Archives d’Auteur: Gaëtan Pelletier

Envoyer son enfant par la poste

Une sélection de photographies rares du monde entier.  Partie 21 (30 photos)

Au début du 19ème siècle aux Etats-Unis considéré comme la norme d’envoyer leurs enfants par la poste.

http://trinixy.ru/116510-podborka-redkih-fotografiy-so-vsego-mira.-chast-21-30-foto.html

All About That Bass – Postmodern Jukebox European Tour Version

Image

Quand on a rien à dire c’est qu’on a compris

tumblr_nr4ae8IeHp1rz1w77o1_1280

La monstralisation 2

fairtrade_copy-f9add

Un accord mammouth

Les États-Unis tiennent à redéfinir les règles commerciales avec les pays d’Asie pour freiner l’influence de la Chine dans cette partie du monde. «Si nous ne le faisons pas, la Chine le fera, et l’Amérique sera écartée», a dit Barack Obama dans une entrevue récente au Wall Street Journal. L’Asie devrait regrouper les deux tiers de la population du monde en 2030 et produire la moitié de la richesse mondiale en 2050. Douze pays participent aux négociations. En plus des États-Unis et du Canada, il y a l’Australie, Brunei, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour et le Vietnam. Cyberpresse 

C’est fou ce qu’on peut voir loin quand on a été des dirigés par des aveugles à cannes blanches et des chiens de guerre économique. C’était pas assez gros comme ça, il faut engrosser le nombre de marchands jusqu’à l’agonie triste de l’individu.  Au final, on est « commercés » comme des outils de mondialisation, ou de libre-échange, par une tribu de cravatés qui carburent au « BIG », à se fourrer de l’argent dans les narines. On dirait des bébés qui ont été sevrés par des banques.

Sapristi! Mary Shelley et son Frankenstein peuvent aller se faire voir à Holly Wood! Le monstre qu’on nous prépare est inutile pour le citoyen. On se fout de 2050. Personne ne peut prévoir ce qui se passera en 2050. La ligne du bonheur en attente du grand show de « Je serai heureux demain » s’allonge.  C’est comme se faire friser avec 3000 bigoudis. Ça frise davantage sur la même tête? Ah! bon. Aussi bien s’informer auprès de son coiffeur. Parlant chienéma, il peut au moins lire votre avenir dans vos pellicules.

Mais bon! Faut être sérieux comme des papes en train de faire faillite because trop en manque d’ agenouillés.  Mais on est encore plus à genoux devant la rat-caille qui se fait des projections jusqu’à ce qu’ils meurent étouffés par leur nœud papillon. Ça fait British et High Class. Et intelligent… Le concept « is in your head ».

Dites-vous que le libre-échange avec des milliards de vendeurs-acheteurs  c’est pour le peuple. Vous êtes religiosés bis. Avec la cérémonie à l’eau Naya embouteillé parfois en Afrique, mais défendu d’en boire quand il s’en échappe des usines.

You may say I’am a dreamer… John L. 

Tout le monde rêve d’un monde meilleur. Pas une « banque meilleure ». Les amérindiens avaient bien compris leur rapport à la Terre et à la Vie. En ce sens, ils étaient plus utiles que la formule d’Einstein. Quand tu te lèves le matin, tu ne te demande pas à quelle vitesse voyage la lumière et le reste… Non! Tu demandes comment va être ta journée. Et dans le panier du bonheur, on t’annonce une voiture « autoconductrice ». Tu peux fermer les yeux, la programmer, et elle te conduira là où tu veux aller.

C’est charmant!

Mais ça ne résout pas le problème de la pauvreté dans le monde. Ni la souffrance des guerres allumées par les pays qui fabriquent des armes. Ni – SURTOUT – le grand déménagement des humains cherchant la paix. La vie et le plaisir de vivre. C’est le droit le plus fondamental. Le reste ressemble à cet Hitler qui avait créé des lois pour protéger les animaux, qui avalait au moins 28 comprimés par jour, dont des amphétamines.

Dans la grande fenêtre du futur, le monde est en mode kaput. Affolé, déchiré, appauvri, perdu, toujours plus pauvre, toujours moins heureux, encore moins simple. Mais, oui mais, on a tous le droit dans les pays « développés » d’avaler des médicaments dudit « drugstore » pour se retrousser un peu.

C’est charmant!

Heil Banskter! 

On dit qu’Hitler avait été sauvé de la noyade à 4 ans par un prêtre… Je ne sais pas comment le prêtre  il a été reçu par « dieu » qui connaît tout, mais il a dû passer par le purgatoire. La question à se poser: jusqu’où faut-il être « bon »?  Snif! On est tentés… Sauver un pauvre petit bonhomme en train de se noyer. Un futur peintre. Un futur peintre comme un futur bienfaiteur de l’humanité présument visionnaire.

Un jour, si vous voyez un de ces visionnaires-banksters en train de se noyer, envoyez-lui trois caisses d’eau Naya – ou autre marque – afin qu’il puisse poursuivre ses meetings dans l’eau-delà.

Et le plus vite possible afin qu’il ne bousille pas notre vie ici bas…

Gaëtan Pelletier, Juillet 2050

Image

Québec: les vacances de la construction

podborka_21

Hélas! combien éphémère!, combien vaine!

Citations bibliques en vert,Choral en violet

1

Chœur [S, A, T, B]

Continuo

Ach wie flüchtig, ach wie nichtig
Hélas, combien éphémère, combien vaine
Ist der Menschen Leben!
Est la vie humaine !
Wie ein Nebel bald entstehet
Naissant comme le brouillard
Und auch wieder bald vergehet,
Qui bientôt se dissipe,
So ist unser Leben, sehet!
Voyez, ainsi va notre vie !

2

Air [Ténor]

Flauto traverso solo, Violino solo, Continuo

So schnell ein rauschend Wasser schießt,
Aussi hâtivement que les eaux mugissantes
So eilen unser Lebenstage.
S’écoulent les jours de notre vie.
Die Zeit vergeht, die Stunden eilen,
Le temps passe, les heures s’enfuient
Wie sich die Tropfen plötzlich teilen,
Semblables aux gouttes qui soudain se fractionnent
Wenn alles in den Abgrund schießt.
Lorsque tout descend à l’abîme.

3

Récitatif [Alto]

Continuo

Die Freude wird zur Traurigkeit,
La joie se transforme en tristesse,
Die Schönheit fällt als eine Blume,
La beauté se flétrit comme une fleur,
Die größte Stärke wird geschwächt,
La plus grande force devient faiblesse,
Es ändert sich das Glücke mit der Zeit,
La fortune change avec le cours du temps,
Bald ist es aus mit Ehr und Ruhme,
C’en est bientôt fait de l’honneur et de la renommée,
Die Wissenschaft und was ein Mensche dichtet,
La science et toutes les créations de l’esprit humain
Wird endlich durch das Grab vernichtet.
Sont finalement anéanties par la tombe.

4

Air [Basse]

Oboe I-III, Continuo

An irdische Schätze das Herze zu hängen,
Attacher son cœur aux trésors terrestres
Ist eine Verführung der törichten Welt.
C’est là une tentation de ce monde insensé.
Wie leichtlich entstehen verzehrende Gluten,
Que les flammes dévorantes naissent avec facilité,
Wie rauschen und reißen die wallenden Fluten,
Que les flots bouillonnants mugissent et se brisent
Bis alles zerschmettert in Trümmern zerfällt.
Jusqu’à ce que tout retombe anéanti, en ruines !

5

Récitatif [Soprano]

Continuo

Die höchste Herrlichkeit und Pracht
La plus haute splendeur et magnificence
Umhüllt zuletzt des Todes Nacht.
Est finalement recouverte par la nuit de la mort.
Wer gleichsam als ein Gott gesessen,
Celui qui trôna semblable à un Dieu
Entgeht dem Staub und Asche nicht,
N’échappe pas à la poussière et à la cendre,
Und wenn die letzte Stunde schläget,
Et lorsque sonne sa dernière heure
Dass man ihn zu der Erde träget,
Et qu’on le porte en terre
Und seiner Hoheit Grund zerbricht,
Et que s’écroulent les assises de sa grandeur,
Wird seiner ganz vergessen.
Il sombre entièrement dans l’oubli.

6

Choral [S, A, T, B]

Corno e Flauto traverso e Oboe I/II e Violino I col Soprano, Oboe III e Violino II coll’Alto, Viola col Tenore, Continuo

Ach wie flüchtig, ach wie nichtig
Hélas, combien éphémères, combien vaines
Sind der Menschen Sachen!
Sont les choses humaines!
Alles, alles, was wir sehen,
Tout, absolument tout ce que nous voyons
Das muss fallen und vergehen.
Doit s’abîmer et disparaître;
Wer Gott fürcht’, bleibt ewig stehen.
Mais celui qui craint Dieu demeure éternel.

J’affronte la démence d’une société prédatrice

J’affronte la démence d’une société prédatrice

Où suis-je ? Heureusement, qui suis-je m’est acquis. Je déambule solitaire, depuis une décennie au bas mot, le spectacle alentour se répète, se copie, s’imprime. D’une humanité, ou du moins ce qu’il en fut, uniformisée, unisexée, uniformée, unilatéralisée, unie-désunie. Ces mêmes êtres le nez dans le Smartphone, plutôt stupidephone à bavocher sans fin, ou bien pianotant frénétique sur le clavier afin d’échanger des texto à teneur séance tenante, tout en s’empiffrant d’un triangle de pizza dégoulinant, d’un kebab baobab huileux, fringués d’un short arc en ciel qui aurait vomi, d’un teeshirt où la viande sort, suante et suintante, d’une casquette à l’envers, bras, jambes, couverts de tatouages, de piercings et parfois d’un os dans le nez, d’une plume dans l’fion… Bref, 95% de ce que je vois et croise s’affaire à faire les soldes, les « all you can eat » à t’en foutre jusque là, les « happy hour » de défonce à mort ; les yeux fixés à l’intérieur d’eux même, comme aspirés par leur moi, MOUA !!! Des naufragés d’un vaisseau en perdition coincé entre un sex-shop et une galerie marchande.

vieillard

Mais où suis-je donc bon dieu ?

Ces deux dernières années seulement, j’ai vu « ça » dans le U-Bahn de Berlin, au centre ville de Phnom Penh, près du palais royal à Bangkok, dans le quartier anglais à Rangoon, le marché de nuit à Chiang Mai, à Milan cette année durant l’expo universelle, en Bretagne Finistère nord, dans les alpes, sur la cote et aujourd’hui à Budapest. Sous un soleil de plomb, je déambule solitaire sur une avenue sans repère au milieu de noyés, tous effacés qu’ils sont par « le consommé », l’œil vide, aucun regard ne se croise, personne ne se dévisage bien trop « busy » à pianoter, jacter, éructer, consommer, fucker, se consumer ; personne ne se parle, se souri, personne ne sonne-sonne. Les seuls, seulement ceux qui auraient de l’interaction sont les damnés de la terre : SDF ivres mort, drogués en manque, vieille pute défoncée ; ceux là oui viennent à toi… Et font peur.

Je ne mentionnerais pas l’invasion des fastfoods, des restos pseudo mexicain, thaïlandais, sushis fabriqués en usine, et autres delicatessen puantes ; La mangeoire est ouverte 24/7, alors faut s’engouffrer dans l’innommé, s’empafrer à éclater, s’engloutir dans sa fiente, s’esbaudir béatement.

Dans une ville comme Budapest si belle, la horde se précipite téléphone en avant et mitraillâtes des photos ; on se Shelfises à tout va, car voir sa gueule est bien plus intéressant que fixer le Danube qui est vert et pas bleu ; puis, un p’tit stop au magasin de souvenirs, bouffer une glace à deux boules taille ballon de rugby et hop, les talons se tournent, une autre attraction, d’autres moments inoubliables mémorisés en fatras, et vas y que j’te zappe. Vous me direz – je suis un vieux con, et vous avez raison ! Pourtant, pourtant ; s’arrêter, prendre son temps, respirer, sentir, contempler, observer et discuter avec une personne à figure locale est certainement ce qu’il s’appelle voyager non ? Flâner surtout ! Alors que là, c’est le rayon électronique lors de l’ouverture du centre commercial le 1er jour des soldes ; on prend en rafale des photos, qui seront découvertes plus tard, par exemple pendant la ripaille du soir entre deux texto, deux mails et la TV qui crache un show de TV irréalité, puis toujours pas repue par ce tintamarre, se regarder la fiole sur le minuscule écran d’une minuscule vie, ha selfie, ah sel de vie, ah con est beaux !

Où est donc ornicar, Mais ?

LA SUITE SUR CP:

http://centpapiers.com/j%E2%80%99affronte-la-demence-d%E2%80%99une-societe-predatrice/