La finale Houdini

 

Il garde secrètes ses meilleures astuces mais prend le soin de montrer qu’il y a toujours un truc dans ses tours, accessibles au commun des mortels, tout en recommandant au public non entraîné de ne pas les tenter vu le danger qu’ils représentent. Houdini

Dans le monde moderne, l’intellect est un objet de culte et plus on est habile et retors, plus on avance.   J. Krishnamurti

 ***

Il ne faut pas se surprendre des « résultats » de ce monde dit « moderne », où chacun a un clavier pour jouer au génie. Cela commence à la petite école et se poursuit dans un enchaînement continu, mitraillé par les pubs et lentement engraissé par les rapports de couchette de l’État et des affaires.

Il n’y a pas de moutons, il y a des dormeurs ou des esclaves qui n’avoueront jamais leur esclavage.

On n’éduque plus : on élève des humains comme les poulets de McDo. C’est la structure de production qui compte et le résultat en profits. Alors, tout se résume à ne faire des citoyens que des producteurs d’argent. Les plus vils l’emportent. Mais nous avons voté pour eux. Et ils nous ont insidieusement vendu une recette de bonheur  qui ne va que pour une partie de notre être : l’intellect.

Au cours du siècle dernier, après des milliers d’années d’Histoire, les humains ont  été tristement avalés par  une chaîne de copier-coller. Sous argument de culture  de différence. Cette « différence » ne s’appliquant qu’aux « capacités intellectuelles », elles-mêmes définies par les spécialistes. C’est le drame du singe appliqué, aveuglé par son maître qui a joué à Dieu, ou l’a dépassé par les merveilles des réussites de la science.

Alors, tout le monde  a le droit de devenir un cerveau.

Et qui donc peut le faire : les systèmes d’éducation.

Eux aussi orientés vers les grandes chaînes de montage.

Suivez le couloir.

Cent ans pour transformer un humain en une sorte de carte-mère d’ordinateur. Rien de moins, rien de plus.

Et tous divisés par une simagrée d’indépendance.

100 ans d’alchimie.

Le plastique, le cuivre, l’argent, l’or, le cuir, le chrome. Et que de machines avons-nous pu faire avec ça! Étonnant.  Même « nous ». Machinalisés.,  (sic) jusqu’à l’âme.  Livides  en dedans…

Plus de blouses blanches : rien que des enrobages de pilules, de vaccins, de psy, de doc. La nouvelle religion a ses prêtres convaincus.

Le progrès, le vrai, nous a sortis du froid, de la chaleur, des besoins primaires. La faim, la soif, la pauvreté, et… l’austérité.

Nous voilà revenus à la case départ.

L’Occident a créé une recette venimeuse pour ne pas trop en étendre à la pauvreté et à la famine. Au contraire, elle est allée chercher leurs richesses.

Les guerres, cependant, ont toujours été « nobles ».

Maintenant, elles sont nécessaires.

Le mal n’est pas de se débarrasser de quelques dictateurs, c’est de vendre l’illusion que la disparition d’un dictateur visible fera disparaître la multitude de dictateurs invisibles.

La propagande a peur des marches. Elle nous fait descendre l’escalier  lentement. Elle est là, chaque jour, dans les médias, pour nous calmer un peu et amollir la chute.

L’information des médias traditionnels,  c’est la chute au ralenti.

Il y a toujours cette foi bête dans la fascination des « réussites ».

Si nous sommes dans un tel état : ce n’est pas une réussite, c’est un échec.

La valse des Houdini et des charpentiers – banquiers, politiciens, hommes d’affaires – de ce monde a été une lente mais efficace tromperie.

Houdini, de par ses tours de magie, se croyait invincible.

On nous a vendu une invincibilité.

Mais nous n’avons pas eu le livre secret le révélant.  À peine les tours de magie. Le secret est dans le vocabulaire hermétique.

Les magiciens meurent en héros, pendant que les spectateurs pleurent celui qui les a  trompés.

La terre n’est qu’une tente.

Les indignés seront bientôt décampés…

Et même les kapos  policiers –esclaves de leurs salaires – feront partie des affamés.

On les payera à crédit. Comme les employés de la porcherie qui a fermé il y a quelques années, ici.

Puis ils n’auront plus de plan de pension.

Mais la magie a bien des tours dans son sac : gageons que nous trouverons le moyen d’aller au cirque le ventre vide.

Pour l’heure, c’est le cerveau qui gargouille…

L’intellect est magique, mais il ne plante pas de carottes.

Il peut toutefois trafiquer les graines…

Gaëtan Pelletier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s