Sarkozy: le retour du jet d’ail

SARKOZY

«Est ce que j’ai fait le bilan depuis deux ans et demi ? J’ai beaucoup réfléchi. Dans le panthéon de mes valeurs, il y a un mot très important, c’est responsabilité. Si j’ai perdu, c’est ma responsabilité […] Source 

Sarkozy pue de la bouche… Mais il est loin d’être le seul. La politique est maintenant obsolète… Inutile, bavarde, vantarde, menteuse, irréaliste, pompeuse… Les valets des valets des marchés financiers mondiaux.

Sarko est bavard-roi.  🙂

Il sort de la laine de sa bouche, comme si on pouvait se tricoter un avenir avec un mouton de la finance internationale.

Rêve-je?

 

Pendant que…

Soyons sérieux! Pendant qu’on épluche la forêt amazonienne – poumon de la Terre -, pendant qu’on éventre les sables bitumineux de l’Alberta, pendant que le néolibéralisme du monde des affaires se gorge de l’ignorance des citoyens, pendant que l’on discute d’environnement à New-York, pendant que L’EI menace le « monde »…  Tout pend. On reporte à plus tard la beauté de la Vie.

Il faudra une révolution pour déloger cette fringale de l’or, du nouvel esclave « dépaysé » pour anéantir la folie meurtrière.

Nous sommes responsables d’élire et de cautionner la somme des menteurs, des fraudeurs, ces prêtres-politiques des pays en voie de dégringolade.

Il faudra s’unir pour les diviser…

Agrandissons la Terre!  

À travers tout ce charabia « historique », ces passages de gentilés mondialistes boursouflés, ignares, la Terre est en train de se composter. L’impérialisme est maintenant aux mains d’invisibles cravatés. Mais nous compostons lentement… C’est la naissance du citoyen-déchet, décervelé, bombardé, vassalisé, qui  sert à nourrir une « masse monétaire » qu’on NE PEUT PAS MANGER.

La foi ne soulève plus les montagnes, seulement les courbes de Wall-Street.

Il faut cesser de croire aux pantins, comme des enfants devant une représentation de marionnettes aux théâtres de nos étés.

La « bonne nouvelle », c’est que rien ne change réellement. Si Sarkozy est un messie, il en est d’autres qui ont des projets de 10 ans, 20 ans, 30 ans.

Comme si la Terre était une maison que l’on pouvait agrandir…

On a les téléphones intelligents, les vestes intelligentes, les cuisinières électriques intelligentes, les laveuses intelligentes.

Sapristi! Il ne manque plus que les politiciens.

Alors, l’avenir, c’est de les remplacer par un super ordinateur qui réglera tout ça. Les ordinateurs ont des failles, mais il ne savent pas mentir. Comme les politiciens….

Gaëtan Pelletier , sept 2014

 

En sus:

Aussi, il suffit de parcourir nos villages pour voir qu’un grand nombre de fermes ont disparu, les hangars ont été transformés en abris à caravanes et les étables sont vides et parfois même réhabilitées en habitation ou en gîte… Les paysages ont même été transformés par les remembrements imposés par les chambres d’agriculture au nom de la rationalisation, la destruction des talus et le rassemblement des petites parcelles ont préparé la mort des petits paysans incapables de suivre le rythme de cette course effrénée et sans limite à la production intensive dans des champs qui peuvent atteindre des centaines d’hectares. 

Le grand Monopoly de l’industrie capitaliste agricole

Comment marchés financiers et multinationales accaparent aussi les mers et les océans

Les formes de luttes sont diverses face à des menaces elles-aussi très variées. La construction des grands bassins aquacoles, d’industries extractives ou de grands projets hydroélectriques concourent à saper les écosystèmes. Au Nigeria, les pêcheurs essaient d’intenter une action contre la société pétrolière Shell concernant la pollution de leurs zones de pêche. Au Venezuela, les organisations de pêcheurs ont obtenu une loi interdisant la pêche avec des chaluts de fonds. Face à la menace que l’accaparement des mers fait planer sur la sécurité alimentaire, la résistance s’organise en faveur de droits collectifs pour les pêcheurs.

Agrandissons les mers….

 

 

Publicités

5 réponses à “Sarkozy: le retour du jet d’ail

  1. Agrandissons les coeurs….

  2. Par chance qu’il reste les coeurs…
    Bonne journée!

  3. Vous faites dans ce texte le plaidoyer parfait de la vie outragée par ce que l’humain dépourvu de bonté et trop souvent de remords, à la limite d’inconscience, lui font subir.

    J’apprécie vos textes qui sont le reflet de réflexions qu’il faudrait contagieuses. On ne peut que saluer ceux qui versent dans la vie au lieu de tout lui prendre.

    Nous sommes atteints de « mentillisme aigu » et nous pouvons à peine différencier la vérité du mensonge, tellement nous avons craint de faire notre propre révolution, celle de l’esprit et du coeur qui parviennent à peine maintenant à soutenir nos actions et nos sentiments. Il nous importe plus d’obtenir la validation de notre conformisme que de vivre. Orgueuil et vanité… qui dépouillent de son essence la beauté qui nous entoure et font pleurer la vie. Sans le voir, sans le dire, nous avons signé la reddition de nous-mêmes, le jour où la folie a fait de nous des adultes à parts entières.

    Combien de gens et de paysages faut-il assassiner, passivement ou activement, avant de voir l’horreur? Malheureusement, beaucoup participent à ce colin maillard et pour un qui voit, il faut compter des milliers d’aveugles.

    Alors oui il faut saluer ceux qui versent dans la vie.

    Le cas Sarkozy… Vous décrivez parfaitement ce qu’il faut voir de cet affront, car c’en est un. Il témoigne de l’outrecuidance dont sont affublées les marionnettes avides du système. Avant lui, un presque chimpanzé s’était fait élire à la maison blanche et en a redemandé, comme si le monde entier lui était redevable. Sarkozy, dans l’entrevue sur France 2 (je n’écrirai pas qu’il a accordée car ce serait lui faire trop d’honneur) termine en précisant que si lui ne le fait pas (une refonte de son parti et bien sûr une ascension à la présidence qui se morfondrait en son absence…), qui d’autre pourra le faire…

    Il a décidément une vision très limitée de ce qui est extérieur à lui-même, à un degré qui donne le vertige et la nausée.

    Sa prestation… rappelait le personnage type que Louis de Funès incarnait dans ses films: même débit, mêmes intonations, même imposture, même délire de grandeur, même manipulation et un culot à couper le souffle.

    Merci et bonne journée

  4. Dans le premier paragraphe, lire … (à la limite atteint d’inconscience…)

    Un lapsus brutus:)

  5. Sarkozy et Louis de Funès… Il faut avoir l’oeil pour « voir » ce rapprochement.
    🙂
    Mais, vu ainsi, il faut revoir Sarkozy, et là, on a droit à un monologue à la Louis de Funès et presque le faciès grimaçant.
    Merci!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s