Facebook 2037

Mam Davio

Un jour, sur Facebook – je crois que c’était en 2037 – on vit passer un Avis de décès d’une dame du village. Les robots balayeurs des entreprises connectes à Facebook avaient depuis longtemps suivi la dame sur son profile. Ils la profilèrent à la perfection jusqu’au début de la relation avec son mari. Quelques jours après les funérailles, un vendeur se présenta chez-lui avec une dame qui prétendait devoir le connaître.

Jo, 74 ans, resta figé devant la dame qui était la réplique parfaite de son premier et dernier amour. Le coup de foudre. La jeune femme, d’à peine 20 ans savait tout de lui, de ses goûts culinaires, de son amour pour le camping et de son vice le plus caché : le sexe.

La jeune femme était un nouveau modèle de créature de la compagnie Moravie qui se spécialisait dans le remplacement des amours perdus.

Le vendeur spécifia qu’elle n’était pas à vendre. Il avait droit à un essai de 9 jours et, par la suite, à une location de au tarif de 2834.10$ par mois, pour le contrat d’un an.

Il signa.

Mam Davio entra dans sa vie avec tout l’attirait pour le rajeunir. Ce furent là les plus beaux 9 jours de sa vie. Ils partirent en vacances en Gaspésie avec un VR électrique.

Leur relation dura 6 mois, Jo eut un malaise et, cette fois, les circuits contenant la mémoire de ses études de médecine flancha.

Jo mourut dans ses bras et elle le lança sur le mur, car elle avait cru être attaquée. Au procès, un avocat expliqua aux enfants de Jo que le contrat stipulait une faille possible dans ces premiers robots.

L’avocat, lui-même une réplique d’un avocat célèbre, gagna le procès.

Le village étant peuplé d’une population vieillissante se retrouva au bout de trois ans renouvelé par une flotte de jeunes dames et de vieillards heureux.

Quelques mois plus tard, une dame assassina son mari de par une crise cardiaque causée par une substance non identifiable. Irène avait été une infirmière. Une fois à la retraite, vive et gaie, elle trouva le moyen de refaire sa vie : elle mit l’Avis de décès de son conjoint sur Facebook et attendit en se balançant sur la galerie de sa vieille maison.

Un vendeur se présenta.

Copyright

Gaëtan Pelletier 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.