À quoi servent les canons sinon d’en faire des chaudrons?

Putin president portrait template russia flag backdrop cartoon sketch  Vectors graphic art designs in editable .ai .eps .svg format free and easy  download unlimit id:6922778

Je n’ai jamais rien compris aux guerres. C’est comme chercher le moyen de trouer son semblable jusqu’à se qu’il se vide de son précieux liquide. En temps de paix – s’il en existe vraiment – on use de vos sueurs pour s’entre-étriper de ces armes les plus affinées que l’on vont vous fait payer. Ceux qui triment pour nourrir les cerveaux de nos dirigeants. Les mères mettent au monde des enfants qui vont se faire déchiqueter pour des chicanes de pays. Ils plantes des choux, sèment des carottes, tuent  la vache et le cochon, coupent l’herbe des champs pour les bêtes et versent leur obole aux guerriers puissants.

Pendant que la vie passe

Et elle passe à grande vitesse…

 Et elle passe si vite que personne ne semble avoir souvenir de la tristesse passée, des chairs déchirées, de l’absence d’amour de ces renards qui chantent du  haut des arbres.

Vous travaillez pour des idéologies sans le savoir. Mais ils ont peine à réaliser une « idéologie ». Ce n’est qu’un concept. Mais la vie elle, n’en est pas un.

La vie est pénible : les vieux partent pour un monde dit meilleur. Mais les jeunes partent aussi. Ils partent pour la guerre.  Même qu’on les choisit. Ils ont de l’adrénaline à revendre et de des bêtises qu’ ils n’ont pas encore évacuées pour laisser place à la sagesse. Mais ce sera toujours nos enfants.

Pleurez-les!

Les dirigeants resteront insensibles. Ils feront la distribution des médailles. Un enfant de 20 ans ne vaut-il qu’une médaille? Une médaille est-elle sortie de votre ventre? Avez-vous enfanté une médaille pendant neuf mois?

Dans cette horreur dite humanité, dire qu’il ne faut qu’un ou deux maboules pour faire de nos humains des quilles de chair à abattre. Comme un jeu. Un grand jeu. Peu importe les maisons que vous avez construites, les chats que vous aimez, les fleurs que vous humez,  les saisons, les enivrements, ils n’ont souvenir de leurs enfants. Et ce sont des bambins aux cheveux blancs.

Demandez-leur s’ils sont prêt à faire fondre leur canons maudits, leurs chars de sots, pour en faire des chaudrons?

Ne serais-ce que pour les nourrir…

Plus vous travaillez, plus vous réussisez quelque chose.

Plus ils tuent, plus ils croient réussir quelque chose…

 

Gaëtan Pelletier, La Vidure

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.