Archives de Catégorie: 1

Lettre à bébé Soliane

Ma chère petite-fille Soliane,

Il n’est pas loin le temps où, pour la première fois, nous faisions connaissance. Je n’ai jamais été à l’aise avec les nouveaux-nés, mais te voir lovée au creux de mon bras, dans toute ta fragilité, m’a fait perdre toute ma retenue, quoique je redoute le modèle de société que l’on va léguer à mon bébé d’amour et dans lequel tu auras à vivre. C’est pourquoi aujourd’hui je me permets de t’écrire, afin que jamais on n’essaie de te faire peur, comme le Journal de Montréal l’a fait dernièrement au petit Émile, avec comme gros titre : «Le Québec s’enfonce dans le rouge : Émile déjà endetté de 16 335 $.» C’est mon devoir de grand-papa de t’expliquer modestement certaines choses de la vie afin que tu développes un esprit critique face à tous ceux qui prétendent te vouloir du bien.

Il faut que tu saches, ma belle Soliane (elle me ressemble), que si tu vivais aux States, tu aurais à supporter une dette par habitant (au fédéral seulement) de 32 000 $ et un déficit record de 1 409 G$ pour 2009, alors qu’il sera d’environ 5 G$ au Québec et de 25 G$ en Ontario. La dette nette du Québec, en proportion du produit intérieur brut (PIB), est de 42 %, alors qu’elle est de 48 % pour l’ensemble des pays de l’OCDE, de 94 % pour le Japon et de 58 % pour les États-Unis. Et ce ratio baisse constamment depuis plusieurs années au Québec, contrairement à d’autres pays. Même l’Irlande et l’Islande, deux pays donnés comme des exemples de réussite pour leurs bas impôts et pour leur État minimaliste, sont respectivement en quasi-faillite et en faillite. Idem pour la Nouvelle-Zélande, le pays modèle d’antan, qui avant de sombrer a écarté leurs recettes libérales dévastatrices. Ils ne citent plus ces pays comme référence. Quelle ingratitude!

Mon trésor, quand tu calcules tes dettes, il faut que tu les compares à tes actifs, c’est élémentaire. Contrairement à d’autres, mais beaucoup moins qu’en France et en Norvège, le Québec détient des actifs collectifs qui t’appartiennent, même du haut de tes deux ans, mais que plusieurs veulent s’approprier, avec le concours de leurs élus, comme Hydro-Québec, Loto-Québec et la SAQ. Hydro-Québec seule vaut plus que l’ensemble de la dette du Québec, selon l’Institut économique de Montréal, un organisme patronal. Soliane, tu serais encore plus riche si les politiciens n’avaient pas cédé à des opportunistes des joyaux qui t’appartenaient comme Provigo, Biochem Pharma, Cambior, Domtar, Vidéotron, etc., sans parler de l’éolien, de nos forêts, de nos mines, de notre gaz naturel et de notre pétrole. Crois-moi, Soliane, il faudra que tu les surveilles de près, ces laquais plus intéressés à servir leurs amis qu’à te servir, et je dirais même à sévir contre toi. Encore l’an passé, les agences de notation Fitch Ratings et Moody’s ont rehaussé ou maintenu la cote du Québec. Allô, province en faillite!

Soliane, souvent est sorti l’argument selon lequel le Québec est pauvre et, qu’avant de répartir la richesse, il faut la créer. Encore des sornettes primaires : selon l’Institut de la statistique, la richesse par habitant au Québec, mesurée par le PIB, est aussi élevée ici qu’en France, en Allemagne et en Espagne. On est riches avec beaucoup de pauvres et une minorité qui contrôle la majorité de la richesse, comme aux États-Unis, où les 300 000 Américains les plus fortunés gagnent autant que les 150 millions au bas de l’échelle. Même quand la richesse nous est sortie par les oreilles au cours des 25 dernières années, elle n’a pas été partagée; elle a été accaparée par une minorité, amplifiée par les politiques fiscales et économiques promulguées et à même les fonds publics, comme l’indique le fort taux de concentration de la richesse souligné par Statistique Canada. Le marché seul n’a jamais réparti la richesse : il se l’est toujours accaparé au détriment des travailleurs et de la population.

Parlons maintenant des vaches sacrées du modèle québécois réservées aux riches. Le Québec verse 400 M$ par année en subventions aux écoles privées, alors qu’en Ontario et aux States, c’est zéro. Selon le Fraser Institute, un organisme très à droite, le Québec verse 3 G$ de plus que l’Ontario en subventions annuelles aux compagnies, et cela ne comprend pas les milliards additionnels versés récemment par ton gouvernement aux alumineries en tarifs d’électricité préférentiels, les 450 M$ donnés aux papetières, les 150 M$ octroyés aux pharmaceutiques, les 75 M$ versés aux Molson pour les aider à acheter le Canadien, les 300 M$ dépensés pour construire une chaumière à l’Orchestre symphonique, les milliards allongés aux banques et les 800 M$ additionnels d’aide aux entreprises annoncés fièrement par le ministre Bachand.

Et Charest se dit prêt à verser au moins 100 M$ pour construire un amphithéâtre de hockey à Québec et plusieurs millions pour ramener la F1. Toutefois, le gouvernement n’a pas une cenne de plus pour les garderies, les écoles, le transport en commun, la santé, etc. Ils veulent même les tarifer. Pour eux, les services publics comme la santé et l’éducation constituent une dépense d’épicerie, et les subventions aux entreprises, un investissement. Drôle de raisonnement.

Soliane, c’est au Québec que le régime fiscal des entreprises est le plus généreux en Amérique du Nord. Imagine, 150 000 compagnies sur 300 000 au Québec, soit 50 %, ne paient pas une cenne noire d’impôts sur des profits milliardaires. Hydro-Québec contribue plus aux revenus du Québec que les 300 000 compagnies paient en impôts sur le revenu et en taxes sur le capital. C’est pas suffisant pour eux, ils veulent augmenter considérablement les tarifs d’électricité de la classe moyenne. Les compagnies québécoises reçoivent deux fois plus en subventions que ce qu’elles paient en impôts. Soliane, faut surtout pas que tu suggères d’instaurer un impôt minimum aux compagnies, de rétablir l’impôt successoral, d’abolir les subventions aux écoles privées, de réduire les subventions aux entreprises de 3 G$ pour les ramener comme en Ontario, d’introduire une taxe annuelle sur la richesse comme en Europe, de réduire les abris fiscaux des nantis et des banques qui coûtent des milliards en dépenses fiscales au Québec, comme les gains de capitaux, les REER, le REA et les CELI, ou de hausser comme ailleurs les impôts des banques qui réalisent des profits records en pleine crise et qui en détournent des milliards vers les paradis fiscaux. Fais pas ça Soliane, ils vont te traiter de communiste ou d’hurluberlue comme grand-papa!

Quoi dire sur les salaires des dirigeants d’entreprises payés en options d’achat d’actions dont la moitié seulement est imposable contrairement aux autres travailleurs, payés par chèque de paie? Pour les compagnies minières, je dois te dire que le Québec a le «meilleur» régime fiscal et réglementaire du monde, selon le Fraser Institute. Elles ne paient aucun impôt et redevance sur leurs bénéfices titanesques, et on paie la décontamination de leurs sites pollués abandonnés. Merveilleux, n’est-ce pas?

C’est à ces compagnies, Soliane, qu’ils ont cédé tes ressources naturelles, qui auraient dû t’appartenir en droit. Malheureusement, ils veulent absolument t’appauvrir davantage en augmentant les taxes à la consommation et les tarifs de tous les services publics, pour ce qu’il en reste. Tout à fait le contraire de ce que préconise Obama aux States, qui augmente l’impôt sur le revenu des riches et des compagnies, coupe leurs abris fiscaux et serre la vis de leurs paradis fiscaux. Enfin, ce n’est pas vrai que c’est au Québec qu’on est le plus taxé en Amérique du Nord. Aux États-Unis, Obama vient de relever le taux statutaire d’impôt maximal des particuliers à 39,5 % (et il passera bientôt à 45 %), juste au fédéral, alors qu’au Canada il est de 22,4 %. Faut ajouter à cela les impôts des États et des comtés américains. Soliane, il n’y a aucun riche au Canada qui paie 40 % d’impôts fédéral et provincial sur son revenu économique. C’est trop beau pour être vrai. Ce n’est qu’un mirage qui relève de l’illusion des riches surtaxés au Québec.

Après les commissions paquetées sur la fiscalité et sur les services publics présidées par des lucides farouchement partisans de l’État très minimal, voilà que Charest a mandaté l’économiste Robert Gagné, des HEC, pour le «conseiller». Il appelle ça de la consultation. Je dirais plutôt de la dérision. Soliane, je te prédis que le professeur Gagné va encore te faire peur, comme ses prédécesseurs «experts», avec les mêmes balivernes, tels que le vieillissement de la population, la productivité, l’exode des «cerveaux», le déficit et la dette, dans le but que tu te résigne et que tu acceptes des mesures qui te défavoriseront au profit de la minorité possédante. Ainsi se termine la lettre d’un grand-père à sa petite fille, une lettre qui se veut rassurante quant à ton avenir, mais qui tient à te mettre en garde contre les tartufes qui vont se dresser sur ton chemin. J’ai confiance que tu sauras les démasquer avec leurs mythes sacrés. Faudra toutefois que tu sois vigilante. Tu pourras toujours compter sur l’aide de ton bougonneux de grand-père.

Léo-Paul Lauzon

http://www.journalmetro.com/paroles/article/366742–lettre-a-bebe-soliane?pageno=all

Publicités