L’humanisme synthétique

$T2eC16JHJGIE9nnWph6PBRVh1qG(7!~~60_3

Plus une société est évoluée, moins elle sourit.

Karl Heins Steiner

***

La Terre est devenue un énorme Bus dans lequel tout le monde se fait dire: « Avancez en arrière ». Dans le documentaire Into Eternity  , on peut le « résumer ainsi »:

A l’ouest de la Finlande, sur la presqu’île d’Olkiluoto, des ouvriers s’affairent à creuser un immense trou de 450 mètres de profondeur, parcouru par cinq kilomètres de route.

Lorsqu’il sera terminé, en 2020, l’industrie nucléaire finlandaise commencera alors à y enterrer des milliers de tonnes de déchets radioactifs. Et quand cette besogne sera à son tour achevée, 100 ans plus tard, la cavité sera scellée et devra rester inviolée pendant 100 000 ans. Source

C’est le progrès! Le gros, le clinquant, l’affriolant. Quand on coupe une tête de coq avant de le manger, il continue de vivre un peu en s’agitant de soubresauts, comme s’il fêtait les derniers sursauts de sa vie.

Et c’est un peu comme ça que nous vivons…  Comme  le rêve de  John Lennon:

Maybe I am a dreamer 
But I am not the only one 
I hope someday … 
 

L’humain est « profondément » croyant au point de tuer les autres pour son « propre » dieu. Comprenons que la grande vague humaine, parvenue à 7 milliards d’humains, n’échappe pas à la bêtise humaine: elle la multiplie et l’amplifie. Et on a les outils pour les étaler.

On est assis dans nos petits foyers, à voter pour rêver… Quand on sait que la politique est devenue une agence de gros bras, « croyants »,  à la solde des DG silencieux. Le pouvoir a été numérisé.

Le nazisme numérisé 

La NSA est reconnue « légale ».  : pour le juge new-yorkais, « il n’existe aucune preuve que le gouvernement ait utilisé la collecte massive de métadonnées téléphoniques à d’autres fins que de prévenir et d’enquêter sur des attaques terroristes ».

C’est l’histoire du Petit Chaperon rouge et du grand loup.

Hitler avait qualifié son intervention concernant les juifs « d’hygiène de la race ». Pour la « pureté « étasunienne, c’est devenue  » protection de la démocratie ». Si le chancelier de l’Allemagne d’alors rêvait d’un règne de 1000 ans, les États-Unis en rêvent autant. Mais avec leur perversion pour la finance paradio-fiscale, étendue dans le monde, l’appauvrissement continu est en train de bouffer ce qui nourrit les peuples.  Et qui sait, si au fond, ce n’est pas une forme d’eugénisme pire que celle de l’anéantissement d’une race mais d’un « amaigrissement » de la population terrienne?

Oui, nous voilà un peu les yeux cernés par le travail, la vie « culbutante » ,  et le grand rêve de parfaire l’humanité. On disait: « Anéantir la pauvreté ». Mais c’est d’elle qu’on se sert, et c’est d’elle – et de plus en ce cher système scolaire à la Goebbels pour rendre les gens idiots mais diplômés – qu’est détournée la petite richesse et la pauvreté.

Le Vatican  svastika

Ce symbole est notamment utilisé en Asie dans la symbolique jaïnehindoue et bouddhique, en Chine pour symboliser l’éternité et dans l’Asie bouddhiste. svastika

Le Vatican a créé sa fortune sur l’espérance des pauvres. C’était la loterie de l’époque… Et la scène du pape qui veut que l’on prie pour la paix en ce monde est une autre arnaque. C’est bien attendrissant et grandiose. Les gens adorent le grandiose. Justin Bieber est grandiose. Great!

L’Éternité est une notion qui nuit grandement au quotidien. L’éternité et la foi de la science, l’éternité de la race humaine, etc. L’éternité c’est aussi la bêtise d’une fixitude contraire à la vie, puisque toute cette vie n’est que changement.

Nous nous éclairons à l’énergie nucléaire et nous croyons être « allumés ». Nous vivons sur des dettes, mais nous croyons être riches. On a les moyens de se payer 15 ou 25 paires de souliers pour la fantaisie. COMME SI ACHETER ÉTAIT UN ART! Et cette fantaisie est souvent, – ou toujours – , issue de la crève des travailleurs des pays pauvres qui cherchent à fuir la pauvreté en se noyant… Normalement, on devrait vivre où l’on est né, vivre sa culture, et ne pas être flambé par des compagnies qui veulent le sol, le sous-sol, et l’argent du beurre.

Robin des bois nucléaire 

Il a viré la matière à l’envers. Tout fier. Il prend au pauvre pour donner aux riches. Ce squelette plastifié, désâmé, est une poupée  à laquelle nous nous collons, faiblards, « décolonnevertébralisés ». Il nous a vendu du poison pour nous nourrir d’un certain luxe.

Le cadeau 

Puisque vivre a une fin – du moins vivre ici – , la magie de la Terre, son mystère, ses créatures, la beauté et la bonté des gens simples, intègres, ne finissent pas de me ramener à l’enfance:  plus j’écris, plus je regarde, plus je comprends, plus je suis muet. Et plus je comprends qu’on ne peut plus traduire cette beauté en mots plus je cherche – comme vous tous vous cherchez – à traduire les petits frissons, les grandes passions entre les êtres et la Nature, entre les êtres et les êtres.

Et s’attarder à cela, c’est lutter contre cet humanisme de plastique auquel on nous crucifie chaque jour. C’est désolant de « constater », le « saisir » avec son cerveau. C’est à la fois une nécessité et un un « nécessaire travail ». Tout le monde aimerait davantage vivre en paix, jardiner, élever des enfants de l’avenir, et ne pas rêver qu’ils soient des cerveaux achetés par le MIT ou Harvard, mais de gens simples qui ont compris que ce monde est un cadeau, une richesse infinie, avec une créature délabrée, questionnant à chaque jour ses valeurs, ses principes, sa provenance, son but, arrosée de trop d’orgueil qui a besoin de limer son être pour être.

Donner son âme à un dieu, « soi-disant spirituel » ou laïque est déjà une fin en soi. Le riche mourra sans rien emporter… Même si ce crétin a tout pris.  C’est une poupée plastique venue vous livrer un « message ».

La seule oeuvre d’art est d’être soi. Et la société est un musée qu’il faut visiter pour apprendre que tout art n’est pas figé mais mouvant. La mort est une certitude. C’est le vivant qui est inquiétant et méconnu.

Faut-il s’entre tuer et pleurer sur de grands tombeaux?

On fait présentement mourir trop d’humains abonnés à des poupées de plastique.  Ce n’est pas de votre millénaire qu’ils œuvrent, c’est pour le leur… Ne jamais laisser la vie entre les mains de ceux qui oeuvrent dans une fabrication habile de l’esprit.

Gaëtan Pelletier

28 décembre 2013

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.