L’auto ou le moustique?

La roue arrière d’une voiture passera là où la roue avant est passée. 

Proverbe Turc. 

***********************************************************

Quand tu arrives à ce qu’on nommait jadis un « âge respectable », tu n’es plus vraiment  respecté… En un sens… Te voilà éboulé au rang de la souris de labo. Tu deviens tout petit dans l’arsenal de la science, de son frimas métallique d’appareillage bizarroïde. Une petite impression d’embarquer dans un vaisseau spatial par les gris.  Ils ont des gants à toutes les mains. Plastique. Blanc flouc! quand ils les étirent. Et de grands yeux pour ton sang et ton urine. Une partie de ton corps s’en va dans une éprouvette. Et t’es éprouvé…

 Le mois d’octobre est le temps des visites médicales: le médecin, pour faire un constat de dégradation et pour apprendre que  cellule par cellule, la  mort imminente ou lointaine… C’est selon le grand boulier de Loto-Univers.Mais chose certaine, la carrosserie commence à s’égratigner un peu. Alors, comme dirait le chef de train: Gare! On passe sous la loupe du médecin, des professionnels ( un détestable mot) de de la santé   maladie, etc. Ils sont les tatoués de l’État… Estampillés « spécialistes »…

On se croirait dans un garage et je me sens comme une Toyota 92 avec un compteur élevé. Le préjugé est que « vieillissant », tu es malade ou en voie de l’être. Ils savent que tu vas mourir un jour, qu’il ne peuvent empêcher le phénomène de se produire, mais on les dirait tous excités à l’idée de jouer aux prédictions et te flanquer  une date de péremption. T’es leur pot de confiture…  On dirait qu’ils ont trouvé un jeu « scientifique »: Le devinage... Du mot devin… Comme dans devine qui va mourir? Et QUAND? Et COMMENT?

Plus le temps de parler de ta vie, de tes soucis, de la météo. On est en face d’une grosse clef à mollette qui cherche tes vices. Sais pas pourquoi, mais depuis quelques années, à chaque fois, je vois une usine à poulets . Une grosse usine:

Embroché dans une filandreuse et invisible circuit, comme un octet mignon dans un ordi, classifié, A-B- ou C.

Visite chez le menteur de dents 

Je suis assis sur un banc style – on va t’envoyer dans l’espace –  ( lunettes noires fournies,  pour ne pas être éclaboussé ou avoir les yeux brisés par la lampe), et tu ouvres  la bouche plus grande que celle de Sarkozy, mais en silence. Tu te retrouves devant une fille masquée, avec un projecteur dans la face, la bouche en forme de caverne,  et on te fait la conversation…

– Vous faisiez quoi comme métier?

–  J’ehhè  ensheignan …

Avec un langage comme ça, c’est risqué. Tu peux être classé terroriste à cause des  sons (h)arabes.

– Où.

– Allah phohibhante!

– Ah!

– Chai che k jhe dishais… Allah… phohibhahante.

– Ouch!

Et puis c’est le silence complet après que la  … eût fait le nettoyage.

Le jeune dame est silencieuse… Elle lit son rapport de l’an dernier. C’est écrit que j’ai une « pente » sur le bord de la lèvre. Un rebord de lèvre séché.

Elle rigole… Une « fente »… aux commissures.  Elle a fait une faute….

Mais la question la plus étrange est:  » Prenez-vous des médicaments? »

Faut croire que c’est pas bon pour la santé….

***

Il pleut, il neige, le temps est un nuage au ras de mon visage. J’ai le poil mauvais…  Au garage, on vous dit: »Il serait temps de changer de véhicule ». Dans la vie, c’est plus que compliqué, c’est une impossibilité notoire. On ne change pas de corps à moins de mourir et de se réincarnationner  dans un autre véhicule, plus parfait, avec de grosses lèvres auto-huilantes…

Tout compte fait, j’ai reçu une facture au même « montant » que mon âge. L’an prochain, normalement, je payerais 1$ de plus.

Je me suis toujours interrogé sur la raison pour laquelle je détestais ces visites. J’ai compris. Plus je visite, plus je suis à risque. C’est comme si une voix me parlait pendant que je vieillissais:  » Attention! vous venez d’ingurgiter 400 calories. Votre pouls est un peu rapide. Vous avez une point bleuâtre sur votre épaule. »

Faut-il savoir quand mourir et pourquoi? Sorte d’autopsie avant d’aller jouer de la guitare sur les nuages inventés…  Que l’on soit médecin, avocat, Premier Ministre, PDG, vagabond,  chacun est devant la vie comme un moustique qui risque d’être frappé par un pare-brise. En période de grande chaleur et d’humidité, il arrive souvent que ces bestioles s’écrasent sur le pare-brise. C’est vraiment pas beau à voir, parce qu’on ne voit plus rien. Il y a comme un filet de sang qui dégouline sur la vitre, des tiges de ces corps hideux qui se collent comme s’ils avaient fait de votre belle voiture,  leur tombeau.  Il a deux fois plus de pattes qu’avant.  Si le moustique avait été « guidé » par un spécialiste, on lui aurait dit d’éviter de voler là où l’asphalte est noire et que la bougeotte métallique ne pardonne pas.

Mais vous gueulez contre les moustiques. Et si vous aimez les voiture, la bestiole risque de sécher dans la peinture. Ô désastre!

Gaëtan Pelletier

Toyota 92.

*******

P.S. : Je dédie ce petit billet fou à un cousine décédée à 17 ans, frappée par un chauffard soûl. Sa vie a été celle d’un moustique. Hasard ou pas… Ou Dieu, ou Diable. Les deux dés. C’était il y a au moins 40 ans. Mais comment oublier? Comment oublier ceux qu’on a aimé? Mais, surtout, comment apprendre à aimer ceux que l’on n’a pas connus? Ce doit être ça « l’humanisme ».  Comprendre que nous sommes un Tout et que rien ne remplacera ces rapports froids et minés issus du prétendu « progrès ». Ni la destruction planétaire présente.

Les moustiques sont bien prétentieux!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s