Archives de Tag: Armes

Quand la guerre réduit les enfants en poudre

Belle comme Beyrouth
Epuisée comme Damas
Timide comme le Caire
Détruite comme le Yémen
Blessée comme Bagdah et
Oubliée comme la Palestine »

_________________________

Cendrer la Syrie
Mobiliser des enfantssoldat
Vendre des armes pour s’enrichir
Charcuter la beauté du monde
Démaisonner
déconstruire
banaliser
persister

Shame on US, Shame on all the countries participating

Honte! Honte! Honte! Tout un siècle de massacres dans l’histoire du passé, d’un XXième siècle horrifiant, et voilà que cela se poursuit de plus belle  laide…

Ce que tous les peuples du monde donnent à leurs dirigeants, ils le transforment souvent en armes. Notre travail, nos bras, notre humanisme, notre FOI  en ces systèmes fondés sur l’argent, la démesure, la vanité, nous tue…

Cultiver des armes ne nourrira jamais personne…

Sommes-nous des cibles de carton?

135 enfants tués cette semaine seulement en Syrie…  Sans compter ceux de l’Afrique, de l’Amérique du Sud, et même des États-Unis qui eux s’entre-tirent assez bien (SIC)…

 

Gaëtan Pelletier

La propagande chirurgicale du massacre des bisons

Import export

« La dictature parfaite aurait les apparences de la démocratie. Une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader. Un système où, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude. » A. Huxley

$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$

Bizarrement, les producteurs d’armes, les plus grands, voient revenir les victimes de leur réussite économique (SIC). On se plaindra, on érigera des barbelés, puis on augmentera la production d’armes pour régler le con-flit. 

Il serait sans doute plus payant de fermer les usines d’armement, supposément CRÉATRICES D’EMPLOIS, et ensuite « financer » la réception des migrants.

La misère passée et actuelle, – encore plus flagrante -, repose sur des raisonnements hypocrites, supportés par des assassins qui se donnent bonne conscience.

Au fond, nous sommes tous victimes d’une dictature planétaire sur fond de « réussite sociale » dans les pays dits développés qui développent de plus en plus d’armes sophistiquées ou barbares. Tuer l’autre, c’est se tuer également, puisque nous somme un particules éphémères d’un Tout.

 

Nous sommes ces bisons soumis à une machine infernale de propagande chirurgicale quotidienne, noyés dans des nouvelles et les pubs .

Nous sommes les amérindiens planétaire, décultivés, dépossédés dans une « culture » fondue.

L’important, c’est de fondre la beauté  en une insignifiante monoculture.

Il n’existe plus de réels travailleurs, seulement des dépendants aux énormes conglomérats qui sautillent de pays en pays pour la main-d’oeuvre au prix le plus bas possible.

On est menés par des sauterelles qui ont transformé tout avoir en mode virtuel et même les « races », les singularités, les couleurs de ce que la VIE avait créé et continue de crée.

Je ne suis pas Charlie, je suis bison. Et tout le monde est un bison qui coure devant une machine pour ne pas se faire écraser.

Plus on coure vite, plus l’argent s’en va vers la machine.

Gaëtan Pelletier 

 

Nourrir le mousse

Harper de l'eau coulé

caviarder /ka.vjaʁ.de/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Recouvrir d’un enduit noir, de façon à cacher aux yeux du lecteur un passage d’un livre ou d’un journal qui déplaît à la censure.

EXCLUSIF  Après les problèmes avec les avions de chasse F-35, c’est l’achat de navires militaires qui risque d’embarrasser le gouvernement. Radio-Canada a appris que les coûts de la plupart des navires ont été largement sous-évalués.

Le gouvernement a prévu investir 33 milliards de dollars dans le cadre de sa stratégie de construction navale, mais ce qu’il pourra obtenir avec cette enveloppe est loin d’être acquis.

Le premier ministre Stephen Harper a annoncé cette entente d’approvisionnement militaire, la plus importante de l’histoire, en janvier 2012, promettant la création de milliers d’emplois.

Le chantier Irving, à Halifax, avait reçu la part du lion, soit un investissement de 25 milliards de dollars pour une commande de 15 navires de combat et six autres de surveillance, tandis que l’entreprise Seaspan Marine de Vancouver héritait d’une commande de sept bateaux civils pour 8 milliards de dollars.

Mais des sources confirment à Radio-Canada que le principal facteur de risque dans l’industrie navale militaire, l’inflation, a été largement sous-estimé lorsque le gouvernement a débloqué ces 33 milliards de dollars.

Selon David Perry, analyste à l’Institut de la conférence des Associations de la défense, le taux d’inflation annuel dans la construction de navires militaires varie généralement entre 7 % et 11 %. Radio-Canada   

 

J’ai entendu dire qu’une arachide pouvait faire fonctionner un cerveau pendant au moins 5 minutes. Dans ce cas-là, il y a un avantage : l’inflation n’a pas le temps « d’arriver ».

Après m’être amusé pendant longtemps sur les grands projets volants, les F-35, je suis fasciné par le projet de M. Harper. D’ailleurs, il devrait se nommer un bateau : Le Harperdelo.

Harper c’est le nègre du nègre ricain, tous nègres de la grande économie de guerre : se protéger. Étant donné que ça pue pas possible la litière de trop de chats qui vont faire leurs besoins, pendant que nous payons pour garder sur un piédestal tous ces animaux de Cie, leurs besoins est une fioriture de rois parfumés qui ne se lavent pas.

Non, ils se parfument.

Il y a comme une odeur de vieille bourgeoisie crasse, qui fait des cernes autours du bain de toutes les rivières, les fleuves, rien que pour faire son trou dans l’histoire.

Ils nous austèrent tous : de  l’Europe jusqu’aux États-Unis, flatteurs du poil keynésien, jouant Jésus et multipliant les pleins, le vain, aux noces du Cana-Da. Le cérémonial a étouffé le pratico-pratique. L’impossible est possible. Ces « preachers » de serre-ceintures ne se lassent pas de rêver et d’accoucher de discours passés au chlore.

Le terrorisme

C’est comme si les amérindiens avaient créés une usine à flèches pour se défendre contre les bisons.

Curieusement, Ben Laden ne nous coûte rien. Au final, ça nous coûte plus cher de se défendre contre nos dirigeants que contre le pseudo terroriste créés et recréées. Les terroristes, c’est des Lazare : ils ressuscitent deux fois et on les jette à l’eau. Puis on dit qu’on les enterre selon leur « religion ».

J’ai l’impression, l’intuition, que plus ça va, plus nous élisons des jardiniers de terroristes.

Les bateaux seraient prêts vers 2020.

Pendant ce temps, nous fournissons de l’argent à ce pay pâle mondialiste qui nous gruge. En avalant une arachide, j’en suis venu à penser que nous élisons des terroristes.

J’ai vu l’entrée bien faste et toute cérémoniale de M. Obama pour son discours du futur. C’est le paradis demain…

En 1991, c’était le paradis demain.

Il doit bien y avoir des demain qui existent?

À force de fabriquer de faux futurs, va-t-on finir par se souvenir de tous les futurs promis?

Il était un petit navire

Dans cette vie, il faut savoir voir… et entendre. Dans la chanson Le petit navire, il n’y avait rien  à manger. Alors, on se prépara à manger le plus jeune : le mousse.

Ben! L’imbécile, c’est le mousse… Get it?

C’Est une chanson pour les enfants qui finit par un miracle : les poissons sautèrent dans le bateau pour nourrir les affamés.

Hein?

Vous n’avez pas compris?

On continue d’élire des mousses. Et on se tue à se jeter sur leur pont pour les faire vivre. C’est l’anti-Petit-Prince de Saint Exupéry :

On sait maintenant ce qu’ils risquent d’être plus tard : des cacapitaines.

Alors, on est dans la merde jusqu’aux coups …d’États.

Morale

À chaque fois qu’on bâtit un bateau pour la guerre, le petit mousse risque de se faire le copier-coller du capitaine.

Dans la nature, les gros poissons se nourrissent des petits.

J’ai peur que nos enfants ne soient que du caviar caviardés…

Mais il y aura toujours des affamés pour manger les œufs avant qu’ils ne deviennent poisson.

Gaëtan Pelletier

Version 2014

 Navires de guerre
 
 

Ce printemps, il y aura des érections au Québec

tumblr_n0qnt0CbFa1sx6645o1_500

« Politicien: personne engagée dans un combat qu’il croit gagner… Comme les soldats dans les guerres… » 

J.M. Beau 

Quand vient le printemps, le besogneux politicien, artifice d’outre-tombe, tombe béatement dans le désir d’accoupler son ego à de grandes réalisations. C’est un corbeau sur un arbre perché…  

Renardeau n’est pas loin. Dans son dos avec un long couteau.

Le trou-du-cul fait l’amour aux armateurs. Crédule comme crésus. Il passe comme tous les prêtres frileux, langés de noir, dans sa minus religion. Car tout est dogme. Ce que l’on croit provient le plus souvent chez l’humain de ce qu’il n’a pas mis en doute. Croire, c’est mourir…

Pour le politicien, l’argent, c’est les fleurs que l’on donne au peuple pour se faire élire. La belle tendresse en provenance de la banque. Il aime son peuple, et de temps en temps son peuple l’aime. C’est gracile! Car le peuple « fiancé » se fait demander en mariage par un né poux futur. Sorte de cloporte bien vêtu pour le temps des préliminaires.

En politique, il n’y a que des préliminaires. En fait, tout est in vitro: la bouteille du néolibéralisme qui a sa banque de sperme dont le but est d’acheter toutes les banques de spermes. tumblr_mysajcb0Vz1s8tcm2o1_1280

Des éléphants dans le noir. Et pas de mémoire.

On pourrait se faire un collier bidon avec tous les politiciens qui ont passé au dernier siècle: le 20 ième. Leur réussite nous a menés au 21 ième. Ce mollusque à cravate, endimanché, avec sa ligne de parti, partent tous… Oui! Comme nous tous: cimetière.

Ça fait des millénaires que les humains, les vrais, égrènent des chapelets de repetatur, se louent des dieux…

Pour faire un calcul simple et concis: dans cette vie, il y a plus d’idiots qui partent encore plus idiots qu’au moment de leur venue au monde. Ils ont passé sous le formatage incessant, tambourinant, ils meurent comme une ride au fond du visage de la terre. Sans rien emporter… Même pas une phrase intégrée.

Le bidon mène au bidon.

Eh! Oui! C’Est le temps des érections… On promet! On promet! On promet! On nous a floués pour emplir un portefeuille qui vomit au printemps comme les érables.

Courons voter… Nous sommes les arbres, et eux les petits représentants des propriétaires.  Courons pour nous habiller un peu… Courons! Courons! Courage!

Ce printemps, nous aurons un monde propre. La neige sera transformée  en eau, et les rivières seront remplies de truites, avec en dessous un gazoduc de l’eau la! la! On sera nus, mais au on aura des AK47 pour nous défendre ou faire de petites révolutions entre clans. Quand on sait qu’une balle c’est le prix d’un pain, ceux qui dirigent le monde savent que notre vraie faim est dans notre cerveau: on mange de la bêtise. Notre mets préféré…

C’est la seule chose qu’il faut savoir pour comprendre un peu comment fonctionne ce monde et pourquoi nous sommes nus et armés, le cerveau en érection, et une arme vendue  le prix de quelques harengs pourris, pour quelques requins en santé.

Hé men…

Voter, c’est se suicider avec un bout de papier…. Tout ça, les yeux fermés, en suivant  une route cartographiée par un aveugle.

tumblr_mxe8a3f93Z1ryi6ggo1_1280

Gaëtan Pelletier

Mars 2014

Avez-vous votre tapette à drones?

Toute sa vie Montaigne a voulu écrire mais il n’a fait que des essais.

(Bourde d’un étudiant du Bacc.

les hommes chômeurs jouent au basket,
les hommes ouvriers au foot,
les hommes cadres au tennis,
les hommes cadres sup au squash,
les hommes patrons au golf,
Conclusion :
Plus leur situation est élevée, plus leurs boules sont petites.
Source

L’humanité à la poubelle : le nouveau resto du NOM.

Il n’y a pas d’armes contre la bêtise humaine : elle s’enseigne toutefois dans les écoles, où les étudiants avalent les produits frelatés de « connaissances » trafiquées, pour un cheminement social   menant à une belle liberté de sujets dépendants et menottés. Ce qu’autrefois l’on nommait esclave.

Tous des Christophe Colomb… Conquérants du « monde ».

Mission : s’emparer de tout.

Quand tout le monde veut s’emparer de TOUT, il ne reste plus qu’une concentration de richesses dans les mains de quelques uns. Le singe a toutes les bananes et sa vie consiste à acheter tous les magasins qui vendent des bananes.

Et on ne forme que des vendeurs de bananes.

À la Monsanto, si possible…

Fabriquer et vendre.

Si les adolescents ont leurs modes  passagères, les employés des états, fabricants de machines sophistiquées, ont leur « machine » à détruire dont ils sont fiers. Ils en sont fiers parce qu’ils ont participé à leur fabrication.

Tous des poissons, l’œil pétrifié à cet or des fous : la technologie frelatée de la marche des États.

La réussite personnelle, peu importe les dommages collatéraux…  La réussite « personnelle »,  en fait, elle n’existe pas, puisque la société est un océan dans lequel chaque poisson que nous somme, y a  couvé et y a  grandi.

Faire et détruire

Nous voici à l’ère du drone, dont le l’embryon a été créé par les allemands lors de la dernière grande guerre mondiale, le V 1. Pour le bienfait de la nation… Et pour la solde. Car voilà que dans une société à la puanteur des guerres et de causticités malveillantes pour fin de contrôle, on nous bâtit des drones « modèles réduits ».

Le bien vient de passer dans le tordeur de l’Halloween…

Le gros drone… Aux armes, citoyens!

Le MQ-9 Reaper. Ce qui signifie « faucheuse », à « l’allégorie de la mort ».

En 2009, il était évalué à environ 16 milles Euro. Il doit frôler les 20 milles Euro aujourd’hui.

États-Unis

En janvier 2010, l’inventaire est de 6 819 drones de tout type, dont environ 200 appareils à haute altitude HALE (Predator, Reaper, Global Hawk…), et les états-majors réclament 800 drones à haute altitude pour l’avenir.

L’US Navy consacrera par exemple un budget à ces drones de 2 milliards de dollars américains pour 2013-2015 et qui devrait monter à 7 milliards en 202022. Wikipedia  

En France

En 2007, la France possédait 81 drones militaires (pour les renseignements). Quatre plans sont en cours de traitement pour acquérir de nouveaux appareils24. (Notamment le projet de Dassault Aviation: le nEUROn)

La police s’est dotée en 2008 du drone ELSA pour surveiller par les airs des manifestations ou des violences urbaines25.

Les drones, c’est comme les couteaux de cuisine : on peut trancher la viande ou assassiner  sa femme dans une folie « temporaire ».

Or, présentement, la race humaine semble plutôt vouloir charcuter la planète en utilisant le mauvais angle du couteau.

Les  armes, ce sont également les agents de la C.I.A. et l’armada de collaborateurs invisibles attelés à leurs bureaux pour combattre des ennemis créés pour… vendre des armes de…contrôle à distance.

Eux-mêmes, les avachis devant leur ordinateur-jouet ignorent qu’ils sont contrôlés.

Le pain volant et l’échappatoire par les chiottes

L’argent de nos impôts, de nos taxes, donné à  « l’État »,  (dettes à l’appui, sert à  farcir les dindes des réels meneurs néolibéraux),   mais détourné par  un arsenal de gamins aux cheveux blancs – faux sages des sociétés « modernes » –  se promènent  au dessus de nos têtes pendant qu’on crève de faim ou de désespoir.

Du pain volant…

Et pour l’eau? De la fracturation hydraulique pour le gaz de schiste et des rivières pour  les sables bitumineux de l’Alberta. On en garde du « propre »  pour l’embouteillage des chérubins des G-20 et leur descendance de singes portatifs, sautillant sur la planète comme des sauterelles nazies.

La société a également son code génétique. Par sa propagande, elle enfante des « modèles ».

Des clones et des drones.

C’est la foi en ce code qui nous esclave jusqu’au puisard actuel mondialisé.

Nous sommes comme ce gamin dans une scène de la  Liste de Schindler  qui,  pour échapper aux gardes, plonge  dans le cercle troué  d’une chiotte.

Jusqu’aux cheveux…

On en est là.

À un poil du « puisard céleste ».

Le paradoxe de la liberté et de l’esclavagisme

Plutôt étonnant!

Un noir javellisé à la présidence des États-Unis qui est soit naïf, soit esclave de fabricants de miroirs produits par les banques « contrôlantes ».

Voilà!

On lutte pour instaurer des démocraties en luttant contre le totalitarisme intérieur  pendant qu’on instaure des régimes totalitaires par bombardements chirurgicaux ailleurs. Ou des massacres…

La résistance américaine se prépare déjà à abattre des drones. (Source ) Car, pour la population, l’ingénierie se dote de drones  pour infiltrer  et surveiller la citoyenneté américaine. Toutefois, les gros calibres ne suffiront pas…

Une bonne tapette à mouches pourrait faire le travail…

L’insecte espion

Ces drones vont de petits avions de surveillance pesant quelques livres à des aéronefs armés transportant des milliers de livres d’équipement et d’armement. Une nouvelle génération de micro-robots volants (« micro air vehicles, MAV ») est en cours de développement qui ne sont guère plus grands que des insectes et capables de pénétrer sans être vus dans des logements et des lieux de travail pour photographier, enregistrer et même tuer.wsws.org ( Tom Carter)

 

Mais les recherches sont en cours, là où les frères Wright ont fait leur premier vol : La Patterson Air Base, Ohio. Oiseaux et moustiques…

Voici le dernier cri :

La perle des drones

Financé par la DARPA, dépendante de l’armée américaine, ce projet vise à “modifier” des insectes, afin de pouvoir les télécommander, pour pouvoir les utiliser comme drones volants. Une vidéo montre les progrès accomplis : la commande à distance de ce gros insecte volant fonctionne !

Certains amis des animaux vont probablement hurler à la maltraitance d’animaux. Ou pas, car un gros scarabée, c’est quand même moins mignon qu’un bébé phoque. Ces chercheurs américains travaillent sur un projet étonnant : brancher sur le système nerveux d’insectes vivants, des appareils permettant de les commander à distance et ainsi, de les utiliser comme drones volants. Ou pour accéder à des endroits innaccessibles à un humain. Ce projet est financé par la DARPA, département recherche et développement de l’armée américaine.

Les progrès accomplis sont étonnants. Les chercheurs ont branché des électrodes sur les nerfs optiques de ce gros insecte volant. Des électrodes sont aussi implantées sur certains muscles de l’insecte, afin de les stimuler sur commande. Attaché sur son dos, se trouve le circuit de réception radio. Grâce à ce système, il est possible de faire décoller ou atterrir l’insecte, mais aussi de le faire tourner à gauche ou à droite ! Le chercheur ne fait qu’envoyer un ordre lorsque c’est nécessaire (tourner à droite par exemple), puis la stimulation s’arrête. L’insecte continue alors à faire tout seul ce qu’il sait le mieux faire, voler.

Les avantages de l’utilisation d’un insecte vivant sont évidents : il sait déjà voler, décoller, atterrir de lui-même. Il peut même par exemple atterrir le plus naturellement du monde sur un mur vertical, ce qui serait extrêmement difficile à programmer pour un drone mécanique. Un insecte peut transporter à peu près 30% de son poids sur son dos, ce qui dans notre exemple, permettrait d’emporter une charge utile d’environ 2,5g. La difficulté est donc de miniaturiser suffisamment l’équipement pour pouvoir en faire une application utile. (2)

Inquiétant, tout l’argent qu’on dépense pour s’entretuer…

Le chat-drone

Je n’ai pas d’arme pour abattre des drones, ni de tapettes à mouches. La mouche domestique a disparu… La tapette verte ou jaune  est depuis longtemps inutilisée. Elle dort sur une tablette…

Ce qui me fait peur, c’est qu’un jour, on fabrique des chats-drones que nous adopterons. Ils dormiront au pied de nos lits, avec leurs grand yeux-caméra…

Brrrr!

Il faudra aller en forêt pour voir de vrais insectes qui ne nous voient pas.

Ce doit être la raison pour laquelle on rase les forêts. ( Le complotiste)

Le politicien-drone

Nous avons déjà des politiciens-drones télécommandés par des banquiers et une quantité infinie d’adeptes du « développement durable ». Ils développent des banques. Et avec leurs résultats, ils développent d’autres banques.

Qu’ils mangent leurs banques!…

En attendant, je pense à ce cher Freud, à qui,  vers la fin de sa vie,  on demanda s’il était optimiste au sujet de l’avenir de l’humanité…

Il demeura silencieux…

Je pense que finalement un grand silence règnera sur le monde et que les insectes, qui peuvent dormir pendant des siècles, se réveilleront.

Tout ça, parce que nous sommes hypnotisés…

Quand ils se réveilleront – LES INSECTES- ils travailleront, en commun, à reconstruire cet Éden massacré.

Le ruban continu de l’Histoire, version VHS

 

Alors, réapparaîtra sans doute une autre créature velue qui passera des milliers d’années à tenter de se nourrir, de se vêtir, de survivre.

Puis, un jour, il découvrira l’électricité. D’abord le courant continu, puis, comme Tesla, le courant alternatif.

Il tuera un chien pour montrer le danger du courant alternatif.

Car, ayant perdu la victoire sur la connaissance et sur l’argent de la connaissance, rien ne pourra l’arrêter.

Un chien, c’est un chien… Après tout, il faut bien voir « de l’ordre » dans l’intelligence de la Vie…

Après la tapette à mouches, il inventera la mouche qui rend la tapette inutile.

On finira par s’entretuer tous pour créer la meilleure invention qui puisse nous détruire.

La meilleure?

Inutile de l’inventer : c’est NOUS.

Gaëtan Pelletier

Référence

  1. http://www.courrierinternational.com/article/2012/06/07/comment-obama-a-appris-a-tuer-avec-ses-drones
  2. Transformer un insecte vivant en drone
  3.  http://wsws.org/fr/articles/2012/jui2012/dron-j22.shtml
  4. http://efg-bnusfoodreserves.blogspot.ca/2012/05/usa-flying-drones-shot-down-in-texas.html

http://solari.com/blog/remote-controlled-mosquito-sized-flying-spy-drone/

États-Unis: Des armes pour les enfants, vert, rose, bleu

 

ÉTATS-UNIS On fabrique et on offre des armes aux petits enfants, dont près de 3 000 meurent chaque
année par accident.

C’est une petite carabine qu’on peut acheter en vert, bleu ou rose, pour une touche féminine. Avec ce modèle, un petit garçon de 5 ans vient de tuer accidentellement sa sœur, horrifiant une partie des États-Unis.
Sur Crickett.com, le site du fabricant Keystone Sporting Arms, la section My first Rifle (mon premier fusil) décrit des modèles conçus pour les plus jeunes. Parmi eux, le fusil 22 long rifle reçu l’an dernier en cadeau par un petit garçon du comté rural de Cumberland au Kentucky. Mardi, l’enfant a joué avec le fusil, chargé, et tué sa petite sœur de deux ans, soulevant le cœur d’une Amérique toujours sous le choc de la fusillade de l’école Sandy Hook de Newtown (Connecticut, 26 morts). Le fabricant du Crickett s’est contenté d’un « pas de commentaires », renvoyant à son avocat, John Renzulli… lequel n’a pu être joint. Mais le site, qui n’était plus consultable jeudi après-midi, publiait des dizaines de photos d’enfants maniant la carabine, dont un bébé, avec bandana et grenouillère couleur camouflage s’agrippant au viseur d’un fusil posé sur ses genoux.
La société basée en Pennsylvanie affirme avoir vendu 4 000 carabines en démarrant en 1996, 60 000 en 2008, avec pour but « d’instiller l’idée d’un maniement sûr des armes dans les esprits des jeunes tireurs, et les encourager au savoir et au respect que la chasse et le tir demandent et méritent ». Ce petit fusil de 1,1 kg et 80 cm de long ne tire qu’une seule balle et sa gâchette peut être verrouillée. D’un coût entre 110 et 140 dollars selon les modèles, il est vendu dans les supermarchés Walmart. Sur le site « The Firing Line », les témoignages de parents se succèdent pour montrer combien leur petite fille ou garçon, de 5, 4 ou 3 ans, « adore » leur fusil. Le site Outdoorlife.com a même fait faire un essai comparatif de fusils pour enfants à des jeunes. « Voilà leur évaluation de sept modèles que l’on peut trouver dans toute armurerie, à temps pour Noël », se réjouit le site. « Il y a une grande variété d’armes conçues pour les jeunes », indique sur ABCNews.com Josh Sugarmann, fondateur de Violence Policy Center (Centre contre la violence). Pour cette association qui lutte pour une réglementation plus stricte, les propriétaires d’armes vieillissent et « l’industrie des armes a besoin de nouveaux clients ». Et pour attirer le chaland, des stages ou des compétitions de jeunes sont organisés par des associations largement sponsorisées par les industriels.

http://www.lorientlejour.com/article/813001/pour-les-tout-petits-des-carabines-en-vert-bleu-ou-rose.html

Un cimetière de la richesse des peuples

Près de Moscou… À ciel ouvert! Les vieux couteaux « sophistiqués » des luttes de nos dirigeants.Il y en a aux États-Unis, également…

Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)
Ходынка - музей авиации и космонавтики (43 фото)

Source