Les femmes aux yeux qui dorment

Elles sont là endormies, sous leur chair parfois pâle
les yeux si beaux, les parfums si agiles
on rêve d’amourer, légers, tout légers
les femmes qui dorment, ronflent sous leur châle

par les soirs chauds d’été, de leur robe frivole
pondent en vos yeux des plaisirs éphémères
un peu plus tard, une peu avant, un peu trop tard..
Les femmes qui dorment à vos hasards

Se fondant aux brûlures d’un corps qui n’a plus d’âme
Aux paradis des enfers retrouvés
Au fond de vous, les cheveux déliés
Un éden pendu au fil d’Ariane

Rêvez, rêvons aux femmes aux yeux qui dorment
Elles seront toujours en nous, éveillées
Il suffit que passe un œil allumé
Pour qu’elles reprennent forme…

Gaëtan Pelletier

Saint-Pascal
Le 12 juin 1996.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s