Archives quotidiennes : 7-avril-2014

La Tierra Del Olvido | Playing For Change

Prévision des élections du 7 avril 2014 au Québec

DANS LA MERDE...OFFICIEL ! dans PETITES PHRASES ET POEMES MERDE

Profiteurs: 38%

Azote: 28%

Parti pour: 18 %

Gauche:  9 %

À partir du 7 avril 2014, nous aurons tous accès à un médecin, à des routes, des ponts, des réductions d’impôt, de l’éducation engraissée, deux ponts à Montréal, un toit pour le stade Olympique, la route 185, le déficit zéro, les richesse du plan Nord, et – le pas dit – du pétrole qui remplacera les cerfs sur une île, un gouvernement minoritaire à un tour et à plusieurs tours, à 83 $ millions de moins dans nos poches, à des garderies pour les pauvres, à un monde sans pollution , 

43,231 emplois en 6 ans.

Des extincteurs pour mouiller les vieux dans les résidences, en cas de feu.

Voyez la série CONTINUUM…

La Science Fiction à votre Porc T. Comme l’auto… Auto Porc T…

L’acné aura disparu des visages des adolescents.

 

 

 

Alfred est dans le frigo

china smog 2013 TV bldg

En 2012, 3,7 millions de personnes sont décédées en raison d’effets liés à la pollution extérieure et 4,3 millions en raison de la pollution de l’air domestique, soit concrètement les fumées et émanations liées aux appareils de cuisson, chauffés au bois ou au charbon, ou les instruments de chauffage. 

L’OMS a également relevé mardi que les régions les plus touchées par la mortalité liée à la pollution atmosphérique sont l’Asie et le Pacifique, avec 5,1 millions de morts. 

Actuellement, quelque 2,9 milliards de personnes dans le monde vivent dans des foyers où l’on utilise le bois, le charbon ou la biomasse pour la cuisson. 

Le diesel est actuellement dénoncé par l’OMS. « Le diesel est très mauvais, car il est cancérigène », a déclaré le Dr Dora.  Source 

Nous approchons lentement de l’univers de Philip K. Dick, avec ses atmosphères de pollution, la vie « frétillante » d’une planète surpeuplée, mais bien garnie en techno.  Et plus d’empathie…

On y est déjà…

Mais la plus grande pollution reste encore la masse boueuse de la classe dirigeante qui perpétue le vieil et visqueux esprit d’une bourgeoisie planétaire qui vit au crochet des infirmes ou des falsifiés, électrifiés par les faussaires du néolibéralisme.

La religion néolibérale, – comme celle du christianisme qui a finalement conduit l’extinction des « races inférieures », avec leurs conception de l’univers, de la matière et du tout. Alors, on a divisé, conquis, déchiré, ruiné et castré TOUT CE QUI EST DIFFÉRENT.

Apprendre pour servir 

Le concept d’employabilité est au cœur de vos critiques : pourquoi ?

Dans le discours des institutions internationales et de plus en plus dans celui des responsables nationaux, l’école a pour fonction de produire des ressources humaines ou du «capital humain». L’employabilité est devenue la norme qui organise les mutations de l’école. L’idéologie de la professionnalisation a pénétré l’université et l’ensemble du système, jusqu’aux premiers niveaux de l’enseignement. Prenons le «socle commun de compétences» [introduit au collège puis en primaire, il liste les aptitudes que l’élève doit acquérir, à côté des connaissances]. Ces compétences ont été fixées par l’OCDE et par la Commission européenne à partir de critères d’employabilité, en fonction de considérations économiques et non pas pédagogiques. On va jusqu’à redéfinir les programmes, l’évaluation, la pédagogie.  ( CHRISTIAN LAVAL) 

Étouffoir 

On étouffe de partout…

* Étouffés de dettes

* Étouffés par l’absence de terres vendues aux multinationales

* Étouffés aux serviles prédateurs qui passent la même recette du « progrès »

* Étouffés par l’inconscience et la surdité d’un monde qui transforme ce qui fait vivre en ce qui fait mourir.

* Étouffés par les pubs lancinantes et fausses, passant en ruban, défibrant l’esprit, le cerveau

* Étouffés par le mitraillage incessant des produits pharmaceutiques

* Étouffés par une nourriture industrielle qui dérèglent les systèmes hormonaux

* Mais étouffé, bien étouffés, bien étranglés par l’oubli de ce que nous sommes réellement face à la nature, incluse en celle-ci, dépendante de celle-ci.

Pour « vivre », nous n’avons jamais été aussi éloignés de la Vie.

Nous sommes des malades en santé…

Notre singe à cravate parle d’économie en « santé »…

ALFRED EST DANS LE FRIGO, IL A TOUTE SA TÊTE 

tumblr_mo3rpidd0m1rphtnfo1_1280

États et mondialisation = autodestruction 

L’État est la putain du banquier. Le banquier se pique au pouvoir et à l’argent. ET le salariat – même avec grand titre – a la même saveur que le sang d’un zombie qui a réussi à vous mordre jusqu’à croire que la morsure est un vaccin.

Drôle d’ère! On est plus riches parmi les zombies que parmi les vivants.

je disais donc ( et sans majuscule)  que nous nous approchions de l’univers de Philip K Dick. Tout simplement que nous avons plus d’amour envers notre téléphone intelligent que notre prochain charnel et truffé de défauts…

Scène de mise 

tumblr_n34jp1NJBQ1ro1gy0o1_1280

Le passé – me disait quelqu’un – n’est pas aussi beau qu’on l’imagine parfois dans des images… Certes… Derrière se cache les spermatozoïdes du monde à venir, c’est-à-dire  le présent, bien préparé pour que tout ce qui existe de vivant soit la proie d’un monstre nouveau.

Ma grand-mère a été élevée sur quelques arpents de terre, avec quelques vaches, des poules, des porcs, des lièvres en hiver, le froid, la chaleur, 17 enfants… C’était ce qu’on nommait alors « la misère ». Elle n’a jamais été vaccinée, ni n’a pris de médicament… Sauf un peu d’alcool. Elle est décédée dans notre maison, à 86 ans sans avoir connu l’affreux système des parkings de vieillards dans des résidences pour personnes âgées.

Ce passé… Il y avait un dimanche tranquille et une télévision qui s’arrêtait à minuit.

Mais on a tout ce qu’il faut pour vous guérir des maladies « créées ». Je me demande en quoi nous avons évolué. Nous avions une peur affreuse de la mort, du jugement divin, pourtant cela n’empêcha pas le brûlure des amours pendant les guerres, les famines.

Aujourd’hui, nous craignons l’État. Et avec raison…

À travers toutes ces considérations, ce n’est pas la vie que vous attendez à travers un système qui vous donnera la vie… C’est celle où il faut cesser de cacher ce cher Alfred dans le frigo et la peur d’ouvrir l’appareil pour nous nourrir.

Nous avons tous un dirigeant dans le frigo, une compagnie, un conglomérat, un maître…

Mais surtout, cet isolationnisme cultivé qui fait que le monde actuel est de diviser pour régner.

Plus de travailleurs, rien que des kapos…

Gaëtan Pelletier

avril 2014

Merci à Miss Impar pour la beauté de ses trouvailles photographiques…

Ajout:

Il reste au moins la poésie, la musique, les échanges humains – quand on en trouve- pour refaire ce monde ou en voir toute la beauté.

La déséducation

La pédagogie en crise

La meilleure économie que le Québec pourrait faire dans le monde de l’éducation serait de fermer boutique dans le domaine de la pédagogie et de libérer les enseignants de ce carcan contre nature. La preuve? Les insuccès des réformettes. — Georges Allaire

Les pédagogues perdent patience

Y a quelque chose de détestable dans l’attitude des pédagogues du Québec : «l’éducation est une science qui évolue, nous maîtrisons cette science, laissez-nous donc travailler en paix.»

On en voit encore une preuve dans les réactions à l’élaboration d’un bulletin unique, pour tous les élèves du Québec. «Un recul», «absurde», «triste», «inquiétant», clamaient les spécialistes des sciences de l’éducation interviewés par Le Devoir. Cyberpresse

Les Bob Binette Turbo, Gaëtan Pelletier

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

La déséducation

Il s’agit du projet d’un enseignant. Depuis deux ou trois ans, il interroge des gens, il lit beaucoup et surtout, il chemine dans le réseau de l’éducation. Son idée a commencé à germer au temps où il étudiait à l’université si j’ai bien compris. Fin octobre/début novembre, il donne le grand coup: la diffusion du premier d’une quinzaine de webisodes, au rythme prévu d’un par semaine! Il dispose d’un site Web, d’une page Facebook et d’un canal sur Twitter et sur YouTube. Déjà, certains blogues font écho à son initiative (1, 2). Il souhaite garder l’anonymat pour le moment, mais il promet de se dévoiler au moment de la diffusion de son premier opus…

La première moitié des webisodes risque d’être liée à une opération de déconstruction. Comment en sommes-nous arrivés à la déséducation? Voyons ce que Jean Bédard pense du concept:

«Telle est l’essence de la déséducation, elle obstrue l’accès direct à ce que les sens drainent d’informations (le sens intérieur autant que les sens extérieurs). La «déséducation» est le contraire de l’observation directe qui produit normalement l’étonnement, l’émerveillement ou l’effroi devant la démesure. Avant d’être mesuré par la raison, l’univers apparaît démesuré (que ce soit l’univers intérieur ou l’univers extérieur) de sorte que l’état naturel de l’intellect consiste en cet effroi que les anciens appelaient «crainte de Dieu» (et qui n’a rien à voir avec la peur d’un juge, mais avec le sentiment de petites se devant la démesure du réel). Avec l’expérience directe de soi et de la nature peut s’installer ou se réinstaller la confiance naturelle de l’enfant. C’est à ce moment-là que la «crainte de Dieu» devient émerveillement. Mais nous n’en sommes pas là.»

Ce n’est pas le premier billet que je publie qui critique sévèrement notre façon de faire l’école. Récemment, j’ai hyperlié vers la vidéo de Erica Goldson (Valedictorian) (La meilleure élève dénonce l’enseignement scolaire dans son discours de remise des diplômes) et vers celle qui provoque énormément aux États-Unis actuellement («Waiting for Superman»). On me dirigeait en fin de semaine vers un mouvement d’artistes qui veulent réformer l’école aux États-Unis et il me semble que dans tous les recoins du Web actuellement, les initiatives pleuvent dans le même sens!  Source : mariotoutdego

***

(Québec) La bande-annonce circule sur Internet depuis quelques jours. «Un jeune enseignant lèvera le masque d’une des plus grandes supercheries de l’histoire», promet-on. La série web La déséducation, qui sera lancée fin octobre, tire à bout portant sur le système scolaire et ses ratés.

Ce jeune enseignant, qui préfère rester dans l’anonymat jusqu’au lancement du premier épisode fin octobre, affirme avoir été désillusionné dès son premier cours à l’Université du Québec à Rimouski, alors qu’il venait de s’inscrire au baccalauréat en enseignement. «Dès les premières heures, j’ai compris que quelque chose ne tournait pas rond», lance-t-il au bout du fil.

Des cours qui n’étaient pas à la hauteur, des étudiants peu motivés, beaucoup de nivellement par le bas… Le choc est brutal, raconte cet enseignant qui se décrit comme un passionné. «Ces quatre années d’université ont été comme 20 ans de pénitencier», dit-il. Daphnée Dion-Viens, Le Soleil

Ce «montage» m’a été transmis par une collègue retraitée. Il est de toute évidence de source française. Quoique très ressemblant à nos tentatives au Québec. De toute manière, les ministères utilisent le copier-coller pour trouver des solutions. Comme les élèves…

A- Enseignement 1960

Q.   – Un paysan vent un sac de pommes de terre pour 100 F.

– Ses frais de production s’élèvent au 4/5 du prix de vente.

–  Quel est son bénéfice?

B – Enseignement 1970

– Un paysan vend un sac de pommes de terre pour 100 F.

– Ses frais de production s’élève au 4/5 du prix de vente, c’est à dire 80 F.

– Quel est son bénéfice?

C –  Enseignement moderne 1970

(Réforme de l’enseignement.)

– Un paysan échange un ensemble ‘P’ de pommes de terre contre un ensemble ‘M’ de pièces de monnaie.

– Le cardinal de l’ensemble ‘M’ est égal à 100, et chaque élément sigma de ‘M’ vaut 1 F.

– Dessine 100 gros points représentant les éléments de l’ensemble ‘M’.

– L’ensemble des frais de production comprend 20 gros points de moins que l’ensemble ‘M’.

TRAVAIL DEMANDÉ : Représente ‘F’ comme un sous ensemble de ‘M’ et donne la réponse à la question :

« Quel est le cardinal de l’ensemble ‘B’ des bénéfices».  ( à dessiner en rouge).

D – Enseignement rénové 1980

– Un agriculteur vend un sac de pommes de terre pour 100 F.

– Les fais de production s’élèvent à 80 F et le bénéfice est de 20 F.

TRAVAIL DEMANDÉ : Souligne les mots «pommes de terre» et discutes-en avec ton voisin.

E – Enseignement réforme 1990

– Un peizan kapitalist privilegie sanrichir injustement de 20 F sur un sac de patat.

– Analiz le tesks er recherche le fote de contenu de gramere d’ortograf de ponktuacion et ensuite di se ki tu pense de cette maniaire de sanrichir.

F – Enseignement assisté par ordinateur 2004

– Un producteur de l’espace agricole câblé ADSL consulte en conversationnel une data.bank qui display le pay-rate de la patate.

– Il load son progiciel SAP/R3 de computation fiable et détermine le cash flow sur l’écrant ditch 0.25 mm Energy Star.

– Dessine-moi, avec ton mulot le contour 3D du sac de pommes de terre, puis logue toi au réseau Arpanot ( Deep Blue Potatoes).

– Via le SDA boucle 4.5, extraire de MIE le graphe des patates.

TRAVAIL DEMANDÉ : Respecte-t-il ainsi la norme ANSI, ISO, EIAN, CCITT, AAL?

G – Enseignement 2020

– Qu’est-ce qu’un paysan?

–  Qu’est-ce qu’une patate?

http://les7duquebec.wordpress.com/2009/11/05/lapprentiometre/

 

LA CARTE


Je suis/ nous sommes
Une carte routière, qu’on déplie pour voir sa vie
En veines, déveines, petits muscles, terres affaissées
Une main dans la face pour cartomanciennes intéressées

On se fait remonter les seins, redresser les paupières
La bouche, les bajoues, le menton, le cou raviné
Démourir à tout prix sous les bistouris
Chirurgiens de savoir-faire des fers à repasser les plis
De peur de ne pas repasser…

On a nos petits voyages sur le corps
Sur nos routes et déroutes, des rides grandeur autoroutes
Don Guichotte chevalant vers les moulins avant
Empaler le temps qui n’arrête pas de tourner…

Gaëtan Pelletier
Circa 2007