Le petit peuple aux grandes oreilles

grandes oreilles

 

« Tout est vibrations. On vit par vibrations et on meure par déclins de vibrations. Ou par excès… »

 

***

Au soir du 16 septembre , pendant la canicule qui passait en une vague de chaleur inusitée,  un grande créature à tête énorme, en provenance d’une autre planète, posa son vaisseau spatial en forme de tasse  près d’une maison situé en bordure du Maine et du Canada. Il se glissa dans la demeure  d’un résident endormi qui,  le jour même,    s’était acheté un violon. Le E.T., en provenance du peuple d’Oreillon , une planète située à 24 année lumière de la Terre, découpa de ses ongles la porte patio de la maison et fit  le tour du propriétaire comme il est écrit dans tous les romans et dans les contes en banques.

Pendant que l’occupant ronflait,le  E.T. grandes oreilles découvrit deux objets étranges: un revolver de calibre 38 et un violon. De par sa physionomie, l’humanoïde était complètement atrophié de tous les autres sens vu ses yeux en mini-billes, sa fine bouche aux lèvres minces et son nez minuscule.  Mais ses oreilles étaient si grandes que lorsqu’il se pencha pour saisir le violon, les lobes ramassèrent un peu de poussière sur le plancher. Et il entendit la poussière glisser sur le plancher…  Il  saisit le violon, ainsi que l’archet, étudia les deux pièces et entendit à travers les écouteurs  d’un appareil un bruit étrange: l’homme avait joué une fois. Puis il s’était saoulé.

***

Sur Oreillon, c’était la guerre. Et lorsque le Lobeéiste se présenta devant le grand chef, on octroya un budget de milliards particules de bois pour étudier l’appareil. Car sur Oreillon on, on se chauffait au bois, on mangeait du bois, et tout ce qui se déplaçait roulait au bois. On était certain que toute la vie d’Oreillon  dépendait du dieu Bois. Le dieu Bois, une fois planté et parvenu à maturité se mettait à chanter  par le vent et les églises-forêt se remplissaient de disciples aux grandes oreilles. Mais en même temps, vu le nombre d’habitants toujours croissant, les Oreillés  se déchiraient entre eux pour les parties de la planète  aux grands boisés.

Au bout de quelques semaines, le chef du clan Brisebois, annonça à son peuple qu’il avait enfin trouvé l’arme fatale qui allait anéantir les 7 continents:  du Do, du Ré, du Mi, du Fa et du Sol du La du Si…

Il dévoila alors, caché sous un immense hangar, un violon gigantesque, tout luisant, avec un archet fabriqué des cheveux de toutes les têtes des guerres précédentes scalpées et emportés, suspendues aux murs.

Pendant les mois qui suivirent, les usines se mirent en branle pour fabriquer des violons 1/4, 1/2, et 4/4 pour armer les fantassins. 600, 00 violons sortirent des usines d’armement.

Le peuple applaudit lors d’une parade imposante le jour du Seigneur Bois. Des rangées de fantassins tenant leur violon sur l’épaule passèrent devant le chef suprême  Kaing Wonk. Mais dès qu’ils se rendirent à l’église-forêt pour prier, ils constatèrent que leur église avait disparue. La fabrication des violons avait nécessité l’abattement de tous les arbres. Et quand ils vinrent pour pêcher, les poissons avaient également disparus, car on avait utilisé leurs  huiles pour vernir le bois des violons. Constatant une pénurie du côté de la fabrication des archets, tous les habitants durent se raser et donner leurs cheveux pour « l’effort de guerre » demandé.

 » Une fois rasés, vos oreilles n’en seront que plus grandes », martela le Grand Élu Kaing WonK.

Quelques semaines plus tard, les armées  de la peuplade Do se lançèrent  à l’attaque de la peuplade Ré. À leur grande surprise, l’armée qui se présenta devant eux avaient les mêmes armes. Étant donné que chacun avait dépensé tous leurs arbres pour fabriquer des armes, ils se retrouvèrent dans un désert fauché et les sons furent multipliés par dix: il n’y avait plus de barrière, plus de nourriture, et plus rien pour faire avancer les machines qui transportaient les gros violons.

On retrouva 777,000 Oreillés, tous saignant des oreilles sur le champ de bataille, leurs petits yeux fermés.  Quelques soldats affamés, en train de bouffer leurs violons, furent achevés à coups de sons. Quelques uns trouvèrent des racines d’arbres encore enfouies, les mangèrent et furent condamnés à être pendus.

« Mais il n’y a plus d’arbres », fit remarquer un monarque lors d’une réunion.

« Il y a toujours une solution », rétorqua le monarque.  Ici, on ne pend pas, on tue par le son. Alors, rassemblez un peloton de violons et qu’ils jouent à   à 12 heures ,  quand le condamné sera assis.

Chose demandée, chose faite. Le lendemains, 250,000 Oreillés se présentèrent su la place publique avec leurs enfants à qui ils avaient appris à jouer du violon.

L’Oreillé condamné explosa comme une coupe de champagne.

Et tous applaudirent.

***
 » Il faut une trêve », fit remarquer le Monarque du clan La.

Et la trêve dura 25 ans. Le temps que repoussent les arbres.

La bataille débuta le 15 septembre de notre ère et se termina le 21 septembre.  Il n’y avait plus d’église pour prier, ni de nourriture. Plus rien ne poussait. Toutes les espèces animales disparurent, n’ayant plus de maison pour vivre.

On attendit encore 30 ans, mais les arbres poussaient à un rythme de plus en plus lent. Une étrange épidémie toucha le peuple: l’air étant devenu irrespirable, de bizarres nuages bleutés recouvrirent la planète.

Gaëtan Pelletier

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s