Courtepointe

Il nous faudrait des yeux
Plus grands que nos corps
Des yeux creux jusqu’à l’âme
Des yeux pour pouvant sourdre 
L’aveugle indifférence

Il nous faudrait tricoter
Des bas de laine jusqu’aux peines
Les souffrances des autres
Au froid qui nous enterre
Sous nos avoirs si fiers 

Il nous faudrait une prière
Sans mots que les regards
Sans cérémonie, sans déni
Sans dieux préfabriqués 
Un monde empli de chaleur
Un frisson de lumière
Une parlure d’éclair: 
 
«Je suis celui qui suis»
«Tu es celui qui est»

Et notre monde serait de paix
Maillé à  l’endroit et l’envers
À toutes les couleurs, cousues
Dans une doublure d’amours 

Gaëtan Pelletier
5 janvier 2009

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.