Retour vers le futur

…jusqu’à ce que le lion raconte sa propre histoire, le récit de la chasse glorifiera toujours le chasseur. 

 

Dans l’intranslucide chasse à tous les trésors de la Terre, on trouvera toujours de ces gens qui font l’Histoire, la trafiquent à leur compte. Ils ont préparé les lionceaux dès l’enfance, saboté les familles. On se tord comme des guenilles pour fournir aux chasseurs « élus » les châteaux princiers.

Toutes les grandes entreprises de ce « monde » ont été construites par des esclaves.

Dans la marmite surchauffée  du petit vaisseau volant bleu, la canaillerie a – de tous les temps – esclavagé les « fidèles », les aveugles de l’esprit. Et l’esprit est un interprète gourd.

Les requins ne sourient pas… Et c’est ce qu’on aime d’eux. Les requins ont l’air sérieux, puissants, forts. Requin-président et toute la petite bourgeoisie effarouchable danse dans les temples-magasins la grandeur de l’ère de la techno civilisation.

…bourrés et bourrés comme des divans capiteux de nourriture chimio travestie qui conduit à la chimio pharmacologie…

Voter est déjà un signe d’agenouillement devant la clique poudreuse. Le pouvoir est une drogue, mais à renifler les bêtes du pouvoir, les enivrés gagnent de la tête. Mais en perdent le « bon sens »….

DONNE-MOI MON BISCUIT! cui cui cui 

Les friandises des adultes:

Les nazis donnaient la croix de fer…

La France est une distributrice de croix pour tous les petits affriolés ardents et chiots piteux.

Et dans le plus grand, le plus spectaculaire pays du monde: Medal of Honor

Nouvelle de SF, version MP1 

Le dernier des travailleurs 

En l’an 2075, les derniers travailleurs quittèrent la dernière usine du monde: l’usine à fabriquer des robots. 

Ce qu’ils ignoraient c’est qu’ils avaient fabriqué la dernière voltige en matière de « génie humain… » la fabrication d’un robot qui fabriquerait tous les robots nécessaires à la marche de ce monde. 

S’imposa – par un régiment lent et vicieux- l’ère nouvelle des dirigeants ayant enfin parvenu à leur fin par l’accaparement des terres, le tressage lent en louvoiements hypocrites des multiples crises monétaires et la concentration des richesses en quelques conglomérats qui n’eurent plus que pour jeu: la lutte monétaire.

Le dernier travail: polir et nettoyer les robots. Servir cette nouvelle race de seigneurs et travailler sous terre à des projets intra-planétaires  et extra-planétaires.  

Tous avaient le droit de voter, mais tous avaient le droit de ne pas voter. 

Tous avaient le droit de se taire, mais tous avaient le droit de parler dans une machine pour exprimer et analyser aux fins d’amélioration de leur monde sur une plateforme virtuelle leur désagrément. En gros, tous avaient le droit de gerber en format électronique. 

Tous DEVAIENT transmettre un rapport de 20 pages, journalièrement,  dans le but de parfaire leur statut de travailleur-progrès. 

Tous avaient le droit de se parler entre eux par des voies de communications à distance. 

Tous avaient le droit de se faire des amis. 

Tous avaient le droit d’écrire dans un commentaire d’échanges qu’ils n’étaient pas un robot. 

Une machine, au service de LETACMOA, dirigée par une firme indépendante de robots avait pour tâche d’analyser et de transmettre un rapport aux plaignants. Mais le plaignants devait répondre au robot sous peine de sanction(s). 

Tous devaient étudier -et ce gratuitement – afin de ne pas être des serviteurs, mais des critiques instruits, libres, et au parfum du système dans lequel il vivait pour parfaire ce système. 

Tous avaient le droit de se plaindre de quelconque injustice. On lui attribuait alors un avocat-robot pour la défense.  

Deux mois par an, tous les non-robots avaient le droit de voyager sur une île, à l’équateur, pour des festivités arrosées d’alcool, de bains, de soleil.  

Tous avaient le droit de demander aux robots-serviteurs  de suivre ses ordres.

Tous avaient le droit d’être créatifs: il y avait alors un concours du meilleur robot à construire lors des cérémonies vacancières.

En l’an 2075, Robert et Camomilla remportèrent le prix en créant un robot féminin,  à la peau noire, et qui pouvait répéter toutes les citations célèbres écrites par les artistes de jadis. Mais sa principale qualité était de former un travailleur en l’espace de 39 secondes. C’était un record.

Il y eut une fête foraine avec des feux d’artifices énormes constituées de fusées qui explosaient dans l’espaces.  

Et l’on hurlait, les dents grandes ouvertes:

Yeah! Yeah! YES!

Gaëtan Pelletier

3 janvier 20XX

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s