en dit long sur le phénomène des essayistes qui ont de « bonnes explication », mêlant le Code Da Vinci aux événements actuels.

 

Extrait de « Le retour de la théorie du complot. Entretien avec le politologue Pierre-André Taguieff », propos recueillis par Samuel Blumenfeld, Le Monde 2, n° 90, supplément du 5 novembre 2005.

 

Extrait 1

Tout d’abord, le retrait des grandes religions politiques ou séculières comme le communisme. La croyance au progrès, conçu comme un mouvement global du moins bien vers le mieux, n’est plus attractive pour un nombre croissant de nos contemporains, qui se sont laissé convertir au catastrophisme de l’écologie profonde, ou radicale. Nous avons vécu, nous autres Occidentaux, pendant deux siècles et demi sous le ciel de la foi dans le progrès. L’âge de l’avenir radieux est derrière nous.
Le deuxième phénomène, bien connu des historiens des religions, est celui de la sécularisation, soit la limitation de l’influence des grandes religions monothéistes. Cette restriction de la sphère religieuse produit un vide dans lequel vont s’engouffrer des réponses simplistes à la demande de sens, dans un contexte marqué par l’incertitude et le désarroi. Cette demande est en friche. Mais l’offre l’est tout autant. Le marché de l’ésotérisme et des nouveaux mouvements religieux ou magiques est en expansion. Les réponses apportées vont de la secte totalitaire, sur le modèle de l’Ordre du Temple solaire, aux techniques de développement personnel, aux médecines douces de style New Age, à visage sympathique.

 

Extrait 2

 

On peut résumer par trois ou quatre propositions la vision du complot : rien n’arrive par accident ; tout ce qui arrive est le produit de l’accomplissement d’un programme, donc résulte d’intentions ou de volontés humaines ; rien n’est tel qu’il paraît être ; tout est lié, mais de façon occulte. Il faut donc décoder, ou plutôt décrypter, sans fin. Car derrière le secret, il y a l’ultrasecret, voire l’hyper-secret, à jamais inaccessible. Le fait même de ne pas posséder de preuves du complot devient la preuve suprême.

Les gens qui croient au complot sont contraints de faire un travail intellectuel complexe et toujours décevant. Ils sont portés par le désir de preuve, mais restent persuadés qu’on ne pourra jamais rien prouver. L’esprit complotiste est porté par le soupçon infini. Ce plaisir du décodage qu’on trouve à la lecture du Da Vinci Code et ses dérivés (les soi-disant décodeurs du roman) est au fondement d’une consommation de type esthétique et ludique. Le complot n’est pas seulement mis à la sauce politique des hallucinés des arrière-loges ou des maîtres cachés, il est aussi mis en scène par une industrie culturelle qui fabrique des produits avec les sociétés secrètes et les conspirations. Certes, jouer à dénoncer ne revient pas à dénoncer. Mais des jeux vidéo comme Illuminati-Nouvel Ordre mondial (INWO), en divertissant, contribuent à inculquer les schémas complotistes. Il y a là un endoctrinement de masse, qui opère en douceur (…).

Extrait 3

Vous craignez que cet aspect conspirationniste et ésotérique de la culture populaire ne soit pas sans conséquences politiques…
La vision du complot contribue à la délégitimation de la démocratie en ce qu’elle postule que celle-ci serait une « cryptocratie », une oligarchie ou une ploutocratie déguisée en régime fondé sur la souveraineté du peuple. La démocratie se réduirait à un décor masquant le pouvoir de l’argent, dont le pouvoir de la presse ne serait qu’un relais. Le pouvoir politique visible cacherait la puissance invisible des conspirateurs et des manipulateurs. Les croyances complotistes impliquent une démystification totale du système démocratique, et n’en laissent rien subsister. Elles présupposent que la vérité du politique est toujours ailleurs, dans les coulisses ou dans les souterrains.

Extrait 4

Et de nombreux auteurs conspirationnistes (tel Holey l’affirment : le président Kennedy a été assassiné parce qu’il voulait dévoiler le complot ourdi par le gouvernement américain et les extraterrestres. Bref, le pouvoir politique ment et manipule.
La mythologie du complot fournit une réponse à la question du sens, mais en nourrissant l’imaginaire du pire. Elle postule que les malheurs des hommes ne peuvent qu’empirer. La conclusion politique est qu’il n’y a rien à faire car les élites sont, par nature ou par fonction, cyniques, manipulatrices, intéressées, menteuses. Comment demander à des enfants de devenir de bons démocrates, en commençant par croire en certaines valeurs, si l’on n’a à leur offrir qu’une vision de l’Histoire orientée vers un avenir nécessairement sombre, programmé par des élites malveillantes ?

(…)

Avec le 11-Septembre et la deuxième guerre d’Irak, le mythe du complot américano-sioniste a pris de la vraisemblance pour beaucoup de gens, gens de gauche compris. lien

La vérité

La vérité est que Sarkozy est la réincarnation de Napoléon supposément empoisonné, mais en réalité enlevé par des Extra-terrestres puis ramené sur Terre. Le prince Charles a de grandes oreilles, mais ce sont en réalité des antennes paraboliques pour communiquer avec des E.T.

Marilyn Monroe est un clone  fabriqué tiré des phantasmes analysés par la CIA pendant la nuit chez  John Kennedy.

Je le sais, j’en ai été victime…

Pour le reste, je pense qu’un énergumène trop diplômé a une licence pour mitrailler des bêtises.

Finalement, c’est bien ce que je pensais : quand vous verrez un plongeur de restaurant au travail, dites-vous que vous êtes chanceux d’avoir quelqu’un qui participe vraiment au bien-être de l’humanité en lavant des soucoupes.

Il y a des illuminés qui fument leurs  diplômes…

Le Haschich des  assassins sains

Une hypothèse linguistique fait dériver le mot assassin du Persan hashishiyyin, qui désigne les fumeurs de haschich. Au Moyen Âge une secte chiite du Moyen Orient fait parler d’elle. Celle des Hashâchines ou Nizârites : la rumeur prétend que les membres de cette secte sont conditionnés par leur chef à tuer sous l’emprise du haschich, d’où leur nom. Par la suite en Italie au XIIIe siècle, le mot est repris en assassino pour désigner soit les chefs musulmans combattant les chrétiens, soit les tueurs à gages, enfin en France au XVIe siècle il prend la forme assassin et désigne les tueurs à gages, avant de prendre le sens plus large de meurtrier.   Wiki

P.S. : Ça fait trente minutes que j’essaie d’allumer ma bière. Je vais finir par trouver un complot quelque part.

Quand  je pense que les sans-abris ont souvent des problèmes de santé mentale, me voilà rendu à penser que les universitaires ont un toit et un MOI. Au moins, ils sont enfermés et grassement payés.