Archives quotidiennes : 22-janvier-2016

L’étalon chou-fleur

chou-fleur

Quand la dame arriva devant le comptoir des fruits et légumes elle regarda le chou fleur avec des yeux de merlans soufflés à l’hélium: 6.99$.   Et le chou fleur se mit à parler: « Achète-moi! Achète-moi! je peux te déconstiper, t’offrir plein de minéraux et de de vitamines et je lutte contre le cancer ». ( malgré le fait que je pousse dans un sol pauvre, arrosé de pesticide, gonflé aux engrais « naturels », …) 

La dame se frotta le menton et détourna les talons.  Je m’enfuis donc je suis…

***

Vous vous demandez ce qui se passe en cette « crise économique »qui fait baisser le prix des carburants, voyager les légumes du Sud au  Nord, et que vous voulez bien vous nourrir sainement mais vous n’en avez plus les moyens?

Ce que nous avons nous échappe tellement que nous finirons par n’avoir plus rien. Plus rien à cause de cette dépendance du virtuel. Nos biens ne sont plus palpables. Et nous payons de par nos impôts et le bel arrangement funéraire des États nos emplois, nos misères, nos peurs. On sniffe de la foie matérialiste comme de la cocaïne.

PÉCUNIA

Pécunia =  bétail (vache, etc).   Ce qui veut dire que vous pouvez échanger bien des poules et des lapins  pour une vache – ou autre chose- selon VOTRE définition d’une valeur en accord avec les deux parties.

PÉCUNIA MODERNE

Une fois votre avoir inscrit dans une banque ou n’importe laquelle institution financière, le jeu des « hauts-gradés » manipulent les citoyens par une capacité à prévoir et à acheter ce qui a une valeur « réelle » ou non. Le « progrès » virtuel vient de dépasser que trop le réel progrès. Même dans les relations humaines…

Tout est acheté de façon numérique, et le chou fleur n’y échappe pas. Nous vivons sous le règne d’un régime financier devenu invisible. Le système financier est global et dominant. Et il n’a rien d’humain. Rien ni personne n’est à votre service, chacun est au service de joueurs de pokers affolés et cupides. Au service de robots à moindre coût remplaçant les travailleurs.

Je m’étonne que quelqu’un ne puisse pas comprendre que croire à la gauche ou à la droite n’a plus aucune signification. À la base des deux « visions » il faut suffisamment de latitude économique pour réaliser selon son dogme l’une ou l’autre des  « systèmes ». La mondialisation n’est pas une nécessité. Même si les chantres dirigeants des pays se promènent pour vendre nos sous-sols, nos terres, nos industries et – selon les termes du jeune P.M. Justin Trudeau – « ce que nous avons entre les deux oreilles ».

Celui qui vend ce qu’il a entre les deux oreilles n’est qu’un esclave qui a laissé son cerveau flétrir aux formules.

Gaëtan Pelletier