Le Mammouth et la fleur

 

Et la fleur regarda l’homme et dit: « Ne m’arrache pas de la terre, je suis là pour la beauté du regard de tes yeux. Mais je serai sacrifice si tu utilises ma vie pour faire grandir la tienne. Mais je resterai toujours la beauté de ton regard… Chacun est un sacrifice de l’autre. Prends-moi, si tu crois que peut grandir et rendre beau ce qui est beau et vivant. Mais garde à toi, si ce que tu prends n’est pas pour la Vie. » 

 

MAMMOUTH 1 

Il y a environ 12,000 ans, les chasseurs de la Sibérie chassaient des Mammouths, question de survie. Il fallait parfois des jours pour attraper et tuer cet énorme animal. Sinon, on crevait de faim… Alors, on amassait ainsi de la viande, tirant tout ce qui était possible de tirer de l’animal – les os, par exemple – pour survivre quelques mois. Tout servait…

L’homme  a mis au monde l’Homme. De peine et de misère. Car si la chasse était ratée, plusieurs membres des tribus mouraient.

On se déplaça lentement vers des régions plus « riches » , de par le mouvement des glaces qui rendaient possible les déplacement, sans trop savoir où l’on se dirigeait. On trouva des îles arides entourées de morses, de poissons, mais …

Le Mammouth, c’était le frigo… Le congélateur.   L’argent n’existait pas. Il n’existait qu’un instinct de survie qui rendait nécessaire cette « fraternité » dont on parlera plus tard. La tâche de la survie nécessitait une proximité, une « unité » de groupements de cellules ayant pour seul but la continuation de l’espèce.

MAMMOUTH 2

Le temps passa. Un temps de misère. Des temps d’esclavages et de misères, de divisions issues du premier homme qui commença à engranger les surplus de crainte de mourir de faim, puis pour tout posséder, même le vivant.

Aujourd’hui, « l’humain » a enterré – comme un chien- les surplus d’avoir dans des banques. Pendant que des milliards d’humains souffrent de la faim, notre petit homme fait des réserves dans ces bajoues somptueuses, élégantes et bouffies, les surplus qui pourraient nourrir bien des hommes.

Les chamans sont maintenant à Wall-Street, où en d’autres points névralgiques de la planète, quelque part près de chez-vous, en « bons » conseiller de placements de sommes de surplus de nourritures invisibles transformées en jouets, en armes, en mensonges étatisés pour soustraire à tous ce qui appartient à tous pour donner à quelques uns.

Ils ont la taille des Mammouths, mais une panoplie de défenses achetées de par la propagande et l’argent soutirée aux membres de ces immenses clans tripotés par une race de saigneurs.

Le Mammouth de la survie a été remplacé par le Mammouth invisibilisé et inutile. Il ne nourrit que quelques uns… Mais de quoi les nourrit-ils? D’illusions. Comme si un écran de télévision vous donnait à manger.

On reproche aux humains de se vêtir de fourrures d’animaux pendant que l’Homme se nourrit maintenant de l’Homme et transforme son avoir, son esprit,- par l’argent qu’il fournit à l’État pour qu’il gère ses avoirs – et fait de lui une sculpture modelée selon les plans innombrables. Innombrables et acides.

La fonte du moule nécessaire à un futur fut malheureusement  confié à des aveugles de l’Histoire et du réel savoir.

***

Et la fleur regarda l’Homme et dit:  » J’ai pensé un jour que tu verrais de par mes couleurs, le nectar, les abeilles, tout ce que je fais pour toi. Tu as décidé que ce qui était grand, c’est toi qui maintenant allait le fabriquer. La Vie t’a présenté un animal énorme pour que tu puisses saisir ce qu’il pouvait t’offrir. À ce moment-là, il ne te donna qu’un seul représentant de la Vie dans un monde de glaces. Tes ancêtres en ont fait ce qu’ils devaient en faire. Maintenant, avec tout ce que la Vie t’a donné  pour vivre, tu trouves de fausses faims pour te nourrir. Vous avez appris à vous nourrir l’un pour l’autre. Autant de connaissances philosophiques que de techniques. Inconsciemment, vous offrez des fleurs en bouquets, des fleurs diverses… Mais étrangement, vous vous divisez en des guerres qui tuent sans famines. Vous vous divisez mêmes dans vos différences de couleurs. Mais voilà qu’au bout de toutes ces offrandes vous n’avez rien partagé. Tout ce qui a été transformé par la richesse encore plus grande et plus subtile du Mammouth a été caché comme les chiens enterrent les os. Mais bien au delà de sa propre vie… Alors,  bien au delà de la vôtre… 

Ceux qui recherchaient des terres pour se nourrir se fient maintenant aux faux guides créés par l’homme-d’argent. Le sang versé depuis des millénaires n’a pas été pour nourrir, il l’a été pour tuer ceux qui refusent d’obéir aux lois de celui qui les fait. Je ne suis qu’une fleur, mais la Terre est une fleur pour ceux qui passent ici. Elle prend même soin d’enterrer ce qui reste d’eux pour que l’on se souvienne du grand voyage de la Vie. Sache que chacun a donné… Mais même si peu ont pris, ils ont su leur instruire l’art de tout prendre en donnant hypocritement. 

Tu iras à la terre. Bien en dessous… Et il est bête de croire qu’on coiffera ton tombeau de fleurs vivantes. Ils seront à ton image… 

 

Gaëtan Pelletier

3 août 2014

 

 

 

 

Publicités

3 réponses à “Le Mammouth et la fleur

  1. Thomas Personne

    Bonjour à vous.
    Je vous lis avec beaucoup de plaisir.
    Merci.

  2. Un texte magnifique, à la hauteur de la philosophie que j’aime et que je comprends: paroles de sages et non jargon de spécialistes de la dialectique ampoulée. Vos valeurs sont les miennes. Merci.

    • Bonjour Manh14,
      Merci! Je ne sais jamais si c’est « bon » ou non. Je cherche à démêler toutes les folies de ce monde en me demandant si nous retrouverons un certain équilibre un jour.
      Bonne journée à vous!
      Gaëtan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s