La souriante euthanasie

Araignée

Le siècle dernier était celui du « consumer capitalism », produit dérivé du taylorisme : Produire à la chaîne et consommer comme le marketing le dicte. On a parlé du keynésianisme et du welfare state de Roosevelt. Mais aujourd’hui, ce modèle semble s’écrouler sous la pression de ses propres contradictions, cependant que se planétarisait la réticulation numérique. Celle-ci va provoquer dans les années qui viennent un processus d’automatisation généralisée où l’emploi salarié deviendra exceptionnel : les robots se substitueront massivement aux employés humains ! Bernard Stiegler

On a tous des araignées dans le plafond. Je sais que le « monde » se désagrège comme le plancher de ciment de la cave de ma maison. Grenailles par grenailles. Canailles par canailles. Car ce matin, c’était fin de session parlementaire… Si je ne m’abuse ou si je ne m’amuse, ça se résume en un mot: austérité.  Car ils parlementent tellement que la politique est un fond sonore. On dirait de la musique de film automatisée. Un bar la nuit, quand tout le monde est ivre.

Mais bon! Il y a tout de même du beau… Mais ce n’est pas dans les murs des parlements, là où la grande marée de saugrenus personnages de l’Histoire passe comme le bouillon sur la mer agitée de la Terre.  Le beau, c’est quand tu te lèves le matin et que tu vois des abeilles et des thons dans le potager. C’est le pote âgé qui regarde… Comme s’il avait enfin découvert la vraie vie. Car la vraie vie ne fait pas de différence entre le plant de pommes de terre, les abeilles, les fleurs, les films de Chaplin, et la bande de peintres gazouillant du pinceau le long du Saint-Laurent pour enfermer les paysages. La plupart sont pourris, mais ils sont habillés en artistes. L’habit ne fait pas le moine… ne fait pas le moi, ne…

Alors, faut-il se plaindre des coureurs de fortunes, de plats à la mode, de cuisine nouvelle, de toute la charpenterie qui a sculptée la petite bourgeoisie qui, au fond, alimente cette belle saga d’une euthanasie aux regards délirants et assurés ? La certitude fait plus de victime que les guerres… Et la foi, on n’en parle plus… Si le ridicule tuait, 80 % des politiciens seraient morts. Mais plus encore: si le ridicule avait gangrené une partie de la population attelée au grand chariot de la foi en l’athéisme?

À croire aux délire des politiciens, à croire aux délires des hommes d’affaires qui « nourrissent » les population de leur « développements créateurs de richesses », on serait peut-être mieux de se tourner vers la nature et admirer les saisons qui passent, les arbres morts qui sont le compost des autres. J’ai un grand sourire en coin devant l’outrecuidance des gens formatés aux grandes réussites… ratées.

***

Ce midi, en ouvrant la télé, je vois un type en train de monter un hamburger deux fois plus gros que celui-ci: Poutine Burger On dirait l’arme de destruction massive des étasuniens.  Intellectuellement, c’est de ça qu’on se nourrit. Abondance! Mais laquelle? Quelques heure plus tard, je fais un tour sur le net: intellectuellement, c’est le hamburger intello, tout en mots, essayant d’analyser le « monde ». C’est d’une abondance à se sabrer le souffle. On ne peut pas tout lire sans être endommagé intellectuellement et spirituellement. Car l’intellect a pris toute la place comme une sauce chimique.

Il y a quelques années, on parlait de moutons… Comme si on se laissait faire. C’est être ignorant de la capacité à mouler les esprits. On n’apprend plus à être critique, mais à être croyant. Le cuisinier a la meilleure recette parce qu’il est diplômé en cuisine.

Tuer l’authenticité et le pouvoir d’être ce qu’on est, c’est une euthanasie sournoise. Et comme la plupart des gens, je refuse d’être euthanasié « vivant ».   J’ai toujours refusé d’être euthanasié et finir comme Frankenstein de Mary Shelley. Avec deux tube dans le cerveau…  Je suis prêt à mourir, mais libre. Libre de penser, libre d’écrire une chronique à la fois amusante, fofolle, mais bien sérieuse.

Les caricaturistes ne dorment jamais.

J’ai un projet pour demain qui changera le monde: semer un rang de laitue et de fèves. Les grands projets détruisent et les petits construisent.  C’est pas un rang social, mais c’est un rang réel.

La vie, comme l’argent, devrait demeurer « réelle ».

Gaëtan Pelletier

Juin 2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s