Cultivés comme des oignons

tapio-ca:</p> <p>So Precious.<br />

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

On ne grandit vraiment qu’au moment où on comprend toutes les distorsions de ce que certains appellent l’âge adulte. Aujourd’hui, devenir mature, c’est perdre sa faculté d’émerveillement.  On peut apercevoir cette « faculté » présente chez l’enfant sans en saisir vraiment la profondeur. L’enfant est encore dans l’instant présent et à la découverte d’un monde nouveau: Celui  d’un cerveau non « souillé » qui VOIT les choses directement sans les nommer.

La maturité n’est qu’un mot qui prend un sens en chacun de nous. La maturité est la conception de celle-ci, du moins de l’image de ce que chacun s’en fait. Il peut s’agir d’une maturité sociale, d’une maturité  » tranquillisée » par des prises de positions fermes, donc, des certitudes, donc, un arrêt d’image sur la mouvance du « réel ». Donc une coupure avec le développement de visions nouvelles ou la découverte indicible d’une autre.

On achète des visions comme on achète des religions. On achète le produit d’un autre, et plus encore, on coure les vendeurs. Les sociétés contrôlent, modifient les êtres pour les uniformiser.

***

Très jeunes, les enfants dessinent des arbres, des animaux, dans des gribouillis que font parfois semblant d’aimer les adultes. Qui sait s’ils ne voient pas la puissance des arbre, la Vie, et qu’ils tentent simplement, malhabilement de montrer ce qu’ils voient en espérant que l’adulte verra vraiment? Nous les voyons sous des vision d’ambition et de créatures modelées.

Nous sommes, en « grandissant » des aveugles de la pureté et de   pauvres cloques taillées à la hache de « l’éducation ».

Les arbres ne se redressent que lorsqu’ils sont jeunes. À maturité,s’ils ne sont pas « modifiés »  ils se tortillent dans leur branches, emmêlées et poussent souvent en tous sens.

Dans un monde de violence, de carriérisme et de tâches à accomplir pour ledit ensemble,  érode ce que nous avons de plus merveilleux. Ce que l’on pourrait nommer statufier des cerveaux.

À partir d’un certain âge, nous avons le droit d’être livrés à tous les poisons de la société elle-même aux prises avec des problèmes que nous avons « achetés » . Nous héritons tous de cette brisure avec la vue directe de ce qui existe en « réalité ».

Le message est:  » Tu dois être cela ». « Tu dois manger cela ». « Tu dois, pour être quelqu’un et t’affirmer jouer le jeu des adultes contaminés.

Et de tous les temps, l’art de la contamination a régné.

Posséder est une norme que l’on transmet comme un virus.

Être passe en dernier.

Plaignons nous alors des relations humaines, de la violence, de dissonances et de tout le baratin qui tue au lieu de faire vivre.

Devant la foultitude de cultures exponentielles « achetables », il faut alors s’épurer. C’est loin d’être aisé: il est nécessaire de décaper toutes les couches du « savoir » cimenté pour en arriver à un savoir et vision brute. Cultivés en couches superposés, comme les oignons…

Si vous trouvez que McDo est mauvais pour la santé, toute la « culture moderne », martelée chaque jour est mauvaise pour les relations humaines qui divisent en utilisant une partie faible de votre être.

C’est un chaos exponentiel que NOUS nourrissons.

Gaëtan Pelletier

août 2014

Publicités

3 réponses à “Cultivés comme des oignons

  1. Excellent texte…
    en complément ceci (pardon my english !)

    A short history of humankind

    (originally posted here)
    (cliquez ici pour version française)
    A short history of humankind

    Here is a short history of humankind, from the ancient times to the next decades.

    Golden age

    Since a few million years, hominidae with a developed brain had a lot of success under different names: pithecanthropus, Neanderthals, Cro-Magnon, etc. The modern versions lived for tens of thousand years; even hundreds of thousands for the Neanderthals, a simple and quiet life of hunter-gatherers.

    Agricultural revolution

    12 or 13 thousand years ago, some started to settle and rely more and more on agriculture. This brought food surpluses that allowed further population growth that allowed more production, etc. This went along with specialization of work, hierarchicalization of society, patriarchy and inequalities. Food was locked and everybody had to work in order to get food. Plants, animals and humans were domesticated.

    Dance of the empires

    Tribes became chiefdoms, then kingdoms and finally empires that assimilated or destroyed their neighbors. This new way of life was neither as sustainable nor satisfying than the old way. History is full of fallen empire vestiges. Lot of peoples disappeared without leaving any [traces]. There are multiple explanations: war with a neighbor, environmental destruction, leaving of the cities. As of today, nearly everybody was assimilated or destroyed.

    Capital consumption

    This expansion process was made possible by the use of the resource-energy capital: soil fertility, biodiversity, minerals, wood, coal, oil, uranium, etc. We even use renewable energies faster than the renew rate, this is why forests precede civilizations and deserts follow them.

    Religions

    Around two or three thousand years ago, the religions of the salvation (Buddhism, Hinduism, Christianity, Islam) rose to lighten our pain and justify this incredible violence done to humans, animals and nature. Today, liberalism and the faith in technology and science have replaced, totally or partially, the religions with the same goal: give hope and help us accept the unacceptable.

    Overheat

    Since some decades, we humans have consumed, burned or polluted more than the planet is able to produce or assimilate. We are now performing unrecoverable destructions. There is only one word to summarize the convergence of systemic crisis: overheat.

    Collapse

    The dogma of limitless growth forces us to consume and get into debts, to use resources and pollute exponentially. For 10 or 12 thousand years there were some predicting collapse because the system was not sustainable. History shows us that these people were right. Our global civilization will also collapse, very soon because speed qualifies our time.

    Actors

    The people who have maintained this system for thousands years are the rulers, elites, nobles, kings, hyper-riches: a minority. The brainless and domesticated lambs known as the middle class only dream of imitating them and are scared to death at the idea to fall in a lower class. The others are just slaves.

    Revolutions

    Revolution usually has no other goals than forcing a rotation at the top of the hierarchy: replace a leader with another one, replace nobles with clerks. Prisons pass through revolutions. The poorest are still poor. Democracies give to the people the illusion that they have some control on their fate.

    Bread and games

    In the meanwhile, everything is done so that the obedient masses do not rise up: they are flooded by useless and futile information, they are provided with the last gizmos and entertainments. Anti-depressors help those who cannot sustain it anymore. Suicide seems to be the only way out.

    Ambulances

    Many rose to lighten the burden, heal the damages, and slow the hungry machine. They proposed new laws, rioted, sacrificed their lives, imposed new policies, but all of this was vain: the system always stays intact, if not stronger. Justice creates injustice, healthcare makes people sick, and education makes people stupid. This is a poor result compared to the unending “enhancements” we bring in.

    Out of the trap

    The fundamental question is now to know how we can get out of the trap, how we can avoid to be asphyxiated by our dejections or be dismissed by the elites. How to get out of the golden cage? How to get out of a system that wants us to get back into our niche? How to survive outside?

    Back to the cave

    It is not possible to get back into the cave or to climb back on the trees. Caves are now filled with toxic wastes and few trees are left. What is left of nature is not enough to feed seven billions of hunter-gatherers. And if we are so brilliant, we should be able to design a different primitive future.

    Leaving civilization

    We do not know which way of life is good for us because we forgot it. But for sure civilization must stop. We cannot fall it in two days but it is a giant with clay feet, it will fall some day. We can help it fall, we can also leave it, deny its blood, our blood. It’s not about a revolution to bring new leaders; it’s about an individual cultural revolution. Break the ultimate taboo: “there is nothing better than civilization”. This revolution started already. Everybody can do it: just say no, resist, don’t buy, know your neighbors, act locally, make peace with nature and discover the true value of things. There are multiple ways.

    Utopia

    I’m dreaming of a world where humans live in heterogeneous egalitarian tribes where “work” would only be about sustainability of survival of all its members. A world where what we need is brought freely by nature. A world where states, banks, prisons and multinational corporations wouldn’t exist anymore. A world where everybody would be its own master. A world where we could live and feel through our fifty senses without artifacts.

    This world did exist, this world is possible

    What we need now is a new VISION, the kind of vision that enacted the agricultural revolution, the rise of the major religions or the industrial revolution.
    -Feral Lamb

  2. ah ben ! voici le français

    Petite Histoire Humaine – Mouton Sauvage

    J’ai piqué ce texte sur, « Anarchie Verte: La révolte de Gaïa ».
    **** **** **** ****
    (click here for english version)

    Petite histoire humaine
    by Mouton sauvage – mars 9th, 2009.
    Filed under: Anticivilisation.

    Voici une petite histoire édifiante de l’être humain, des jours anciens aux prochaines décennies.

    Age d’or
    Depuis quelques millions d’années, des hominidés au cerveau développé ont eu pas mal de succès sous diverses appellations: pithécanthrope, néandertal, cro-magnon, etc. Les versions modernes ont vécu plusieurs dizaines de milliers d’années, voir centaines de milliers pour les néandertals, en menant une vie tranquille de chasseur-cueilleur.

    Révolution agricole
    Il y a 12-13 mille ans, certains ont commencé à se sédentariser et à dépendre de plus en plus de l’agriculture. Cela a produit des surplus de nourriture, qui a permis une expansion de la population, qui a permis de produire encore plus de surplus, etc. C’est allé de pair avec une spécialisation du travail, la hiérarchisation de la société, le patriarcat et les inégalités. La nourriture fut mise sous clé et il fallut se mettre à travailler pour manger. Les plantes, les animaux et les humains furent domestiqués.

    Valse des empires
    Les tribus sont devenues des chefferies, puis des royaumes, puis des empires qui ont assimilé ou détruit leurs voisins. Cette nouvelle façon de vivre n’était pas aussi pérenne ni aussi satisfaisante que la précédente, l’Histoire est parsemée de vestiges d’empires. Beaucoup de peuples ont disparu sans laisser de traces. Les raisons sont diverses: guerres avec un voisin, destruction de l’environnement, abandon des cités. A ce jour, presque tout le monde a été assimilé ou détruit.

    Consommation du capital
    Ce processus d’expansion rapide a été rendu possible par l’utilisation du capital ressource-énergie: fertilité dans le sol, biodiversité, métaux, bois, charbon, pétrole, uranium, etc. Même l’utilisation de ressources renouvelables est généralement faite plus rapidement que le taux de renouvellement, c’est ainsi que les forêts précèdent les civilisations et les déserts les suivent.

    Religions
    Il y a plus ou moins deux mille ans, les religions du salut, celles qui sauvent (bouddhisme, hindouisme, christianisme, islam), se sont développées pour soulager et/ou justifier cette incroyable violence infligée aux humains, aux animaux et à la nature. Actuellement, le libéralisme économique et la foi en les technosciences ont remplacé partiellement ces religions, dans le même but: nous donner espoir et nous faire supporter l’insoutenable.

    Surchauffe
    Depuis quelques décennies, les humains ont, chaque année, consommé, brûlé et pollué plus que ce que la planète est capable de fournir ou d’assimiler. Nous en sommes au stade de la détérioration irréversible. Il n’y a qu’un mot pour résumer cette convergence de crises multi-sectorielles: surchauffe.

    Effondrement
    Le dogme de la croissance sans fin nous force à consommer, à nous endetter, utiliser des ressources et polluer de façon exponentielle. Depuis 10-12 mille ans, des gens prédisent que le système n’est pas soutenable et qu’il va s’effondrer. Ces gens ont eu raison, l’histoire le prouve. Notre civilisation mondiale va également s’effondrer, dans pas longtemps car nous sommes au siècle de la vitesse.

    Acteurs
    Les gens qui font que ce système perdure depuis plusieurs millénaires sont les dirigeants, l’élite, la noblesse, les rois, les hyper-riches: une minorité. Les moutons écervelés et domestiqués qui constituent la classe moyenne ne rêvent que de les imiter et sont terrorisés à l’idée de tomber plus bas. Les autres sont des esclaves.

    Révolutions
    Les révolutions n’ont généralement pas eu d’autres buts que d’effectuer des rotations au sommet de la hiérarchie: remplacer un chef par un autre, des nobles par des fonctionnaires. Les prisons survivent aux révolutions. Les pauvres sont toujours aussi pauvres. Les démocraties donnent l’illusion au peuple de contrôler son destin.

    Du pain et des jeux
    Pendant ce temps, tout est fait pour que la masse servile ne relève pas la tête, on la noie dans une masse d’information futiles, on veille à ce qu’elle dispose des derniers gadgets et que les divertissements ne perdent pas d’intérêt. Les anti-dépresseurs viennent au secours de ceux qui ne le supportent plus. Le suicide paraît être la seule porte de sortie.

    Les ambulanciers
    Plusieurs se sont levés pour atténuer les peines, soigner les dégats, freiner la machine dévorante. Ils ont proposé de nouvelles lois, ont manifesté, ont sacrifié leur vie, ont imposé de nouvelles politiques, mais cela est vain: le système en ressort à chaque fois intact, quand il n’est pas encore renforcé. La justice crée l’injustice, le système de santé rend malade, l’éducation abruti. Triste résultat malgré toutes les “améliorations” qu’on y amène sans cesse.

    Sortir du piège
    La question fondamentale est maintenant de savoir comment nous allons sortir de ce piège, éviter d’être asphyxiés par nos déjections ou être nettoyés par les élites. Comment sortir de la cage souvent dorée ? Comment échapper à tout l’appareil qui veut nous faire réintégrer notre niche ? Comment survivre dans l’en-dehors ?

    Retour aux cavernes
    Il n’est pas possible de retourner dans les cavernes ni de remonter sur les arbres. Les cavernes contiennent maintenant des déchets toxiques et les arbres ne sont plus assez nombreux. Ce qui reste de nature est bien incapable de nourrir 7 milliards de chasseurs-cueilleurs. En puis, si nous sommes si intelligents, nous devrions pouvoir inventer un futur primitif différent.

    Quitter la civilisation
    On ne sait pas quel mode de vie nous est favorable, nous l’avons oublié. Mais ce qui est sûr, c’est qu’il faut que la civilisation cesse, du moins telle que nous la concevons. On ne peut la faire tomber du jour au lendemain, mais c’est un géant aux pieds d’argile, elle est condamnée. On peut l’aider à tomber, mais on peut aussi s’en éloigner, la vider de son sang, notre sang. Il ne s’agit pas de faire une révolution pour mettre une nouvelle équipe à la place de l’ancienne, il s’agit de faire une révolution culturelle individuelle. Briser le tabou ultime “il n’y a rien de mieux que la civilisation”. Cette révolution est déjà en marche. Tout le monde peut la faire: en disant non, en résistant, en n’achetant pas, en connaissant son voisin, en privilégiant le local, en faisant la paix avec la nature, en découvrant la vraie valeur des choses. Il y a mille manières.

    Utopies
    je rêve d’un monde où les humains revivraient en tribus hétérogènes, égalitaires, et où le “travail” ne consisterait qu’à assurer la subsistance et la survie de tous ses membres. Un monde où les moyens de subsistance seraient fournis gratuitement par la nature. Un monde où les états, les banques, les prisons et les multinationales n’existeraient plus. Un monde ou chacun serait son maître. Un monde où nous pourrions vivre et ressentir de nos cinquante sens sans artifices.

    Ce monde a existé, ce monde est possible.

    Ce qu’il nous faut maintenant, c’est une nouvelle VISION, le genre de vision qui a porté la révolution agricole, l’essor des grandes religions ou la révolution industrielle.

    source : http://kinoodoodaym.blogspot.ca/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s