Archives quotidiennes : 26-octobre-2014

Le génie de l’ingénierie d’Hydro-Québec

02

Source 

La formule usée

 


Bonsoir mon amour…

Je sais…

Je n’ai pas passé ma vie à dire «Je t’aime», je trouvais les mots  trop usés…J’ai toujours préféré te parler en braille avec mes doigts…Les yeux fermés…Je les ouvre seulement pour voir les tiens…

On s’en allait doucement, en moto, longeant le Saint-Laurent. Le soleil buvait ta veste noire, et moi je ne cessais de te regarder dans le miroir… On s’en allait fêter un chiffre sur le temps passé ensemble…

Je n’ai jamais aimé les chiffres pour dessiner une belle éternité… Un sans temps… Je n’ai jamais aimé les restaurants… Tu cuisines trop bien… Je n’ai jamais aimé une autre femme que  toi… Tu …,j’ai pas de mot , vraiment trop bien…

Je voyage allait bien : je voyageais de la poignée de la moto à ta cuisse. Beau trajet… Toujours une tendresse que je t’injecte et qui me revient par une main qui me tapote l’épaule…

Puis il y a eu ce grand air salin qu’on a traversé. Les effluves du fleuve, le sel des grandes marées… Comme nos vies…

Comme toutes les femmes, tu me demandes si je t’aime. Rien à dire… Parce que le «Je t’aime» ne pourra jamais dire… Les sons ne sont jamais à la hauteur du bavardage coloré de nos yeux… Y a pas de mots pour exprimer, comme y a pas de chiffres pour décrire une éternité…

On s’est arrêté à une halte. La femme grassouillette, assise sur un banc, essayait de nourrir son enfant. Les seins ballants… Elle en sortait un, cachait l’autre, pendant que sous l’hêtre regardions la vie passer.

Puis au restaurant on a partagé notre assiette. Comme une communion…

Au bar adjacent ça chantait trop fort. J’ai payé la note…

Au moment de sortir tu es tombée. Comme un pantin étourdi… J’ai vu ton coude rougi et ton œil bleu un peu parti…

Tu ne m’avais pas dit que tu n’étais pas bien. Je t’ai prise dans mes bras. La rue fourmillait de gens. Je m’en foutais tellement : j’avais à l’œil trop de ce salin du Saint-Laurent. Oui, j’ai eu peur de te perdre… Parce que c’est comme ça que les gens s’en vont…

C’est usé un «Je t’aime»… Mais comme y a pas  de mots ni de chiffres et que tu dors tranquille dans la chambre à côté, je vais essayer de tricoter une formule …

Si je n’en trouve pas, j’irai me coucher.

Je t’aime à fermer les yeux sur une formule usée…

Gaëtan Pelletier, Circa 2000

Image

La dernière photo…