Archives de Tag: citoyens

La fabrique des Nestor

Nestor: valet du capitaine Haddock

« En privatisant des éléments de la vie publique, l’organisation privée en prive la collectivité. La société privée opère donc un détournement de richesses au titre de la propriété; elle ne se dégage pas de la vie publique, mais au contraire s’y engage dans le but d’y assurer une occupation. La société s’en trouve dominée par des sociétés. Le programme managérial qui se substitue au fait politique dans la société moderne contribue alors à jeter les bases d’un ordre gestionnaire que l’expression «gouvernance» baptisera plus tard, et radicalisera. »

Alain Deneault:   Gouvernance

***********

La décollectivité 

Il y a belle heurette ( eh! oui, c’est ainsi que ça s’écrit, et c’est beau, du moins avant la glissade… belle lurette ) que le mot collectivité est un concept fantomatique trimbalé dans les sphères de la politique et de la totale financiarisation pour nous rassurer. La pratique du concept de collectivité a été matérialisée dans les premiers groupements humains obligés de s’unir pour survivre. Il faut plusieurs mains nues pour abattre un mammouth… Le mammouth actuel est ce gouvernement de pays lié à cet empoisonnant « secteur privé » qui, comme le souligne Deneault rend le public…privé.

La collectivité c’était autrefois les petits villages. On y retrouve plus que des « anciens » vieillissant, la jeunesse étant partie aux Klondike des villes pour aller gagner sa croûte. Voilà donc que l’on fait face à une délocalisation de masse: ce ne sont pas seulement les jeunes qui déménagent , mais des villages qui fondent, des mentalités soudées assassinées. .. C’est la Montagne de Ferrat qui se nivelle au mode de vie américain. La vie ne semble plus rien avoir avec la Vie: c’est celle des écrans et des miroirs aux alouettes, pièges désormais servant à une nouvelle servilité et au meurtre d’une réalité lentement dissoute sous les encombrements du pseudo progrès.

La notion de délocalisation n’est ni plus ni moins qu’une formule cachée pour vendre des pays par échantillons. On râpe les pays comme on râpe du mozzarella. Et les souris grignoteuses se cachent aux encoignures des organigrammes complexes de noms d’entreprises ou de compagnies sniper déguisées en entreprises privées, louables, selon une éthique du management supposément propre et qualifié pour le grand partenariat avec les pays. Bref, une caca cacophonie trompeuse et hypocrite.

L’immolation obligée 

S i le travail n’a jamais tué personne, il en a rendu plusieurs handicapés. Si aller à la guerre pour son pays et ses valeurs avait un sens, on se demande aujourd’hui à quoi nous jouons sous le joug de cette mondialisation turbulente et nocive. Si le progrès promis n’est pas là, si nous sommes que victimes de ce sabotage volontaire qui nourrit un crépuscule qui n’en finit plus, alors à quoi sert cette immolation involontaire à laquelle nous nous livrons? Nous allons tous à cette guerre économique qui elles également ont dépecé des peuples entiers. Demandez-leur s’ils voulaient quitter leur pays?

Un train de vie 

Pour le citoyen lessivé, il y a une foultitude de kapos croyants en cette religion qui frôle le nazisme. Adolf n’a-t-il pas anéanti l’Allemagne jusqu’au dernier jeunot pour son « projet d’un Reich millénaire? Où en sommes-nous dans cette « entreprise » des pays « développés », de ces accrocs à entrepreneuriat, sorte de panacée aux maux du capitalisme… créés par le capitalisme? L’arme fatale, c’est le management, technique vendue aux dirigeants politiques.

Le management est la mise en œuvre des moyens humains et matériels d’une entreprise pour atteindre ses objectifs. Il correspond à l‘idée de gestion et de pilotage appliquée à une entreprise ou une unité de celle-ci. Lorsqu’il concerne l’entreprise tout entière, on peut généralement l’assimiler à la fonction de direction (la « fonction administrative » de H. Fayol). Management, Wikipedia

Les pays se sont virtualisés. Il n’existe qu’un montage -vernis, dans une sorte de fable du pouvoir inactif, inopérant. La pauvreté des « pays », notre pauvreté a été creusée par une globalisation des marchés. Ainsi, 24 voitures de l’AMT ( Agence Montréalaise des Transports) seront assemblées en Chine. Le soumissionnaire le plus bas… Si vous lisez l’article,  vous verrez une compagnie chinoise qui devait construire les voitures aux États-Unis (Boston) mais qui décide de délocaliser leur production en …Chine. Ce n’est là qu’un exemple de la panoplie de tromperies et d’opérations de dernière minute dans une de ces industries.

Tout ça légitimé par le pouvoir politique avec des raisons nébuleuses. Allons-y pour la novlangue:

À l’Assemblée nationale, jeudi, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a interrogé le premier ministre Philippe Couillard à propos de l’abaissement de l’exigence de contenu canadien, qui a permis à CRRC de l’emporter sur le seul autre soumissionnaire, Bombardier Transport. Ce dernier, qui exploite une usine dans le Bas-Saint-Laurent, demandait un prix plus élevé que CRRC. La Presse 

L’usine du Bas-Saint-Laurent, une petite ville de 3000 habitants a perdu le contrat. C’est à 20 km de mon village. Mais ce n’est pas important, ce qui l’est que ce type de manœuvres est devenu …monnaie courante dans tous les pays. Le « public » est devenu le privé. Les Super Nestor… Élus.

Privare 

La concentration de richesse par le privé ( du latin privare, privilège), conduit notre monde vers une « race » de valets au service de capitaines un peu trop portés sur « la bouteille » du pouvoir. En prolongeant la pensée de Deneault, nous sommes des exclus, bref, des privés de ce qui nous appartient. Nous sommes privés de par le …privé.

Et ainsi se construit et continue de se construire – avant l’ère du valet robot- une série provisoire de Nestor, valet, qui valait, mais ne vaut plus. L’âme des peuples est foudroyée par la grande noirceur de la déshumanisation.

Il ne reste plus que la construction d’un robot-prêtre, robot-curé, ou de quelque autre « appareil »  pour prier…  On le fera, si besoin est. Car tout se construit maintenant est pour la déconstruction de l’humain. Il suffit de lustrer et de polir notre « homme » de manière à qu’il puisse penser vivre dans un monde meilleur. Nous faisons face à un nouveau progrès: la magie et l’illusion que nous possédons ce qui nous appartient. Nous, y compris.

Gaëtan Pelletier

Publicités

Comment je suis devenu trafiquant d’AK-47

Amnesty International a dénoncé en juin 2002 la Russie, la France, l’Italie, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, en les accusant d’avoir livré des armes à des pays d’Afrique où d’importantes violations des droits de l’homme avaient été observées [9]. D’après le Baromètre 2007 de la transparence du commerce des armes légères, les grands exportateurs d’armes légères les plus transparents sont les États-Unis, la France, l’Italie, la Norvège, le Royaume-Uni et l’Allemagne. Les moins transparents sont la Bulgarie, la Corée du Nord et l’Afrique du Sud [8]. Trafic d’armes

Victor Bout

« Utile, si utile, Viktor Bout. Ses avions avaient alimenté en armes les talibans et Al-Qaida dans l’Afghanistan où Oussama Ben Laden préparait les attentats du 11-Septembre. Cela n’empêchera pas les États-Unis de faire appel à ses services après l’invasion de l’Irak pour faire livrer des armes aux troupes américaines et à leurs alliés. En 2004, les avions de Viktor Bout ont effectué plusieurs centaines de vols pour le compte de l’administration américaine ou l’un de ses sous-traitants, pour une facture se montant à près de 60 millions de dollars. Contrat rompu seulement en raison de fuites dans la presse. » (Le Monde, 8 mars 2008, page 3).

L’argent n’a pas d’odeur, ni d’éthique…


La Caisse de dépôt et placement du Québec exclut maintenant les fabricants de mines antipersonnel et de bombes à sous-minutions de son portefeuille d’investissement. L’institution a annoncé vendredi la mise à jour de sa politique d’investissement responsable, qui était jusqu’alors peu contraignante.

La Caisse a déjà vendu ses participations dans une demi-dizaine entreprises litigieuses, assure Maxime Chagnon, porte-parole de la Caisse, sans donner plus de détails.

Il s’agit de la deuxième mise à jour de la politique adoptée une première fois en 2005. La Caisse n’avait pas de politique d’exclusion de titres sur le plan éthique. On retrouvait donc dans son portefeuille d’actions au 31 décembre 2009 des fabricants d’armes nucléaires, d’armes prohibées, des pollueurs et des cigarettiers, dénonçait un dossier du Journal Les Affaires, publié en mai 2010.

Je ne sais si c’est le téléphone cellulaire, le four à micro-ondes, mais nous avons l’éthique élastique. Un vrai ruban de Mobïus … Pour les investisseurs, « mélanger » un cigarettier avec une mine antipersonnel est une connexion de neurones « décapitée » de la réalité.

Nos vies sont basées sur l’illusion : vous placez vos déchets en bordure de la rue et ils disparaissent le lendemain. Au fond, on ne veut rien savoir de l’endroit où ils vont. Le paperassier non plus. L’amour est aveugle, les placements aussi. On aime bien l’ignorance et les œillères. Car, indirectement, nous finançons les petites usines pour les guerres dites « lointaines ».

Personne ne pratique la compassion à distance. Alors, la folie du monde dans lequel nous vivons fait en sorte que nous vivons des amputés de guerre – la plupart civils – pendant qu’au supermarché on vous offre en entrant un coquelicot  pour  aider les amputés.

Aujourd’hui, selon les sources disponibles, de 60 à 100 millions de mines antipersonnel actives resteraient enfouies dans le sol d’environ soixante pays. Une trentaine de pays sont particulièrement pollués, citons parmi eux l’Afghanistan, l’Angola, le Cambodge, le Kurdistan irakien, le Mozambique, le Rwanda, la Bosnie, la Croatie et maintenant le Kosovo.


Détournées de leur objectif tactique initial de défense, les mines ont été utilisées massivement, de façon anarchique, posées manuellement ou disséminées par obus, par avion ou par hélicoptère sans aucune considération pour les populations civiles, parfois même pour les terroriser et les forcer à fuir.

Unique en son genre, cette arme continue la guerre après la guerre, déclenchée au hasard, par la victime elle-même, des années voire des dizaines d’années après la fin des conflits. Les Cambodgiens les appellent les « sentinelles éternelles ». Le Post

500 victimes par jour.

À noter que l’on a abandonné l’investissement parce qu’on a été « dénoncé ». Ne reste qu’à attendre les prochaines dénonciations.

On pourrait vendre de la moelle d’hypocrisie sur Ebay…

Business avec M. Adolf

L’Allemagne manquait de carburant pendant la guerre (voire avant) 39-45. L’essence synthétique suppléait alors à la demande. Mais il en fallait plus. Toutefois, on manquait d’éthyle pour en produire. La Dupont et Stardard Oil vendaient tout simplement à l’Allemagne le produit pour le fabriquer.

Encore, je me répète, c’était fournir à l’ennemi une arme qui, en somme, tuait de jeunes américains.

C’est ça « investir »…

Mais comme la production était insuffisante, Hitler se lança vers Stalingrad pour s’emparer des puits soviétiques.

La Caisse et l’armement

Selon les « renseignements additionnels » au dernier rapport annuel de l’institution, la Caisse détenait des titres ou des obligations de Textron, Hanwha Corporation, Singapore Technologies Engineering, General Dynamics, Lockheed Martin et Raytheon. Toutes ces entreprises sont bannies par le Fonds de pension de Norvège parce qu’elles fabriquent ces armes prohibées. Les affaires

Les armes « controversées ».

C’est la mode actuellement des investisseurs de blanchir leur portefeuille en adhérant à certains principes définis par des ententes. On y trouve des centaines de compagnies qui, sans doute, déménagent ou changent de nom.

Il semble que le couteau de cuisine soit encore permis.

Plus de 150 pays ont ratifié le traité d’Ottawa (1999) qui interdit la fabrication de mines antipersonnel. La Belgique interdit également la détention, la mise au point et la fabrication de mines antipersonnel. En 2004, la Belgique a été le premier pays à approuver une loi qui interdit aussi les investissements dans des entreprises qui fabriquent, utilisent ou stockent des mines antipersonnel.

Ironique : c’est justement en Belgique qu’on retrouve la Mecar, une sous-filiale d’une compagnie américaine vraisemblablement spécialisée dans les armes « permises », légères, bonnes pour les petites guerres.

Discrètes.

Bombes à fragmentation : bombettes

Les bombes à fragmentation explosent durant leur chute et libèrent une multitude de bombettes, qui se dispersent sur une grande superficie. Plusieurs études ont démontré que 5 à 30% de toutes ces bombes n’explosent pas lors de leur atterrissage. Les bombes à fragmentation deviennent ainsi des mines antipersonnel très dangereuses.


On ne lésine pas sur les mots : armes controversées, bombettes. L’hypocrisie humaine a non seulement créé le langage, mais elle a créé des avocats pour jouer avec des formules langagières, de sorte qu’on peut dire n’importe quoi en mélangeant les mots avec la précision d’un scalpel. Au mois d’avril 2005, un an après la parution du rapport d’enquête de Netwerk Vlaanderen au sujet des investissements de cinq grandes banques actives en Belgique (Axa, Fortis, Dexia, ING et KBC) dans les industries qui fabriquent des armes « controversées

Car, en fait, compagnies, banques, institutions d’États, il semble que tout le monde investisse dans l’armement. Payant.

Il y a aussi celles dites « non controversées »…

Absence de scrupules

La fabrique Mecar, produit des munitions et de l’armement pour l’Arabie Saoudite.

Cinq banques

Aucune franchise.

À moins que l’avocat se nomme Tim Ortonne.

Et savez-vous comment on nomme cela?

De « l’investissement durable… »

Si vous tentez de retracer tous les investissements et leurs « lieux d’atterrissages », on ne blanchit pas seulement l’argent, on blanchit les armes. On peut investir dans les balles, les grenades, les véhicules légers, tout cela considérés comme « armes propres ».

Dans le marché des armes dites légères,  il n’y a pas d’amis ou d’ennemis, il n’y a que des vendeurs, des acheteurs,  des investisseurs. Et des victimes…

Et dans l’espace tampon, entre celui qui achète et celui qui vend, une filière forcément anonyme. Du moins pour nous…

Think Big! Stie ( Elvis Gratton)

Nous vivons dans une culture hypocrite où du  brumeux et de l’obscur. Rien n’est clair.

Vous investissez un petit montant dans une grosse boîte, elle le prend et l’investit…dans une grosse boîte.

Chaque citoyen est une sorte de tétine sur lequel tètent les flamboyants cravatés.

Investir pour le rendement. Le rendement n’a pas d’autre but que de faire grossir la machine à rendement.

Compagnies d’assurances, bourse, courtiers, Caisse de ci, Caisse de ça, peu importe : en suivant la filière on est tous de marchands d’armes involontaires.

C’est comme les vidanges : on sait  plus ou moins où elles vont.

On continuera à faire ses placements.

C’est interdit? Sur papier…

Certains rouleront en limousine pendant que des enfants et des vieillards auront leurs vies brisées.

Statistiques et faits

–          15 armes légères sont produites à la minute

–          500,000 civils meurent chaque année tués par des armes légères

–          Depuis la Seconde Guerre mondiale, les victimes sont surtout des civils, femmes et enfants

–          Une technique de fraude consiste à l’achat d’armes légalement par un État, qui les réexpédie illégalement ensuite

–          La mondialisation a facilité les trafics internationaux

–          Les États-Unis est le seul pays à avoir voté contre une proposition de l’ONU, sur 153 pays, 24 se sont abstenus…

Quand vous investissez,  et que vous vous plaignez que ça vous coûte un bras, consolez-vous…

VOCABULAIRE

Armes à sous munitions

Au moins 440 millions de sous-munitions ont été larguées depuis 1965, causant « plusieurs dizaines de milliers de victimes civiles depuis 1965″ selon Handicap International[2].

Une Convention sur les armes à sous-munitions, ouverte à la signature des États depuis le 3 décembre 2008, en interdit l’emploi, la production, le stockage et le transfert et prévoit des dispositions novatrices concernant l’assistance aux nombreuses victimes de ces armes[3( des dispositions novatrices! Assez troublant…)

P.S. : Nous sommes en 2011. On en interdit l’emploi, la production, le stockage…

Mais il semble qu’elles soient sur le marché,  puisqu’on peut investir dans celles-ci.

Pour ceux qui sont intéressés à la question, allez sur  FINANcité .

Au fond, c’est nous qui investissons… Et pas seulement dans les tomates.

Les mains propres

Les Mains Propres

Qui, de l’Amérique alors en guerre contre le Japon, de son PrésidentTruman, des généraux Handy et Spaatz, du pilote Tibbets, du viseurFerebee ou de l’amorceur Parsons est responsable de l’explosion surHiroshima ?

Peut-on interagir sans pour autant être responsable ? La morale peut-elle effacer la nécessité ?

La pensée dominante désigne toujours les grands tyrans comme des maillons déterminants de l’Histoire. Leurs noms peuvent à eux seuls y envelopper un chapitre entier. Comment la responsabilité d’un dirigeant se libère-t-elle de celle de ses sujets ? Et pourquoi semble-t-elle plus répréhensible dans son ordonnance que dans ses actes ? Pourquoi Hitler,MaoBagosoraSharon ou Ben Laden endossent-ils plus la présomption des crimes qu’ils ont ordonné que les SS, les gardes rouges, le Hutu Power, le Tsahal ou Al Qaïda qui les ont réalisés ? D’ailleurs, combien de juifs ont été exterminés directement des mains du Führer ? Combien d’irakienspar Bush en personne ? Et combien de libyens par notre ancien Président ?

Pourquoi faut-il un responsable que l’on puisse emblématiquement nommer au détriment des vrais acteurs qui sévissent d’autant plus facilement qu’ils prolifèrent dans l’ivresse de la meute ?

Pourquoi incrimine-t-on davantage la volonté nuisible d’un tyran que le consentement aveugle mais criminelde ses serviteurs ? Doit-on considérer un déterminisme si puissant chez le despote qu’il devient impossible à ses domestiques de refuser l’obéissance et la barbarie ? Est-il si difficile de résister à notre instinct de servitude ? Et ne peut-on pas réprimer nos pulsions agressives ?

Il semblerait qu’en régiment nous soyons immunisés contre tout préjudice, à la différence de nos capitaines de route, devenus dans l’incrimination les seuls responsables.

Nos fureurs barbares s’effacent ainsi derrière le nom de ceux qui les orchestrent. Et comme l’a si bien écrit La Rochefoucauld : « Il n’y a guère d’homme assez habile pour connaître tout le mal qu’il fait ».

Source