Archives d’Auteur: Gaëtan Pelletier

Après la luge

La Vidure prendra un temps de repos d’une durée indéterminée. Le printemps me donne goût d’aller voir ce qui se passe dehors après un long hiver « Made in Québec »:-)

gp

L’arrivée de Monsieur Mieux

 

marchés aux puces

 

“Quand la merde vaudra de l’or, le cul des pauvres ne leur appartiendra plus.” Henry Miller 

*********

Nous sommes champions dans la culture de la complexité et de  nos réussites techniques qualifiées de « progrès ». Ça nous rassure sur notre prétendue supériorité sur l’existence du singe et des blattes. Les pompeux dirigent le monde. Au delà du champ infini planétaire. En fait, nous ne sommes des tricoteurs d’idoles.   Nous sommes quelqu’un si notre voisin et les pauvres, les malheureux, les déshérités de l’esprit sont considérés comme inutiles. C’est ce que disent les arrogants.   En cela, nous ne sommes pas mieux que le parti Nazi voulant éradiquer les malades mentaux ou toute forme autre d’existence blafarde que le prétendu racé aryen supérieur.  Ne nous étonnons pas de voir les usines-écoles tenter d’intégrer les « différents ». Ce n’est pas toujours pour des raisons humanitaires, mais selon les normes du FMI dans leurs analyses  de la « valeur d’un pays ».   Puisque la « réussite » de nos sociétés passe  par une forme de capital le plus souvent déviée, la VALEUR d’un humain  est calculé selon son rendement,  mais un rendement qui se plie aux normes des  Monsieur Mieux.

Nous sommes maintenant dans un vaste marché aux puces planétaires, prisonnier d’un bric-à-brac informe ou difforme, arachnéen, bavard, échevelé,  un bazar d’idées usagées pour un monde qui se prétend nouveau. Nous cherchons que trop à expliquer en délaissant la Vie. Les « spéciallistes » – et quel culte! – sont les représentants certifiés et estampillés fournisseurs de marchandise intellectuelle. Ce qui est complexe est bon et efficace. Ce qui est simple doit être rendu complexe pour pouvoir contrôler les gens simples et délicats.

Nous cherchons des solutions à la vie, alors que la solution EST dans la VIE. Nous nous entêtons à chercher « autre chose », têtus, dans une techno-religion ou une difformité de celles existantes,  malheureusement interprétées de manière à ce qu’elle soit moulue aux desseins de ceux qui en font LEUR projet. C’est en voulant devenir « religieusement » des leurs que nous avons fabriqué notre grande défaite sociale.

Gaëtan Pelletier

Le trio brun

Si on bouffe les discours des politiciens, les théories des banquiers, la « nourriture » de l’industrie pharmaceutique, que croyez-vous de ce qui  en sort  au « bout »?

Il en sort ce que nous sommes…  Mais à se plaindre aussi poliment, il n’est pas certain que l’on retrouve son petit jardin rond… Et pur…

gp

Les sous-marins et les marins saouls

sous marin français

La France  est « fière de l’excellence technologique » dont ses entreprises ont fait preuve pendant cette sélection, précise l’Elysée. « Ce nouveau succès sera créateur d’emplois et de développement en France comme en Australie. » ( Le monde)  

34, 3 milliards d’euro. Et le sous-marin sera effectif en 2030.  Au Canada également nous avons notre industrie de l’armement qui vend des véhicules blindés armés à l’Arabie Saoudite: 3000 emplois en Ontario. ET ON NE TOUCHE PAS À CETTE RÉUSSITE DE CRÉATION D’EMPLOIS!  Même les libéraux n’y touchent pas.

On est menés par des « capitaines » qui dérapent du cerveau: trop d’eau. Des capitaines Haddock en série et l’éponge cervicale bouffie au whisky. Il se passe que pour « réussir » en économie, ou survivre, il ne reste qu’à produire des armes sophistiquées. On ne produit plus pour vivre, mais pour tuer. Et l’Australie, c’est le pays des boomerang.

Comme disait la vieille dans le film Je vous trouve très beau, la vieille répète toujours : « C’est qui qui est mort ».

Nous tous…

On a mis nos yeux dans le même panier…  Mais les dirigeants ont du champagne dans le regard: ça pétille. Pendant que le citoyen se demande: « C’est qui qui va mourir de faim avant 2030? ».

On ne fait pas mieux dans les formules cuites des annonces de « ventes historiques ». Tout est historique! Si c’était vrai, on serait déjà à nager dans le champagne au lieu du chômage. Au moins dans l’eau… Car de plus en plus, elle est pollutionnée . La bouteille est rassurante. On a vendu la bouteille et non l’eau…

Quand ma tant Yvonne fabriquait du pain et des gâteaux dans la petite boulangerie de mon village d’enfance, on vivait. Quand mon oncle, son mari, fabriquait des escaliers, du fer forgé, des armoires, on vivait. Mon père, qui était cuisiner en faisait vivre plusieurs. Et le dimanche, comme dirait Ferrat, on s’asseyait au bout de la table pour jouer aux cartes. Ces gens-là, les pauvres, se parlaient sans wi-fi.

Pour vivre aujourd’hui, il ne faut pas fabriquer des gâteaux et du pain, mais des armes. Il faut aller « en ville », dans de grandes usines qui ont une espérance de vie de 5 ans. On meure vieux, mais démembrés, tenus debout par une panoplie de médicaments.  Mais il reste encore beaucoup de ce genre de progrès à « faire ».

En 2030, les mannequins n’existerons plus. On les achètera en format robotique, Made in Japan.

Le bras sera construit au États-Unis.

La tête en Chine

Les muscles synthétiques en Russie.

Et le modèle sera en formats divers dessiné par un fabricant de meubles célèbre.

Ils vendront de la bière, des produits cosmétiques, des autos, et peut-être des tomates.

Mais il y aura au moins 2, 344 avocats qui s’occuperont des répartir les soumissions selon un ordre international en accord avec les accords. Si Goebbels  était encore de ce monde, il aurait vite saisi que la phrase la plus creuse est la plus efficace. Comme les sous-marins…

Gaëtan Pelletier

L’Histoire De Votre Esclavage VOSTFR

La belle laideur du monde et son cirque

For the benefit of Mr. Kite
There will be a show tonight on trampoline

The Hendersons will all be there
Late of Pablo Fanques Fair, what a scene! 

John Lennon

***

Au début du 20 e siècle ont attirait les gens avec des monstres qui fascinaient de par leur laideur physique. En ce 21 e siècle, nos monstres sont allurés, portent la cravate, sont bardés de diplômes et jouent de l’hypocrisie comme Prince jouait de la guitare. Shakespeare avait déjà défibré toutes les connections de l’aspect satanique et vitriolique des traces de poisons de meneurs tout au long de l’histoire.

Selon les historiens, les premiers chasseurs de l’humanité étaient responsables de la disparition du Mammouth. Ce petit hominidé affamé a réussi à vaincre la bête et sa …nourriture.

Voilà que dans le grand cirque mondialiste des marchés, les prédateurs modernes sont en train de détruire la race humaine. Avec un silencieux au bout d’un pistolet. Sans douleur!… Ou presque.   Puisque tout est lent et invisible. Le progrès est dans une machine numérique, un robot constructeur de robots, etc. Et un moyen d’échange, l’argent, bientôt invisible.

Nous aurons sans doute été tué par la bête la plus débile de l’histoire: le mélange d’un comptable, d’un avocat, et d’un prétentieux qui se croit humaniste. C’est celui-là, ceux-là, qui font la une des journaux et qui régulent la « circulation » du monde et de nos vies.

Ils sont beaux, riches, et ils ont du pouvoir. Ils sont laids, riches, mais cachent leur pouvoir.

Alors, la Terre n’est plus qu’une grande tente et les humains vissés à tous les écrans du monde, aux doctrines, aux religions, et aux émissions de variétés débilitantes. À voir les « géants » parler de politique, on croirait qu’ils y croient. Au fond, ils ne sont que le bruit qui cache la grande musique du monde… Et nous, les sourds, nous les écoutons. On se dit qu’ils vont trouver une solution. Après des millénaires de problèmes multipliés…

Buvez-en tous, car ceci est sans sens… La pollution du verbe qui ne bouge pas est celle qui va nous anéantir. On babille! Point!

Gaëtan Pelletier 

 

La maison

C’était une maison de mille montres
Une maison de mille horloges

C’était une maison toute illuminée
Et les yeux étaient comme des fenêtres…

C’était une maison qui pouvait danser
On y entendait des airs intérieurs…
De l’extérieur…

C’était une maison qui pleurait
Et de ses fenêtres coulaient
La pluie…

C’était comme un grand sablier rose
De sable habité
Qui coulait parfois en jours moroses

C’était la maison d’un seul invité…
L’âme…

C’était un corps…
Qui est encore…
Et qui s’en ira
Quand s’en iront
Toutes les roses horloges
Qui le font, le logent….

Gaëtan Pelletier, Saint-Pascal, Kamouraska 98/03/13