De l’art de crever

tumblr_n4lr9hR8dX1rv5690o4_1280

« Finalement, avoir une attitude scientifique c’est remplacer des sensations par des concepts, et exprimer ces concepts par des mots » Albert Jacquard 

Les spécialistes 

C’est au 21 ième siècle qu’est né le spécialiste: celui que nul généraliste ne peut confronter dans son domaine. C’est Jésus qui produit les vaccins et ce sont les pharisiens qui les vendent. Et surtout ne tentez pas de contredire un spécialiste. Il a son diplôme au mur et y croit comme Tom Cruise avec son abri post-apocalyptique. 10$ millions…

JPEG - 84.4 ko

Même chez le garagiste, quand vous entrez avec votre automobile, ces gens-là se prennent pour des « spécialistes ». Ça fait vendre. C’est plus beau que dans la bouche d’un dentiste menteur. Il y a une procédure à suivre chez le garagiste: on a divisé les tâches,  et c’est propre comme une bactérie qui vient de faire une cent mètre dans sa piscine au chlore. Voilà ta médaille et la remplissure du trou béant de ta peur de n’être pas à la hauteur. IL FAUT QUE L’ÊTRE HUMAIN AIT UNE VALEUR. Et il faut que cette « valeur » soit octroyée par un technocrate patenté.

Éperdument beau! Le métal nous froisse les yeux. À part madame toute nue, c’est le second regard de ce simiesque personnages dépoilé et qui a pour vertu  cette religion nouvelle qu’est la technologie. Et technologie inclue toutes les machinations et grandeurs des organismes mondiaux qui se défilent des humains pour traiter le sort du monde dans des tours à bureaux.

Titrés.

Spécialistes.

L’art de crever 

Monsieur Cravate a tous les moyens pour aller se cacher dans un souterrain pendant que les pauvres crèvent. Monsieur Cravate  achète la terre des pauvres, soudoie les fonctionnaires, polit les politiciens.  Monsieur Cravate travaille pour vous. Après l’invention de la roue, c’est l’invention du spécialiste, sorte de cellule sociale « travaillante » mais isolée. Il a une part de connaissances, mais est aveugle de l’entièreté de la Vie.

Les guenillés armés d’un X votent. Dieu-savant les sortira de la misère.

Monsieur-Cravate est un artiste. Il sait le dessein et la peinture de l’art de la survie et de faire crever une « race inférieure ».

Le petit jardin au fond de soi: Le Baise Pascal 

Techno-ci, techno ça,nous voilà réduit à une machine huilée à la complimentation élégante et fourbe comme celle du Renard qui voulait le fromage du corbeau. Mais qui donc s’en souvient?

Nous ne sommes pas techno, nous somme humains, et c’est bien plus complexe. Et là, soudain, surgit la plus grande erreur de l’humanité: dévier le plaisir vers « l’accaparement des cerveaux ». Ou des failles dans la malléabilité des humains.

Le bonheur préfabriqué 

Mon grand-père se levait à 5 heures du matin pour traire quelques vaches, semer, et mangeait  de son bio  ignorant que c’était bio. Car les vaches vous renvoyait votre travail en pré-compost. De quoi rire…

Aujourd’hui, nos robots se lèvent à 4h30 pour aller se glisser entre des cancrelats d’acier dans des bouchons de circulation. Ils « se réalisent » par leurs emplois sans savoir qu’ils sont piégés par le cravatus.

Je sais, vous allez me dire : « Ce n’était pas très beau « dans le temps! » Que non! Mais si on avait mis toutes les énergies à combattre la pauvreté et la misère, au lieu de fournir à l’État des armes sophistiqués nous serions en santé, bio, et Big Pharma en prison.

On n’a plus froid, on n’a plus faim. Au contraire, on grossit à vue d’oeil d’un chien de « non voyant ».

Au fond, si on veut ramener toute l’existence humaine à un seul « fait divers » de nos vies, ça se résume à ceci: quand on a vécu une maladie, on prend cette vie jour après jour. Un à un. Comme un cadeau.

Et c’est ici, dans cette ère carnassière, nous sommes à vivre une maladie en espérant que nous en sortirons vivant pour vivre « au jour le jour ». Car on ne nous apprend pas à vivre, mais à crever sans que nous le sachions.  Bien vêtus, bien nourris, et à la religion de toutes les formes de sciences pour la plupart destructives.

Le spécialiste ne le sait pas. Mais le généraliste, l’homme de bon sens, lui, le sait…

Gaëtan Pelletier

P.S.: Au Brésil, on a bâti un immense barrage pour fournir de l’électricité à la population. On a ouvert les valves sans le dire: les maisons ont été noyées, les poissons sont morts… Mais il y a l’électricité. Ça éclaire, ça peut faire cuire un poisson…

 

 

Une réponse à “De l’art de crever

  1. je n’ai rien à ajouter, juste à aprouver

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.