La demain d’oeuvre

 

Elois

…les machines étaient de plus en plus productives, les hommes aussi, et bientôt le seul travail des français consisterait à presser leurs petites télécommande afin que des esclaves professionnels ou ménagers réalisent les moindres tâches qui leur causaient autrefois tant de peines, de difficultés ou de tracas. Ci-gît la défunte société des loisirs, Le Monde

HIER 

Je devais avoir 16 ans et suffisamment  de boutons ( d’acné) pour coudre une toile de tente  quand le prof commença à nous décrire le monde merveilleux de demain: la société des loisirs. Les robots allaient prendre la relève du condamné « à gagner son pain à la sueur de son front » et nous allions tous aller voyagedenocer sur la lune. Vers l’an 2000…  Il posa alors la question qui tue à un jeune assis à l’avant de la classe mais dont l’esprit flottait derrière:

– Que fais-tu comme activité? As-tu des passions, des rêves pour ton avenir ?

Le pauvre garçon qui déjà était en loisirs « prolongé », envasé dans sa paresse d’ado gélatineux, fit non de la moue. Avec pas un seul mot.

Le prof écarquilla les yeux.

– Mais que vas-tu faire quand arrivera la société des loisirs?

Il bougea de l’acné, sans plus.

Devant ce silence étrange, le prof paniquait à l’idée de voir quelqu’un de chanceux ne rien faire, sauf travailler une quinzaine d’heures par semaine. Pour le reste, il pouvait s’adonner à la farniente la plus saugrenue. C’est ce qu’il avait dit le prof: 15 heures semaine. Alors, je me suis dit, c’est le temps d’en profiter: les femmes ne travaillent pas. ( c’était il y a longtemps… Oui,oui! Bien sûr… Les tâches ménagères, les enfants, les plancher à laver, et tout le reste). Les femmes qui se mariaient étaient des FAF: femmes au foyer. Je me suis donc dit  que si elles ne travaillaient pas, elles pourraient faire l’effort d’aller faire une carrière de 7h30 par semaine. Sans être Christine Lagarde au FMI, une FAF devrait au moins s’émanciper. Se libérer…

Silence total: on aurait pu entendre une abeille du village voisin faire l’amour à une marguerite.

AUJOURD’HUI

Longtemps je me suis couché de bonne heure. 

Nous arrivâmes à l’heure actuelle en piètre États. La pharmacologie dut créer des pansements pour l’âme, afin de guérir les travailleurs d’une donnée non prévue à l’époque, et dont la plupart des travailleurs furent victimes: le stress. Il ne fut pas prévu, non plus, que les FAF pourraient aller se battre en Irak. Même le mari de la FAF n’avait pas prévu que la dernière lettre, ayant pour mot  foyer allait coûter les yeux de la fête. Car nos deux grands brûlés, arrivèrent le soir, incapables de faire l’amour, néantisés par la fatigue, ne purent produire que deux travailleurs tout au long de leu vie active. Ni que le point G allait devenir le point G7 ou G20. Et que dans certains pays il faudrait importer de la main-d’oeuvre pour étancher la faim des investisseurs.

La moitié de la classe, voire celui assis et sans réponse est maintenant droguée au travail. Le travailleur fiévreux  coure  les usines, les compagnies , à travers le monde pour devenir un athlète du boulot. Ou simplement survivre à la paperasse…

Bref, d’assis sur les bancs d’école, le citoyen devint une sorte d’ Éloïs  à demi anesthésié, victime des Morlocks souterrains.   Il est injecté chaque jour d’une bonne dose de goebbelisation, et travaille à bâtir un monde meilleur et des armes meilleures pour détruire le monde meilleur.

Le banquier qui était votre ami l’est encore… Mais sur Facebook.

DEMAIN

Je me suis laissé réquisitionner. Mes mains étaient vides et je ne pouvais lutter ni contre le roi ni contre le gendarme qui avait des fusils et des pistolets. Ils ont prétendu que je m’appelle Iacob et non Ion comme m’avait baptisé ma mère. Ils m’ont enfermé avec des juifs dans un camp entouré de barbelés, — comme pour le bétail — et m’ont obligé à faire des travaux forcés. Nous avons dû coucher comme le bétail avec tout le troupeau, nous avons dû manger avec tout le troupeau, boire le thé avec tout le troupeau et je m’attendais à être conduit à l’abattoir avec tout le troupeau. La vingt-cinquième heure, Virgil Gheorghiu

L’hélium est un gaz noble ou gaz rare, pratiquement inerte.

La main-d’oeuvre sera de la moins d’oeuvre. Les robots – quelle nouvelle! – n’ont pas été construits pour alléger la tâche des travailleurs, mais pour gonfler les avoirs des banques qui servent à gonfler des avoirs des investisseurs, des banques, des investisseurs, des…

Il n’y aura plus qu’un seul métier: souffleur de ballons. À l’hélihomme…

Proust écrivait au passé simple, le politicien continuera de parler au futur antérieur, et les banquiers au présent du subjonctif trafiqué. On revient toujours à la machine à voyager dans le temps.  On l’avait prédit: le travail n’existera plus. Si vous en doutez, vous êtes un complotiste .08.

Le conformisme rend l’homme libre. Comme le travail… Arbeit Mach Frei.  Demain nous serons des vendeurs de mains, de cerveaux, de tout ce qui pourra servir quelques mois par an pour boucher les trous du « progrès ». Nous serons SDF mondialiste, allant de pays en pays, avec la FAF et la marmaille, pour trouver bonheur dans un coin du monde paisible. On nous avait dit qu’il n’y aurait plus de guerre.

Personne ne loisira: il faudra chercher de l’emploi 7  jours sur 7 .  C’est une manière que l’on aura trouvé de rendre responsable le travailleur  voleur de bisbilles de farniente.

Mais, au moins, demain, c’est pas loin. Demain c’est jeudi. N’oubliez pas le cadran pour remplir les formulaires et rencontrer vos agents…  Les Morlocks n’ont plus peur de la lumière: il vivent dans des bureaux, au 20e étage. N’oubliez pas votre matricule.

Gaëtan Pelletier

Juin 2015

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s