Archives quotidiennes : 10-janvier-2020

L’aube, c’est long…

Il en est qui se pâment des couchers de soleil. Le coucher de soleil, c’est comme la mort du jour…

Mais s’il faut vivre une éternité dans une sorte de relation intime et profondément spirituelle avec la nature, et voir que vous êtes en elle, qu’elle est en vous, que chaque jour est une naissance, il faut se lever tôt…

Et tout endormi, dans la braise du matin, le soleil, comme la vie, prend son temps avant de venir répandre toute sa lumière, comme un tapis de Dieu. Car nul n’est ailleurs, nul n’est distant, tout est fondu, l’univers et le vivant.

Et c’est long… Comme naissance de l’homo sapiens qui apprend à voir, à marcher. Puisque tout semble flou, et que lentement tout s’éclaire. Le soleil est un peintre qui fait apparaître les arbres,  mais avant, en préparatoire, chaque brin d’herbe, … Et ses pinceaux sont des ombres allongées qui dessinent et rendent clair le sens de la vie.

Il n’y a pas de bureau, il n’y a pas de sens, il n’y a que la beauté. Le soleil, tout rouge, est comme le sang qui se glisse dans vos artères. Ou le même, tout lumineux, tout amoureux de vous montrer ce que vous avez créé sans le savoir. Car la création, la réelle, est « inaudible » des yeux.

Le plus beau, c’est vers trois heures, en juillet, quand les enfants-oiseaux ont faim et qu’ils parlent leur famine dans leur nid ombré.

Et là, vous êtes endormis, mais à la fois tressaillez. Ces vibrations ne sont que celles du début rappelé de vos vies. Mais vous ne vous en souvenez plus.

Il ne faut pas se « souvenir » des matin, il faut les vivre.

C’est long avant de voir quelque chose de distinct, de clair. Comme la vie…

Vous êtes jeune et enfant, à midi, fous, adolescent, enivré, chaud, excité.

De temps en temps, l’été, j’écris pour vivre. La nuit… Et vers trois heures, les oiseaux me disent d’aller me coucher. Le son vient avant la lumière. Il m’est arrivé de sortir, d’attendre et de regarder, d’attendre que se fasse la lumière qui allait me montrer toutes ces nouvelles naissances.

L’aube est si belle! Je me souviens de celles de l’enfance où mon père me réveillait tôt pour m’emmener en voyage. Pendant des heures et des heures, le monde semblait se retresser comme s’il n’avait jamais existé.

Comme si chaque jour est une vie.

À certains, il faut des malheur pour comprendre qu’il n’y a rien à comprendre et que nos « explications » sont illusoires et insensées.

Vu du matin, les richesses ne sont plus les mêmes. Avoir ne sert plus à rien quand autant  d’être éveille le petit dieu endormi dans sa vie à laquelle il tient: le travail, la longévité, les ambitions.

On y apprend que le jour n’a pas d’ambition.

Le jour est.

Et le soleil ne fait que faire le tour, comme s’il disparaissait.

Comme nous avons peur de disparaître…

Nous avons peur de disparaître parce que nous ne nous laissons pas aller à la réelle beauté des choses. Sauvages parfois, élégantes de temps en temps…

La Vie n’est pas une fleur arrêtée au sommet de sa beauté.

Il faut parfois durement cesser de parler. Le silence est le vase de la parole.

Si, l’été prochain, vous êtes encore vivant, levez-vous quand le soleil se met à vous parler de lumière.

Ne serais-ce qu’une seule fois…

Jamais vous ne l’oublierez.  Car ce qui est éternel n’appartient pas à la mémoire. Ce qui passe n’est qu’une image.

À chacun de la déchiffrer….

Gaëtan Pelletier