Les boules à mythes

Grillons

Pour attirer les grillons, mélangez de la mélasse avec de l’essence de vanille ou du jus de citron dans de l’eau. Les grillons vont s’y noyer et il sera facile de s’en débarrasser. Bouchez les trous dans la maison par où ils peuvent s’infiltrer.

Cinéma grillons

Le chant des grillons n’existe plus que dans quelques étés chauds, mais mieux encore, dans les haut-parleurs des cinémas. Pourtant, dans les doux soirs d’été, c’est comme un chant doux dans les soirées picotées d’étoiles, assis sur un banc. On dirait un calmant pour la Vie. Mais on ne l’entend plus.

Amour

Qu’est de que l’amour des autres sinon que de voir? Qu’est ce que l’amour de soi sinon que de se voir à travers les autres.

Il y a dans les « autres »  qu’on est Car chacun est l’ensemble de ce moi soudés par tous les atomes du vécu.

En ce sens, il n’y a pas de pauvres, ni de riches, ni de laideur, ni de misère qui ne nous appartiennent pas.

L’amour pour l’Humanité est vraiment aveugle. Aveugle pour ceux qui, comme ces chevaux avec des ornières, s’en vont, enfermés dans leur vision.

Et le monde actuel est une complète et toxique culture de l’ornière. Toutes les sociétés – dites dirigées vers le bonheur par l’avoir est une civilisation ou l’érudition n’est qu’une armure de cottes de mailles comme en portaient les chevaliers de jadis.

L’apparence du solide a toujours été construite par la faiblesse des pièces.

Comme les pauvres qui rampent dans les sociétés. Ils sont la nourriture des riches cravatés, sans conscience, ignorant qu’ils sont nés des autres…ces « moi » cachés.

Tout est beauté

La beauté est cet amour où le mesurable n’est plus.
Krishnamurti

Elle frappe l’œil, sans que l’on comprenne. C’est la révélation pour qui se donne la peine de comprendre un arbre. C’est la révélation pour qui sait comprendre ce qu’est une feuille, une racine, un insecte, une pierre qui brille au soleil.

Ici des arbres. Comme nous… Car les autres sont le seul et la nourriture du moi. Personne ne se construit seul.

On aime la beauté non seulement pour l’art. Car l’art n’est qu’une recherche d’exprimer la beauté de ce tout que nous sommes. Et la littérature n’est qu’une veste somptueuse, vaniteuse.

Le pape n’est pas la sainteté. Le Vatican non plus. C’est la vanité clownesque, déguisée. Artificielle. Pompeuse et rétrécissant nos vues.

Les religions ont toutes leur Halloween. Ce sont des citrouilles de l’esprit. Tant qu’on cultivera l’affecté, la religion n’aura aucun lien avec les humains. Nous sommes des dieux ignorés. Mais la science, dans son art de rhétorique de cellules grises vous fera le chant des vérités « prouvées ».

C’est un grillon électronique, virtuel. C’est comme si le singe découvrait l’Homme.  Et sa capacité à fabriquer une arme avec une pierre au bout d’un bâton.

On n’a pas évolué… On est tous des Christ crucifiés sur la croix de la raison et de l’intuition.

Ce doit être ça le message.

La laideur

Mais tout est également la laideur et la peur dormante en nous.

On vous dira comment voir, comment ressentir, on vous vendra des recettes. Mais au fond, les recettes sont le travail du cuisinier de l’âme qui dort en nous. Quand on en a le luxe…

Cette femme a perdu ses trois fils. Elle a vécu pauvrement, elle est présentement démunie, et son petit logis est à vendre.

La beauté du monde c’est de perpétuer la Vie. La laideur, c’est de la tuer… On en tue comme ça des millions de gens chaque jour.

Elle est laide cette femme? Non. Ce n’est pas Angelina Jolie . Ou une autre… Il importe seulement que la laideur, elle aussi, a été créé par les « boules à mythes ».

La beauté est un amour qui n’a rien à voir avec les images. C’est un atome ou une somme d’atomes cachés.

Alors, on cultive l’aveuglement.

La richesse

Le gourou détruit le disciple et le disciple détruit le gourou.
Krishnamurti

Il n’y pas d’autre richesse pour les humains que celles que la nature leur a donnés. Mais, hélas, tout l’appareil des gouvernements actuels, les pantins frigorifiés, bien coiffés, ne cultivent que la pauvreté. Avec l’aide des « créateurs d’emplois »…

Il n’y a jamais eu autant d’esclaves sur Terre.

Tout ça à travers des faux développeurs de richesses qui prétendent cultiver ou essayer d’endiguer la pauvreté.

Ce sont là les papes de l’ère dite moderne. Ce sont elles, les boules à mythes… Un poison pour tuer la Vie. Car les autres sont des insectes à détruire.

Les sociétés ne cultivent plus maintenant que des carrières. Plus elles ont riches, plus elles créent un citoyen virtuel pris dans la toile de l’inconscience, les yeux vitreux, admiratifs, comme les faux prêtres de toutes les religions de la Terre.

Elles disent toutes : « Tu ne tueras point ». Mais au centre, au grand nombril, elles sont les pires armes contrefaites de l’Histoire de l’Humanité.

Elles disent : « Tu peux être un dieu ».

Alors, elles creusent l’orgueil et la vanité à travers les humains. Ce sont là des mines d’or pour ces assassins de la Vie.

L’être virtuel

C’est le tueur parfait. Il est intégré à toute la panoplie de la « science du savoir être et avoir par être et paraître ».

L’Homme actuel, dans son monde virtualisé, n’est qu’une pub gonflée. Faux. Javellisé. Décapité de ses émotions et… sans liens.

Comme un blog détaché de tous les blogs.

C’est lui, ce « savant », sous toutes couvertures, dirigeant, scientifique, exécuteur haut-gradé, survolté, affamé.

C’est le produit de tous les mythes que l’on vend sous le signe de détruire la pauvreté.

Alors que cet humain n’est qu’un bouffeur robotisé.

C’est à ça qu’on en est.

L’humanisme ne passe pas par l’argent.

Et si on vous enlève une seule grenaille de votre sol, vous êtes de plus en plus pauvre.

Et quand on vous vend du savoir de par les universités, vous devenez de plus en plus pauvres.

Plus on devient riche, plus on cultive la pauvreté.

Plus on se nourrit de cette nourriture putrescente des sociétés, plus, sans le savoir, on est bouffés comme des mites.

Mais on a soif de ce piège qu’est la boule que l’on rêve de devenir.

Être « quelqu’un » dans un monde où on ne cultive que du « rien » est probablement la pire chose qui a pu se produire dans l’Histoire.

C’est la raison pour laquelle on n’enseigne plus l’Histoire. Elle risque de vous réveiller  au fait que vous êtes nés dans un passé un peu compliqué mais bien pareil au fond.

Comme les arbres…

Le café instantané a été l’invention des années 1970.

On en a fait du progrès… Nous voilà devenus des instantanés en poudre,

Suffirai d’ajouter de l’eau pour se refaire.

Sauf que le gaz est en train de le remplacer.

On boira notre tasse d’athée, et on flambera dans l’Univers.

La grandeur de la vie n’a pas besoin des Hommes, ce sont les Hommes qui ont besoin de la Vie.

Gaëtan Pelletier

Publicités

Une réponse à “Les boules à mythes

  1. Et cependant… Pour certains philosophes, ce monde EST illusion, virtuel, maia…

    Alors…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s