Le pain

Parmi les pièges qui sont tendus à l’Homme sur son parcours terrestre, le pain est le plus puissant, le plus redoutable et le plus destructeur. Pour le pain, l’esclave peut vouloir rester esclave. Pour le pain, le frère peut vendre son frère. Pour le pain, les esprits peuvent se perdre et perdre la raison, allant jusqu’à soutenir l »insoutenable qu’au fond d’eux-mêmes, ils rejettent. Pour le pain, un homme peut se transformer en courtisan le plus prolifique, travaillant constamment à travestir les faits et à habiller de mots lénifiants le pire des mensonges en vérité absolue, et vice versa. Pour le pain, des hommes sont capable de se dégrader, de tuer l’avenir de leurs propres descendants. Pour le pain, des hommes sont prêts à saboter leur peuple, à tuer leur propre peuple, à s’engager dans des alliances les plus nocives pour leurs propres congénères. Pour le pain, des hommes sont capables de montrer qu’ils peuvent rivaliser avec les animaux inférieurs. Pour le pain, des hommes sont capables de priver les leurs de liberté, de dignité et de perspectives d’avenir meilleur. Pour le pain, on combat les combattants de la liberté et du redressement collectif.

Plus le pain triomphe, plus les hommes accordent leur attention au pain, moins bien se porte l’homme et moins il est préoccupé par la nécessité de faire société.

Quand le pain monte, l’homme s’abaisse et la société s’affaisse lentement.
ÔÔÔÔÔ Pain, malgré ton air neutre et insensible, et aussi par ton caractère incontournable et transfrontalier, que de crimes sont commis, soutenus ou couverts en ton nom!

KPOGLI Komla

http://lajuda.blogspot.ca/search?updated-max=2015-04-27T02:58:00-07:00&max-results=10&start=10&by-date=false

Publicités

Une réponse à “Le pain

  1. excellente observation… « donnez-nous notre pain quotidien ! »…
    Certainement des gens qui croient à la croissance !

    Si vous voulez perdre l’envie d’en consommer : faites-le !
    On l’a fait à la ferme…
    Défrichage,
    labour de terre, (avec cheval)
    hersage,
    semer,
    attendre,
    couper à la faux,
    racler
    charger
    sécher
    battre
    vanner
    moudre
    et puis là le travail commence…
    pétrir
    laisser lever une nuit
    chercher le bois pour le four en glaise
    commencer à chauffer à 6AM pour qu’il assez chaud pour le pain vers midi
    cuisson et voilà !
    … un pet ! (sans compter les bris de machinerie et le foin plus l’avoine pour le cheval et cela à l’année)

    Je comprends vite quand on m’explique longtemps :O)

    http://anarchieverte.ch40s.net/2010/08/agriculture-la-fin-du-monde-que-nous-connaissons/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s