L’abonné à Frankenstein

politics-war:</p><br />
<p>An Indian parrot hatchling is fed by hand in Dimapur on July 24, after being caught in a forest by a local hunter and offered for sale in the northeastern Indian state of Nagaland.<br /><br />

Je n’envisage pas la disparition de l’inconscient, car lui ne semble pas, par définition connaître la mort et en tous cas il ne nous en dit rien sur lequel nous puissions raisonner. De façon incidente songeons aussi que nul n’est mort dont on lit, regarde et écoute les œuvres…On n’est pas mort. On n’est plus visible, c’est tout. Abonné absent définitif, pour peu qu’on ait laissé un souvenir derrière soi.

Hervé Allioux, De l’autre côté du fleuve 

*****

Il faut être abonné à Tout et à rien… Dans une liberté totale. Mais il y a les abonnés de la haines, de l’indifférence, des grandes causes. C’est « l’art » d’emprunter des modèles…

Le monde fonctionne selon un modèle d’achats et de ventes: idées, engouements, bref, « moules ».

Le premier abonnement consiste à s’abonner à ce qui fait vivre et non à ce qui tue.

Le second abonnement consiste à s’abonner à l’étonnance  de la Vie.

Le troisième abonnement consiste à s’abonner à la vie ici-bas, puisque le premier message des religions est celui de l’amour des êtres humains. Malheureusement, tous les messages des sages ont été déformés pour des « causes dirigées » et modèles Goebbels. Sorte de nazification planétaire qui se répand à travers les appareils dits « intelligents ». Nous ne sommes pas de puces, des circuits, des transistors transitoires… Nous sommes, c’est tout. Nous existons en relations. Et notre personnalité est formée d’une foultitudes de relations, inconscientes ou non.

L’abonnement de la plupart des humains est fondé sur un modèle déjà monté… À éviter. Dans un monde où la sagesse a été décapité au profit des profits pour les profits, nous vivons maintenant dans un grand magasin bleu.

Il n’est qu’une ultime oeuvre d’art: être soi. L’art sert alors à retrouver la petite route perdue de l’inconscient, ou de la partie invisible de ce que nous sommes vraiment.

On fera le chant de la merveille des appareils intelligents…  Ne s’agit-il là qu’un moyen de nous robotiser lentement – de contrôler les masses- et d’une servitude bien plus lourde que celle des rameurs de galères?

Dans un monde déshumanisé, apprendre est devenu un contrôle d’États. Si la philosophie, l’art, la sagesse, le questionnement humaniste sont devenus aussi peu « importants » aux yeux de nos sociétés, ou utiles, c’est que nous sommes devenus « intelligents », mais bien machinés…

Toute la machinerie étatique, y compris l’enseignement, semble désormais dirigée vers la création d’un monstre auquel nous risquons d’être tous abonnés: Frankenstein  .

On ne peut pas créer la monstruosité et l’art de vivre à la fois. La monstruosité des calculateurs-décideurs est en train de faire le vide de l’essentiel de nos vies. Le rameur-robot est maintenant une créature bien vêtue, vidant sa « substantifique moelle ». Une culture qui sert davantage à causer de la misère ne peut être qu’un absence de pensée: vider son cerveau dans des certitudes ou des machines pour ne pas avoir à « penser », ou critiquer. Mieux encore, douter…

Mais pire encore: avoir vendu son âme au point de ne plus la retrouver. Ni celle des autres… Car, dans toute cette aventure de la Vie, il ne reste rien de nous qu’un marteau ou un tournevis « Made Nulle Part », déraciné.

La moelle de  Rabelais est de briser la rigidité de l’os. Mais personne ne vous le dira, car ce qui importe maintenant est de marcher et de travailler jusqu’à user ses genoux. C’est un os qui vous fait courir…

Gaëtan Pelletier

Décembre 2014

P.S.: Merci à Hervé. 

 

Publicités

Une réponse à “L’abonné à Frankenstein

  1. Superbe texte, Gaëtan, d’une grande profondeur. C’est bon de savoir qu’il y a de par le monde des gens qui ont une pensée entre les oreilles et un coeur qui bat sans horloge numérique.
    Puisse cette fraicheur là réveiller des anesthésiés autour de nous.
    Merci pour la citation.
    Amitiés. Hervé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s